La sécheresse se confirme et les prix des denrées alimentaires vont flamber

114

Malheureusement, ce que nous redoutions l’année dernière tend à se confirmer dès cette année. L’hiver 2010-2011, les récoltes majeures de l’hémisphère sud furent une catastrophe. On attendait alors beaucoup de celles à venir, de notre côté. Et bien les nouvelles ne sont pas réjouissantes. La ministre de l’Ecologie, Nathalie Kosciusko-Morizet, parle de “situation de crise”.

La sécheresse a effectivement conduit à limiter l’usage de l’eau par arrêté préfectoral dans 28 départements. Les plus touchés sont la Charente, la Charente-Maritime, la Dordogne, le Doubs, l’Eure, le Gers, l’Indre, le Jura, le Lot, le Maine-et-Loire, la Nièvre, l’Oise, le Rhône, la Haute-Saône, la Seine-et-Marne, les Deux-Sèvres, la Vendée, la Vienne, le Territoire de Belfort et le Val-de-Marne. Prochainement, cette mesure de restriction devrait être étendue à trois nouveaux départements. L’Ain, l’Ille-et-Vilaine et le Tarn-et-Garonne pourraient allonger la liste des zones concernées.

Il faut remonter à 1959 pour retrouver une situation semblable. Bien sûr, personne n’évoque le problème des récoltes et des conséquences de cette météo sur les prix des denrées alimentaires. C’est la même chose que pour le Japon où les médias entretiennent un silence mortel sur ce sujet. “La sécheresse qui touche actuellement la France a atteint un niveau jamais enregistré depuis la fin des années 1950 en ce qui concerne l’irrigation des sols superficiels, à savoir les deux premiers mètres du sol”. “La situation que nous vivons actuellement s’observe normalement courant juillet, remarque Michel Schneider, climatologue à Météo France. C’est problématique puisque les végétaux sont en pleine croissance”.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici