Le Japon ne peut se passer de l’énergie nucléaire

97

Le Japon ne peut se passer de l’énergie nucléaire, a confié à des journalistes le numéro deux du parti de centre-gauche au pouvoir, Katsuya Okada, six semaines après le début de l’accident à la centrale de Fukushima.

Question: Au vu de l’accident de Fukushima, quel est au Japon l’avenir de la filière nucléaire qui fournit jusqu’à 30% de l’électricité de l’archipel?

Réponse: Nous avons une longue bataille à mener pour sortir de cette crise. Des contrôles doivent être faits dans toutes les installations nucléaires. Ceci fait, et lorsque la situation sera stabilisée à Fukushima, nous devrons revoir notre politique énergétique. Nous ne pouvons nous passer de l’énergie nucléaire, mais nous devons réfléchir aux plans et au calendrier de construction de nos centrales.

Question: Des experts soulignent que les habitants de la région de la centrale ne pourront retourner chez elles avant au moins dix ou quinze ans. Ne faudrait-il pas le dire aux réfugiés ?

Réponse: Il faut faire très attention. Si vous demandez aux évacués, ils vous diront qu’ils veulent avant tout rentrer chez eux. Vous ne pouvez donc pas briser leur espoir. Dans l’immédiat, nous devons nous employer à assurer de bonnes conditions de logement et d’alimentation à ces réfugiés.
Question: La presse japonaise évoque des discriminations à l’égard des populations évacuées, certains redoutant que ces personnes soient contaminées. Les autorités comptent-elles agir ?

Réponse: Ces affaires rapportées par les médias sont très regrettables et nous, les hommes politiques, devons le dire. Il ne s’agit pas d’un phénomène d’ampleur toutefois, et nous avons aussi des histoires très encourageantes, par exemple des consommateurs japonais qui achètent volontairement des produits alimentaires venant de la préfecture de Fukushima pour soutenir les agriculteurs locaux dans cette épreuve.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici