Le fédéralisme européen et des soucis partagés

368

On en parle beaucoup dans le sillage du porte-parole de l’establishment bancaire français, Jacques Attali. On oublie cependant que les Allemands, en participant à la création de l’euro, voulaient profiter de l’absence de fédéralisme budgétaire : cela lui a économiquement largement profité. Par contre, les pays faibles sanctionnés par un euro fort ont profité de taux d’intérêt bas. Communément tout le monde s’accorde pour reconnaître que cela « a conduit à une inflation basse permettant aux pays auparavant peu vertueux de profiter de taux d’intérêt à l’allemande, favorisé une convergence des cycles d’activité et évité les crises de change », écrit Philippe d’Arvisenet (directeur des Etudes économiques de BNP paribas). Il y eut cependant une conséquence de taille : « un endettement excessif, parfois public (Grèce), parfois privé (Espagne, Irlande) qui a, in fine, entraîné une montée de l’endettement public ». Maintenant, plusieurs politiciens et certains économistes recommandent le fédéralisme budgétaire (un budget commun). En réalité, ce sujet n’est pas du tout à l’ordre du jour. Chacun a ses propre problèmes, y compris les Allemands.

Un « trou » de 127 milliards d’euros pour les banques allemandes

Les dix premières banques allemandes ont besoin d’un supplément de fonds propres de 127 milliards d’euros, rapporte le Frankfurter Allgemeine SonntagsZeitung, citant une étude de l’institut d’études économiques DIW. Selon Dorothea Schäfer, directeur d’études des marchés financiers du DIW, le ratio de ces banques rapportant les fonds propres au total du bilan doit être relevé au moins à 5%. (Reuters)

 

18 Commentaires

  1. C’est une hérésie de vouloir fondre des économies si différentes et reposant sur des bases aussi diverses. Quels points communs entre l’économie grecque et allemande?

  2. Sur zerohedge ils ont fait un diagramme des dettes entre les pays europeens. C’est le premier diagramme sur

    http://www.zerohedge.com/news/european-sovereign-debt-cant-we-all-just-net-along

    Le deuxieme diagramme represente ces memes dettes, si on aggregent les dettes reciproques ou croisees. Par exemple, l’Irlande doit 80 millions d’Euro a l’Allemagne et l’Allemagne doit 50 millions a l’Irlande. Autant simplifer par l’Irlande doit 30 millions a l’Allemagne.

    Apres 3 iterations, en incluant des aggregations triangulaires (le Portugal doit a l’Espagne qui doit a la France, simplifie par le Protual doit a la France), il est beaucoup plus clair de voir qui est vraiment endette.

    Au final, la France n’est quasiment pas endettee et c’est l’Angleterre qui est a la ramasse, quasiment autant que tous les PIIGS reunis !!! Et vu la situation economique la-bas, ca m’etonerrait fort qu’ils arrivent a rembourser tout ca…

    Mais j’imagine qu’il est hors de question de raisonner comme cela car les banques ne percevraient plus leurs intermediaires.

    Si ils disent vrai c’est une belle arnaque que ces dettes europeennes.

    • Super graphique !

      Très éclairant sur France , Grande Bretagne , Portugal , Irlande , Grèce , Allemagne et Espagne.
      En acronyme et en utilisant les raccourcis habituels de leur nom , cela donne:

      FUK PIGGS

      C’est un résumé de l’état des dettes souveraines.

    • Merci, Très interessant. En fait, la dette, c’est “si je le veux bien !”
      Ils jouent à quitte ou double : soit l’embrouille passe comme une lettre à la poste auprès des populations.. et c’est jakpot pour les banques, les multinationales via les gouvernements, soit ça ne passe pas du tout, mais alors pas du tout : c’est la revolte et le chaos ; la dette se peut se dénouer toute seule comme par magie, il suffit de tirer su la bonne ficelle .. mais c’est les Anglais qui font la gueule.

  3. Ne pas oublier que le phénomène de compensation se fera ,certes des pays à pays ,mais concernant des établissements bancaires différents ….
    Donc cela ne peut se faire qu’après la mort du système bancaire et sa nationalisation.
    En outre, si l’on prend le cas de la France, elle aurait très peu de dettes souveraines externes et sa propre dette publique est une arnaque dont les intérêts versés correspond à la quasi totalité du principal .

    http://monnaie.wikispaces.com/Arnaque

    En réalité nous voyons bien que l’on ne doit rien .
    La France pourrait être un pays riche , les Français heureux et prospères.
    Il s’agit bien d’un problème politique mis en place par des ordures sociopathes qui nous destine à plus de rigueur, de pauvreté ,de servitude.
    Il faut dénoncer sans cesse l’arnaque de la dette et la dictature financière qui est parfaitement démontrée.

  4. Un autre article interessant sur Zerohedge ou ils pensent que si la Grece veut (ou est poussee) bientot a se mettre en defaut de paiment, un bon timing serait … demain !!!

    En effet il doivent repayer 800 millions d’interet sur des obligations long termes et plutot que les jeter par les fenetres, ca serait plus malin de se mettre en defaut avant de les payer…

    Et apparement il y aurait un bon coup a jouer pour les banques qui detiennent des CDS dont l’expiration est le 21 Sept.

    http://www.zerohedge.com/news/september-20-greek-default-day

    PS: DSK a apparemment sorti a son tour que les carottes etaient cuites pour la Grece.

    Affaire a suivre demain. Qui sait ?

  5. En résumé:
    Euro fort=faible taux d’intérêt=Argent facile = incitation à des politiques d’emprunts massives=Dettes publiques=Faillites et Ruines des états

    Les banquiers et les politiques qui les ont servi sont des criminels…Ils ont vraiment intérêt a s’être fait construire des citadelles armées pour se protéger, sinon les peuples leur couperont tous la tête au moment du chaos généralisé.

  6. Info ou intox, je ne sais pas, mais il semblerait qu’en ce moment, l’usine de Pessac tourne à plein. Pourquoi donc?
    Aucune info dans la presse pourtant…

  7. Aprèd l’annonce par Siemens “société Allemande”d’arrêt totalement la fabrication de centrales nucléaire samedi 17 septembre 2011. (Dépêche AFP)

    L’Allemagne annonce :

    **
    Allemagne: 250 milliards d’euros nécessaires pour sortir du nucléaire (KfW)

    Berlin (awp/afp) – La banque d’investissement de l’Etat allemand, KfW, a estimé lundi à 250 milliards d’euros au total les investissements nécessaires en Allemagne d’ici 2020 pour sortir du nucléaire et passer aux énergies renouvelables.

    http://www.romandie.com/news/n/Allemagne_250_milliards_d_euros_necessaires_pour_sortir_du_nucleaire_KfW190920111509.asp

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici