Libye : sombres calculs politiques de la Turquie

33

Tandis que la rébellion libyenne lance une offensive majeure sur le front ouest avec l’objectif d’être à portée de canon de Tripoli, les insurgés sont épaulés par le parachutage d’armes françaises et des frappes accrues de l’OTAN. Les rebelles qui ont gagné du terrain dans les combats sur le front ouest, cherchent notamment à reprendre Bir Al-Ghanam, un carrefour stratégique à quelque 50 km au sud de la capitale libyenne, bastion du régime de Mouammar Kadhafi.

Ankara hausse le ton

Pays plutôt proche du régime, la Turquie vient de hausser le ton en annonçant le non-remplacement de son ambassadeur à Tripoli et en appliquant les sanctions économiques – décidées en février par l’ONU – visant des caciques du régime et des banques. Autre symbole fort : le chef de la diplomatie turque vient d’effectuer une visite à Benghazi, la capitale rebelle. Ces développements surviennent au moment où une solution négociée du conflit semble dans l’impasse, les protagonistes campant sur leurs positions près de cinq mois après le début d’une révolte devenue guerre civile.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici