Pétrole et valeurs bancaires en berne… il faut lire à travers les lignes

234

L’évolution des prix du pétrole sans événement exogène (par exemple au Moyen-Orient) traduisent parfaitement ce que chacun doit conclure des analyses faites par TRADER NOE sur les valeurs bancaires. Aujourd’hui, toujours en matière de pétrole, les intervenants du marché s’inquiétent de l’évolution de la demande et spéculent sur une possible augmentation de l’offre des pays exportateurs.
Sur le New York Mercantile Exchange (Nymex), le baril de light sweet crude pour livraison en juillet a terminé à 99,01 dollars, en recul de 1,21 dollar par rapport à vendredi. A Londres, sur l’IntercontinentalExchange, le baril de Brent de la mer du Nord à échéance identique a perdu 1,36 dollar à 114,48 dollars.

Comme toujours, “Le marché est très réactif à l’influence des marchés extérieurs”, a expliqué Rich Ilczyszyn, de la maison de courtage Lind Waldock. Les places financières américaines sont en train de casser des niveaux importants de résistance à la baisse ; les signaux d’une forte chute se concrétisent petit à petit… comme le traduit la dégradation persistante des cours des valeurs bancaires sur les places européennes. Entendez-bien, cela n’est absolument pas anodin. Il y a d’autres informations que nous ne pouvons évoquer mais chacun doit tirer les conséquences de cette courte analyse.

Wall Street reste sur cinq semaines d’affilée de baisse. Cela pèse sur tous les marchés, y compris le marché pétrolier. Depuis plusieurs semaines, on voit les statistiques économiques se dégrader aux Etats-Unis et dans le reste du monde. Pour le pétrole, d’aucuns ont raison de dire que les cours pourraient baisser car ils sont toujours à un haut niveau, à environ 100 dollars le baril.  Mais la période n’est pas habituellement propice pour une baisse : il y a des troubles potentiels dans le monde arabe, la saison des ouragans qui commence dans l’Atlantique. Alors que la saison des ouragans vient de commencer dans l’Atlantique, le marché pétrolier surveille une zone de basse pression qui évoluait lundi dans la mer des Caraïbes et présentait 50% de chance de se transformer en ouragan pendant les prochaines 48 heures. Si elle prenait la direction du nord-ouest, la tempête pourrait menacer directement les installations pétrolières off-shore du golfe du Mexique, qui représente près de 30% de la production de brut des Etats-Unis.  Il est donc difficile pour les courtiers de se positionner à la baisse. Et n’oublions pas, dans l’actualité du jour, la réunion de l’Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep), mercredi à Vienne.
Selon la plupart des analystes, le cartel devrait laisser inchangés ses quotas de production, malgré l’envolée des prix du brut observée notamment en raison des troubles dans le monde arabe, notamment en Libye.
L’Arabie Saoudite, chef de file de l’organisation, a évoqué une augmentation des quotas de production, a relevé Phil Flynn, de PFG Best. De son côté, l’Iran a redit son hostilité à cette idée, par la voix de son représentant Mohammad Ali Khatibi. Les mauvais chiffres économiques publiés aux Etats-Unis devraient augmenter la pression sur l’Opep pour augmenter ses quotas, ont cependant noté les analystes de Commerzbank.

Les pays consommateurs craignent que la hausse des cours ne pèse sur la consommation des ménages et les marges des entreprises, ralentissant l’activité voire provoquant une nouvelle récession. Comme nous l’avons dit, le tableau économique est de plus en plus assombri, ne serait-ce que par la récente publication de statistiques de l’emploi décevantes aux Etats-Unis, avec notamment une hausse inattendue du taux de chômage, à 9,1% (officiel !). “Les gens craignent une rechute de l’économie, on a des signes de ralentissement en Chine, aux Etats-Unis, partout dans le monde”, a relevé Phil Flynn. Il a raison à la lumière de ce que sait LIESI de par des sources de haut niveau.

NE FAITES PAS CONFIANCE A VOTRE BANQUE – NE LAISSEZ RIEN DE GRANDE VALEUR DANS VOS COFFRES. Nous ne répondrons pas à ce message. Il se suffit à lui-même.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici