MÉTAUX PRÉCIEUX/Revue hebdo : l’or poursuit sa flambée, imité par l’argent

71

Les métaux précieux ont vécu une nouvelle semaine historique, toujours favorisés par une batterie de facteurs, l’or s’étant hissé à de nouveaux records historiques, à plus de 1530 dollars l’once, tandis que l’argent gravissait à sa suite de nouveaux sommets.

OR

Le roi des métaux précieux est resté fidèle à sa réputation cette semaine, égrenant les records à un rythme soutenu. Après avoir enfoncé une semaine plus tôt le seuil des 1500 dollars pour la première fois de son histoire, le cours de l’once d’or au comptant s’est attaqué à de nouvelles cimes. Il a marqué jeudi un nouveau record absolu à 1535,78 dollars. La cause première de cette envolée est restée l’affaiblissement continuel du billet vert, qui est tombé jeudi à un nouveau plus bas face à l’euro depuis décembre 2009 (à près de 1,49 dollar pour un euro), après la décision de la banque centrale américaine, la Fed, de maintenir une politique monétaire accommodante. “La perspective du maintien du cap d’une politique monétaire très expansionniste a placé le dollar sous une forte pression, et les métaux précieux ont été les principaux bénéficiaires”, ont commenté les analystes de Commerzbank. Un affaiblissement du dollar rend plus attractifs les achats de métaux précieux, qui sont libellés dans la monnaie américaine, pour les investisseurs munis d’autres devises. Par ailleurs, l’or a continué à tirer les fruits de son statut de rempart contre l’inflation, alors que la politique de la Fed risque d’alimenter la hausse des prix aux Etats-Unis. Le métal précieux, dont la valeur n’est adossée à aucun émetteur (contrairement aux actifs financiers classiques), est recherché par les épargnants désireux de se prémunir contre une envolée des prix, et de se protéger plus généralement contre la volatilité des marchés financiers. Sur le London Bullion Market, l’once d’or a terminé jeudi à 1535,50 dollars au fixing de l’après-midi contre 1504 dollars le jeudi précédent.

ARGENT

L’argent a grimpé dans le sillage de l’or, allant jusqu’à frôler lundi la barre des 50 dollars l’once. Il a touché un record historique à 49,79 dollars ce jour-là. Mais alors que rien ne semble entraver l’ascension irrésistible de l’or, les analystes doutent de plus en plus de la capacité de l’argent, considéré comme une alternative bon marché au métal jaune, à grimper toujours plus haut, en raison de fondamentaux moins favorables. “Nous anticipons une correction des prix à court terme, sur fond de volatilité continue”, ont ainsi indiqué cette semaine les experts en matières premières de la banque Standard Chartered. L’argent a terminé jeudi à 48,70 dollars l’once contre 46,02 dollars la semaine précédente.

PLATINE/PALLADIUM

Le complexe des métaux platinoïdes a également progressé, dans le sillage des autres métaux précieux, mais le platine et le palladium pourraient être eux aussi bientôt victimes d’une correction due à une dégradation des fondamentaux, d’après les analystes de Standard Chartered. D’après eux, “l’annonce du groupe Toyota la semaine dernière qu’il va réduire de 70% sa production aux Etats-Unis du 26 avril au 3 juin suggère un nouvel affaiblissement de la demande de catalyseurs de la part du premier constructeur automobile mondial”, ont-ils prévenu. Le platine et le palladium sont très utilisés dans l’industrie automobile, où ils servent notamment dans la fabrication des pots catalytiques, et leurs cours sont donc fortement corrélés à la santé de ce secteur industriel. Sur le London Platinum and Palladium Market, l’once de platine a terminé jeudi à 1.835 dollars contre 1.812 dollars le jeudi précédent. L’once de palladium a fini à 777 dollars contre 765 dollars une semaine plus tôt.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici