Trader Noé – Les cours se rapprochent du précipice

292

Rappelez vous des mails précédents. Jeudi dernier avec les accords concernant la Grèce, nous avions parlé immédiatement des interventions des agences de notation.

Ceci a bien eu lieu avec Fitch (vendredi) et Moody’s (lundi).

Maintenant nous nous rapprochons à nouveaux des points très intéressants.

BNP 46 euros

Crédit agricole 8.2 euros

Société générale 33.8 euros
En voyant tout ce qui se passe, il est fort probable qu’une (ou plusieurs) interventions aient lieu.

Si ces interventions ont lieu lorsque les cours bancaires sont proches des points ci-dessus, accrochez vos ceintures au wagonnet, et prenez quelques pièces au passage.

22 Commentaires

  1. ca dépend ce que l’on appel aujourd’hui mais si l’on va dans le précipice je pense que cela ne fait plus aucun doute, là ca ne tiens plus qu’à un fil à la rentrée de septembre on va franchir un nouveau cap. Surtout que comme d’habitude les politiques font tout dans le dos des Francais pendant qu’ils sont en vacances, Sarkosy demande aujourd’hui aux sénateurs et aux députés de faire des réstrictions budjetaires pour l’équilibre des comptes de l’état ce qui “éviterai à la France de perdre son triple A”. Septembre va etre à un nouveau tournant pour les difficultés à surmonter pour les Francais.

  2. Je crois que les interventions ce sont plutôt les banques centrales, les Etats ou la banque elle-même qui agissent en sous-mains pour soutenir artificiellement les cours.
    Ou la bourse elle-même qui ferme quelques heures ou connaît un problème informatique.

    Pour compléter le commentaire de clavreul, je crois que c’est la première année que Sarkozy a demandé aux ministres de rester disponibles et vigilants cet été. Ca paraît anodin mais il faut lire entre les lignes.

    • non,non ludo je pense que TRADER NOE parle d’interventions des agences de notations qui plomberaient les banques si il devait y avoir de nouvelles dégradations des notes.

  3. Pour info, extrait de la Chronique Agora de ce jour :

    “Mauvais signe : les insiders vendent leurs titres
    Marc Mayor

    ▪ Le S&P 500 a pris 5% au premier trimestre, 6,5% sur le semestre — et tout le monde a crié victoire. Sauf que les vraies raisons de cette progression sont tout bonnement alarmantes : les entreprises s’endettent pour racheter leurs propres actions.

    Des actions que les initiés vendent ! Ce qui nous attend s’est déjà produit à l’issue des nombreux rachats d’actions de 2004/2008 : un marché qui s’effondre…

    ▪ 124 milliards de dollars pour racheter leurs propres titres…
    Oui, 124 000 000 000 $, c’est la somme que les grandes sociétés américaines ont dépensée pour racheter leurs propres actions au premier trimestre. C’est-à-dire deux milliards de dollars par jour d’ouverture des marchés boursiers.

    L’effet sur les cours est mécanique : réparti sur moins d’actions, le bénéfice par action prend l’ascenseur, ce qui rassure les investisseurs à courte vue et pousse les marchés artificiellement vers le haut. Vive les hausses du premier trimestre.”

    Pour info, le vous recommande de vous abonner à la newsletter quotidienne (gratuite) de
    http://la-chronique-agora.com , c’est très intéressant et complémentaire à LIESI.
    Eux aussi recommandent l’or depuis plusieurs années, et ne croient pas à la reprise et à toutes ces fadaises.

  4. La prochaine étape de la crise affectera inéluctablement le Portugal, l’Irlande, l’Espagne, l’Italie voire la France que les banques perdront des montants considérables quand plus personne ne pourra procéder au “bail-out” des poids lourds de l’UEM.
    Ce qui est dramatique, c’est qu’un peu partout en Europe, et en France en particulier, presque toutes les formations politiques, mise à par une qui se prononce en faveur d’une sortie rapide de l’Euro -qu’elles soit supposées de droite (UMP) ou de gauche (PS)- vivent dans la même célébration du mythe de “l’euro salvateur” au lieu de se rallier à une politique qui limiterait le plus possible le pouvoir central interventionniste et l’influence des banques, comme actuellement le font les Nouveaux Républicains et Tea Party essayant de la mettre en place aux USA en luttant pied à pied contre le socialisme centralisateur d’Obama, organisé en réalité au profit du lobby bancaire qu’il a installé au pouvoir.

    De Gaulle disait qu’ “Une bonne monnaie, c’est une monnaie ni forte ni faible mais une monnaie stable” et que, pour y parvenir, il faut la gager sur “Le seul actif tangible et ne portant la marque d’aucun État en particulier, c’est-à-dire l’or“.
    Telle est la leçon que les acteurs des marchés vont vraisemblablement infliger aux hommes politiques dans les mois à venir, prouvant encore une fois que toutes les monnaies fiduciaires de papier, au surplus apatrides et rejetées par les peuples comme l’euro qui ne profite qu’au cartel bancaire, plus ou moins vite perdent totalement leur valeur en terme de pouvoir d’achat vis-à-vis de l’or -dont le prochain objectif de hausse se situe vers 1.800 USD l’once-.

    La seule porte de sortie raisonnable dans le respect des traités initiaux, c’est de revenir aux monnaies nationales gagées par des encaisses-or maximales, pas seulement pour les PIIGS mais aussi pour la France et autres “grands” Etats, en s’inspirant de la politique qu’avait menée le général De Gaulle dès son retour au pouvoir en 1958.
    Pour solder l’endettement massif de la France accumulé sous la IVéme République et la perte de valeur constante de la monnaie nationale pendant la même période, de Gaulle avait décidé à raison, en décembre 1958 de dévaluer fortement le franc français de 17,55% et de revenir à l’équilibre strict des finances publiques (en particulier, en mettant progressivement fin aux ruineuses guerres coloniales et au drame algérien).
    Puis, le 1er janvier 1960, il créa le nouveau franc sur la base de l’échange d’un nouveau franc avec 1oo anciens francs, mais en accumulant des réserves massives d’or visant à garantir ainsi la stabilité retrouvée de la nouvelle monnaie, tout en participant au Marché commun européen sur la base du respect de l’indépendance et de la souveraineté de la France, c’est-à-dire en refusant toute dérive fédéraliste européenne.

    Résultat: la France connut près de dix ans de stabilité monétaire, de budgets équilibrés, d’excédents de commerce extérieur, de croissance économique, d’absence de chômage et de progrès social. Aucun gouvernement n’a fait mieux depuis. De Gaulle n’était pas un étatiste ni un keynésien en matière monétaire mais un libéral (à l’image de son conseiller Jacques Rueff) persuadé qu’il fallait le plus possible couper le lien entre le pouvoir politique et l’émission monétaire et, pour ce faire, revenir à l’étalon-or.

    A ceux qui pensent que la fédéralisation des Etats pour créer les Etats Unis d’Europe permettra de résoudre les problèmes, il faut leur conseiller de se tourner vers les USA pour constater toutes les difficultés qu’ils traversent – endettement abyssal, et faillites – quand le pouvoir central n’est détenu que par une bande de cupidon bancaire empétrés dans une mélasse de CDS et d’actifs pourris qui chaque jour les contraignent à montré la paille dans l’oeil du voisin pour cacher la poutre dans le sien.

    Le baromètre du désastre monétaire, financier et boursier annoncé, c’est quand l’or (la meilleure valeur refuge) monte en francs suisses (la moins mauvaise des monnaies fiduciaires de papier), ce qui à nouveau a recommencé depuis trois semaines.

  5. TRADER NOE nous dit de surveiller les valeurs bancaires, mais j’ai du mal à croire qu’elles vont s’écrouler le CA est à 8,886 ce soir, les banques sont soutenues par la BCE qui injecte du cash non ?

  6. oui clavreul du cash, de la monaie de singe, oui, c’est cela la veritée, ecoutez certain economiste de renom, ils le disent tous a demie mot, on va vers le fond, aujourd’hui a la bourse cac 40 , c’etait
    visible.

    • Le procès de DSK est reporté au 23 août.

      Au delà des implications de DSK dans un plan B qui n’a pas plu au cartel, cet “acharnement” ressemble de plus en plus à un chantage sur la classe politique française.

      Soit vous acceptez de vendre les bijoux de famille maintenant soit on sort les affaires du tiroir …

      Je pense que la France est un des tout prochain sur la liste :

      “Les finances françaises sont considérées comme les plus fragiles des pays membres de la zone euro dotés d’une note triple A.”

      Le lien :

      http://fr.reuters.com/article/frEuroRpt/idFRLDE76P02H20110726

      Quant au soldat Lagarde, dont le procès a été reporte au 4 août, pas d’inquiétude :

      http://www.europe1.fr/France/Affaire-Tapie-arret-favorable-a-Lagarde-644507/

      Mais il faut qu’elle fasse le boulot … sinon …

      Un plan de carnage du FMI en France sera d’autant plus “efficace” avec l’ancienne ministre des finances.

  7. SOROS est uniquement liquide :

    http://www.moneyweek.fr/20110758514/actualites/actu-economie/fonds-george-soros-garder-liquidites-75/
    (Sur l’or,c’est PIPO …)

    Et n’accèpte plus que la clientèle familiale :

    http://www.romandie.com/news/n/PRESSELe_fonds_de_George_Soros_va_devenir_exclusivement_a_but_familial260720111607.asp

    Autrement dit, il se tient prêt, avecsa grande famille, à faire d’énormes acquisitions … d’état runiné …

    Retour au Moyen Age …

    Qu’en pensez-vous de la position de M Soros.

    • Soros vend son or car il estime qu il n’y a plus de risque d’inflation, c’est un peut ce foutre du monde ca non ? en tout les cas moi quand je vais faire mes courses ca me parait tout l’inverse. L’or est monté à 1630 dollars aujourd’hui, Soros aurait du attendre pour vendre !!!

  8. La monnaie n’est qu’un aspect de la crise globale qui est spirituelle due au au matérialisme ontologique occidental qui par contagion submerge la planète. L’arbre de cette désacralisation empoisonné par la technoscience a pour fleur la barbarie financière et pour fruit la lutte de tout le monde contre tout le monde avec une saveur de désespérance et de souffrance.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici