L’euro descend sous 1,44 dollar, fragilisé par la dette en zone euro

113

L’euro était en nette baisse lundi face au dollar, passant sous 1,44 dollar, victime de l’inquiétude persistante des investisseurs quant à la dette des pays les plus fragiles de la zone euro. Vers 06H00 GMT (08H00 à Paris) l’euro valait 1,4372 dollar contre 1,4431 dollar vendredi soir. Il se situait encore au-dessus de 1,45 dollar la semaine dernière, un plus haut depuis mi-janvier 2010. La monnaie européenne perdait aussi du terrain face à la devise nippone à 119,15 yens contre 119,93 yens vendredi soir. Le dollar reculait également face au yen à 82,91 yens contre 83,07 yens vendredi.

Les opérateurs étaient toujours sous le coup de l’abaissement de deux crans vendredi matin de la note de l’Irlande, par l’agence de notation Moody’s Investors Service, la reléguant au plus bas niveau possible pour les emprunteurs fiables. Selon Moody’s, la dégradation attendue des finances publiques irlandaises va entraver la reprise économique dans le pays. Les investisseurs ont par ailleurs toujours en tête la possibilité d’une restructuration de la dette de la Grèce, même si les dirigeants du pays écartent cette éventualité. Le président du Conseil européen Herman Van Rompuy a affirmé dimanche qu’une telle mesure concernant la dette grecque n’était pas à l’ordre du jour. “Le marché se met à vendre de l’euro, alors que les nouvelles sur la restructuration de la dette en Grèce ravivent les craintes” des investisseurs, selon Gen Kawabe, de Chuo Mitsui Trust and Banking. Pour Daisaku Ueno de Gaitame.Com Research Institute, interrogé par l’agence financière Dow Jones Newswires, “la récente hausse de l’euro depuis le début de l’année a pu refléter l’anticipation de plusieurs hausses des taux de la Banque centrale européenne (BCE)”Selon des sources consultées par LIESI il faut en effet s’attendre à une remontée graduelle des taux d’intérêt. la perspective des 10 % n’est probablement pas si lointaine ! La progression des prix des denrées alimentaires et de l’énergie va incontestablement pousser les prix vers le haut. A terme, le marché de l’immobilier va être totalement iapacté par ce paradigme qui devient réalité au fil des semaines.

Or, “la résurgence des problèmes de dette souveraine en Europe pourrait avoir offert aux investisseurs une bonne occasion pour prendre des bénéfices”, a-t-il expliqué. La BCE a relevé son taux directeur en début de mois d’un quart de point, une première hausse depuis presque trois ans, même si l’institution a prévenu qu’elle n’allait pas nécessairement continuer dans cette voie. Par ailleurs, selon les opérateurs, l’élection en Finlande dimanche a contribué à peser sur la monnaie unique européenne. Les conservateurs, membres de l’alliance gouvernementale sortante, ont remporté une victoire étriquée aux législatives où les nationalistes, qui sont contre l’aide fournie aux pays fragiles de la zone euro, sont devenus la troisième force politique du pays.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici