Euro : une semaine plutôt agitée s’esquisse

63

Alors que la crise de la dette qui frappe la Grèce menace de se propager à d’autres pays de la zone euro, comme l’Italie et l’Espagne, des commentaires du président de la BCE Jean-Claude Trichet et de la chancelière allemande Angela Merkel ce week-end ont rajouté “de l’incertitude” sur le marché. Désormais, on se prépare pour un sommet extraordinaire des dirigeants de la zone euro qui doit avoir lieu jeudi et dont l’objectif affiché est de décider d’un deuxième plan d’aide à la Grèce. Cette perspective est considérée comme un “événement à risque” par les cambistes.

Voici le message le plus important du président de la banque centrale européenne : les gouvernements de la zone euro seront “responsables” de la dette grecque en cas de défaut de paiement d’Athènes. Il estime que si les décisions des gouvernements conduisent à un défaut de paiement, même partiel, de la Grèce, “ceux-ci devront faire en sorte d’apporter des garanties au système euro”, c’est-à-dire à la Banque centrale européenne (BCE) et aux banques centrales des pays membres de la zone euro, afin de protéger la monnaie unique. Nous sommes donc bien loin des discours d’hier !

En fait, les Allemands commencent à se lasser de payer pour les autres. La Chancelière A. Merkel réclame désormais que les banques mettent la main au portefeuille, espérant faire passer la pilule à une opinion publique réticente à régler les dettes des autres.

D’aucuns, avec raison, estiment que cette attitude d’A. Merkel traduit un problème évident entre les dirigeants européens et ceux d’Allemagne. La première moitié de cette semaine sera donc placée sous l’incertitude…

Pour LIESI, l’Allemagne se prépare à quelque chose qui nécessite de convertir ses euros en quelque chose de tangible.

5 Commentaires

  1. Angela, elle en a plein les bottes du cinéma avant la seconde guerre mondiale l’Allemagne à deja connue WEIMAR ca laisse des traces, elle voit gros comme une maison que ca va recommencer. Trop tard Angela tous les états vont entrer les uns derrière les autres dans la centrifugeuse, c’est bien en amont qu’il fallait prendre des décisions courageuses, vous les politiques vous avez vendu votre ame aux puissances d’argent et sa n’est pas la main qui recoit qui décide mais bel et bien la main qui donne.

    • nous allons vers une alliance transatlantique europe amérique du nord, mais il faut d’abord associer le mexique avec les états unis puis le canada pour créer ce que l’on appelera le bloc amérique du nord. l’ensemble final comportera 850 000 000 de “consomateurs”. Ceci appelera à la création d’une monnaie unique, certains la nome deja l’amero ou bien d’autre le sphinx.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici