Japon: la production industrielle a chuté de 15,5% en mars…

52

La production industrielle au Japon a chuté de 15,5% en mars par rapport à février, et non de 15,3% comme estimé initialement, soit sa plus grave baisse de l’histoire, à cause du séisme et du tsunami qui ont bouleversé le secteur industriel, a annoncé jeudi le ministère de l’Economie.

Pour LIESI, l’attaque menée contre le Japon est en train de produire ses fruits de désolation. Ici ou là on commence à avouer que le Japon cherchait à mener un programme nucléaire militaire en vue de s’affranchir de la tutelle américaine. Sur le plan commercial, on sait que les autorités développaient de plus en plus de relations d’ordre économique avec ses voisins asiatiques, ce qui déplaisait aux financiers de Washington. Les coups portés contre le Japon commencent à se chiffrer. Et encore, convient-il de rappeler l’omerta médiatique de l’Occident sur les taux réels de radioactivité en Europe et ailleurs. Un scientifique travaillant pour le complexe militaro-industriel européen confiait à notre rédaction, il y a quelques semaines, que tout cela se chiffrerait dans quelques années par des millions de cancers.

La production industrielle au Japon a chuté de 15,5% en mars par rapport à février, et non de 15,3% comme estimé initialement, soit sa plus grave baisse de l’histoire, à cause du séisme et du tsunami qui ont bouleversé le secteur industriel, a annoncé jeudi le ministère de l’Economie.Il s’agit de la plus forte décrue depuis la mise en place de cet indicateur en 1953. Le recul a été particulièrement sévère dans le secteur de l’automobile et dans les domaines des composants électroniques et machines électriques, des piliers de l’industrie nippone, a précisé le ministère de l’Economie, du commerce et de l’industrie (Meti), en détaillant les chiffres définitifs. Toujours en mars et en comparaison mensuelle, les livraisons ont reculé de 14,6% (contre une baisse de 14,3% évaluée au départ) et les stocks de 4,2% (contre un repli de 4,3% auparavant mesuré). Les industriels et le gouvernement escomptent un rebond dans les semaines et mois ultérieurs, grâce au rétablissement progressif des lignes de production et des circuits logistiques.

La catastrophe, qui a fait quelque 25’000 morts et disparus, a en outre provoqué l’arrêt de centrales nucléaires et thermiques, entraînant une pénurie d’électricité qui pousse les entreprises à limiter leur activité. Cette contrainte risque de durer plusieurs mois, particulièrement lors des pics estivaux.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici