Extension des révolutions “non-violentes”

119

Il y a 48 heures, près de 300 personnes, en majorité des jeunes, ont manifesté à Lisbonne contre la “dictature financière” et l’intervention de l’UE et du FMI au Portugal, à l’appel du mouvement “Démocratie réelle maintenant”, inspiré des “indignés” espagnols.
“Nous manifestons pour une démocratie réelle et contre la dictature financière qui prend des décisions sans écouter les peuples”, explique Diego Alfaro, un des porte-parole du mouvement. Pour Carlos Gameiro, jeune chômeur de 28 ans, “la démocratie représentative ne défend pas les droits des gens, il faut des alternatives et le FMI n’est pas la solution”. A huit jours des élections législatives anticipées, il affirme ne pas avoir l’intention de voter car “ce sont toujours les mêmes qui gagnent, alors qu’il faut du changement”. “Je me sens inspirée par toutes les révolutions pacifiques qui ont eu lieu ces derniers temps à travers le monde, pas seulement en Espagne”, dit de son côté Sofia Correia, 25 ans.
Symboliquement, la manifestation a marqué un arrêt devant l’ambassade d’Espagne pour protester contre le démantèlement musclé vendredi du campement des “jeunes indignés” de Barcelone.

Après la Grèce et l’Irlande l’an dernier, le Portugal est devenu début avril le troisième pays de la zone euro à solliciter une aide financière de l’Union européenne et du Fonds monétaire international. En échange d’un prêt de 78 milliards d’euros, les principaux partis politiques se sont engagés à mettre en place un exigeant programme de rigueur budgétaire et de réformes économiques.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici