La Chancelière A. Merkel s’implique dans les relations entre Washington et l’Arabie saoudite

48

Dans le prochain numéro de LIESI nous verrons entre autres, à travers l’affaire DSK et la Grèce, que l’Allemagne a été mise sous pression par le tandem Washington/Paris. Dans la période actuelle où des fissures apparaissent et deviendront béantes au plus fort de la tempête, bien des pays sont en rupture d’alliance. L’Allemagne est de ceux-là, comme l’Arabie saoudite !

La presse allemande s’est fait l’écho depuis le week-end dernier de la vente imminente de 200 chars de combat Leopard 2 à Ryad, sans que l’information ne soit confirmée côté allemand.  Ces informations ont déclenché une polémique menée par l’opposition mais aussi par certains membres du parti conservateur de la chancelière, qui y voient une violation de la politique habituelle de l’Allemagne qui ne vent pas d’armes lourdes à des dictatures, et encore moins dans cette région du Golfe déjà instable. Mme Merkel a contré ce dernier argument en assurant que son gouvernement apportait évidemment sa contribution pour continuer à soutenir le développement de la démocratie en Afrique du nord et au Proche-Orient. La chancelière allemande Angela Merkel a défendu le silence de Berlin sur la possible vente de chars à l’Arabie saoudite, estimant qu’il y avait de bonnes raisons de garder le secret sur ce type de transactions. Les débats et les décisions du Conseil fédéral de sécurité (qui doit donner son aval à la vente d’armes lourdes à l’étranger) sont confidentiels pour de bonnes raisons, affirme la chancelière dans un entretien au quotidien bavarois Mittelbayerische Zeitung. Mme Merkel estime en outre que le Parlement est suffisamment informé avec le rapport annuel sur les exportations d’armes allemandes qui détaille les ventes d’armes et de munitions.

Au sein de la coalition gouvernementale, on s’inquiète également de la polémique grandissante, notamment chez les alliés libéraux (FDP) de la chancelière. Le responsable parlementaire FDP des Affaires étrangères, Rainer Stinner, a ainsi estimé que cela (nuisait) au gouvernement et cela (nuisait) à l’Allemagne quand seules des voix critiques sont audibles. Au-delà de ces critiques, l’attitude de la chancelière est significative d’un monde qui change. L’Arabie saoudite est en train de s’adapter au retournement d’alliance d’avec les Etats-Unis.

1 COMMENTAIRE

  1. Je pense que pour le moment,il ne faut pas exagérer l’éloignement diplomatique des
    vassaux de Washington,ceux-ci sont encore bien sous contrôle des Etats-Unis,notemment
    la plupart des elites dirigeantes allemandes.
    Ecouter cette autio:
    http://911nwo.info/2011/07/06/carton-rouge-a-zbigniew-brzezinski-conseiller-special-dobama/
    Se référer également aux travaux de Pierre HILLARD sur la fondation BELTERSMANN.
    L’Allemagne est encotre bien arrimée au camp atlantiste.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici