Trader Noé – CAC40 SP500 et BUND

151

L’indice CAC 40 n’est pas parvenu à franchir son premier support important à 2750 points et un rebond technique a eu lieu. Il s’agit encore une fois d’un simple rebond technique dans une tendance de fond qui reste très baissière.

On pourrait même qualifier ce rebond de “gros piège”. Cette remontée pourrait inciter la majorité des gérants à prendre position en leur faisant croire que les actions ne sont pas chères.

La Main Anonyme semble apprécier l’argent frais !

L’indice SP 500 descend moins rapidement que l’indice CAC 40. En Europe, les problèmes ne sont pas résolus et pourraient surgir d’un coup en ramenant l’indice CAC 40 sur les 2750 bien plus fragile. Une fois franchi, l’indice pourrait déraper vers 2350-2250 points.
L’indice E-mini SP 500 est assez proche de sa résistance qui se situe toujours à 1200-1220 points.
Si celle-ci était franchie, alors l’indice CAC 40 pourrait dépasser les 3000 points et se rapprocher des 3330 points.

Dans un premier temps, nous observerons les 2990-3000 points pour l’indice CAC 40 et les 1200-1220 pour l’indice E-mini SP 500.

Le 26 août, nous avions fait un point sur le BUND en disant que “tant qu’il était au-dessus des 133, la tendance restait haussière”. Celui-ci s’est rapproché des 140 ce qui signifie que les banques (institutionnels) ont besoin d’emprunter à des taux très très bas.
Actuellement, celui-ci commence à s’essouffler un peu et la rupture des 135 puis 133 pourrait inciter le cours à se rapprocher du support des 130.
Tant que l’évolution se fait au-dessus des 133, la tendance de fond reste haussière mais pour que la hausse se poursuive, il faut désormais franchir la résistance majeure des 140.

14 Commentaires

  1. Ce que fait la BCE avec l’euro c’est un peu comme de mettre 5 litres d’eau pour 3 cl de sirop, on dilue…on dilue…on dilue ! on a une once d’or revenue à 1667 dollars l’once avec un euro à 1,34 dollar ce qui fait quand meme une once à 1244 euros.

  2. La Soc gen + 8.09%, BNP + 9.38%, CA + 7.58% quelque chose se prépare du coté de la Grèce ? meme avec une montée à + 8.04% l’action Natixis ne vaut toujours que le prix d’un sandwich SNCF à 2.3 euros.

  3. C’est surtout les banques Européennes qui vendent de l’or papier, j’ai lu ça quelque part. Ils essaient de maintenir le cours XAU/EUR tout en récupérant des liquidités ?

    Autre chose (dont j’ai retrouvé la source) : J’ai lu un article de Charles Gave économiste :

    http://lafaillitedeletat.com/2011/09/24/lor/

    J’ai préféré les commentaires des lecteurs et notamment :
    “..l’or valait 37 dollars l’once en 1971 et culmine une décennie plus tard à plus de 800 euros soit une multipication par 22. Nous n’en sommes qu’ à X 6 par rapport à 2000 et l’or au début de cette année 2011 n’était qu’à 1400…”

    Charles Gave a l’air d’être un bon économiste mais son avis au sujet de l’or est inquiétant, qu’en pensez vous ?

    • Charles Gave préconise aujourd’hui de vendre son OR pour acheter des actions, ce monsieur est un économiste qui prépare des analyses pour le 20h de TF1 ?

  4. L’effondrement commercial est commencé, non !
    Vue le nombre de commerce qui ferme partout, je dirais que nous sommes déjà dans le stade 2, et le suivant n’est pas bien loin.

  5. Je pense que nous sommes qu’au un tiers du parcours du stade 1.
    Bien sûr des “effets collateraux” se font déja ressentir sur le plan commercial.
    Et ils sont plutôt “virils”.
    Mais ce n’est que le début, mais point encore l’effondrement commercial.

    • Le tiers du parcours du stade 1, c’était 2007. Je décompose cela différemment : stade 1 (2007-2009) stade 2 (2009-2011) stade 3 (2011-2013). Mon opinion c’est que nous nous trouvons au troisième tiers du stade 2.

  6. excellent Loala, au 13h de france 2 : l’or n’est plus une valeur refuge, les particuliers vendent leur OR ayant peur que le cours poursuive sa chute !

  7. Nous vivions vraiment une période de manipulation hallucinante !!
    Ce matin j’écoutais BFM Bussiness, c’était à vomir !
    A part Olivier Delamarche, tous les autres sont bons pour la poubelle !

    Leur discours est navrant, ils ne comprennent rien, n’apprennent rien des erreurs déjà faite…

    Ils sont convaincus que s’endetter un peu plus nous sauvera, car la croissance va enfin repartir…

    Et pendant ce temps-là :

    BNP PARIBAS +16,46%
    SOCIETE GENERALE +14,05%
    CREDIT AGRICOLE +11,66%
    CAC40 + 5,33%

    Je sens que la main invisible va vraiment se gaver dans quelques jours !!!!!!!!
    Ces abrutis de gérants croient que les politiques apportent enfin de vraies solutions à la crise (FESF), et que donc cette fois on repart pour de bon à la hausse !

    Ahahaha !!!
    Ces idiots seront plumés dans quelques temps, et la main invisible se gavera !!

    Et pendant ce temps-là des gens vendent leur or (par peur de le voir fondre), et achètent des actions…
    Ahahaha !!!

  8. Formation de vague scélérate sur les marchés (Albert Edwards)
    Jeudi 22 septembre 2011. 10h50.

    ==> http://www.zonebourse.com/actualite-bourse/Formation-de-vague-scelerate-sur-les-marches-Albert-Edwards–13807940/?imprimer=1

    ” Préoccupés par les perspectives d’investissement, de nombreux clients disent attendre l’émergence d’un catalyseur avant d’apporter des ajustements majeurs à leurs portefeuilles. Ce catalyseur est désormais perceptible. Une formation de vague scélérate vient d’être repérée au sein de l’indice S&P 500. Dans le même temps, bien que l’attention des marchés porte essentiellement sur les Etats-Unis et l’évolution de la situation dans la zone euro, une conséquence majeure de la vigueur du dollar, à savoir le drainage des liquidités hors des marchés émergents, ne devrait pas échapper aux investisseurs.”

    ” Parmi les moins appréciées et les moins comprises des nombreuses forces pernicieuses ayant agi sur l’économie mondiale ces dix dernières années figurent les liens en matière de taux de change semi-fixes qui se sont établis entre de nombreux marchés émergents (en particulier la Chine) et le dollar.”

    ” La plupart des investisseurs ne semblent pas percevoir la principale distorsion produite par cette manipulation de devises. Cela n’a rien à voir, comme beaucoup sont tentés de le croire, avec la baisse des rendements obligataires américains liée au recyclage de l’excédent commercial chinois. C’est plutôt l’interventionnisme illimité sur les marchés des changes qui entraîne un gonflement de la masse monétaire et des prix des actifs en Chine. Mais le dollar est en train de se ressaisir. Comme en 2008, cette reprise du dollar va contraindre la Chine à cesser de faire tourner la planche à billets et frapper durement son économique domestique.”

    ” Pour ceux qui cherchent une raison ou un signal technique indiquant que le cycle haussier est terminé et que nous sommes de nouveau aux prises avec un marché baissier structurel, nous tenons à évoquer l’analyse de Dominic Picarda. Ce dernier a déterminé qu’une vague scélérate venait de se produire au sein de l’indice S&P. Il a identifié huit vagues scélérates dans le S&P 500 sur les 83 dernières années. Toutes se sont traduites par des pertes abyssales. La baisse moyenne après une vague scélérate s’est élevée à 40% sur 20 mois.”

    ” S’il est une chose que ma longue expérience m’a enseignée, c’est que même lorsque les clients partagent notre avis, ils conservent des positions dans lesquelles ils ont une confiance limitée à long terme, afin d’éviter d’encourir le risque opérationnel d’avoir vu juste, mais de s’être trompés sur le timing. L’indicateur Coppock a été créé par Edwin Coppock à la demande de l’Eglise épiscopale pour identifier des opportunités d’achat pour les investisseurs à long terme. Il a été publié pour la première fois dans le magazine Barron’s le 15 octobre 1962.”

    ” Un signal d’achat est généré lorsque l’indicateur est inférieur à zéro et qu’il s’oriente à la hausse après avoir atteint son point le plus bas. Cet indicateur suit la tendance et se fonde sur les moyennes. Ainsi, de par sa nature, il ne recommande pas d’acheter au prix le plus bas du marché, mais indique plutôt quand une reprise s’est installée. Comme l’explique Dominic Picarda, une vague scélérate se forme comme suit : l’indicateur Coppock donne initialement un signal de vente (comme il l’a fait l’été dernier). Toutefois, l’indicateur s’est redressé une nouvelle fois, en avril 2011, sans être entré une seule fois en territoire négatif. La vague scélérate est finalisée ensuite, avec un nouveau signal de vente, l’indicateur Coppock formant une sorte de schéma en double-sommet.”

    ” Nos lecteurs réguliers savent que nous aimons surveiller la liquidité mondiale. L’un des indicateurs couramment utilisés est la croissance des réserves de change mondiales. Celle-ci est principalement tirée par les économies émergentes, au premier rang desquelles la Chine, qui maintient un taux de change semi-fixe avec le dollar américain. Peter Tasker estime que les autorités chinoises se trompent lorsqu’elles pensent que le Japon s’est condamné au marasme au milieu des années 1980 en autorisant une appréciation rapide du yen en réponse à la pression politique américaine. En réalité, Peter attribue le problème du Japon à l’extraordinaire hausse du prix des actifs autorisée par le pays.”

    ” L’impression de quantités illimitées de monnaie chinoise pour maintenir son taux de change a inévitablement favorisé le gonflement des bulles d’actifs domestiques et la croissance galopante du crédit. Gavyn Davis souligne que le FMI a montré de façon concluante que, par le passé, l’assouplissement monétaire du G4 s’était transmis quasi intégralement aux pays émergents, quelle que soit leur propre conjoncture économique. L’intervention sur le marché des changes des économies émergentes est le principal mécanisme de cette transmission.”

    ” Inévitablement, l’effort monétaire visant à maintenir la parité avec le dollar fluctue avec le niveau de solidité du dollar. Dès lors que le dollar est faible, la pompe monétaire fonctionne à plein régime et, inversement, en période de vigueur du dollar (comme au S2 2008), la pompe monétaire est désactivée. Au S2 2008, les conséquences monétaires de l’appréciation du dollar ont pris par surprise ceux qui imaginaient qu’un découplage entre les actifs émergents et les matières premières était possible. Et si, comme beaucoup le pensent, le dollar s’est une nouvelle fois orienté à la hausse, les actifs émergents et les matières premières devraient à nouveau dévisser.”

    Copyright 2011 AOF
    Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici