RSS

GRECE : COMPTE A REBOURS D’UN DÉPART PROGRAMMÉ

avril 01
GRECE : COMPTE A REBOURS D’UN DÉPART PROGRAMMÉ

Comment un pays tel que la Grèce pourrait-il rembourser la bagatelle de 500 milliards d’euros ?

Comment a-t-on pu parvenir à une telle aberration ?

Comptes truqués, recherche du gain, graissage de pattes des politiques par les banquiers, etc. La situation actuelle est-elle le résultat d’une somme de magouilles et d’incompétences ? A chacun de se faire une idée.

marionnettesA chaque fois que des pourparlers sont engagés entre la Grèce et ses créanciers, elles aboutissent à une augmentation du montant des dettes, plus d’austérité, et l’histoire est sans fin… cela fait plusieurs années que politiques et économistes d’institutions supranationales nous imposent ce scénario qui ne résout rien et, bien au contraire, nous engage dans l’inconnue. Encore que là, on a légitimement tous les droits de douter des analyses des professionnels écrivant dans les médias consensuels. Tout cela serait le fruit du hasard et de compétences en série…

« En politique, rien n’arrive par hasard. Chaque fois qu’un événement survient, on peut être certain qu’il avait été prévu pour se dérouler ainsi.« 
Franklin Roosevelt

Ce HASARD que l’on trouve bégayant dans plusieurs domaines, comme dans l’aéronautique où, encore une fois, les avions tombent du ciel avec plusieurs versions officielles, se contredisant sans cesse, même entre professionnels…

Les gouvernements se succèdent et encore une fois, les restructurations sont évoquées, comme l’austérité que l’on veut habiller autrement.

Le temps passe mais rien ne change entre politiciens grecs, eurocrates et banquiers de la Synarchie, impliqués au premier chef dans le montage de ce scandale innommable.

Il est cependant ÉVIDENT que tout ceci aura un dénouement : il y a un OBJECTIF à réaliser DANS LE TEMPS. Là est l’énigme et nul besoin d’être un prix Nobel d’économie pour prédire que nous approchons du terme.

 

A QUAND LA RUPTURE SOUHAITÉE ?

Les eurocrates évoquent des scénarios apocalyptiques tant pour la Grèce que pour l’euro et les créanciers… c’est-à-dire les contribuables européens, car ce sont bien eux qui, encore une fois, devront débourser de leurs poches pour venir au secours des banques créancières, spéculant sans cesse sur les produits dérivés avec de l’argent qu’elles n’ont pas… voir celui des clients qui pensent recourir à des dépôts à terme et ont de très fortes probabilités d’apprendre un beau matin que tout est parti en fumée… Cela s’est vu il y a quelques semaines pour des centaines de Portugais… ruinés et en retraite.

Les gouvernements sont forts pour réprimer les droits élémentaires du citoyen à DISPOSER de ses économies, mais il n’a strictement RIEN FAIT pour interdire aux banques de spéculer au risque de faire sauter le casino. Pourquoi ?

delafinancefolleau chomagepourtousCOMMANDER

Mais, pas de panique, nous n’y sommes pas encore.Vous entendez cependant les Z’autorités avertir qu’il sera très difficile de retirer des liquidités et les retraits conséquents (de vos économies) seront signalés à la Police mondialiste. On est en train de fermer les portes de sortie, mais notre lecteur a certainement compris le message depuis de nombreux mois.

Comme LIESI le serine sempiternellement – et malgré les Cassandre annonçant la fin régulièrement -, nous aurons encore des prolongations… MEME si un accident semble acté par le sommet du milieu bancaire.

A quand de nouvelles liquidités, injectées massivement dans les banques à l’issue du prochain accident, manifestement programmé ?

 

TRAGÉDIE GRECQUE

Jen WeidemannEn attendant, le Premier ministre grec promet de tout rembourser au FMI, ainsi qu’à la BCE, mais que valent ces promesses en réalité ?

En attendant, les sondages publiés en Allemagne disent que la majorité des Allemands ne veut plus de la Grèce dans la zone euro. Dans une interview exclusive au magazine Focus, Jen Weidemann, président de la Bundesbank, évoque la possibilité d’un scénario « d’insolvabilité désordonnée » lorsqu’un pays membre de l’union monétaire décidera d’abandonner ses obligations contractuelles et laissera ses créanciers sur le carreau.

La tragédie grecque est perceptible en Grèce : selon les données publiées par la Banque de Grèce le 26 mars, les Grecs ont retiré environ 23,8 milliards d’euros, soit 15% de la totalité des dépôts, au cours des trois derniers mois.

 

CONCLUSION

La Grèce prépare son départ de la zone euro et le Premier ministre A. Syriza étudie toutes les conséquences… avec les autres européens mais aussi les alliés cachés du bloc eurasien – lisez LISO. La logique voudrait encore que cette étape passe, à un moment donné, par un REFERENDUM. Etant donné les dégâts que générerait une telle décision, le Premier ministre grec aurait tort de s’engager dans l’épreuve de force et déclencher une tempête monétaire et boursière sans avoir une légitimité populaire forte.

En attendant cet hypothétique signal, nous devrions assister à des négociations sans lendemain et interminables… Des négociations qui n’auront d’autres alternatives que celles déjà bien connues : austérité, vente des actifs de la Grèce, des compressions budgétaires, etc., l’asphyxie économique du pays. Le compte à rebours est bien parti…

En attendant, l’EURO continue de glisser. LIESI avait mentionné, il y a quelques mois, que si nous voyions la devise européenne plonger fortement, on pourrait en déduire que les grosses banques européennes commencent à liquider leurs positions sur les produits spéculatifs de l’EURO… en vue d’un départ de la Grèce… Que fait l’EURO ? Certes, sa baisse est nécessaire pour contrer une spirale déflationniste et de ce point de vue, d’aucuns ont sans doute raison d’y voir une concertation entre les banquiers centraux américains, européens et japonais. Cela suffira t-il et les banquiers du GROUPE DES TRENTE parviendront-ils à garder le contrôle de la descente ?

groupedes30

LIESI a sa petite idée et préviendra ses lecteurs.

« En politique, il ne faut jamais rien croire tant que ça n’a pas été officiellement démenti. »
Otto von Bismark

 

 

Posted by on 1 avril 2015 in Non classé

Leave a comment

Comments are closed.