RSS

VERS UNE CORRECTION A WALL STREET ?

mars 26

Certains l’attendent depuis des semaines alors que les indices ne connaissent que la hausse, elle-même nourrie par les politiques monétaires des banques centrales des principaux grands pays.

L’argent n’étant plus rémunéré… alors qu’est-ce qui peut réellement arrêter la progression des indices ?

Les banquiers ne veulent en effet plus rémunérer l’argent des épargnants et font même payer ici ou là un intérêt sur les dépôts.
Des banques font faillite et les clients perdent tout ! C’est ce qui se passe aujourd’hui, au XXIème siècle, au Portugal. Des gens ayant travaillé toute leur vie ont laissé des sommes parfois rondelettes sur des comptes à terme, mais les banquiers ont spéculé avec et tout est perdu…

Que faire ? Rien. C’est le pot de fer contre le pot de terre.

Est-ce que cela ouvrira les yeux aux autruches qui nous environnent et gardent la tête dans le sable ? Probablement pas. Les médias sont très discrets sur ce type de nouvelle et nos contemporains préfèrent les nouveaux jeux du cirque dans les stades – qui seraient de plus en plus fréquentés. Les gens se déplacent en nombre pour voir courir des joueurs de foot aux salaires sans commune mesure avec le monde normal.

Comme nous l’avons déjà dit, l’Argent cherche le rendement et les actions offrent encore des dividendes. On ne regarde donc plus les cours et les marchés actions deviennent des entonnoirs de cash… détenus par ces grands fonds à la recherche permanente du profit.

sp500 26032015SP500 en « journalier »

 

On cherche pour le moment des excuses à une baisse… laquelle permettrait de reprendre le train en marche pour ceux qui se rongent les ongles de voir les indices grimper sans être de la partie.

En attendant, la pression du dollar commence à susciter des troubles. Les multinationales américaines réalisent en grande partie leur chiffre d’affaires à l’étranger. Quel excellent investissement que le rachat de leurs propres titres ?

Autre inquiétude : le pétrole… On dirait qu’il boit de nouveau la tasse. Si certains points clés – déjà donnés dans LISO – sont atteints, cela fera mal. Or les statistiques américaines de l’emploi sont extrêmement dédaigneuses des pertes massives d’emploi dans le secteur de l’énergie.

 

Posted by on 26 mars 2015 in Non classé

Leave a comment

Comments are closed.