Trader Noé – Analyse du 25 novembre 2011

183

Après avoir atteint le seuil des 2865 points l’indice Future CAC 40 consolide un peu avant de casser les 2800 points. Sous ce niveau, c’est probablement 2650-2640 points le prochain support phare.
L’indice a un peu de retard sur l’écroulement des bancaires. L’arc à poulie vient seulement de se former…les prochaines semaines pourraient donc être très houleuses sauf si un accord se mettait en place pour que la BCE puisse intervenir sans l’opposition allemande.

De même l’indice E-mini SP 500 se rapproche du support des 1130-1090 points.

Depuis notre dernier points sur l’EURUSD vendu à 1.4150 celui-ci a encore cédé pratiquement 300 pips. Tant que l’évolution se fait sous 1.36 les supports à observer sont 1.3250-1.32. Sous ce niveau, le support majeur est 1.23.
Sous les 1.23, cela sera probablement un énorme problème à gérer avec une accélération baissière probable vers 0.95-1.

Le titre Vivendi reste dans une tendance de fond baissière avec des supports importants à 14.8-14.5. Si le cours commençait à évoluer sous ces niveaux, il faudrait alors regarder des supports éloignés peut être à 12.5-10.5 et 5 euros.
Pour éviter une poursuite de la baisse il faudrait que le cours rebondisse dans un premier temps sur les 14.8-14.5 euros.

Klepierre (secteur immobilier) est arrivé sur le support important des 18.4 euros. (Relisez l’analyse précédente du 17/11). Depuis notre dernier article le titre à cédé 11 %. Sous ce niveau, il faudrait regarder le support phare des 10 euros avec des intermédiaires à 17.5 et 16 euros. Espérons que le titre rebondira sur les 18.4 euros.

60 Commentaires

  1. A force de vendre du vent…
    Dommage pour les entreprises qui ont de bons fondamentaux. La bourse est devenue le baiser de la mort pour l’économie réel.

  2. Pour ce qui est de la BCE, je pense que nous arrivons à un point ou c’est soit l’intervention soit l’explosion. L’allemagne quoi qu’elle en dise, n’optera surement pas pour l’explosion. Un élement important la réunion aujourd’hui des ministres des finances allemand, finlandais et néerlandais à berlin (vers un euro du nord ?) sachant que des élus néerlandais ont demandé une étude par un cabinet d’analyse privé afin d’obtenir un rapport sur les conséquences éventuelles de la sortie de la zone d’un des états menbres.

  3. Une petite question sans rapport, qui a deja ete posee mais pour laquelle je n’ai pas vu de reponse (elle a pu m’echapper):

    – Pourquoi LIESI utilise un drapeau des USA comme logo?
    – Pourquoi le site de Denisto est-il .eu ?

    Il semble pourtant que vous denoncez les USA et l’EU… Alors y a-t-il une raison particuliere ?

    • Attention aux Cassandre, M. Attali n’oeuvre pas pour le bien des peuples, je le crains.
      Cet homme menace, exhorte, affole, manipule, afin de mettre en place une structure à tendance dictatoriale en Europe.

    • la stratégie ‘ attila dans cette itw est très claire:

      Convaincre de les opinions d’ aller vers une europe federale pour que celle -ci puisse emprunter , n’ étant pas endettée ( mon c..).
      Les états sont endettés , on est d’ accord, mais Attali, au lieu de plaider pour un gouvernement mondial avec Jerusalem comme capitale ( sic!) , ferait mieux de disparaitre de la scène politico-financière car il a eté viré de la BRED pour malversation.

      Pour désendetter les états, demander aux créanciers de s’ assoir sur les taux d’ interêts monstrueux et les créances assassines qu’ ils ont mis en place, sortir de l’ europe et de l’ euro…

      Ne plus donner la parole aux escrocs !

    • J Attali est une grosse m*rde sioniste!!! il rêve du chaos afin d’instaurer le Nouvel Ordre Mondial, attention c’est un faux ami du peuple…

  4. Mais bon sang ! ils attendent quoi de la BCE ? monétiser la dette ? c’est ça leur solution miracle ?

    Que va faire l’Allemagne ? quitter la zone Euro ?

    Beaucoup de questions, l’avenir nous le dira.

    • Gagner du temps. Ils pensent que plus on gagne de temps plus il y a de chance d’un retour de croissance qui permettra de financer les dettes. C’est l’absence de croissance et la baisse des recettes qui précipite le risque d’explosion systémique. Malheureusement, la croissance ne reviendra pas, elle s’est déplacée dans les émergents (émergés). De plus la rigueur imposée aux pays va torpiller le peu qu’il en reste.

      • Il y a trois scénarios possibles :
        1- l’Allemagne ne revoit pas sa position et la zone explose.
        2- Elle concocte avec d’autre pays du nord une zone restreinte. Pays vertueux avec triple A et une croissance suffisante.
        3- Elle obtient tout sur la modification des traités et revoit sa position sur les euro bonds et/ou la BCE.

        Le scénario 1 est le moins probable. Entre le scénario 2 et 3 c’est difficile à dire. Je pense que l’orientation sera donnée avec la réunion des ministres des finance allemand, finlandais et néerlandais de ce jour. Il faudra probablement scruter les déclarations et lire entre les lignes.
        Personnellement, je pencherai plutôt vers une zone euro restreinte du fait qu’elle est intenable dans l’état par les pays du sud.

      • J’ai pu lire ici ou là, que l’adjudication qui s’est mal passée pour l’Allemagne, cette mauvaise émission d’obligations, ces sont les USA et certains Européens qui pourraient être coupables, afin de punir les Teutons.
        Il refusent pour l’instant que la BCE se transforme en une sorte FED, afin de pouvoir monétiser la dette des pays souverains, je prie pour que l’Allemagne maintienne sa position, l’hyper inflation de la république de Weimar est toujours présente dans les esprits outre-Rhin.

      • Spark,
        La zone restreinte deviendra intenable ensuite. Ce ne sera qu’un question de temps.
        Pour différentes raisons :
        1. Parce que je pense que c’est l’objectif de la main anonyme de détruire tout système national afin de valider un système globalisé où les responsabilités et la représentation démocratique seront tellement diluées que seule l’oligarchie aura le contrôle sur quelque chose => je dois reconnaître que ceci ne peut être qu’une opinion, qui ne s’appuiera sur des faits que qd ceux-ci arriveront et que donc, on peut repousser cet argument si on le désire
        2. Parce que la situation des ces économies est déjà fortement détériorée. Il suffit de voir comment l’Allemagne a eu du mal à lever un emprunt cette semaine, leur population est vieillissante, le position sur le marché internationnal n’a été maintenu que grâce à une forte diminution du pouvoir d’achat de leurs citoyens et que cela se paiera.

        Ils ne feront que gagner du temps, rien de plus.

    • j’avais écrit sur le site LIESI mon désaccord avec Menthalo de voir l’Allemagne sortir de la zone euro, je le pense encore aujourd’hui. Pour l’or il faut en acquérir en ce moment car lorsqu’il va passer les 1700 dollars, ce sera le décollage.

  5. Allé, pour se changer les idées : Fulford sur son site parle d’une plainte déposée à NY le 23/11 par Neil Keenan , “Le procès qui pourrait mettre fin à la règle de gangsters de la civilisation occidentale”.
    Plainte contre, entre autres, Ban ki moon, Berluscono (coni pardon), Baniel Dal Bosco (banque du Vatican), le forum economique de Davos…
    Ceci “confirmé” sur un blog en Français (apparement pas du tout conspirationiste), avec documents à l’appui. http://adscriptum.blogspot.com/2011/11/exclusivite-mondiale-adscriptor-134.html
    Sur le site de Fulford toute l’histoire de l’or volé et les manipulations depuis 1933.
    Et bé !

    • @librezen

      Ils gagneront du temps en effet. Une zone restreinte tiendra surement mieux que les 17 si tant est qu’elle est suffisamment restreinte. A terme elle souffrira surement d’une croissance faible puisque la croissance qui nous manque est maintenant chez les émergés.

      @Melchissedech
      C’est vrai que weimar est dans les esprits mais il est peu probable qu’une monétisation entraine un effet similaire. Une inflation certainement mais probablement pas telle qu’elle le fût sous weimar. L’allemagne de l’époque était asphyxiée par des dommages de guerre exhorbitant qui leur avaient été imposés par une partie de l’europe (dont nous faisions partie d’ailleurs). Une grosse partie de leur appareil industriel leur avait été amputé après la cession de leurs provinces à d’autres pays. Ce n’est pas le cas aujourd’hui.

      • @ Spark :
        Mais la croissance réelle, la vraie n’est même pas chez les émergées. Leur croissance ne tient que parce qu’il y a de la consommation chez nous, c’est tout.
        J’étais en Chine en 2008-2009. J’y passais plusieurs séjours à Shenzhen pour la travail.
        Je peux te dire que j’ai assisté aux retours chez eux de dizaine de milliers d’ouvriers pour cause de ralentissement de l’économie mondiale. Les violences et contestations étaient quotidiennes dans tout le pays. Je ne pense pas que cela ai changé

  6. Banque : la chasse aux liquidités est lancée

    MEDIAPART

    « La BCE doit rester indépendante. Je répète au cas où je n’aurais pas été comprise. La BCE doit rester indépendante.» Au terme d’une nouvelle rencontre avec Nicolas Sarkozy et Mario Monti à Strasbourg, Angela Merkel a balayé d’un revers de la main tout changement dans le rôle de la banque centrale européenne. Les appels pressants, venus de toutes parts, pour que la BCE intervienne massivement sur les marchés obligataires, n’ont donc pas été entendus.

    Critiquant la gestion de la crise par les dirigeants européens, l’institut de finance internationale, représentant du lobby bancaire, s’était pourtant montré on ne peut plus clair mercredi: « La faiblesse de l’économie de la zone euro a le potentiel de se diffuser au reste du monde à travers un certain nombre de canaux. L’un des plus immédiats et des plus puissants est le secteur bancaire », a-t-il averti, avant de demander d’urgence l’intervention de la BCE « dans les semaines à venir».

    Si le monde financier se fait aussi pressant, c’est qu’il se sent de plus en plus menacé. Par un jeu de balancier, familier depuis le début de cette crise, la tourmente dans laquelle est pris l’ensemble de la zone euro est en train de retourner d’où elle est venue : vers le système financier, totalement déstabilisé après avoir perdu la pierre angulaire sur laquelle il s’appuyait : les dettes souveraines.

    Les risques ne cessent de grossir au fur et à mesure que les interrogations sur la zone euro s’accentuent. La solidité des banques est en question. Mais à plus court terme, c’est l’accès à la liquidité qui est en train de redevenir une préoccupation permanente. Sans oser le dire publiquement de peur de provoquer une panique bancaire, certains évoquent une situation assez comparable à celle de l’automne 2008, au moment de la chute de Lehman Brothers. La peur est peut-être excessive. Les signaux d’alerte, cependant, se multiplient.

    La première source de financement pour les banques, ce sont les dépôts. Et depuis l’été, les banques européennes notent une dégradation manifeste. Premières frappées par la crise de l’euro, les banques grecques, irlandaises et portugaises assistent à une fuite massive des capitaux. En quelques mois, leurs dépôts ont fondu de plusieurs dizaines de milliards. Et le mouvement s’étend désormais aux banques espagnoles, italiennes et françaises.

    Les entreprises américaines ont déjà pour mandat de retirer toute leur trésorerie des banques européennes jugées trop risquées. Mais les entreprises nationales aussi ont entamé des replis, doutant de la solidité des établissements. Siemens, profitant d’une petite filiale bancaire, a ainsi décidé cet été de déposer sa trésorerie auprès de la BCE. Les taux d’intérêt y sont minimes mais l’argent y est en sécurité, a expliqué en substance le conglomérat. Ce choix est révélateur de l’optimisme qui règne dans les grands groupes.

    Selon la banque d’Espagne, les dépôts bancaires dans les établissements espagnols ont diminué de 48 milliards d’euros, soit 2% du total au troisième trimestre. Une étude de la banque américaine Citigroup évoque une chute de 10% et 17% des dépôts pour les banques italiennes Unicredit et Intesa, et de 6% et 7% pour BNP Paribas et la Société générale.

    Un marché interbancaire en voie de congélation

    Les banques font des pieds et des mains pour attirer les clients. Certains établissements espagnols ou portugais n’hésitent pas à proposer des rémunérations de 4% l’an pour les dépôts, alors que le taux de la BCE est de 1,25%. Autant dire que cette fuite en avant ne va pas pouvoir durer très longtemps.

    Les banques françaises ne sont pas en reste. Pour attirer les grandes entreprises, elles n’hésitent pas à leur offrir des taux de plus en plus élevés. La rémunération des dépôts à trois mois pour les trésoreries des grandes entreprises atteint plus de 100 points de base contre 35 à 45 points de base avant l’été. Loin de rassurer, ces propositions inquiètent : elles ressemblent trop aux pratiques de l’automne 2008.

    La deuxième source de liquidité bancaire est elle aussi en voie de détérioration rapide : le marché interbancaire est en train de se congeler. Depuis l’été, les banques et tous les fonds américains, se défiant de leurs homologues européens, ont coupé une grande partie de leurs lignes de crédit et leurs contreparties. Les banques françaises, très exposées sur les financements en dollars, ont été parmi les plus touchées. Selon l’agence Fitch, les crédits américains à destination des banques françaises ont chuté de 69% depuis mai.

    Dans la précipitation, la BCE a dû mettre en place avec la Réserve fédérale des lignes de swaps en dollars afin de pouvoir fournir aux établissements européens les financements en monnaie américaine dont ils avaient besoin.

    Mais la défiance est en train de se répandre dans tout le système bancaire européen. Plus personne ne fait confiance à personne. Les banques acceptent au mieux de se prêter pour quelques heures, quelques jours, jamais plus. Un engagement d’un mois est considéré comme trop long.

    La BCE est de plus en plus sollicitée pour pallier les manques. Les dernières statistiques publiées mardi par la banque centrale traduisent l’ampleur des tensions. 178 banques ont demandé des crédits la semaine dernière contre 161 la semaine précédente. Elles ont emprunté 247 milliards d’euros contre 230 milliards la semaine d’avant. Les montants empruntés rejoignent les niveaux records du début 2009.

    En France, selon les derniers chiffres publiés par la Banque de France, les banques ont emprunté quelque 100 milliards d’euros à court terme au 8 novembre. Début août, elles avaient demandé à peine 20 milliards.

    Mais il y a plus inquiétant encore : les mesures palliatives mises en œuvre par la BCE pour maintenir les flux sur le marché interbancaire pourraient à leur tour être mises en difficulté. La banque centrale en effet exige que des titres, les collatérals dans le jargon financier, soient déposés en garantie en contrepartie des prêts. Au fil des mois, elle a considérablement assoupli les critères d’éligibilité des titres, afin de faciliter l’accès au crédit pour les banques en difficulté. Malgré cela, certains établissements commencent à manquer de titres acceptés par la BCE.

    A terme, cela signifie que des banques pourraient ne plus avoir accès aux lignes de liquidité assurées par la BCE, faute de pouvoir déposer les garanties suffisantes. C’est ce manque de financement à court terme qui a précipité la faillite de Dexia en septembre. C’est ce qui semble aussi avoir conduit à la nationalisation discrète – la quatrième en quelques mois – du Banco del Valencia, lundi, par la banque centrale d’Espagne.

    Le grand troc

    Dans son discours d’orientation générale prononcé vendredi, le nouveau président de la BCE, Mario Draghi, a reconnu l’existence du problème : « Nous sommes conscients des difficultés actuelles rencontrées par les banques, en raison des tensions sur les dettes souveraines, de l’étroitesse des marchés de financement, de la pénurie de collatérals éligibles », a-t-il avoué.

    Osant braver le tabou au risque d’accentuer la défiance, le président de la banque italienne Unicredit a demandé la semaine dernière un nouvel assouplissement des critères, afin de pouvoir mettre en garantie de nouvelles catégories de titres, jusqu’alors refusés par la BCE. De son côté, la banque centrale paraît réfléchir à proposer des emprunts plus longs aux banques. Limitée à treize mois, leur durée pourrait être portée à deux ans ou plus, afin d’assurer le financement des banques sur une plus longue durée.

    En attendant, les banques cachent leurs difficultés. Certaines troquent dans la plus grande discrétion des actifs avec d’autres acteurs financiers pour récupérer des titres acceptés par la BCE, d’autres les empruntent directement à des assureurs ou des hedge funds, moyennant forcément fortes rémunérations.

    Ces expédients montrent l’état de nervosité dans lequel commencent à se trouver certains établissements. Certains observateurs s’inquiètent des risques de propagation dans l’ensemble du système. Les banques américaines, qui ne se sont pas privées de spéculer sur les difficultés européennes, commencent à se rendre compte qu’elles ne sont pas du tout immunisées contre la crise de l’euro et qu’elles pourraient elles aussi en subir le contrecoup. La FED a d’ailleurs décidé de lancer une nouvelle série de tests de résistance des banques américaines. Six d’entre elles – Bank of America, Citigroup, Goldman Sachs, JPMorgan Chase, Morgan Stanley et Wells Fargo – seront soumises à un examen particulier pour évaluer leur solidité, notamment en cas de brusques variations de cours sur les secteurs souverains et financiers en Europe. Car là aussi, les risques de contagion existent.

  7. http://echelledejacob.blogspot.com/2011/11/20-points-indispensables-que-vous.html

    ils achètent très cher du temps mais ce n’est pas pour attendre le croissance ….qui ne viendra plus…ils attendent “l’arrivée” de “certains événements” …notamment de nature militaire au proche orient et ailleurs , et surtout des événements de nature géo climatique…qui n’auront rien à voir avec la fable du sociopathe al gore, , le réglage de leur mécanique doit être diaboliquement précise …ne les sous estimez jamais…, ils nous préparent beaucoup de surprises…celles d’hollywood paraîtront bien ternes à côté….

    garder la Foi en la Providence , Elle jouera son rôle en temps voulu…..

      • bonjour valérie ,

        difficile d’avoir une idée précise …, l’existence du vih est hypothétique…la dite origine officiellement admise relève de la propagande scientifique classique ,, quoi qu’il en soit ce genre d’article vise à planter de l’info comme me dit un ami , faire peur entre autre, mais pas seulement…, il est certain que les peuples africains sont la cible depuis des décennies de la big pharma , bill gates et consorts ne sont pas des humanistes , les vaccinations souvent de plus en plus forcées de ces populations africaines ont un objectif pas très “catholique “…,sans parler des pollutions volontaires des cours d’eaux , etc… il est certain que cela affaiblit plus ou moins durablement le systéme immunitaire …, recemment j’avais vu une vidéo apparemment véridique ou l’on voyait un chercheur expliqué à des hiérarques militaires , que son équipe avait localisé dans le cerveau la zone dans laquelle “était produite” la croyance religieuse “…, la bio technologie et la génomique à caractère militaire dépassent de loin celles qui sont mises sur la place publique…et leurs expérimentations sur des sujets humains se pratiquent très longtemps…

        si tu veux je pourrais te donner quelques liens hypertextes , surtout en anglais ….mais il n’est pas sûr que tu puisses dormir sereinement après les avoir lus…
        je t’invite à relire orwell et surtout huxley…la réalité qui se met en place est encore pire …

        je pense que dans un avenir proche une probable stratégie de choc articulée autour d’une “pandémie” leur permettra de créer une législation qui imposera une vaccination obligatoire sous peines de sanctions diverses…

        ils progressent suivant l’idéologie fabienne , la politique des petits pas …qui en ce moment deviennent de plus en plus grands…. je ne crois pas un à un scénario du type “l’armée des 12 singes”…, leur objectif apparemment n’est pas de rendre totalement “inhabitable” cette planète

        les possibles sont ouverts , pour l’instant ils ont l’avantage…

      • à David et Valérie,
        Ce qui me rend le plus perplexe dans l’histoire du VIH est le comportement de Luc Montagnier, co-découvreur du virus.
        cela interpelle forcément.

      • @david
        relire orwell et surtout huxley…
        dans les portes de la perception de huxley il y a un trés bon passage sur la manipulation des masses.
        voir “ile” aussi de huxley
        et dire que ses livres ont deja plus de 60 ans…..

    • Merci beaucoup David, j ai lu tout ce que j ai pu trouver sur plein de sujets depopulation etc…
      Et pour repondre a Librezen, le professeur Montagnier ne s est il pas injecte lui meme le soit disant virus du sida pour prouver aux gens que ce n etait pas un virus justement…. ?

      • Je ne sais pas.
        C’est un sujet sur lequel il est très difficile d’obtenir de l’info claire non partisane. Il faut avancer comme sur des oeufs pour éviter tout risque de manipulation, d’un côté comme de l’autre.

  8. La confiance des ménages replonge en novembre.

    Moody’s fait basculer la Hongrie en catégorie spéculative “junk”

    GRECE : Taux d’emprunt à 1 an : 309,25 % !!!!

    Le CAC a testé les 2.793 points ce matin !

    TOUT VA BIEN MOUGEONS, DORMEZ TRANQUILLE !!

  9. bonjour, je suis ravie que tout comme moi vous vous posez des questions sur le drapeau us comme logo, le eu de denisto et aussi le logo satanique des éditions delacroix alors que liesi les dénonce ! on attend les réponses avec impatience !

  10. Allo, LIESI…??! :

    « – Pourquoi LIESI utilise un drapeau des USA comme logo?
    – Pourquoi le site de Denisto est-il .eu ? »

    @jozecat : “D’autre part, le Banquier anonyme ne serait-il pas : 24hgold ?”
    Quel indice vous fait penser ça ?

  11. bjr,
    pour les drapeaux usa et europe je pense que ça vient tout simplement de la part d’un réseau international…derrière Liesi beaucoup de monde et pas que des français…:)
    peut-être que l’initiative de créer le site a démarré de là !

  12. Le drapeau qu’utilise LIESI n’est pas le drapeau américain mais un photo-montage d’un certain nombre de symboles qui évoquent le capitalisme, le communisme, l’occultisme, la FM, le NOM… bref tout ce que dénonce LIESI.
    Sachant que les USA sont la plaque tournante, le grand ordonnateur, d’où la visibilité plus importante du drapeau américain.

    Cette image ne représente donc pas CE QU’EST LIESI, mais ce QUE DENONCE LIESI.

    Elle veut également montrer l’aspect “international” de la problématique, qui correspond d’ailleurs aux initiales de LIESI (I pour International).

    Je pense que dennisto a voulu donner un peu la même signification en choisissant .eu pour son site, probablement pour lui donner une dimension européenne dans son traitement.

    C’est pas la peine d’aller chercher plus loin…

  13. Ben si, c’est ça… n’allez pas chercher plus loin avec vos cerveaux malades

    Quand à 24hGold, ce n’est qu’une source d’informations comme les autres

  14. S&P vient de dégrader la note de la Belgique de AA+ à AA en pleine campagne nationale de souscription des bons d’État.
    Un peu plus d’une heure avant l’annonce, on apprenait que ces achats de bons d’État avait rapporté plus de 500 millions d’Euro.
    Selon le responsable de l’agence de la dette : « il est possible » que certains Belges aient souscrit à l’emprunt par devoir civique. Mais « ce n’est probablement pas la raison première pour la plupart d’entre eux », a-t-il ajouté, estimant que le succès était en grande partie dû aux taux plus attractifs.

  15. je confirme que la note de la Belgique vient d’être dégradée ! mais le peuple belge croit encore que tout ira bien, on est loin de se douter que l’État nous pigeonne ( je dis nous car je suis belge)

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici