CÉRÉALES/Chicago hebdo: le marché s’inquiète pour l’offre de blé

60

Les prix du blé se sont distingués à la hausse cette semaine à Chicago, face à la piètre qualité des cultures américaines, à laquelle se sont ajoutées des conditions défavorables aux semis dans plusieurs régions du monde. La semaine a été écourtée par un jour férié, les marchés américains étant fermés le Vendredi Saint.

“Les prix du blé ont bénéficié d’un temps toujours sec dans les Plaines aux Etats-Unis, de la mauvaise qualité du blé d’hiver américain, de faibles semis en Russie et de conditions sèches dans l’Ouest de l’Europe et du Canada“, ont énuméré les analystes de Barclays Capital. Le blé semé cet hiver dans les Etats du Sud et du centre des Etats-Unis est d’une qualité calamiteuse. Selon le dernier relevé hebdomadaire du département américain de l’Agriculture, seuls 36% des blés d’hiver sont jugés “bons” à “excellents”, contre 65% l’an dernier.

Si les conditions météorologiques restent médiocres, aux Etats-Unis et dans les autres grandes régions productrices, les analystes craignent de devoir revoir à la baisse leurs prévisions pour la récolte à venir. D’autant qu’en Chine, pays extrêmement glouton en produits agricoles, “les zones clés pour la production de blé font face à une sécheresse qui devrait réduire la production”, selon Barclays.

Les cours du maïs ont été soutenus par l’abondance des perturbations dans le Midwest (centre) des Etats-Unis, qui freinent les semis. Mais les prévisions de la fin de semaine se sont montrés moins pessimistes sur le temps, ce qui a permis aux prix de reculer. Jeudi vers 15H00 GMT/17h00 HEC, le boisseau de blé (environ 25 kg) pour livraison en juillet s’échangeait à 8,23 dollars, contre 7,80 dollars en fin de semaine précédente.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici