Grèce : cacophonie entre l’Allemagne et la France

192

Il y a quelques heures, la chancelière Angela Merkel a prévenu qu’il n’y aurait « pas de grande avancée spectaculaire d’un coup » au prochain sommet des dirigeants des pays de l’Union monétaire à Bruxelles. Pour les protagonistes du fédéralisme, il faudra sans doute attendre encore. Signe de désaccord entre Paris et Berlin, le ministre français des Affaires européennes Jean Léonetti a prévenu que le sommet ne déboucherait peut-être pas sur une solution « totalement définitive qui règle définitivement les problèmes des dettes souveraines des pays de l’euro ». Xavier Musca, homme-clé des négociations à Paris sur la crise de la dette assiste à de nombreuses réunions informelles afin de présenter quelque chose de cohérent pour ne pas affoler les marchés.

Bien évidemment, la question d’un défaut de paiement ou non de la Grèce reste au centre des débats. La France a rappelé par la voix de son ministre des Finances François Baroin qu’elle ne voulait pas entendre parler d’« événement de crédit » d’Athènes. Or, la plupart des options envisagées mettant à contribution les créanciers privés de la Grèce entraîneraient de facto un tel « événement de crédit » ou un défaut partiel de la Grèce. Autre point de désaccord : l’Allemagne veut impliquer les créanciers privés de la Grèce dans le sauvetage de ce pays, pour des raisons politiques, mais la Banque centrale européenne redoute un engrenage dangereux pour le secteur bancaire.

Mme Lagarde, qui représente l’establishment de Wall Street a donné de la voix pour reprocher ouvertement à la zone euro de ne pas avoir de «plan d’action cohérent» face à la crise de la dette publique, qui pourrait connaître une « issue tout à fait imprévisible ». Mais entre nous soit dit, les factions oligarchiques ne seraient-elles pas intéressées par une « issue tout à fait imprévisible » ?

Terminons en signalant, pour montrer l’énorme manipulation à laquelle on assiste, combien les agences de notation se font silencieuses durant toutes ces tractations…

1 COMMENTAIRE

  1. l’allemagne va t’elle obliger ses partenaires européens à changer de braquet au risque de les époumoner jusqu’à leur abandon total et l’écroulement ?

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici