RSS

Etats-Unis et comptes bancaires : pas de fumée sans feu

avril 17
Etats-Unis et comptes bancaires : pas de fumée sans feu

Une haute personnalité du ministère de la justice américain a déclaré à un journaliste du Wall Street Journal que les banques pouvaient aller jusqu’à bloquer les fonds d’un client, si elles estimaient être confrontées à  un client risqué.

Généralement, quand des activité suspectes sont détectées sur un compte, la banque prévient la justice. On envisage désormais de donner beaucoup plus de pouvoir aux banques américaines.

Aujourd’hui, comme les taux d’intérêt sont négatifs, les dépôts bancaires deviennent un problème. Il faut quasiment payer les banques pour l’argent déposé.

marionnettes« Beaucoup de gens ne réalisent pas que les banques sont déjà des espions du gouvernement », confie un banquier américain. Elles doivent déposer des « rapports d’activité » sur leurs clients et ce n’est pas à leur discrétion.

Des disposition similaires sont prévues non seulement pour les Etats-Unis mais encore pour des pays européens. De ce point de vue, rien ne va s’améliorer au fur et à mesure que les indices boursiers accrochent des records.

Le ministère de la Justice américaine encourage désormais les banquiers à décrocher leur téléphone pour contacter la police au moindre soupçon sur un client ! La procédure qui en découlera sera le blocage des fonds. Et comment définir une « activité suspecte » ? Fondamentalement, on ne le sait pas. On sait seulement (témoignage récemment publié) qu’un retrait supérieur à 5000 dollars constitue une activité suspecte
Le lecteur de la lettre confidentielle LIESI se souviendra que nous avions évoqué des contrôles de capitaux lors de la future et vertigineuse descente du dollar US. 

Ce dont nous venons de parler n’est alors pas anodin…

Quand on voit et interprète avec lucidité tout ce qui  arrive et semble anodin pour la majorité de nos pauvres contemporains, se complaisant dans l’apostasie, on peut se souvenir de cette réponse de la multitude qui, après s’être moqué du Fils de Dieu, Roi des rois, ajoutait : Nous ne voulons point d’autre roi que César. (Jean XIX,15) Aujourd’hui, le César n’est pas la marionnette politicienne, mais ce pouvoir qui s’appelle la Synagogue de Satan et dont une partie du plan a été dévoilée par W.G. Carr dans son ouvrage Des Pions sur l’Echiquier.

 

 

Posted by on 17 avril 2015 in Non classé

Leave a comment

Comments are closed.