Un week-end sous forte tension pour l’Europe

60

Angela Merkel et Nicolas Sarkozy cherchent aujourd’hui à s’accorder sur une aide aux banques européennes, étape jugée cruciale pour résoudre la crise de la zone euro. L’objectif est de “recapitaliser” les banques avant de les forcer à renoncer à une bonne partie de leurs créances auprès de la Grèce. La crise de la dette a déjà creusé dans les caisses des établissements européens des trous béants, atteignant jusqu’à 200 milliards d’euros.

La banque franco-belge Dexia est l’une des premières victimes et son conseil d’administration cherche aujourd’hui même une solution pour éviter la faillite. La situation actuelle inquiète dans la mesure où les banques, manquant de capitaux, accordent moins de crédits, ce qui asphyxie les entreprises et les ménages. Pour le moment, « la Banque centrale européenne (BCE) prend en charge l’aide d’urgence aux banques en leur rachetant des titres de dettes “pourris” et en fournissant des “liquidités”. Cela signifie qu’elle leur fait des prêts, certes illimités mais d’une durée qui ne peut dépasser douze mois ». « Jusqu’à présent, les Européens ont tenté de régler leurs problèmes avec des aides de liquidités. (…) Cela ne règle pas le problème. Cela ne fait que gagner du temps », commente le président de la Banque mondiale, Robert Zoellick, dans une interview à paraître demain en Allemagne.

En vue de la rencontre à Berlin entre Angela Merkel et Nicolas Sarkozy, le ministre allemand des Finances Wolfgang Schäuble a expliqué dans un entretien au Frankfurter Allgemeine Sonntagzeitung : « Nous devons faire en sorte que les banques disposent de suffisamment de capitaux pour faire face à un défaut de paiement partiel de la Grèce ».

Tout cela est bien beau, mais qui va payer ? Est-ce que les banques vont épargner sur leurs bénéfices, plutôt que de les redistribuer en dividendes et salaires, ou lancer des augmentations de capital, ce qui déplaira à leurs actionnaires puisque ces opérations rendent leurs titres moins rentables? Est-ce que les banques vont encore exiger de l’argent public ? En tout cas, sur ce point, les propositions entre l’Allemagne et la France divergent : la France veut pouvoir puiser dans les caisses du mécanisme de secours européen FESF pour préserver sa note de solvabilité “AAA”. L’Allemagne souhaite que les gouvernements déboursent eux-mêmes les sommes nécessaires.

Selon le Welt am Sonntag de ce dimanche, un « compromis se dessine ». « Paris soutiendrait Berlin dans sa volonté d’augmenter la décote des titres de dette grecque. Et l’Allemagne consentirait à permettre au FESF d’emprunter de l’argent à la BCE comme n’importe quelle banque privée pour démultiplier sa force de frappe, selon la volonté de la France. Cette stratégie se heurte jusqu’ici au veto de la BCE, qui estime en faire déjà assez et qui ne veut pas se voir transformée en “super créancier” de la zone euro ». (Source: extraits AFP)

17 Commentaires

  1. Et bien, nous y voilà !!!
    Je je pense pas que l’on va nous demander notre avis !!!

    Romandie News Texte
    ALERTE – Sarkozy: Paris et Berlin pour des modifications importantes des traités européens

    BERLIN – Le président français Nicolas Sarkozy a affirmé que la France et l’Allemagne proposeraient des modifications importantes aux traités européens, ajoutant qu’il était favorable à une plus grande intégration de la zone euro, dimanche à Berlin.

    Mme Merkel a ajouté que le but est d’avoir une coopération plus étroite et contraignante des pays de la zone euro pour éviter des dérapages budgétaires.

    (©AFP / 09 octobre 2011 18h32)

  2. Tout ça pour ça…
    Déclaration laconique de SARKO
    Pas sur que ça plaise à nos amis des marchés….

    Paris et Berlin d’accord pour des solutions globales et durables
    dimanche 9 octobre 2011 18h35 REUTERS

    RÉUNION ENTRE NICOLAS SARKOZY ET ANGELA MERKEL À BERLIN

    BERLIN (Reuters) – L’Europe devra avoir réglé ses problèmes d’ici au sommet du G20 des 3 et 4 novembre, a déclaré dimanche Nicolas Sarkozy.

    L’accord franco-allemand est “total” sur la nécessité d’apporter des “solutions globales et durables”, a déclaré le président français lors d’une conférence de presse commune à Berlin avec la chancelière allemande Angela Merkel.

    Paris et Berlin, a-t-il notamment précisé, sont “d’accord pour renforcer la structure du capital des banques en Europe”.

    Ils proposeront en outre un certain nombre d’adaptations des traités européens pour accélérer l’intégration de la zone euro, a dit Nicolas Sarkozy.

    “Nous trouverons des solutions qui assureront la stabilité financière de l’Europe et le traitement durable des problèmes”, a-t-il souligné.

    Yann Le Guernigou, édité par Sophie Louet
    Source REUTERS

    http://fr.reuters.com/article/businessNews/idFRPAE7980F420111009

  3. …la France veut pouvoir puiser dans les caisses du mécanisme de secours européen FESF pour préserver sa note de solvabilité « AAA “…

    Mais le dispositif du FESF n’est-il pas mort né ?

    La Slovaquie rejette le dispositif, donc il est certain qu’il n’y aura pas l’accord des 17 assemblées européennes nécessaires à la création du dit monstre.

    Donc avec un peu de chances Nous fêterons sous peu les funérailles des banques , de l’euro et de l’Europe.

    Si on peut par la même occasion tremper dans du goudron et ensuite dans des plumes les représentants de la troïka, ce ne sera que mieux.
    Du goudron bouillant bien entendu, les plumes collent mieux.

    Je mets une bouteille aux frais pour fêter ça.

    Traduction :
    http://www.microsofttranslator.com/BV.aspx?ref=BVNav&from=en&to=fr&a=http%3A%2F%2Fwww.zerohedge.com%2F

    • Graphique de la semaine: européenne “Parano” Hits record de 1,3 billion de dollars
      Tyler Durden’s picture
      Soumis par Tyler Durden le 08/10/2011 10:49 -0400

      Le thème de l’Europe ” Ice-neuf «phénomène n’est pas nouveau pour les lecteurs réguliers de couverture Zéro: chaque jour nous rappeler le gel de plus en plus prêts interbancaires européens (dans des formats à la fois traditionnels et d’ombre), sur les marchés monétaires différentes, dans le papier commercial , dans l’émission revenus larges fixes, et dans l’effondrement global de la liquidité du marché, si adroitement masquée pour l’instant par la rhétorique politique et quotidienne de banque centrale, qui, pour toute la gloire de son marché instinctives réaction est insinuations infondées et les mensonges simple – gardez à l’esprit que le dernier temps de la Troïka incohérent et désorganisé venu à une décision effective a été Juillet 21, avec le renflouement seconde grec, et même qui n’a pas encore été mis en œuvre! Ainsi, alors que l’espoir percole encore faiblement à la surface, le Riptide juste en dessous il a pris des proportions record. Présenter la carte que tous ceux qui ont une opinion sur l’Europe, d’une manière ou l’autre, a voir. Ici, gracieuseté de Diapason Sean Corrigan, est l’épopée “parano” dans le système bancaire européen, dans toute sa gloire, 1,3 billions de dollars, soit près du double où il était lorsque la faillite de Lehman. Les banques peuvent dire qu’ils se font mutuellement confiance, ils peuvent promettre le système est viable, ils peuvent même présenter des fausses (si l’augmentation) des indications Libor à l’organisation de collusion qui est de la BBA, mais la vérité est, en couleurs vives, présentés ci-dessous. Jamais auparavant les banques européennes stationné aussi beaucoup de leur argent durement gagné par les deux seuls piliers restants de la «stabilité», la Fed et la BCE. Et avec Dexia en passe d’être nationalisée, et une chaîne de chute imprévisible et très contagieuse, d’événements sur le point de se déchaîner sur l’Europe une fois de plus, la volonté du transpirent pire scénario et la crédibilité de la BCE sera balayé? Si c’est le cas, se préparer pour tout l’argent dans le monde à entonnoir dans le nombre binaire basée coffre-fort situé dans les serveurs de 33 de la rue Liberté. Puis les deux questions ultimes deviennent: combien de temps avant que la viabilité de la Fed est interrogé par le monde vigiles (qui ont finalement commencé à poser les bonnes questions), et qui va renflouer la banque centrale chargée de renflouer le monde?

      http://www.zerohedge.com/sites/default/files/images/user5/imageroot/2011/09/Euro%20Fear%20And%20Loathing.jpg

      British Bankers ‘Association
      Papier commercial
      La Banque centrale européenne
      fixes
      Lehman
      LIBOR
      Vigilantes

      Le thème de l’Europe ” Ice-neuf «phénomène n’est pas nouveau pour les lecteurs réguliers de couverture Zéro: chaque jour nous rappeler le gel de plus en plus prêts interbancaires européens (dans des formats à la fois traditionnels et d’ombre), sur les marchés monétaires différentes, dans le papier commercial , dans l’émission revenus larges fixes, et dans l’effondrement global de la liquidité du marché, si adroitement masquée pour l’instant par la rhétorique politique et quotidienne de banque centrale, qui, pour toute la gloire de son marché instinctives réaction est insinuations infondées et les mensonges simple – gardez à l’esprit que le dernier temps de la Troïka incohérent et désorganisé venu à une décision effective a été Juillet 21, avec le renflouement seconde grec, et même qui n’a pas encore été mis en œuvre! Ainsi, alors que l’espoir percole encore faiblement à la surface, le Riptide juste en dessous il a pris des proportions record. Présenter la carte que tous ceux qui ont une opinion sur l’Europe, d’une manière ou l’autre, a voir. Ici, gracieuseté de Diapason Sean Corrigan, est l’épopée “parano” dans le système bancaire européen, dans toute sa gloire, 1,3 billions de dollars, soit près du double où il était lorsque la faillite de Lehman. Les banques peuvent dire qu’ils se font mutuellement confiance, ils peuvent promettre le système est viable, ils peuvent même présenter des fausses (si l’augmentation) des indications Libor à l’organisation de collusion qui est de la BBA, mais la vérité est, en couleurs vives, présentés ci-dessous. Jamais auparavant les banques européennes stationné aussi beaucoup de leur argent durement gagné par les deux seuls piliers restants de la «stabilité», la Fed et la BCE. Et avec Dexia en passe d’être nationalisée, et une chaîne de chute imprévisible et très contagieuse, d’événements sur le point de se déchaîner sur l’Europe une fois de plus, la volonté du transpirent pire scénario et la crédibilité de la BCE sera balayé? Si c’est le cas, se préparer pour tout l’argent dans le monde à entonnoir dans le nombre binaire basée coffre-fort situé dans les serveurs de 33 de la rue Liberté. Puis les deux questions ultimes deviennent: combien de temps avant que la viabilité de la Fed est interrogé par le monde vigiles (qui ont finalement commencé à poser les bonnes questions), et qui va renflouer la banque centrale chargée de renflouer le monde?

  4. quel bordel on est en plein carnaval financier. Allez on coupe du bois et a fond la planche à billet vive la liquidité. La mère denise dirait aujourd’hui “ça c’est bien vrai”

    Comment va finir cette histoire et quel avenir pour nos enfants. J’espère qu’un jour on changement totalement de sytème pour vivre tranquillement sur cette planète.

    Hollande va nous sauvez (je plaisante)

  5. Sur rtl, un débat à propose de la crise de Dexia : http://www.rtl.be/videos/video/365901.aspx

    Quelques questions (faussement ?) innocentes de l’animateur, Pascal Vrebos, qui reconnaît humblement qu’il ne connaît rien à la finance :
    – Est-ce que ça se fait souvent, de prêter trois fois plus que ses fonds propres ? (…) Un chef de ménage ne ferait certainement cela…
    – Est-ce que dans le monde bancaire, il y a une sorte d’impunité ?
    Remarque d’autant plus pertinente qu’on apprend par un bourgmestre mécontent qu’en pleine crise, beaucoup de communes, encouragées par les pouvoirs de tutelle (État, régions…), avaient accepté un investissement pour lequel Dexia leur proposait un intérêt de… 13 % !
    Question au représentant des banques :
    – C’est toujours finalement depuis quelque temps les États, c’est-à-dire les citoyens, les gens qui vont mettre de l’argent dans vos banques, qui doivent en plus les aider pour les recapitaliser : ce n’est pas un peu gênant, ça ?

    Invité au débat, Paul Jorion a l’occasion d’évoquer le “fait qu’on a permis que la richesse soit concentrée entièrement dans les mains d’un tout petit nombre de personnes, et un nombre de personnes qui va diminuant”…

    • J’apprends énormément de choses avec Paul Jorion et son accolyte François Leclerc, mais je les trouve très (trop) politiquement corrects. C’est à peine s’ils dénoncent les banksters, main invisible et autres sales combines des FMI, Banque Mondiale, GS, JP Morgan et autres. Avec l’audience qu’ils ont maintenant ils pourraient faire monter la pression sur les plateaux TV et radio…..

  6. En effet, cette entretien avec Frédéric Cazenave le démontre, Paul Jorion croit encore aux vertus du fédéralisme et de la mutualisation des dettes. Dans le meilleur des cas, il n’a pas compris que l’anarchie spéculative actuelle a été encouragée par la main invisible pour accélérer la mise en place d’un gouvernement mondial.

  7. Il faut arrêter de tout mettre sur le dos des banques, la grèce n’avait rien à faire dans la zone euro, on a voulu extirper la grèce des griffes de la russie, idem pour les pays des anciens bloc de l’EST, ces pays n’avait pas le niveau pour intégrer l’Europe, l Europe qui déjà vivait bien au dessus de ses moyens, il a fallu s’endetter pour mettre à niveau ces nouveaux venus ce qui a encore creusé le déficit. Nous avons toujours exploiter l’Afrique et l’Asie depuis des millénaires, il est temps de passer à la caisse. Dieu existe et il y a une justice, pourquoi on se gaverais toujours sur le dos des pays pauvres? On leur envoie tous nos produits obsolètes et nos déchets. personnes ne dit rien, et voilà qu’on râle parce qu’il va falloir vivre plus modestement! De quoi à t-on peur, de ne plus pouvoir s’offrir le dernier i phone? de ne plus pouvoir acheter le dernier modèle d’écran plat? Tous pathétique!

    • @kardelen
      …Il faut arrêter de tout mettre sur le dos des banques…

      Crétin ou larbin ?

      Ben voyons ,visiblement vous ignorez tout de la création monétaire privée ,ou vous nous prenez pour ce que nous ne sommes pas.

      Quid de l’arnaque des dettes publiques , de la manipulation du prix des métaux précieux , de l’intégration maximale forcée de tous les pays dans l’euro pour satisfaire les banquier centraux et la création de l’endettement maximum ( la rente des banques avec l’argent inventé) et vous nous dites ce que nous devons faire !!!

      C’est stupéfiant !

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici