L’Opep échoue à trouver un consensus pour relever ses quotas

69

Les ministres du Pétrole de l’Opep, réunis à Vienne, n’ont pas réussi à s’entendre sur un relèvement de leurs quotas de production, qui devraient rester inchangés jusqu’à la prochaine réunion du cartel prévue en décembre. D’ici là, bien des échéances auront sonné pour les Etats-Unis qui auront eu recours à de “sales armes” pour gagner du temps. Mais revenons à cette réunion viennoise ! Les membres de l’Opep ne sont donc pas parvenus à un consensus sur une modification de la production. C’est ce qu’a déclaré le secrétaire général de l’Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep) Abdallah El-Badri lors d’une conférence de presse.

Pendant cette réunion, personne ne s’est véritablement opposé à une augmentation de la production, c’est le timing et le montant de cette hausse qui ont fait débat, a de son côté assuré le ministre iranien du Pétrole Mohammed ali-Abadi, dont le pays assure cette année la présidence de l’Opep. Les quotas de production de l’organisation, qui comprend 12 pays et pompe 40% de l’offre mondiale, sont fixés à 24,84 millions de barils/jour depuis début 2009, et ont donc été reconduits pour la huitième fois.  Après l’annonce, les cours du brut se sont brutalement retournés. Sur le New York Mercantile Exchange (Nymex), le baril de light sweet crude (WTI) pour livraison en juillet gagnait ainsi 1,75 dollar à 100,84 dollars.

Plusieurs pays du Golfe avaient laissé la porte ouverte à une possible hausse de l’offre de brut du cartel, afin de répondre aux craintes des pays consommateurs, dont la croissance économique est menacée par les prix élevés du brut, au-dessus de 100 dollar le baril depuis plusieurs mois.  Le marché va être plus tendu au second semestre, avait indiqué avant la réunion Mohamed bin Dhaen Al-Hamli, le ministre émirati, tandis que son homologue du Koweït s’était déclaré inquiet de l’envolée des prix.

“C’est une des pires réunions de l’Opep à laquelle j’ai assisté”, a confié à Dow Jones Newswires le puissant ministre du Pétrole saoudien, Ali al-Nouaïmi, qui défendait une hausse. Il a précisé que six pays (Iran, Irak, Algérie, Angola, Libye et Venezuela) s’y sont opposés.
Dès son discours d’ouverture, Mohammed ali-Aabadi avait imputé l’envolée des prix à une spéculation excessive, estimant que le marché restait suffisamment approvisionné.
“Nous avons suggéré un délai de trois mois pour évaluer le marché et pour prendre une décision plus appropriée (lors d’une réunion exceptionnelle) mais cette proposition n’a pas obtenu de consensus”, a ajouté M. ali-Abadi lors de la conférence de presse finale.

La prochaine rencontre de l’Opep aura donc lieu à la mi-décembre dans la capitale autrichienne. “Nous ne sommes pas en crise en ce moment, il n’y a pas de pénurie sur le marché”, a justifié M. El-Badri.

La question de la Libye est venue également compliquer les discussions au sein du cartel. La production du pays, membre de l’Opep, s’est effondrée depuis l’éclatement du conflit. La réunion viennoise avait débuté sans aucun représentant libyen, mais selon une source proche de l’Opep, Omran Aboukraa, ancien président de la compagnie libyenne d’électricité, a ensuite rejoint discrètement la session, où il représentait l’administration du colonel Mouammar Kadhafi. Or, plusieurs membres de l’Opep soutiennent ouvertement les insurgés hostiles au régime de Mouammar Kadhafi : les Emirats et le Qatar ont participé aux frappes de l’Otan, et le Koweït a promis aux rebelles un important soutien financier. Nous vivons une époque où la désunion est généralisée et ce ne sont pas les prochaines catastrophes bancaires qui arrangeront les choses.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici