Les banquiers réclament à la Grèce le tribut de chair !

73

Wolfgang Hetzer, chef du Département du renseignement de l’évaluation stratégique et de l’analyse à l’Office européen de lutte antifraude (OLAF) à Bruxelles a publié un ouvrage intitulé La Mafia Financière. Récemment, il a donné au journal die Welt quelques éléments d’information qui éclairent lumineusement le scandale, le drame humain qui se joue en Grèce et fera jurisprudence pour d’autres pays… dans peu de temps.

Dans son ouvrage, Wolfgang Hetzer rend les complicités bancaires et politiciennes pratiquement responsables de la crise actuelle et des souffrances des populations qui subissent une crise où l’on cherche à soutirer des citoyens leurs économies pour boucher les trous d’opérations carrément mafieuses. Wolfgang Hetzer met en cause les machinations des gestionnaires financiers et des politiciens, qui ont conduit à la Grande Dépression et la crise de la dette européenne.
Wolfgang Hetzer : “Il y a les coupables dans l’industrie financière qui continuent à conclure des paris. Et il y a leurs soutiens dans la politique qui leur ont permis ces paris et les ont laissés ne prendre aucune mesure affectant le périmètre accessible aux banquiers d’investissement. La liste des transgressions de la politique est longue.(…)” Les politiciens ont fermé les yeux sur les risques que les banquiers ont généré pour la pérennité du Système. Des banques ont pris des positions risquées totalement disproportionnées par rapport à leurs fonds propres. Pire, affirme Wolfgang Hetzer, les banquiers ont obtenu des politiciens qu’ils leur permette d’encadrer le cadre législatif de leurs opérations spéculatives. Dans cette chaîne de complicités, les politiques ont permis aux banquiers d’envoyer leurs propres avocats pour légiférer ! C’est comme si l’on demandait aux parrains de la mafia de réglementer leur propre traffic. D’ailleurs, ce n’est pas anodin si Wolfgang Hetzer a choisi comme titre de son livre La Mafia Financière.

On s’aperçoit donc que le politique a été privatisé comme le législatif ! Le fait que les experts de la bureaucratie gouvernementale aient fait défaut a permis aux avocats des institutions financières et donc de l’industrie financière, de fixer leurs propres règles. Conséquences : les banquiers prenaient le maximum de risque sachant que les politiciens feraient payer les contribuables. Les politiciens se rendent compte qu’ils sont maintenant en première ligne face aux citoyens. Seules les forces de l’ordre protègent leurs déplacements. Les politiques se sont laissés balader sur la scène mondiale par l’industrie financière comme on tire une vache avec un anneau dans le nez. L’industrie financière a privatisé la politique à coups de milliards. C’est bien à cette conclusion qu’est parvenue la Commission du Congrès américain quand elle a tenté d’établir les circonstances qui ont mené à la crise financière.

Nous avons donc obtenu un véritable système mafieux. Les partis politiques sont donc sous la coupe de la BANQUE. Bien évidemment, il arrivera un moment où l’on donnera au peuple (longtemps aveuglé par l’abandon des valeurs morales de notre civilisation chrétienne), quelques bouc-émissaires. Cela a toujours été ainsi dans notre histoire. D’une manière générale, ce sont même les banquiers du cartel bancaire qui financent les leaders de la contestation. Cela s’est ainsi passé avec la Révolution de 1789 ou la Commune de Paris.

Et maintenant la Haute banque réclame son tribut de chair aux leaders politiques grecs

Ces leaders politiques, qui ont déjà demandé aux contribuables de payer les pertes d’une gestion scandaleuse des banques, sont maintenant sommés d’exiger des politiciens grecs qu’ils livrent leur pays et leurs citoyens au cartel bancaire. La Grèce doit payer parce que c’est le pays ciblé pour faire JURISPRUDENCE. Ce n’est que le premier domino d’une longue chaîne de cadavres ambulants, dont la France. Les politiciens français des deux principaux partis politiques (symptomatique de la dialectique hégélienne thèse/antithèse) sont d’accord pour faire passer l’inadmissible. Nous avons en France un président qui s’est déjà fait menaçant avec des propos devenus célèbres :

“On ira ensemble vers ce nouvel ordre mondial. Personne, je dis bien personne ne pourra s’y opposer. Car à travers le monde, les forces au service du changement sont considérablement plus fortes que les conservatismes et les immobilismes.”

Dans le paradigme mis en évidence par Wolfgang Hetzer, la présidence française a choisi son camp : les ennemis des peuples. Doit-on s’étonner du fait du passé de Mme Lagarde avec les banquiers des Etats-unis, qu’elle rêve de devenir le fonctionnaire le mieux payé pour dépecer les Etats et servir au mieux les intérêts des superviseurs du soldat JP Morgan ?

Tester les populations

Les politiciens de la zone euro ont donné deux semaines à la Grèce pour adopter un nouveau plan d’austérité très impopulaire si elle veut obtenir l’argent frais dont elle a besoin pour éviter une faillite qui provoquerait une onde de choc mondiale. Cet argent qui ne servira qu’à payer des intérêts… pour éviter aux banques prédatrices d’enregistrer une méga perte au passif de leur bilan. Des sources inter-bancaires annoncent qu’une grosse banque française (nous taisons le nom) fait du nettoyage dans son système informatique pour maquiller les opérations douteuses au cas où…

Les ministres des Finances de la zone euro se retrouveront le dimanche 3 juillet pour finaliser l’aide à la Grèce, a annoncé leur chef de file, le Luxembourgeois Jean-Claude Juncker, espérant que d’ici là le Parlement grec aurait entériné un nouveau train de mesures d’économies et de privatisations. [Voir sur ce point le tout dernier numéro de LIESI -232- qui cherche à faire une démonstration “convaincante”.] Lors d’une première réunion dimanche à Luxembourg, les ministres européens ont en effet repoussé le déblocage de la prochaine tranche des 110 milliards d’euros de prêts promis l’an dernier à Athènes avec le Fonds monétaire international, dans le cadre d’un premier plan de sauvetage. Ils exigent avant cela que le Parlement grec adopte, le 28 juin, un nouveau train de mesures d’économies et de privatisations. Parallèlement, ils ont fait miroiter des aides supplémentaires à plus long terme, qui pourraient représenter une centaine de milliards d’euros et dont les grandes lignes sont aussi attendues pour début juillet. Mais cela reste une déception pour Athènes, qui espérait l’annonce immédiate d’un déblocage des fonds.

10 Commentaires

  1. ok d’accord pour cette mafia, mais jusqu’ou cela vat il aller, exclusion de la zone euros ou gueurre, dites en mot francais quelle est la finalitée de l’histoire

    • UN GOUVERNEMENT MONDIAL,UNE MONNAIE MONDIALE,UNE RELIGION MONDIALE,UNE NOMENKLATURA
      MONDIALE,UNE HUMANITE REDUITE A L ETAT D UN TROUPEAU DE BOVINS !!!

  2. Les forces au service du changement sont considérablement plus forte… Pourriez vous me dire de quelles forces parlait Sarko ?
    Merci de me répondre
    Cordialement.

  3. Cherchent-ils à “demanteler” la Grece, en vendant les biens et entreprises publics, en retirant toute autorité au gouvernement pour finalement mettre ce pays sous la tutelle de l’Europe ?
    Possible que c’est aussi le sort réservé aux autres pays dans la tourmente financière. Le résultat sera une gouvernance européenne. M’étonnerai pas de Sarko.

  4. a eiffel72

    Ce cartel bancaire pardi. Prenons le cas de la France. Pompidou empêche à la banque de France de prêter à l’état. Donc les banques privées le feront. cela se traduit par plus de 45 milliards d’euros qui partent de la poche de français tous les ans. Cela n’avait pas lieu d’être avant Pompidou,. car ces 45 milliards ne servent qu’à payer les intérêts de la dette, pas la dette elle-même., Avant, il n’y avait pas d’intérêts à payer. L’état n’allait pas payer des intérêts sur de l’argent qu’il s’est fabriqué.

    Additionnons ces 45 milliards avec tous les autres pays qui sont tombés dans le même piège, et on arrive à une somme colossale. Ce cartel bancaire a donc un pouvoir immense !

    • A tarci,

      Merci, Mais il y a aussi les famille oligarchiques occultes qui se trouve derrière le cartel, a vrai dire ils travaillent tous dans le même sens pour mettre leur projet en place qui est le nouvel ordre mondial.
      C’est pas très catho tous se monde là. C’est désespérant pour nous.

  5. […] Wolfgang Hetzer, chef du Département du renseignement de l'évaluation stratégique et de l'analyse à l'Office européen de lutte antifraude (OLAF) à Bruxelles a publié un ouvrage intitulé La Mafia Financière. Récemment, il a donné au journal die Welt quelques éléments d'information qui éclairent lumineusement le scandale, le drame humain qui se joue en Grèce et fera jurisprudence pour d'autres pays… dans peu de temps. Dans son ouvrage, Wolfgang H … Read More […]

  6. Extrait de cet article de Lucille Baume paru sur le site du réseau Voltaire:

    “Les gros bras Gates et Rasmussen tentent une nouvelle extorsion de fonds”
    …/…

    “Rappelons le contexte : en 2010, un État membre de l’OTAN, de l’UE et de la zone euro (la Grèce) ne parvient plus à rembourser ses emprunts. Pour le sauver, il a été convenu non pas de réduire sa dette, mais de l’accroître. Les Etats-Unis, l’Allemagne et la France l’ont renfloué, par le biais de l’UE et du FMI, tout en le contraignant à acheter des avions de combat et des sous-marins pour se défendre contre un autre État membre de l’OTAN (la Turquie). Alors qu’Athènes ferme ses services publics et brade ses entreprises d’État, il se voit obligé d’entretenir un budget de Défense délirant, presque double (en proportion) de celui de la France. Résultat : un an après le pays implose”

    .

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici