Grèce : la manipulation a un coût !

294

L’agence de notation Standard and Poor’s vient d’annoncer que les plans d’aide en discussion pourraient constituer un défaut de paiement. Les scénarios imaginés par les créanciers, notamment français, pour contribuer au nouveau plan d’aide à la Grèce “conduiraient probablement à un défaut de paiement selon nos critères”, a indiqué l’agence de notation financière S&P.

Un plan proposé par la Fédération bancaire française (FBF) offre de réinvestir 70% des sommes remboursées par la Grèce au titre des obligations arrivant à échéance, tandis qu’une deuxième option engagerait les créanciers privés à réinvestir 90% des montants remboursés par l’Etat grec dans de nouvelles obligations. Standard and Poor’s juge que ces deux options conduiraient à un défaut de paiement car si elles ne constituent pas strictement un “échange” de dette, elles sont assimilables à une “quasi restructuration”. “Les investisseurs qui pensaient qu’une solution miracle, c’est-à-dire une restructuration (de la dette grecque, ndlr) qui n’entraînerait pas une note de défaut, avaient enfin été trouvée la semaine dernière sont désormais déçus”, commentaient les analystes de Commerzbank.

1 COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici