Libye : dernières nouvelles – Les Occidentaux espèrent avoir un “pion” supplémentaire à l’Opep

55

Confronté à une poursuite des frappes de l’Otan et à une rébellion de plus en plus confiante qui veut désormais représenter la Libye à l’Opep, le régime du colonel libyen Mouammar Kadhafi est incontestablement en mauvaise posture. Un porte-parole des rebelles a déclaré à l’AFP que le Conseil national de transition (CNT), organe politique de la rébellion, souhaitait représenter la Libye à la prochaine réunion de l’Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep) le 8 juin à Vienne. “Nous voulons participer à la réunion (…) mais nous ne savons pas encore si l’Opep nous invitera”, a déclaré le responsable de l’Information des rebelles, Mahmoud Chammam, alors que la rébellion est engagée dans une offensive diplomatique tous azimuts pour faire reconnaître le CNT comme unique interlocuteur légitime en Libye.

Membre de l’Opep, la Libye exportait 1,49 million de barils par jour, en majeure partie (85%) vers l’Europe, selon l’Agence internationale de l’énergie (AIE). Mais sa production a chuté depuis le début de la révolte mi-février.Les rebelles, qui contrôlent l’Est du pays, ont déclaré début mai que leur priorité était alors de protéger les installations pétrolières, et non de reprendre les exportations.

M. Chammam a cependant ajouté que le patron du pétrole en Libye, Choukri Ghanem, se trouvait à son domicile viennois, mais n’a pas confirmé son éventuelle défection. Cacique du régime, M. Ghanem avait quitté la Libye dimanche pour la Tunisie voisine, mais en était reparti mardi pour une destination inconnue. Cette défection, si elle se confirme, montre “l’érosion” qui frappe l’entourage de M. Kadhafi, a estimé le ministère français des Affaires étrangères.

Le régime a cependant survécu à de nombreuses défections, en particulier à celle fin mars du chef de la diplomatie et homme de confiance de M. Kadhafi, Moussa Koussa, parti pour le Royaume-Uni dix jours après le début des frappes de la coalition internationale. Ces frappes ont infligé de lourdes pertes à l’armée libyenne, a assuré le ministre français de la Défense, Gérard Longuet, estimant qu’un tiers des matériels lourds et la moitié des stocks de munitions avaient été détruits.

Pour tenter de trouver une solution à la crise, la Russie, très critique à l’égard de l’intervention internationale, s’est posée en médiateur en recevant mardi à Moscou des émissaires du régime de M. Kadhafi pour tenter de les convaincre de respecter la résolution de l’ONU interdisant les attaques contre les civils.

“Le potentiel pour une aggravation de la situation humanitaire est très réel, du fait d’une baisse des stocks de nourriture, de carburant et de médicaments et d’un manque de personnel dans des secteurs clés comme la santé, sans aucune issue visible du conflit qui divise le pays”, a indiqué l’ONU dans un communiqué. (Source: AFP)

1 COMMENTAIRE

  1. L Opep dont les monarchies arabes du Golfe font la pluie et le beau temps vont se faire un devoir de recevoir les salafistes traitres du CNt. Quand a l Onu, elle a provoque ce chaos, qu elle s en arrange seule. Il fallait pas y aller puis pousser des cris d orfraie a cause de la crise humanitaire. Gouverner c est prevoir. Les laches DE PROFITER D UN PETIT PAYS COMME LA lIBYE.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici