Kadhafi / OTAN : réponse du berger à la bergère…

308

Un avion de l’Otan a “accidentellement” frappé une colonne des forces rebelles libyennes dans la région de Brega (est) le 16 juin, a reconnu l’Alliance atlantique. L’Alliance a précisé dans un communiqué qu’après avoir examiné les rapports sur une de ses frappes aériennes, elle a constaté qu’elle avait frappé des forces rebelles dans la région de Brega jeudi. L’Otan confirme que les véhicules atteints faisaient partie d’une colonne rebelle souligne le communiqué. Cet incident s’est produit dans une zone de conflit entre les forces de Mouammar Kadhafi et les opposants poursuit le communiqué. “Nous regrettons toute perte en vies humaines ou toute blessure dues à cet incident”, conclut le communiqué de l’Otan.

Dans la foulée, le régime de Kadhafi accusait l’Otan de commettre des crimes en Libye. Répondant aux accusations de crimes de guerre et de crimes contre l’humanité lancées par le Premier ministre Baghdadi Mahmoudi à Tripoli, la porte-parole de l’Otan Oana Lungescu a affirmé dans une déclaration que les déclarations de Kadhafi et des membres de son régime sont outrancières. C’est Kadhafi et son régime qui attaquent systématiquement et brutalement le peuple libyen a-t-elle souligné.

Les insurgés libyens attendent toujours une aide financière

Le responsable des Finances et du secteur pétrolier au sein des autorités formées par les insurgés libyens a accusé les pays occidentaux de ne pas respecter leurs promesses d’aide financière. L’Italie compte par ailleurs “réfléchir à une date” pour mettre fin à son action en Libye. Sur un plan militaire, l’Italie songe en effet à abréger son action en Libye. Le ministre italien de la Défense Ignazio La Russa a indiqué vouloir commencer “à réfléchir à une date” pour mettre fin à la partie active de sa mission en Libye, au-delà des trois mois pour lesquels l’OTAN vient de s’engager. Tout changement de politique n’interviendrait pas avant la fin de la période actuelle de 90 jours, ouverte depuis le début du mois de juin, au cours de laquelle la participation de l’Italie aux raids aériens contre le régime de Mouammar Kadhafi a été autorisée, a-t-il toutefois ajouté.

Dans une interview à Reuters, Ali Tarhouni a affirmé que la production pétrolière de l’est de la Libye, contrôlé par les insurgés, était désormais complètement suspendue en raison des dégâts matériels provoqués par les combats contre les forces du régime de Mouammar Kadhafi. “Nous n’avons plus (d’argent). Nous commençons à manquer de tout”, a-t-il dit. “C’est un échec complet. Soit ils (les pays occidentaux) ne comprennent pas, soit ils s’en moquent. Rien ne s’est concrétisé pour l’instant. Et vraiment rien de rien.”

Le 8 juin dernier, lors d’une réunion du “groupe de contact” sur la Libye, à Abou Dhabi, les insurgés libyens ont obtenu plus d’un milliard de dollars de promesse de financement.

1 COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici