Les laquais du FMI au service de Tim Geithner

85

Le 20 septembre, l’économiste en chef du Fonds monétaire international, Olivier Blanchard, a certainement fait plaisir au secrétaire d’Etat au Trésor US, Tim Geithner, en reprenant son message : il a exprime craindre une attaque des « MARCHES » contre l’Italie et avertit que les Européens allaient devoir ouvrir encore plus largement leurs portefeuilles pour payer… et si cela ne suffisait pas, il y avait la BCE. On entend ici le ricanement de Tim Geithner : « Petits européens, vous vouliez donner des leçons à l’Oncle Sam, et bien vous allez être servi parce que votre banque centrale va détruire votre monnaie d’échange, tandis que mes amis de Wall Street vont pulvériser vos Etats ».

Bien sûr, Olivier Blanchard s’exprimait lors d’une conférence de presse à Washington. Les MARCHES attendent que les gouvernements européens inféodés aux lobbies de Wall Street pressent le gouvernement italien de trouver encore et toujours plus d’austérité pour rassurer sur le moyen d’équilibrer ses finances publiques à long terme. Son message est celui-ci : « …Mais si, pour une raison ou pour une autre, les MARCHES commencent à penser que la dette de l’Italie n’est pas viable et commencent à demander des taux d’intérêt de 8, 9, 10%, alors il est clair que la dette de l’Italie n’est pas viable. C’est une chose très simple à comprendre ». Sur la télévision France 24, il a appelé l’Europe à être prête, pour le moment par l’intermédiaire de la BCE, mais de manière plus générale, à financer l’Italie.

De véritables Européens s’uniraient pour contrer ces magouilleurs, ces faussaires de la Banque centrale américaine. Mais on s’aperçoit que l’on est confronté à des froussards qui ne pensent qu’à sauver leurs guêtres.

Notons que l’intervention de l’économiste en chef du Fonds monétaire international, Olivier Blanchard, a suivi, comme par enchantement, la décision prise par l’agence d’évaluation financière Standard and Poor’s d’abaisser la note attribuée à la dette de l’Italie, d’un cran à A, « en raison de perspectives de croissance faibles et de la fragilité du gouvernement de Silvio Berlusconi ». Il est certain que ce genre de personnage du FMI ne risque pas de se trouver dans une situation désagréable dans une chambre d’hôtel de Washington… Pitoyable.

5 Commentaires

  1. @ LIESI.
    Je relisais hier soir votre lettre du 15 septembre. Elle est très claire et votre commentaire de ce matin l’est tout autant: après le “l’amuse-gueule grec”, l’establishment US prépare le monde à l’assaut sur l’Italie. Toutefois, je ne comprends pas pourquoi vous ne placez pas la France sur la liste des états les plus en faillite, alors que notre dette est bien plus volumineuse que celle de l’Irlande ou de l’Espagne…

    • La France est la prochaine sur la liste, juste après l’Italie. Ils l’ont même dit sur France24 hier soir, c’est vous dire si ça devient officiel… 😉 Chi va piano va sano, on en coule 1 à la fois…

    • Dette publique,c’est exact,mais je pense qu’il faut aussi tenir compte de la dette privée qui plombe les bilans des banques…sans compter les dérivés toxiques…Le réservoir de l’épargne Française sauve notre pays pour l’instant,mais il est attaqué à sa base par cette guerre monnétaire dollar euro,et par la dévalorisation des bancaires en bourse.Cette conjuguaison est très difficile pour notre pays,et la dette publique qu’on nous rabache à longueur de journée, cache d’autres combats mortels de l’ombre…

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici