Economie américaine : une éclaircie ne fait pas le printemps

106

La presse américaine s’en tient à deux données… contradictoires : la consommation progresse (le mois d’octobre a marqué son seizième mois consécutif de hausse aux Etats-Unis, même si celle-ci est chaotique et lente). De l’autre, la défiance des consommateurs en l’économie américaine bat des records historiques, selon toutes les principales études. C’est elle qui explique un niveau de consommation très inférieur à ce qu’une relance économique exigerait. Les gens n’achètent que le nécessaire et seulement si l’offre est intéressante.

Finalement, les gens dépensent moins pour le restaurant ou le coiffeur, freinent les dépenses peu urgentes pour les voitures, limitent les frais d’assurance et même les achats de télévisions, d’ordinateurs ou de mobilier de maison.

Rien de bon pour l’économie américaine

Le problème vient du fait que selon la structure de l’économie américaine, les services sont, plus que dans n’importe quel autre pays développé, le premier contributeur de la croissance en termes d’emploi. Le repli des consommateurs vers les biens durables profite à ceux qui les fabriquent, qui sont souvent situés à l’étranger. Il ne se traduit donc que faiblement dans le domaine de l’emploi, devenu la clé d’une reprise “réelle”. (Le Monde)

1 COMMENTAIRE

  1. Ca n’est pas pour rien que le pouvoir politique Américain veut lancer l’assaut contre l’Iran et la Syrie, l’état major militaire résiste mais jusqu’à quand ?

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici