USA : des cas de lèpre transmise aux humains par des tatous

27

Des cas de transmission directe de la lèpre de tatous à des humains ont été confirmés aux Etats-Unis, selon des travaux d’une équipe américano-suisse de recherche publiés mercredi dans le New England Journal of Medicine.  Recourant à des analyses avancées de l’ADN combinées à des recherches sur le terrain, ces chercheurs ont découvert l’émergence d’une nouvelle souche du bacille de la lèpre (Mycobacterium leprae) dans le sud des Etats-Unis jamais observée auparavant.  Cette souche est transmise aux humains par des contacts avec des tatous infectés. Ces animaux appartiennent à l’une des plus anciennes lignées de mammifères.
Cette étude confirme que la souche de Mycobacterium leprae trouvée chez des tatous et celles présentes chez la plupart des humains infectés dans le sud sont essentiellement identiques, souligne Singh Pushpendra, de l’Ecole Polytechnique Fédérale de Lausanne en Suisse, un des principaux co-auteurs de cette communication faite en collaboration avec des scientifiques de l’Université de Louisiane (sud).

Il n’y a que 150 cas de lèpre recensés chaque année aux Etats-Unis, et la plus grande partie des personnes infectées ont travaillé dans des régions du monde comme en Inde où cette infection est endémique, expliquent les auteurs de l’étude.  Mais un tiers de ces sujets, n’ayant jamais voyagé hors des Etats-Unis, paraissent avoir été infectés par des tatous, ce qui est jugé plus préoccupant, selon ces chercheurs. Ils précisent que ces animaux sont avec les humains les seuls vecteurs de transmission de la lèpre.  Les scientifiques savent depuis les années 1970 que les tatous sont des porteurs potentiels de la maladie, probablement introduite par les immigrants européens il y a 500 ans.

La découverte de ce réservoir infectieux de la lèpre chez les tatous conduit les auteurs de cette étude à fortement décourager de fréquents contacts avec ces animaux et la consommation de leur viande. Ils préconisent une surveillance de leur habitat pour savoir s’il s’étend.  L’étude a porté sur 33 tatous sauvages dont on savait qu’ils étaient infectés avec la bactérie de la lèpre, et sur 50 personnes ayant contracté la maladie.  La nouvelle souche de bactérie de la lèpre a été trouvée chez 28 tatous et 22 patients n’ayant jamais été hors des Etats-Unis.

Ces scientifiques ignore pourquoi les tatous sont porteurs de la bactérie, à part le fait que leur température corporelle de 32° en font un incubateur idéal.  La lèpre se transmet par les gouttelettes d’origine buccale ou nasale de patients sévèrement atteints mais n’est pas très contagieuse.  Sans traitement, elle peut entraîner des lésions nerveuses aboutissant à une faiblesse et à une atrophie musculaires, ainsi qu’à des incapacités irréversible.  On peut facilement traiter la lèpre au moyen de la polychimiothérapie pendant 6 à 12 mois, un traitement très efficace avec peu d’effets secondaires.
Selon l’Organisation mondiale de la santé (OMS), il y a plus de 213.000 cas de lèpre dans le monde surtout en Asie et en Afrique.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici