RSS

Combien de temps le système va-t-il encore tenir ?

avril 24
Combien de temps le système va-t-il encore tenir ?

Il s’agit de LA grande question que se pose n’importe quel observateur avisé de la planète finance qui ne peut que s’étonner de l’apparente résistance du système. Tel un gigantesque Titanic, le système financier prend l’eau; il coule lentement et donne l’illusion de tenir le coup. Jour après jour de nouvelles brèches apparaissent dans la coque mais nous restons dans l’attente de la brèche de trop.

Il y a néanmoins quelques certitudes :

1) Le système tiendra aussi longtemps que la confiance règnera.

2) La très grande majorité des acteurs financiers souhaitent que la partie continue le plus longtemps possible.

3) Il faudra un élément déclencheur pour provoquer une perte de confiance.

4) L’environnement actuel est tel que l’effondrement sera alors très brutal.

Quel pourrait être cet élément déclencheur ? Dans le passé, les déclencheurs de crise se sont toujours manifestés par une forme de prise de conscience que l’économie réelle divergeait par rapport aux attentes du marché. Pour citer deux exemples récents : la bulle internet a explosé lorsque les investisseurs ont réalisé que les profits attendus étaient exagérés. La bulle du subprime a explosé quand les investisseurs ont réalisé que malgré l’ingénierie financière, des pauvres restaient incapables de rembourser des crédits qu’ils n’auraient jamais dû recevoir et que les prix de l’immobilier américain ne pouvaient croitre indéfiniment alors que les revenus de la population restaient quasi inchangés.

La difficulté actuelle et c’est unique dans l’histoire, c’est que la planète finance est totalement déconnectée de la réalité économique.

Ainsi par exemple aux Etats-Unis, le taux de refus de crédits n’a jamais été aussi important (1) :

p240415aUn autre indicateur américain très fiable est la comparaison du prix du bois avec l’indice immobilier (2). On observe une forte divergence qui traduit le fait que les promoteurs immobiliers vont bientôt réaliser qu’il n’y a aucune reprise :

p240415b

En temps normal rien que cela devrait provoquer un choc mais la bourse américaine indifférente, continue à progresser : l’achat d’actions à crédit et le niveau de rachat par les entreprises de leurs propres actions n’a jamais été aussi élevé dans l’histoire.

Je ne m’attarde pas sur la situation grecque, il y a exactement un an la Grèce empruntait à nouveau sur les marchés (la demande était même 8 fois supérieure à l’offre et la presse financière titrait sur la fin de la crise grecque). Actuellement la situation grecque n’a jamais été aussi dramatique et on se souviendra qu’il y a quelques années l’Europe a connu une grave crise à cause de la Grèce, pour bien moins que cela. Mais maintenant le marché ne donne aucun signe d’inquiétude.

53% de toutes les obligations souveraines dans le monde rapporte moins de 1%, 5300 milliards de USD de toutes les obligations souveraines dans le monde sont en territoire négatif dont 60% sont européennes.

p240415c

Dans cet environnement où il n’y a pas assez de dettes souveraines pour que la BCE puisse mener à bien son programme de rachat, les banques peuvent demander à la BCE de payer le prix fort pour leur racheter des titres souverains mais alors elles se retrouvent avec du cash dont elles ne savent pas quoi faire (bien entendu, de leur point de vue, il serait bien trop risqué de le prêter à l’économie réelle). Alors elles se le prêtent entre elles sur le marché des repos. Le problème c’est que ce marché exige des bons titres souverains en gage et ils se font rares. C’est ainsi que la BCE est obligée de prêter (à trop court terme) aux banques les titres qu’elle leur rachète (ce qui est une absurdité en soi) afin de leur permettre d’avoir du collatéral européen pour ne pas paralyser le marché des repos (qui représente 5500 milliards d’euros). Aujourd’hui le taux Euribor 3M (qui est une référence clef dans le marché des dérivés) vient pour la première fois dans l’histoire d’être négatif (autrement dit les banques se payent entre elles pour se prêter de l’argent !). Il y a quelques années cette situation totalement invraisemblable aurait provoqué un crash mondial mais là encore, le marché reste indifférent.

Ailleurs dans le monde, le grand promoteur immobilier chinois Kaisa vient de faire défaut sur sa dette en USD car la méga bulle de l’immobilier chinois donne de plus en plus de signes d’éclatement :

p240415d

Et même pour la première fois une compagnie d’Etat chinoise (Baoding Tianwei) vient elle aussi de faire faillite. Il faut dire que le niveau d’endettement des entreprises chinoises atteint 14200 milliards de USD (ce qui dépasse le niveau d’endettement des entreprises US situé à 13100 milliards de USD) et ainsi le gouvernement chinois ne pourra pas toutes les sauver. Normalement cela devrait donner des sueurs froides à tous ceux qui ont investi en Chine mais là, non, pas d’inquiétude.

Je pourrais continuer à faire la liste de ce qui devrait normalement provoquer le deuxième tsunami financier, mais la véritable question est : pourquoi le marché ne réagit-il pas ?

Le fait est que les banques centrales dans le monde détiennent 22 000 milliards de USD d’actifs, soit l’équivalent du PIB américain et japonais combiné. C’est un record absolu et ceci nous donne un élément de réponse quant au déclencheur: il sera forcément lié aux banques centrales. Le marché est convaincu qu’in fine, peu importe l’économie réelle car les banques centrales rachèteront ce qu’il faut pour éviter le désastre. Grave erreur de mon point de vue. La confiance s’évaporera et le système s’effondrera le jour où le marché découvrira que les puissances derrières les banques centrales souhaitent une très grande réforme monétaire majeure et que celle-ci ne pourra se faire qu’au milieu d’un très grand chaos déclenché par ces banques centrales.

Le Banquier Anonyme

 

 

(1) http://www.zerohedge.com/news/2015-04-13/unseen-recession-shocker-crushing-economy-revealed-credit-rejections-soar-most-ever

(2) http://www.zerohedge.com/news/2015-04-20/builders-beggar-belief-lumber-liquidation-looms

 

Posted by on 24 avril 2015 in Non classé

Leave a comment

Comments are closed.