Impuissance des dirigeants de la BCE et le « message » du MARCHE

290

Dimanche dernier, les agences de presse signalaient une réunion d’urgence pour 18 heures des gouverneurs de la Banque centrale européenne. Quelques heures après, juste avant l’ouverture des marchés asiatiques, des porte-parole de la BCE déclaraient que la France et l’Allemagne étaient à l’unisson pour soutenir les réformes européennes. Pas très clair… (Cliquer pour lire la suite.)

Lundi matin, le plan masqué apparaît : des tombereaux d’euros sont déversés par la BCE pour racheter les actions des bancaires qui s’envolent avant de reculer fortement quelques heures plus tard. Voilà l’art consommé des banquiers centraux de dépenser de l’argent à pure perte. Par contre, on se souvient encore des menaces de la BCE contre n’importe quel pays européen en crise, soucieux d’aider ses « pauvres ».

Ce que l’on ne dit pas… Vendredi, juste avant la clôture du marché de Paris, quelques ordres sont donnés… DEUX MILLIARDS sont échangés en quelques minutes et selon des sources de marché, il y a eu de gros paquets qui ont vendu les bancaires. Ces gens connaissaient-ils l’information de Standard and Poor’s ? On l’ignore, mais ils avaient en tout cas un excellent tuyau. Ils savaient que la BCE et ses plans n’iraient pas loin, que les cours des bancaires plongeraient dès la semaine prochaine.

Au bout du compte, la BCE se goinfre d’obligations toxiques. La BCE a acheté un cinquième de la dette de l’Irlande, de la Grèce et du Portugal… pour RIEN. La BCE ne respecte même plus les fameux traités européens. On continue cependant cette politique suicidaire. La BCE achète les dettes des gouvernements italien et espagnol. Une semaine avant cela, les membres du conseil d’administration de la BCE se querellaient sur ce problème ! Bref, nous voyons que ces gens, grassement payés, jettent l’argent par la fenêtre et donnent l’impression de ne rien comprendre au monde dans lequel ils vivent. L’employeur des gouverneurs de la BCE est-il en train de faire passer un message que d’aucuns peinent à entendre : c’est le système qu’il faut changer… et puisque la majorité ne comprend pas, c’est le « marché », cette masse d’argent anonyme et vagabonde, qui va dicter sa loi.

10 Commentaires

  1. Seules les banksters ont la main sur “le marché” et les vraies décisions. Vivement le retour du Glass-Seagall Act ….

  2. « Ils jettent l’argent par les fenêtres »
    Peut-être vaudrait-il mieux que ce soit le conseil d’administration qui passe par la fenêtre !

    Ceci me rappelant une annotation sur l’un des livres de J.Ziegler « Une Suisse au-dessus de tout soupçon » ou « La Suisse lave plus blanc » je ne sais plus lequel :
    Si vous voyez un banquier suisse sauter par la fenêtre, sautez derrière il y a de l’argent à gagner.
    L’ennui pour eux c’est qu’aujourd’hui ils sautent depuis le 10ème étage !

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici