Trader Noé – Analyse du 1er décembre 2011

221

Comme vous l’avez bien écrit hier, il est pratiquement impossible de prendre en compte des évènements inattendus (news, attentats, catastrophe naturelle etc…)
Hier, suite à une news, les indices E-mini SP 500 et Future CAC 40 ont réagi positivement.

D’ailleurs, pour ceux qui ont lu notre article lundi, nous avions annoncé que si l’E-mini SP 500 franchissait ses premières résistances et l’indice Future CAC 40 celle des 3025, alors la prochaine résistance serait probablement 3150 points. Ensuite, il y aura peut-être 3240 et 3400.
(En attendant, le E-mini SP 500 a deux résistances très importantes à 1285 et 1312 points).

En analyse, il faut toujours anticiper les deux scénarios potentiels. L’indice CAC 40 a cloturé à 3154 points. Le scénario technique proposé lundi a donc bien fonctionné bien que la tendance de fond reste baissière.

Pourtant, concernant notre analyse de fond, cela ne change rien.

Pour revenir à l’arc à poulie formé sur les bancaires début novembre, il a bien fonctionné avec une baisse moyenne de 27 %.
L’arc qui s’est mis en place la semaine dernière sur l’indice CAC 40 n’est pas invalidé et sachez que celui qui arrive à la fin de ce mois est un véritable tsunami pour une tendance baissière de 2 années environ.
A la fin, il ne restera plus grand chose à coter et nous assisterons probablement à des scénarios comme “American Air lines” de façon répétitive.

Rien à voir avec l’arc de début novembre qui était une vaguelette.

Alors l’indice peut encore monter (3250-3400 etc…), il a trois semaines pour dépasser les 4200 points et construire sa digue, la grande vague arrive.

Ce qui laisse un taux de probabilité extrêmement faible. Concernant les points, nous vous invitons à consulter ceux de lundi.

43 Commentaires

  1. Bon ben si Trader Noé dit ue ça peut monter. Ca va monter !! Accrochez vos ceintures direction 3250 pts dans un premier temps.

    Merci pour cette analyse.

  2. Il n’y aura pas d’effondrement mais une érosion progressive de l’économie. Ce qui permettra aux oligarques financiers de placer tranquillement leur pions dans le nouveau système économique. Une fois de plus, le dindon de la farce, ce seront les peuples. Annonciateurs de l’apocalypse, passez votre chemin.

    • La messe n’est pas encore dite, personne ne peut exactement prévoir la suite des évènements, une chose est sûre c’est que ce système est à l’agonie et ça peut faire du vilain ce soir, dans 15 jours au 1 an, mais l’affaire est pliée.
      Quand 1/100 détient 30% au moins de la richesse et qu’elle le joue dans la spéculation, c’est clair que cette captation de richesse qui n’est pas réinvestie dans l’économie réelle porte les fruits de conséquences calamiteuses.

      • Tout à fait Ponsiculteur.
        Comme je le disais dans un commentaire de billet précédent, quand le système établi en temps de paix a ratissé tout ce qui est possible, il reste toujours la solution magique qui permet de faire un reset : la guerre à grande échelle. En plus, la guerre a cette vertue qu’elle est extrèmement lucrative pour les profiteurs (qui sont les mêmes que les profiteurs en temps de paix cela va sans dire).
        Nous sommes plus dans une ambiance belliqueuse que pacifique actuellement.

  3. Comme vous le dites en préambule, il est impossible de prévoir, de prendre en compte des évènements inattendus, donc vous ne pouvez pas savoir ce qui se passera d’ici 2 ans.

    Votre parabole concernant ce pseudo arc à poulie, n’est que pur fantasme.

    Respectueusement.

    • il est gentil NOE en disant d’ici 2 ans, ce qui va se passer se fera pleinement vers le 10 septembre 2012 et ceci s’etalera jusqu’à 06/2013. ce sera douloureux humainement mais il faut bien que les gens reviennent sur terre pour prendre conscience.quelque part ce malheur aura du bon.

  4. l’apocalypse c’est perdre son emploi avec des enfants a charge et pas de quoi leurs donner a mangé, pas pouvoir payer son loyer etc etc….. voila il en faut pas plus pour avoir un drame .

    • Moi je dirais que c’est juste une catastrophes…

      L’apocalypse c’est autrement plus grandiose, en plus il y a la guerre, la famine, les épidémies, quelques tremblements de terre, un peu de déluge et moult radiations nucléaires…

      C’est quand même plus hollywoodien non ? 😀

  5. il ne se passera rien dans 3 semaines trader noe. faudra que tu attendes à partir du 17 janvier 2012 pour que ton arc joue son effet.Et il reste 12 jours pour le moment à sa construction ensuite se sera calme plat avant la tempête qui arrivera vers le 17 janvier et pas avant.

    • Il en est va pour les analystes en matière économique comme il en est pour les diseuses de bonne aventure, toutes vaticinations basées sur des jours et des heures précises sont invariablement invalidées par les faits.

      Il est permis aux humains d’entrevoir des tendances, pas de prédire l’avenir avec précision, déjà qu’ils ne sont pas foutus de donner des dates précises pour ce qui concerne leur passé, alors pour le futur faut pas rêver…

      Une chose est certaine, c’est que le bidule est en train de se casser la gueule, chaque jour un peu plus. Alors qu’il mette 3 jours ou 3 mois pour se rétamer complètement qu’est-ce que ça change ?

      Le communisme s’est effondré sur lui-même, sa version occidentale que nous appelons le «capitalisme» fait exactement de même, et le spectacle est aussi fascinant (je ne dis pas réjouissant) que de voir s’effondrer deux des tours les plus hautes du monde… Signe cabalistique avant coureur, puisque l’une de ces tours devait s’appeler «Lénine» et l’autre «Golman Sachs»… 😉

  6. C’est bien beau tout ça, moi qui ne suis qu’un citoyen normal, en Service Civique (ex emploi jeune mais payé 2 fois moins), je m’interresse beaucoup au affres de l’économie, et je dois dire que Trader Noe mets simplement des mots et des chiffres sur ce que je pensai. Merci pour ça. Comme dit Delamarche dans arret sur image ce n’est pas le fait de savoir que les impots vont augmenter en même temps que la pauvreté que ça va faire moins mal.
    Sa va piquer les copains et ………………………….

  7. Si on ne peut prévoir (sauf à être de ceux qui contrôlent), on peut quand même déceler quelques tendances. Je suis d’accord avec trader Noé, la tendance est baissière voir très baissière.
    Trader Noé donne des tendances, il n’a pas dit qu’il était devin !

    Tenez par exemple, cette manie qu’ont les indices américains de grimper de 5% à 7% en moyenne au cours des quatre ou cinq séances précédant la fin du mois calendaire (cela dure depuis six mois) : si vous êtes au courant de la combine, les fins de mois ne sont pas difficiles mais plutôt fastes pour les actionnaires !

    La suite ici http://la-chronique-agora.com/est-il-encore-temps-appeler-chine-a-la-rescousse/

  8. Il n’y a pas que la bourse…

    Les députés -euh,non ça c’était l’ancien nom, quand ils étaient vraiment les représentants du peuple et respectables – je reprends, les représentants placiers des grandes firmes internationales qui siègent à l’assemblée vont interdire aux paysans de resemer les graines qui ont fait l’objet d’un brevet.

    c’est le même fonctionnement que l’arc à poulie. Dans un premier temps, on prend des semence de fermes qu’on améliore (meilleurs rendements, résistance…) pour lequel la firme dépose un brevet. Cette graine est mise sur le marché. L’agriculture l’utilise et fait comme il l’a toujours fait, à savoir ils conserves une partie de sa récolte pour ré-ensemencer l’année suivante.

    .Les années passent, les nouvelles semences constituent l’essentielle du marché et là, les semenciers en se prévalant d’un droit de propriété intellectuel, exige que chaque année l’agriculteur doit payer pour utiliser la semence brevetée.

    Breveter le vivant est en soi une pure abjection, mais cela traduit parfaitement le mode de pensée des classes dirigeantes qui font des lois pour rendre payant ce que Dieu, par sa création, offrait généreusement. Demain, cet hadopi agricole sera étendu au particulier qui possède un jardin.

    lire ici pour vomir :

    http://www.lemonde.fr/planete/article/2011/11/29/pour-les-agriculteurs-ressemer-sa-propre-recolte-sera-interdit-ou-taxe_1610778_3244.html

    • @ barge

      + 1000

      Pour contrôler les peuples, il faut contrôler la nourriture
      Pour contrôler les nations, il faut contrôler l’énergie
      Pour contrôler le monde, il faut contrôler la monnaie

      La boucle est bouclée, nous sommes sous contrôle !

  9. On aurait dû suivre Cantona alors ? Ou mieux replacer ses sous dans des banques coopératives et des placements alternatifs ?
    Ca, pourquoi pas. J’aime bien la NEF et le crédit coopératif. De par leurs placements ils se mettent à l’abri des secousses du marché, puisque c’est presque que du non-spéculatif qu’ils font.
    Peut-être en existe-t-il d’autres, si c’est le cas informez moi.
    Après j’dis ça… J’dis rien 😉

    • Bonjour IFICKRAT,

      Crédit Coopératif est juste une filiale honorable de BPCE (banque populaire et caisse d’épargne) elle fait donc partie du même groupe. Pour la NEF je ne sais pas.

  10. sur l’exactitude des prévisions…

    Il n’est pas facile de faire des prévisions parce que nous ne sommes pas dans les secrets de ces zélites mortifères.

    Mais il faut reconnaître qu’avec les bribes d’informations dont on dispose, les prévisions de Trader Noé avec d’autres sont plutôt justes en ce qui concerne la compréhension de ce qui se passe ou pour dégager des tendances.

    Cet exercice déjà compliqué est rendu quasi impossible par la faculté qu’on les zombies à changer les règle du jeu en cours de route. Quand on voit par exemple merkozy vouloir changer le fonctionnement des institutions européennes sans consulter le con peuple, forcer la BCE à racheter à tout de bras des dettes gangrenées alors que son statut le lui interdit,…on multiplie les possibilités d’être pris à contrepieds dans son analyse.

    Ils agissent en fonction d’un calendrier et ont donc la possibilité de gagner du temps, en sortant de leur poignée les quelques centaines de milliards qui remontera le pendule de quelques jours ou mois. Mais plus ils s’amusent à remonter ce mécanisme, plus ils se grippent plus ils ont du mal à le faire. Cela ne peut durer éternellement.

    Mais la tendance de fonds ne change pas. A priori, ces ombres damnées ont décidé que l’occident aura le droit de faire bombance pour cette fin d’année. Aprés les agapes, viendra le grand coup de poing dans l’estomac.

    • @ dd,
      Toi oui. Mais la grande majorité de la population sera manipulée et elle montra aux créneaux pour défendre ce qu’elle croit être ses intérêts contre des boucs émissaires bien pratiques.
      Et comme les déserteurs seront la minorité, nous serons traqués, jugés pour l’exemple et pour calmer les indécis. Nous serons présentés comme la honte de la Patrie, la face sombre du Nationalisme sera la seule visible à ce moment là. La face claire du Nationalisme, c’est à dire, le projet commun d’une collectivité nationale sera mise dans un tiroir pour cause d’intérêt supérieur.

      • > Toi oui. Mais la grande majorité de la population sera manipulée et elle montra aux créneaux

        Il n’y aura pas de montée aux créneaux. Si guerre il y a, ce sera comme en Libye (zéro mort officiel pour l’OTAN), massacre des habitants.
        Sauf que cette fois, ce pourrait être nucléaire.

    • Combattre, cela me fait rire, pour combattre, il faut avoir du courage; hors ce courage, peu de gens l’ont. Quand on voit la réaction des gens dans la rue, lorsqu’une personne se fait détrousser, violenter……..Cela, laisse rêveur. Alors; rassurez vous, ils n’iront pas mourir pour les Banquiers. Ils auront du mal à se battre pour sauver leur peau et celles des leurs.
      Si je dis cela, c’est que j’ai été confronté à mes contemporains pendant 30ans, dans un métier ou j’ai vu “Le grand courage des citoyens”. En meute oui, mais pas individuellement.
      De là, à être déserteur, laissez moi rire……………………………………facile de le dire

    • On dirait que Giscard est sur le point de retrouver une conscience. Après avoir travailler toute sa vie pour le NOM (groupe Rothschild), il commence a lâcher quelques infos. Après avoir félicité Pascal Roussel pour son “roman” Divina Insidia, en lui disant qu’il avait tapé dans le mille avec son livre. Voila maintenant qu’il parle du NOM de manière à peine voilé.
      Attali a fait quelques déclarations également.
      Si ces gens là n’ont plus peur de parler ouvertement, c’est que les carottes sont déjà cuites !

  11. L’oligarchie anglo saxone veut détruire les acquis sociaux des pays occidentaux, le model Français construit par les luttes sociales de 1944 à 1952 doit disparaitre. En ce qui concerne les salaires il suffit de voir à quel prix on embauche les jeunes aujourd’hui memes qualifiés ( quand ils trouvent du boulot ! )et les retraites, on pousse les gens à travailler jusqu’à 65 ans alors que les entreprises les foutent dehors à 50 ans. C’est bien pour casser leurs cotisations qu’ils ne toucheront jamais à 100%, il reste le secteur médicale est éducatif là aussi les éfforts vont dans ce sens. Peu importe la misère qui frappe les peuples, le taux de profit doit rester intact et meme continuer à grossir. C’est au travers de l’Allemagne que les oligarques poussent à une rigueur budgetaire qui va finir par dissoudre en totalité notre sécurité sociale et diminuer le salaire direct et indirect de notre peuple, je pense trader Noé qu’ils vont faire tenir la finance jusqu’à ce que nos Nations, nos acquis sociaux soient totalement détruits. la finance est un outil de chantage pour faire plier les politiques.

  12. à Ibrezen

    Non l’instinct guerrier, ne fait pas automatiquement appel à la meute. Tu te trompes. Sur un champ de bataille, tu aides ton copain à survivre. Tu ne tues pas pour TUER, tu sauves d’abord ta peau. (Je ne parle pas des génocides). Quand je dis, meute, c’est comme au RUANDA, ou dans d’autres pays ou l’on voit des citoyens ordinaires, manipulés, devenir des monstres.
    Ce n’est pas pour cela que je cautionne la guerre, mais il ne faut pas faire de généralités.
    Il y a des gens qui sont patriotes et qui ne sont pas nationalistes. Grande nuance.Cela peut faire ringard, mais j’assume. C’est facile d’apporter un jugement sur tout, mais c’est face à la réalité que l’homme se dévoile et là il peut y avoir de grandes surprises.

    • @ Phil44

      La menace étant global (mondiale), c’est de l’humanisme plus que tu patriotisme dont nous aurons besoin.

      L’arme ultime des fabricants de la guerre est la patrie et c’est les humanistes qui se lèvent pour dire aux soldats “que l’autre” aussi est un être humain.

      Durant la guerre du Vietnam c’est l’humanisme qui a mit la pression par les manifestations et qui a su ainsi faire prendre conscience que “sa patrie” n’a pas toujours raison.

      L’humanisme c’est de réfléchir en son âme et conscience à savoir si la cause est juste.
      Cassius Clay (plu tard Mohamed Ali) a refusé de servir au Vietnam, il a été traité de tous les noms et d’anti patriotique, il a perdu sa fortune et ses titres.
      Mais à la fin il a été salué comme un américain bon et juste (sportif du siècle).
      Voila une leçon de courage

      • à Merlin

        bien sur, tu as raison, mais ce qui est vrai dans un sens est vrai également dans l’autre sens.
        Dans ce cas Jeanne d’Arc était patriote…….et bien d’autres.
        quant à savoir si la cause est juste……Pol Pot pensait sa cause juste et nos élites de Gauche l’ont soutenu pour revenir en arrière après, le prenant pour un grand humaniste. Alors excuse moi du peu, ton humanisme soit disant juste, correspond à ta conscience. ST JUST pendant la révolution a envoyé des centaines de personnes à la guillotine en son âme et conscience et par humanisme.
        Nous pourrions toujours discuté du courage, mais je n’ai pas le temps. Il se situe à des degrés différents. Ne pas vouloir faire la guerre du vietnam comme Cassisus Clay, je peux comprendre et respecter. mais excuse moi du peu, il prenait un peu moins de risques que le résistant pendant la guerre qui pouvait perdre sa vie e, être torturé et qui lui n’était peut être pas riche et n’avait pas de titres. Alors tu vois, nous pouvons en discuter des heures. Thèse – antithèse = synthèse..

      • @Phil44
        De tous temps il y a eu des crétins manipulés par des intérêts qui les dépassaient intellectuellement et qui ont servi de chair à canon ou de meurtriers.
        Il n’y a rien de nouveau et ce n’est pas prêt de finir. Les événements récents en Libye nous en donne une belle illustration.

    • @Phil44
      je place néanmoins mon espoir envers l’intelligence de nos généraux (et là aussi il y a des précédents) pour mettre fin à cette monstruosité qui se met en place.

      • Quidam

        Hélas, la Race des De Gaulle ou des Leclerc, n’existe plus, mais sait on jamais….
        Aujourd’hui, à partir du Grade de Lt Colonel, c’est une affaire de Politique. Mais l’histoire nous fait mentir parfois……..espérons. La révolution au Portugal, c’est fait au niveau des officiers Subalternes qui en avaient marre des Guerres Coloniales.

      • Bonjour,
        Espoir dans nos généraux ? Savez-vous qu’une grande partie des cadres de l’armée sont F.M. ?
        Bien sûr, nous pouvons espérer avec l’aide Dieu qu’un homme d’exception en provienne. C’est aussi mon souhait. Quelle marge de manœuvre aurait-il dans ce monde gangréné par les “élites” ?

    • @Phil,
      Dans un de mes autres commentaires, je parlais de nationalisme sombre et de nationalisme positif. Quidam a parfaitement résumé ce que je voulais dire.
      Je ne parle pas du nationalisme qui a pour but de défendre le projet collectif qui est la définition de base d’une Nation : avoir une projet ensemble et le développer. On peut être contre ces décisons collectives (j’imagine que vous vous positionnez contre la la¨cité par exemple) et on a le droit de se battre contre une décision collective mais c’est différent.
      je parlais ici de la face sombre du nationalisme, quand tout ce qui est autre devient l’ennemi, quand l’incapacité de faire avancer son projet collectif entraine la recherche de boucs émissaires, la haine des autres etc…

  13. Bonsoir à tous,

    Une analyse de Philippe Béchade sur les interventions des différentes Banques Centrales :

    Jamais la Bourse n’a autant ressemblé à un casino et si peu à un marché respectant certaines limites techniques reconnues (surachat ou survente) et statistiques. La Bourse de Paris outrepasse depuis 72 heures les écarts maximums historiques sur une période de cinq séances, et met en échec les outils d’investigation mathématiques visant à identifier des règles comportementales sur des séries de 10 000 séances ou plus.

    Il faut dire que l’actualité du jour se résumait surtout ce mercredi à l’annonce d’une “action coordonnée” des banques centrales. A y regarder de plus près, c’est surtout la Fed qui avance des dollars à la BCE — ainsi qu’aux autres banques centrales qui interagissent avec les principales institutions financières américaines, elles aussi à court de dollars.

    Si nous mettons de côté l’euphorie qui pourrait laisser penser que tous les problèmes du moment vont être résolus par la seule injection de nouvelles liquidités, il convient de réfléchir à la motivation primordiale de la Fed. Elle a d’abord consisté à éviter un naufrage immédiat du système bancaire. Comme cela avait failli se produire au lendemain de la liquidation de Lehman !

    Dès que la nouvelle d’une réinjection de dollars dans le système financier a été rendue publique à 14h (ce qui prouve que les banques centrales avaient bel et bien diagnostiqué un désastre bancaire imminent), tous les robots ont annulé les ordres de vente.

    ▪ Le CAC 40 a pris plus de 60 points sans aucune transaction — si ce n’est l’exécution sporadique de quelques ordres de vente à cours limité placés dans les carnets pour la journée (ce mercredi coïncidait avec la fin du mois calendaire).

    Nous avons assisté à un “krach à la hausse”. C’est tellement vrai que les échanges informatisés (les ordres manuels étant totalement inexistants) n’ont véritablement repris — après plusieurs gaps successifs entre 3 105 et 3 130 — que vers 14h05.

    Les transactions sont demeurées nerveuses entre 3 125 et 3 150 jusque vers 14h15 — encore quelques gaps vers le haut. Il a fallu attendre 14h20 pour qu’un plancher se dessine enfin vers 3 130 tandis qu’une résistance se dessinait vers 3 160 points, au niveau de la moyenne mobile à 20 semaines.

    Ce scénario a mis en échec toutes les stratégies de protection des positions de couverture ; impossible de faire exécuter le moindre rachat stop durant trois minutes. Il s’agit d’un des plus gros gaps intraday de l’histoire… si ce n’est le plus gros.

    Pour les acheteurs du début de séance (plancher inscrit vers 2 990 points), la performance s’établit à +170 points (5,5%) en quelques heures. Après l’envolée de 5,5% survenue lundi, le scénario des dernières 72 heures s’apparente à un petit miracle qui n’a pas une chance d’occurrence sur mille (c’est beaucoup moins en réalité).

    Un gain de 10,4% hebdomadaire ne se présente qu’une fois par décennie — c’est-à-dire toutes les 2 500 séances. Il reste encore 24 heures pour prendre en défaut (ou pas) les statistiques.

    En-deçà de 1% de probabilité — s’agissant d’une séquence hebdomadaire dans le cas présent — un scénario peut être considéré comme accidentel.

    Au-delà de un pour mille, c’est soit un “cygne noir”… soit la preuve d’une inefficience totale du marché qui met en échec la quasi-totalité des opérateurs utilisant des algorithmes standard (et toutes les méthodes de gestion classique).

    La prise en compte de l’activité ne permet pas de trancher en faveur ou non de la pérennité de ce rally haussier. Après la hausse démesurée de lundi, au vu des volumes d’échanges les plus faibles de l’histoire du CAC 40 à variation comparable, la séance de mercredi a vu les échanges s’étoffer un peu.

    Cependant, un chiffre d’affaires de cinq milliards d’euros pour une hausse de 4,2%, cela représente un ratio variation/volumes encore extrêmement faible.

    ▪ A Wall Street, les gains moyens avoisinaient 3,5% mercredi soir. Les indices américains reprenaient ainsi l’intégralité du terrain perdu au mois de novembre. Il n’aura donc fallu que quatre séances pour effacer la correction survenue au tout long des quatre semaines précédentes.

    A Paris, les pertes se sont réduites de 12% jeudi dernier à 2,7% : on s’est fait peur pour rien !

    Mais un petit détail nous intrigue… Comment se fait-il que les indices boursiers de l’Eurozone reprennent 10% en quatre jours alors que l’euro n’affiche que +2% (1,343 $) au cours du même intervalle ? L’initiative des banques centrales des pays développés semble pourtant avoir pratiquement résolu tous les problèmes aux yeux des détenteurs d’actions…

    Nous observons comme une étrange similitude de scénario avec l’annonce de l’adoption du FESF renforcé ou des accords de Bruxelles. Rappelez-vous que cela avait fait bondir les indices boursiers mais avaient laissé les cambistes pratiquement de marbre.

    Ce mercredi, les principales places continentales ont bondi de 5%, l’euro “s’envole” de 0,8% !

    Le comportement plus que réservé et prudent des spécialistes des taux et des devises prouve qu’aucun des problèmes de solvabilité et de défaut de croissance ne sont résolus sur le fond. Mais ce n’est pas grave, faisons une fête boursière à tout casser, ce qui est pris n’est plus à prendre !

    On se souviendra pendant longtemps de cette fin de novembre au champagne avec 100% de titres en hausse sur le Nasdaq 100… 99,8% de hausse sur les valeurs du S&P 500 avec +6% pour les valeurs liées aux matières premières, +5,5% pour celles liées à l’automobile et +5% sur les bancaires.

    La liste des titres gagnant plus de 7% dépasse la centaine, c’est un record depuis certaines séances de rebond d’anthologie en octobre en novembre 2008 !

    Bien entendu, certains titres s’envolent de 20% (et plus) depuis le début de la semaine. Il ne leur faut que trois jours pour reprendre autant que ce qu’il leur fallait en trois mois il y a 10 ans.

    Encore un effort et il ne leur faudra plus que trois heures — comme certaines valeurs bancaires autour du 23 septembre ou du 5 octobre dernier.

    N’importe quelle action peut valoir à peu près n’importe quoi à 48 heures d’intervalle. Il suffit d’avoir les bonnes avec le bon effet de levier pour faire fortune en une semaine… ou de les avoir achetées au mauvais moment (avant une note d’analyste négative par exemple) pour se faire rincer.

    ▪ Ce n’est plus de la Bourse, c’est du casino. Mais bien entendu, la roulette est truquée comme le démontre l’existence de ces abonnements spéciaux qui permettent à quelques privilégiés de connaître les intentions des agences de notation avant l’opérateur lambda. N’oublions pas non plus la manipulation intensive des carnets d’ordres et les rumeurs répandues par des officines spécialisées pour faire grimper à volonté telle ou telle star du Nasdaq ou faire s’effondrer telle ou telle banque européenne (au moment que certains jugent opportun) !

    Tout fonctionne tellement de travers et à contretemps depuis le début de la crise grecque que personne ne s’étonne plus de voir Ben Bernanke déguisé en Père Noël déposer des milliards dans les chaussons des banquiers de la planète entière trois semaines avant le soir du réveillon.

    Mais pourquoi diable ne l’a-t-il pas fait au cours des 10 jours qui ont précédé Thanksgiving, afin d’enrayer une série noire de sept séances de repli consécutif et doper au moment le plus opportun le moral des consommateurs ?

    Sachant qu’il entretenait des discussions intensives avec la BCE depuis des semaines, cela revient à dire qu’une brusque dégradation de la situation s’est produite au cours des dernières 48 heures ou 96 heures (en incluant la journée de vendredi). Elle est probablement liée à la tension des taux en Europe à l’occasion des toutes dernières émissions des bons du Trésor en Allemagne mercredi dernier et notamment en Italie mardi matin.

    Quelque chose a certainement failli mal tourner d’ici le sommet européen du 9 décembre mais la magie de Noël débarque bien avant la Saint-Nicolas sous forme de milliers de liasses virtuelles de billets de 100 $, disponibles à tout moment et en quantité illimitée aux guichets de la BCE (à un taux de 0,5%) jusqu’en janvier 2013.

    Heureusement que les marchés s’en sont réjouis bruyamment car l’économie réelle aurait eu peu de chance de célébrer cet événement. Tout cet argent ne lui est pas destiné… il évite simplement la réédition du scénario de glaciation du marché interbancaire et de credit crunch post-Lehman.

    http://la-chronique-agora.com/une-petite-injection-de-dollars-et-reparti-pour-un-tour/

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici