L’Europe dos au mur pour éviter une faillite grecque et préserver l’euro… derrière l’écran, “les jeux sont faits”

101

Un an après avoir sauvé la Grèce, l’Europe est à nouveau engagée dans une course contre la montre pour boucler un second plan d’aide censé éviter la banqueroute du pays, en pleine crise politique et sociale, et une contagion au reste de la zone euro. Et comme une agence américaine menace maintenant de dégrader les plus grosses banques françaises dont celle de l’ami de M. Sarkozy (BNP), ce dernier et le commissaire européen aux Affaires économiques Olli Rehn sont montés au créneau pour exhorter au compromis. Le président français, qui voit prochainement la chancelière allemande Angela Merkel, a demandé de “faire preuve d’esprit de responsabilité et du sens des compromis”, car “il faut défendre notre monnaie unique”. Le second a appelé “tous les décideurs de l’UE (…) à dépasser les différences qui subsistent et à arriver à un accord responsable en ce moment critique”.

Depuis des semaines, les Européens se déchirent sur les modalités d’une nouvelle aide à la Grèce, qui devrait tourner autour de 100 milliards d’euros après déjà 110 milliards promis l’an dernier, et particulièrement sur les moyens de faire participer les banques créancières du pays à l’effort: l’Allemagne l’exige, alors que la Banque centrale européenne pose des conditions.

Or, le temps presse car Athènes a besoin d’argent frais en juillet. Faute de pouvoir parvenir à un accord global comme espéré d’ici fin juin, Olli Rehn a évoqué un scénario en deux temps. Les Européens vont tenter de s’entendre sur un nouveau plan d’aide d’ici une réunion prévue le 11 juillet. Toutefois, selon un diplomate européen, un accord détaillé pourrait devoir attendre “au plus tard” septembre. Dans l’immédiat, les pays européens décideront dans les prochains jours de débloquer la prochaine tranche des prêts promis l’an dernier à Athènes avec le Fonds monétaire international. En espérant que ce dernier, qui conditionne ses versements à des assurances sur le financement à moyen terme de la Grèce, accepte de suivre.

La situation politique en Grèce complique encore la donne: le Premier ministre socialiste Georges Papandréou est confronté à une fronde dans son propre parti et doit remanier son gouvernement pour permettre le vote au Parlement d’un nouveau plan d’économies et de privatisations sans lequel les Européens et le FMI lui couperont les vivres.  Autre complication, les pays de la zone euro ont encore échoué à s’entendre sur la façon de faire participer à l’aide les banques, assureurs et autres créanciers privés de la Grèce. Berlin, qui rechigne à faire payer les seuls contribuables, est soutenu notamment par les Pays-Bas, l’Autriche ou la Slovaquie. La Banque centrale européenne, suivie par la Commission et la France, insiste pour que cette participation du privé soit volontaire. Sinon, le pays risque d’être considéré en défaut de paiement, provoquant une panique sur les marchés et des conséquences en chaîne pour le reste de la zone euro, à commencer par ses membres déjà fragiles comme l’Irlande et le Portugal. Mais “personne ne sait vraiment où se situe la frontière entre le volontaire et le non volontaire”, a reconnu jeudi le gouverneur de la banque centrale néerlandaise, Nout Wellink. “Plus on prend de risques, plus il faut être préparé à prévoir un grand filet de sécurité pour éviter la contagion” à d’autres pays fragiles de la zone euro, a-t-il prévenu, suggérant de doubler à 1.500 milliards d’euros le fonds créé l’an dernier par les Européens pour aider leurs membres en difficultés financières.

Au final, les tergiversations des Européens risquent de seulement retarder l’inéluctable, à savoir une restructuration de la dette grecque. “Cela fait un an que l’on sait que la Grèce va tomber en faillite, mais on attend la dernière minute”, a déploré Serge Wibaut, un spécialiste en finance de l’Université catholique de Louvain, dans le journal la Libre Belgique.

LIESI maintient que derrière toutes ces gesticulations verbales il existe une volonté financière et politique de couler la Grèce afin de sauver le soldat JP Morgan. Depuis quelques mois, nous annonçons un été chaud : cela pourrait bien se conrétiser sur le front des changes. Entendons encore que la chute d’une seule banque française entraînera par effet de dominos, l’ensemble du système bancaire français. Car après cela, ce sera la perte de confiance des citoyens dans leurs banques. Le fonds de garantie français devrait marcher pour 28 000 comptes, mais rien que le Crédit Agricole, déjà dans la tourmente, possède 5 000 000 de comptes…

Et si les banquiers internationaux préparaient quelque chose pour le mois d’AOUT 2011 ?

18 Commentaires

  1. Je poste ce message sur ce sujet qui n’est pas forcément adapté, mais comme LIESI nous offre un espace de discussion, j’en profite.
    Je viens de lire la lettre N° 232 à laquelle je suis abonné et je vous invite à faire de même parce que c’est une source d’information (même si je ne suis pas toujours d’accord) et un endroit où l’on peur s’exprimer. C’est cher, mais bon…
    Je ne crois pas dévoiler d’information confidentielle en disant qu’on est très près du crash, par contre je maintiens ma position.
    Le système va s’écrouler, soit !
    Les banques vont nous piquer nos économies, soit !
    Mais que faire ? Pour ceux qui le peuvent acheter de l’or ? Acheter de l’argent ?
    Ne vous faites pas d’illusions, quand “big money” dira le jeu est fini, ils viendront vous voler, quel que soit le support dans lequel vous avez placé vos économies.
    Alors qu’est ce qu’on fait ? La solution, si solution il y a, est naturellement politique.
    Il faut *retrouver le droit de battre monnaie* et ceci, dans le cadre actuel signifie abandonner l’Euro.
    Qui vous propose cette solution ? A ma connaissance il y en a deux. Dupont St Aignan et Marine le Pen.
    Qui a une chance, même mince, de gagner les élections ? Je vous laisse deviner…
    Beaucoup de ce que dit LIESI est vrai mais si, au delà nous n’agissons pas, nous serons réduit en esclavage.
    Comme J. Delacroix le mentionne clairement dans la dernière lettre, toute opposition peut se traduire par un meurtre du dirigeant politique ou un génocide de la population comme on le voit actuellement dans plusieurs pays Nord-Africains.
    Mais nous en sommes là. S’opposer ou mourir.
    A nous de choisir.

  2. je pense qu’il faudrait mettre en état d’arrestation tout les membres de la FED, du FMI ainsi que la clique Rockefeller et Rothchield ,Kinsinger etc…
    tant que tout ce petit monde judéo-maçonnque sera en liberté ,la notre sera menaçée

    peut etre aussi que leur Plan Luciférien échouera ?

  3. Ribouldingue, je suis d’accord avec vous, le système va s’écrouler, c’est clair, et c’est pour très bientot. Nous ne sommes pas bien nombreux à le savoir, (quand je parle à mes collègues de travail de ce qui se trame, ils ont soit les yeux grands ouverts de surprise, soit me prennent pour un illuminé, un “conspirationniste”, et se mettent à rigoler) mais un homme averti en vaux deux…
    Pour moi, il n’y a pas de solution. Tout ce qui arrive et qui va arriver est écrit dans la Bible depuis des milliers d’années. Mais savoir que cela arrive permet d’être préparé (physiquement, spirituellement, etc…). Avoir par exemple une petite réserve de pièces d’or ou d’argent permettra peut-être de tenir plus longtemps, mais ne changera pas radicalement la suite des événements prophétisés et qui ont commencé à se dérouler sous nos yeux. Le gouvernement mondial c’est pour bientôt, avec tout ce que cela comportera de privations de liberté par exemple.
    Catena, oui, leur plan luciférien échouera, c’est écrit. Mais après les 7 ans de “tribulations”… c’est à dire après la III ième guerre mondiale en préparation, après l’explosion du système économique et financier, après les catastrophes naturelles et celle un peu moins “naturelles”, etc…
    Bref, continuons à nous préparer, gràce à ce trés bon site par exemple, mais ne nous faisons pas d’illusions, on ne changera pas le cours de l’histoire, on ne retardera pas l’inéluctable…
    Et profitons encore un peu qu’Internet ne soit pas encore cadenassé, ça va pas durer…

    • J’approuve totalement l’analyse de marc. Les jeux sont désormais faits et seule la Puissance divine pourra contrecarrer ces plans comme cela a été annoncé à plusieurs reprises. Pour l’homme, il ne reste plus que l’Espérance de la Promesse, et la Fraternité et la Charité aux moments critiques en s’entraidant du mieux que l’on pourra… D’ores et déjà nous pouvons constater la convergence qui se dessine pour 2012, véritable année de rupture, chère au new age : augmentation des attaques contre le Christianisme, les familles (théorie des genres) et l’ordre social chrétien plus largement (syncrétisme ambiant) ; accélération des crises politiques “ciblées” et montée de l’Islam radicalisé (guerre des minarets en Europe, révolutions et “printemps du Maghreb” vers le choc des civilisations,…) ; renforcement des systèmes de controle des populations (informatique, internet, vidéo surveillance,… La peur organisée et instrumentalisée permettant d’accepter la fin des Libertés) ; annonces multiples des économistes sur l’effondrement du système économique “capitaliste” à partir du second semestre 2011 (montée des prix vers l’hyper inflation d’où risque d’émeutes, de pénurie -flux tendus- ,et…. de Guerre civile avant une guerre mondiale ? Grèce, Irlande, Espagne, Angleterre, Portugal, Italie et bientôt la France) ; dérèglements climatiques et effet destructif plus affirmé des évènements climatiques avec incidence sur la production alimentaire (inondations : Australie, Chine, Centre USA,… ; sécheresses et feux : Chine, USA,… ; variabilité extrême des températures) ; bouleversements géologiques (croissance des éruptions volcaniques avec signes avant coureur dans les zones de super volcans : Islande, Italie, USA, … ; augmentation des cyclones en nombre et intensité ; forte augmentation des séïsmes de fortes intensités 6 et +,…) ; réchauffement planétaires et menaces cosmiques (Comètes, explosions solaires, diminution du champ magnétique terrestre…) ; hécatombe massive d’animaux en particulier depuis le début 2011 : poissons, oiseaux, bovins,… ; menaces récurrentes d’épidémies…. Tous ces évènements rapidement énumérés mettent également en relief leur imbrication étroite et leur interdépendance… Ainsi les menées souterraines de certains groupes risquent fort de les dépasser au moment de leur “victoire” et précipiter leur perte.
      Quant on fait cette liste on peut être frappé des similitudes avec les faits annoncés dans les Evangiles pour marquer non la fin du monde mais la fin des temps et l’entrée dans les tribulations.
      Paradoxalement, face à l’inconscience de nos contemporains (ils mangent et boivent le jour de Noé) ou à la peur savamment distillée, il nous faut être confiant. A la grâce de Dieu, il nous appartiendra de choisir notre camp en espérant ne pas succomber…

      • Excellent commentaire où vous reprenez beaucoup de points connus et malheureusement inconnus. Ce que vous dites sur les menaces cosmiques est très fondé. LIESI n’a pas encore évoqué le sujet mais nous le ferons en abordant le sujet des apparitions de FATIMA. Selon une source que nous avons à la NASA, nous confirmons cette inquiétude, même si certains sites abordent cette question en mélangeant un peu les choses. Il est vrai que des informations sérieuses sur ce point particulier sont difficiles. En 1998, Jacques Attali a su quelque chose de très concret sur le sujet. Il s’est refusé à en faire état. C’est quelque chose de trop dangereux, a t-il laissé entendre. C’est tout dire.
        Vous évoquez également un rapport entre notre période et celle de Noé. Il est vrai que nos contemporains sont totalement aveugles sur ce qu’est le monde réel.
        Trader Noé rejoint votre opinion qui est pour lui une certitude (d’où son nom). La planète finance ne sera plus du tout la même dans les dix prochains mois. En outre, tandis que les gens seront sur les plages, bien des choses pourraient survenir. C’est pourquoi nous n’avons pas attendu les attaques de Moody’s contre les banques françaises pour glisser, depuis plusieurs semaines, un certain “message” que d’aucuns ont compris…
        Une personne ayant une profession importante au sein de la BNP a exprimé sa “vive inquiétude” à un contact avec lequel nous avons eu un entretien en début d’après-midi.
        Terminons cette intervention pour adresser un message de confiance en l’avenir.

  4. Mais non ce ne sera pas la fin du monde, juste un ajustement …
    Vu où nous en sommes arrivé, un changement ne peut être que souhaitable.
    Mais les ténèbres règnent, que va t-il en sortir ?
    D’autres ténèbres

  5. Alors là, Ribouldingue je ne te suis plus.
    Je preferais l’option entre-aide et solidarité. Je ne crois plus aux elections depuis longtemps, ni a aucun partie politique.
    Je suis pour un changement radical du système qu’il faut “repenser” de A à Z. Y’a du boulot j’en conviens. Il faudra du temps et la solidarité me semble une bonne base de reflexion et d’action.
    Dans cette optique, un effondrement du système actuel est peut être une chance. Et au lieu de penser à sauver ses billes personnelles il serai plus utile de penser à une suite fondée sur de vraies valeurs. Parce que ceux qui ont provoqué la situatiuon actuelle ont certainement une idée en tête et je suis pas certain qu’elle soit la meilleure.

    • J’écoutais une vidéo d’Alex Jones ce matin (en anglais). La situation est très grave. Les yankees sont en train de nous concocter une guerre mondiale. C’est toujours ce qui s’est passé après une crise financière. L’effondrement actuel se traduit déjà par des guerres dans une grande partie de l’Asie, au Moyen-Orient et en Afrique. Et ce n’est malheureusement pas fini, je le crains. Les yankees provoquent la Chine au travers du Pakistan et la Russie au travers de la Syrie. Actuellement un exercice militaire d’intimidation a lieu en Mer Noire, à la frontière sud de la Russie, en même temps qu’un bateau de guerre US se dirige vers la Syrie et qu’Hillary Clinton dit qu’il n’y a pas de possibilité de marche-arrière pour la Syrie (propos cité de tête). L’Inde et la Chine, deux puissance nucléaires, affutent leurs armes.
      De tout ça, nous sommes collectivement responsables, parce que nous ne nous sommes jamais opposé. Parce que nous ne nous sentions pas concerné lorsque les américains tuaient et empoisonnaient des générations en Irak et ailleurs. Parce que nous ne voulions pas voter sous prétexte que ça ne sert à rien, que ça ne changerait jamais.
      Alors maintenant, nous risquons fort de devoir payer la note. Il ne va peut-être pas nécessaire de foutre le système par terre, il est déjà en bonne voie.

      La cause de tout ça ?
      A mon avis, la cupidité évidente des banksters, la complicité de nos dirigeants (tous de gauche comme de droite depuis Pompidou), notre refus d’assumer nos droits et devoirs de citoyens et la raréfaction des ressources naturelles.
      Une vidéo de Webster Tarpley circulait récemment sur le web et concernait un livre écrit par JP Holden, conseiller scientifique de Barraque à Mama :-).
      Ce livre préconisait entre autre une réduction de la population à un milliard d’individus (nous sommes actuellement proche de 7 milliards) : Shoa multiplié par 1000 pour fixer les esprits. Et ce n’est pas la seule déclaration de ce type. D’autres oligarques se sont livré à des déclarations similaires.

      Les catastrophes climatiques se suivent depuis la catastrophe du Golfe du Mexique. C’est systématique: sécheresse, incendies maintenant début des épidémies. Il est à craindre que nous allons bientôt avoir des difficultés pour nous nourrir.
      Par dessus ça ajoutons la “catastrophe” de Fukushima, qui n’est peut-être pas du tout une catastrophe naturelle, et une autre qui se prépare peut-être, aujourd’hui même, aux Etats-Unis avec la cru du Mississipi.

      Alors oui, il faudra de la solidarité lorsque la nourriture manquera, lorsque le chauffage manquera (si les bombes ne tombent pas avant). L’argent ou l’or ne se mangent pas. Ils pourront nous rassurer un certain temps jusqu’à ce que les autorités déclarent que le jeu est fini, qu’il faut ramener nos avoirs dans les banques.
      Cette solidarité devrait être relativement facile dans les campagnes. Mais il faudra aussi nourrir les villes et il ne faut pas rêver, on ne va pas nourrir le monde. Si on arrive à nourrir nos citoyens ce sera déjà beaucoup. Cette solidarité doit être d’abord nationale parce que l’on est né ici et que nos parents sont nés ici, dans ces villages, dans ce pays, que les hommes et les femmes de ce pays ont la même langue et la même culture que moi et que c’est ça qui nous unit. Si on peut aider ailleurs, il faudra le faire évidemment mais dans la limite de nos possibilités.

      Voila. Maintenant comment feront nous ça s’il n’y a pas de volonté politique, s’il n’y a pas un minimum d’organisation ?

    • Le plan Pike date de plusieurs centaines d’années, l’évangile selon St Jean, de plus de mille an.
      Ce que je vois aujourd’hui, c’est plus une Amérique (vaccinée au sionisme certes) qui s’oppose au reste de monde, que ce soit à l’Afrique, à l’Asie ou au Moyen-Orient. Les ***Rappetout***.

  6. c’est maintenant que l’Amerique devient dangereuse , un géant aux pieds d’argile,mais un géant qui emporte tout le monde dans son Agonie…

  7. Bon je re-post ma réponse à Ribouldingue car apparement elle disparue. J’espère ne pas faire un doublon.

    “J’ai pas de solution toute faite Ribouldingue. J’espère et j’ai confiance aux “hommes de bonne volonté” quand le moment sera critique. Il va falloir devenir autonome par rapport au système, ne plus compter sur lui d’aucune manière.
    Ce que je souhaite c’est un changement de mentalité profond afin de ne pas reproduire le schéma actuel qui sera forcement pire.

    Tout ce que je peux dire c’est qu’il faut se préparer sérieusement et surtout dans les villes, investir dans l’outillage à main, dans des semences, beaucoup de semences car il y a (heureusement) beaucoup d’espaces verts dans les villes et chaque bout de terre sera précieux à travailler. L’alimentation sera le nerf de la guerre. On parle aujourd’hui officiellement d'”une gouvernance mondiale alimentaire” dans les merdias. Note qu’ils choisissent leur mots et que les intempéries mondiales les arrangent un peu beaucoup. Ils sont en marche.”

  8. > J’ai pas de solution toute faite Ribouldingue.
    Moi non plus. Je pèse le pour et le contre et j’essaie de choisir le meilleur chemin. Mais je peux me tromper comme tout le monde.

    > J’espère et j’ai confiance aux « hommes de bonne volonté » quand le moment sera critique. Il va falloir devenir autonome par rapport au système, ne plus compter sur lui d’aucune manière.
    Les «hommes de bonne volonté» ça fait un moment que je n’y crois plus. En ce qui me concerne, je préfère militer dans un parti dont je ne suis pas sûr qu’il détient les clés de la solution, mais parce que je suis sûr que les autres ne la détienne pas. On ne deviendra pas autonome parce que l’on ne sait plus être autonome. Faire pousser des légumes et les conserver pendant l’hiver, se chauffer au bois, élever du bétail, l’abattre, le dépecer et le découper en morceaux. On ne sait plus (en tous cas pas moi). On ne peut devenir autonome que par la dépendance envers d’autres personnes, la solidarité.

    > Ce que je souhaite c’est un changement de mentalité profond afin de ne pas reproduire le schéma actuel qui sera forcement pire.
    Moi aussi mais il ne faut pas jouer au Bizounours. Le schéma pire, c’est 50 à 85 % d’extermination de l’humanité. Regarde autour de toi. C’est une personne sur sept qui peut être survivra. Ton père, ta mère, ton frère, ta soeur, ton épouse, ça n’en fait que 5. Ce n’est pas suffisant, il faut plus.
    Le schéma nationaliste, c’est peut être pareil, si j’en juge de l’histoire. Mais je préfère mourir en combattant plutôt que dans l’attente d’une solution hégémonique d’une oligarchie qui se fout de nous.

    > Tout ce que je peux dire c’est qu’il faut se préparer sérieusement et surtout dans les villes..
    Ce n’est pas sans intérêt. Il faut voir ce qui s’est passé à Cuba après le choc pétrolier, et je ne suis pas pro-communiste. Ils ont commencé à faire pousser des légumes partout, sur chaque coin de terrasse, sur chaque espace public et ils ont survécu. C’est aussi ça la solidarité. Aider d’abord mes enfants, puis mes nièces, puis mes voisines, puis mon village et ainsi de suite, comme dit JMLP. Il ne faut pas se voiler la face, l’Amérique est en guerre contre le monde comme le disait Mitterrand (celui qui n’était pas pédophile). Elle a des moyens quasi-illimités tant que le dollar dure. J’ai entendu beaucoup de gens me dire “Si j’avais vécu la 2ème guerre mondiale, j’aurais été résistant” et que font-ils aujourd’hui alors que nous sommes au bord d’un holocauste dont nous n’avons même pas idée de l’ampleur. Ils se taisent et bien moi je n’ai pas envie de me taire. J’ai envie de gueuler : Réveillez-vous ! Voyez ce que font les grecs et les espagnols. Je ne sais pas si c’est la solution mais je sais que rester sans réagir est suicidaire.

  9. Ribouldingue, je parlais d’une autonomie de la population par rapport au système. Et pas d’une autonomie de moi tout seul face au monde entier. Personne ne sait tout faire. Il va falloir se débrouiller entre nous par l’echange de services, de savoirs faire et de savoirs, sans compter sur l’argent. C’est ça le changement de mentalité. Avec en prime, toujours penser à partager ce que l’on “possède”, car dans le cas contraire, un affamé te le prendra par la force.
    Tu peux me traiter de Bisounours si ça te fait plaisir mais je ne vois pas l’interêt de vivre dans un monde où la peur de l’autre serai la première règle.
    “Mais je préfère mourir en combattant plutôt que dans l’attente d’une solution hégémonique d’une oligarchie qui se fout de nous.” parce ce que tu crois que le Front national (ou tout autre parti politique) ne fait pas partie de l’oligarchie ? et c’est moi le naïf ?
    J’ai aussi envie de combattre mais je ne prendrais pas les armes que m’impose le système, car mon combat resterai sous son contrôle et donc perdu d’avance.
    Il faut faire preuve d’imagination et d’inventivité. Trouver d’autres moyens de combats, les plus improbables et inattendus pour l’oligarchie.

    Il ne faut pas sous estimer “l’homme de bonne volonté”, ce potentiel caché dans la plupart des êtres humains. Enlève ton attention de la télé et regarde autour de toi, vois tu autant de criminels qu’on te le laisse croire aux infos ? sont-ils majoritaires ? non. On va te montrer les “voleurs de sacs à main” guidés par l’envie de posseder (engendrée par les médias de l’oligarchie) ou par manque de drogue (commerce organisé par l’oligarchie) ; c’est uniquement pour cacher les vrais criminels, ceux qui affament, torturent, massacrent, détruisent sans état d’ame toute forme de vie, faune, flore, humains. Ceux ci sont une poignée, sont très riches, sont très puissants et ne sont pas “excusable”.

    Le secret réside ici : ils sont peu nombreux. Ils le savent et cherchent à nous diviser. Les partis politiques en sont un moyen. Faut pas tomber dans le panneau. Le secret c’est l’union au delà des partis politiques.Effectivement l’Espagne et la Grece sont un bon début tant que le mouvement n’est pas récupéré.
    Le système fonctionne grace à nous. Arrêtons de le faire fonctionner, c’est à la portée de chacun de nous (si on s’entraide), chacun à son niveau. Pas besoin d’être violent ou de brandir des pancartes pour ça.

    • > Ribouldingue, je parlais d’une autonomie de la population par rapport au système. Et pas d’une autonomie de moi tout seul face au monde entier.
      J’ai parlé de solidarité et je répète que cette solidarité à des limites qui doivent être bien comprises. Elle ne peut que s’exercer en cercle concentrique. De l’individu vers son entourage familial d’abord, géographique ensuite (mon village, ma région, mon pays, etc.).

      > Personne ne sait tout faire. Il va falloir se débrouiller entre nous par l’echange de services, de savoirs faire et de savoirs, sans compter sur l’argent.
      Ca j’ai déjà essayé sans vrai succès. Il y a les SEL, réseau d’échange solidaire, qui semblent plutôt être des cercles fermés sans grand intérêt.

      > Tu peux me traiter de Bisounours si ça te fait plaisir mais je ne vois pas l’interêt de vivre dans un monde où la peur de l’autre serai la première règle.
      Je ne te traite pas de Bizounours. Je dis que l’on va vivre dans un monde de plus en plus dangereux et qu’il ne faut pas se voiler la face. Pour survivre, il faudra s’entraider et je n’attends pas la catastrophe pour ça.

      > parce ce que tu crois que le Front national (ou tout autre parti politique) ne fait pas partie de l’oligarchie ? et c’est moi le naïf ?
      Il faut choisir entre plusieurs solutions. On a donné, on a vu depuis le départ de de Gaulle le pays a été vendu aux banksters. Il y a plein de démonstration sur le web dont l’excellent site d’Etienne Chouard sur l’argent-dette basé sur les travaux du seul prix Nobel d’économie Français Maurice Allais récemment décédé ou la vidéo de Paul Grignon sur l’argent-dette: http://etienne.chouard.free.fr/Europe/forum/index.php?2010/01/09/105-l-argent-dette-2-promesses-chimeriques
      Les seuls politiques à s’opposer à cette oligarchie sont, comme je l’ai déjà dit, Dupond Aignan et Marine le Pen. Maintenant si tu crois que le Front National fait partie de l’oligarchie, je te conseille de lire l’article de Thierry Meyssan interviewant Emmanuel Ratier sur le Siècle, notre club oligarchique français
      http://www.voltairenet.org/Emmanuel-Ratier-Le-Siecle-est-la
      et de vérifier la liste des participants à la dernière réunion du Siècle

      >. Enlève ton attention de la télé et regarde autour de toi,
      Je passe 20 minutes devant la télé le matin, ça me suffit.

      > Le secret réside ici : ils sont peu nombreux. Ils le savent et cherchent à nous diviser. Les partis politiques en sont un moyen. Faut pas tomber dans le panneau.
      Ca me rappelle un livre que je viens de lire récemment et qui s’appelle “L’oligarchie, ça suffit” d’Hervé Kempf. L’analyse est bonne mais quand il en arrive au moyen de contrer le problème, il en vient à la démocratie. Mais la démocratie, ça n’existe pas, ça a existé dans la Grèce antique quand quelques dizaines (centaines ?) de gens se rencontraient pour discuter des problèmes de la ville en omettant déjà les esclaves et les pauvres. C’était déjà l’oligarchie.
      Le problème aujourd’hui est entre la *mondialisation* ou le *nationalisme*. Michel Rocard disait “La France ne peut pas accueillir toute la misère du monde, mais elle doit en prendre fidèlement sa part.” C’est proche de ce que je pense. Il faut une solidarité d’abord locale, régionale, nationale puis si on peut aider les autres on le fait suivant nos moyens.

      > Effectivement l’Espagne et la Grece sont un bon début tant que le mouvement n’est pas récupéré.
      Méfiance pour l’instant…

  10. J’ajouterai qu’un simple arret mondial synchronisé de toute activité, ne serai ce qu’une heure, ferait son petit effet. Une énorme flashmob quoi !

  11. faudrait que les gens arretent de pousser leurs Caddy une heure ,une petite heure pour faire la Nique au systeme libéral…
    mais ils sont tous presque lobotomisés par cette pseudo démoncratie !

    • Et dans l’heure suivante ils seraient le double à la caisse et ça ne changerait rien au niveau du chiffres d’affaires.
      Pourquoi ne pas penser aux solutions alternatives qui existent aujourd’hui de coopératives d’éleveurs et d’agriculteurs. La majorité de ce que ma famille et moi consommons viennent de ces petites coopératives.
      Quand à la démo(n)cratie, qui a un sens religieux qui me déplait, je préfère parler d’absence de démocratie. L’escroquerie du Traité de Lisbonne, la déclaration unilatérale de guerre pour des pays d’Afrique le démontre. Quelle démocratie quand un homme (bon, j’ai décidé d’être gentil) peut déclencher une guerre dans en informer les “représentants” (qui ne représentent en réalité rien que leurs intérêts) du peuple.
      La révolte monte. il est temps !

Répondre à Ribouldingue Annuler la réponse

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici