Bond du bénéfice net trimestriel de la coentreprise de BP en Russie, TNK-BP

247

La coentreprise russo-britannique TNK-BP a annoncé mercredi avoir enregistré au premier trimestre un bond de 91% de son bénéfice net sur un an, soulignant sa rentabilité alors que ses actionnaires sont en conflit depuis la signature d’un accord entre BP et le russe Rosneft.  Le bénéfice net s’est établi sur les trois premiers mois de l’année 2011 à 2,4 milliards de dollars, selon un communiqué de l’entreprise.  Le résultat brut d’exploitation a lui grimpé de 72% à 3,9 milliards de dollars, tandis que le chiffre d’affaires a augmenté de 35% à 13,8 milliards de dollars, grâce à la hausse des prix du pétrole.

En dépit des disputes entre actionnaires, TNK-BP a réalisé une solide performance au premier trimestre, a déclaré Mikhaïl Fridman, PDG de la société commune.  Une performance aussi excellente souligne une nouvelle fois la valeur formidable et prometteuse de TNK-BP, l’une des compagnies pétrolières et gazières les plus dynamiques et rentables au monde, ajoute-t-il.

Créée en 2003, TNK-BP, détenu par le britannique BP et le consortium Alfa Access-Renova (AAR) – regroupant les milliardaires Mikhaïl Fridman, Viktor Vekselberg, Guerman Khan et Léonid Blavatnik – est le troisième plus gros producteur de pétrole en Russie et représente environ un quart de la production mondiale de BP.  Mais ses actionnaires sont en conflit depuis la conclusion en janvier entre BP et le groupe public russe Rosneft d’une alliance sans précédent en vue de prospecter et d’exploiter en commun une région immense au coeur de l’Arctique russe.  Cet accord prévoit également un échange de participations entre les deux groupes, initialement évalué à 16 milliards de dollars: Rosneft devrait prendre 5% du capital de BP, et BP obtenir en échange 9,5% du groupe public russe.  Mais il a été bloqué par un tribunal d’arbitrage suédois à la demande d’AAR qui s’estime lésé par l’opération.

Mercredi, M. Vekselberg a laissé entendre pour la première fois dans une interview à la BBC qu’AAR était prêt à vendre sa part dans TNK-BP, ce qui permettrait de régler le conflit et d’ouvrir la voie à une réalisation de l’accord entre BP et Rosneft, mais au prix juste.  Mi-avril, plusieurs médias avaient affirmé que BP aurait fait une offre de 27 milliards de dollars aux membres du consortium, refusée par ces derniers qui évaluent la compagnie à plus de 70 milliards de dollars.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici