Japon/Réunion Banque du Japon, réduction des prévisions de croissance en vue

67

Le comité de politique monétaire de la banque centrale du Japon (BoJ), qui se réunira jeudi, devrait abaisser ses prévisions de croissance à court terme de l’économie nippone et détailler les mesures pour l’aider à se rétablir du séisme du 11 mars, selon les économistes. A l’aune des conséquences du drame qui a ravagé le mois dernier le nord-est de l’archipel, la banque centrale pourrait abaisser son estimation de progression du produit intérieur brut (PIB) du Japon à 0,8% pour l’année budgétaire d’avril 2011 à mars 2012, au lieu de 1,6%.

La BoJ, qui poursuit une politique monétaire très souple, avait déjà indiqué au début du mois que l’économie nippone allait subir à court terme un ralentissement brutal, compte tenu de la forte chute d’activité provoquée par le traumatisme et les dégâts matériels colossaux. “La Banque s’apprête à annoncer jeudi un ajustement d’ampleur, mais elle devrait aussi mentionner qu’un regain de la production et de la demande sont probables à partir de cet automne”, a indiqué un analyste.

La Banque du Japon publie tous les ans en avril et octobre un rapport dans lequel elle dessine l’évolution attendue de l’économie japonaise à moyen terme. Les neuf membres du comité de la BoJ pourraient également juger jeudi que la reprise s’accentuera dans l’année budgétaire suivante (avril 2012 à mars 2013). Les économistes mettent cependant en garde contre les nombreuses incertitudes actuelles.  Ils soulignent notamment que les entreprises japonaises sont susceptibles de souffrir sur les marchés extérieurs, du fait des restrictions imposées sur les produits d’origine nippone, à cause des fuites radioactives de la centrale accidentée de Fukushima.

Depuis la catastrophe qui a dévasté le 11 mars la partie nord-est du Japon, faisant plus de 26.000 morts et disparus, la BoJ inonde le circuit interbancaire de liquidités pour éviter que les institutions financières locales ne soient à court d’argent.

De nombreuses entreprises ont été affectées au-delà des régions sinistrées, du fait des destructions d’usines, de l’arrêt de la production de composants et matériaux essentiels, des transports interrompus, de la désorganisation des circuits logistiques ou encore d’une pénurie d’électricité. Alors que l’économie nippone était déjà fragile avant le séisme, la banque maintient depuis des mois son taux directeur au jour le jour dans la fourchette de 0,0% à 0,1%, ce qui revient à encourager un taux nul. Elle devrait le conserver en l’état lors de la réunion de jeudi. La BoJ veut non seulement aider la reprise mais aussi contrer la déflation due à une offre trop abondante face à une demande insuffisante.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici