RSS

Martin O’Malley prédit un prochain krach financier à Wall Street

mai 27
Martin O’Malley prédit un prochain krach financier à Wall Street

Martin O’Malley, maire de Baltimore et personnalité montante au sein du Parti démocrate, soutient la sénatrice du Massachusetts, Elizabeth Warren en lançant un sérieux avertissement sur l’endettement des banques américaines.

Selon eux, il est très urgent de préparer le système bancaire américain au prochain accident financier du type de 2008, « mais en plus grave ».

Pour préserver le système bancaire, il convient de rétablir vitement la loi de séparation entre les banques d’affaires et les banques de dépôts – le Glass Steagall Act. Cette loi avait été abrogée le 12 novembre 1999, suite aux pressions du cartel bancaire auprès des politiciens et tout particulièrement de l’administration Clinton.

commissionpecora

commissionpecora1Le Glass Steagall Act avait été voté en 1933, suite à une enquête menée sur les causes du krach de 1929 par la commission Pecora. Jeune procureur, conseiller auprès de la Commission des Affaires monétaires et Finances du Sénat américain, Ferdinand Pecora avait mis au grand jour les manœuvres de certains barons de la Haute finance américaine. Suite à l’action qu’il a pu courageusement engager, l’opinion publique a finalement consenti à limiter le pouvoir des grandes banques.

« Avant 1933, les sociétés de bourse -qui évaluent les grandes entreprises et émettent des titres financiers pour leur compte- se trouvent en fait être contrôlées par ces mêmes banques qui prêtent aux entreprises et/ou gèrent l’épargne des particuliers. Après 1933, la législation fait disparaître ce conflit d’intérêt en stipulant que désormais « Les vendeurs ne sont plus les évaluateurs » et « Les prêteurs cessent d’être les conseilleurs ». (Source : Wikipédia)

Depuis les pressions menées par certains politiciens, commis de la Haute finance, en vue d’abroger cette loi, le premier pas réalisé fut la fusion totale de Citigroup… la dixième plus grande entreprise mondiale possédant plus de 2 000 milliards d’actifs financiers.

[…Depuis novembre 2007, son actionnaire principal, avec 4,9 % du capital est l’Abu Dhabi Investment Authority suivi (avec environ 4,6 % du capital) de la Kingdom Holding Company du prince Al-Walid Al Saoud. Source : Wikipédia]

A partir de la fin de l’année 1999, les grandes banques du cartel ont pleinement profité de l’abandon du Glass Steagall Act. Elles sont devenues des acteurs financiers plus puissants (pour certaines d’entre elles) que certains Etats.

Qu’ont fait les marchés financiers depuis ?

Les Etats émettent des dettes sur les marchés financiers que les banques achètent et notre monde glisse vers un paradigme opposant CRÉANCIERS AUX DÉBITEURS. Pour le moment, les relations sont empruntent de diplomatie, puisque tout fonctionne encore merveilleusement. Mais nous savons que cela ne durera pas toujours.

perestroikacapitalismeAprès avoir cité un extrait du document d’Alexandre Soljenitsyne – reproduit dans LA PERESTROÏKA DU SYSTÈME CAPITALISTE – et qui met en lumière le véritable objectif des puissances ayant torpillé la protection offerte par le Glass Steagall Act, nous écrivons :

Le plus surprenant est de constater que ce texte, vieux de plus d’un siècle, explique parfaitement la crise actuelle du capitalisme. Sa lecture est une description parfaite ce que nous vivons au quotidien ! Pire, ses auteurs ont superbement détaillé les mécanismes à partir desquels les banquiers internationaux dynamiteraient le processus sociétal tel que nous le connaissons depuis de nombreuses décennies maintenant. Le moyen choisi, disent les auteurs du document cité par Soljenitsyne, ce sont les dettes des Etats et surtout les intérêts de ces dettes. Il est même annoncé une forme de collectivisme après la révolution nécessaire, conséquence du délitement du système capitaliste.

[Le triomphe du collectivisme/communisme… un point confirmé par Sœur Lucie de Fatima à l’auteur américain R. Wash, à la fin des années 1950′ , juste avant sa disparition.]

Le 22 mars 2009, René David James de Rothschild (Président du groupe Rothschild) disait :

« Les caisses des ETATS du monde seront criblées de dettes lorsque la crise économique arrivera à son terme ».

Parlait-on d’une crise des dettes des Etats en 2009 ?

 

Posted by on 27 mai 2015 in Non classé

Leave a comment

Comments are closed.