Deux vidéos expliquant la prise du pouvoir par les banques

225

Étienne Chouard – L’arnaque de l’impôt sur le revenu

http://www.youtube.com/watch?v=FxzQrPmTClg

C’est même pire que cela puisque les banques privées empruntent à la banque centrale européenne
financées par les banques nationales et prête ensuite à un taux plus élevé aux pays.

C’est exactement comme si un truand vous volait votre argent en ensuite vous le prêtait avec intérêt.

La face cachée des banques – Interview Eric Laurent.:

http://www.dailymotion.com/video/xb3crc_la-face-cachee-des-banques_news?start=7#from=embediframe

160 Commentaires

  1. Etienne Chouard oublie quand même de préciser que s’il y a un déficit comblé par le pouvoir de “battre la monnaie” cela se paye par de l’inflation. Le petit peuple paiera pareillement, mais peut-être que dans ce cas c’est plus en interne que vis à vis d’intervenants extérieurs.
    Bon, je ne suis pas expert.

    • Il a expliqué, il me semble, que l’inflation n’est pas si grave (sauf pour les riches) pour la majorité de la population à partir du moment ou les salaires (ou revenus) augmentent aussi.

      • J’ai lu que, si le prétexte de la loi de 73 était de juguler l’inflation (objectif), techniquement l’inflation n’avait fait qu’empirer depuis (objectif pas atteint).

      • le prétexte, le mot est bien choisi. Le bon sens pose une question: Pompidou, directeur général de la banque Rotschild a t-il servi uniquement les intérêts de la France?
        Bon après, pour ceux qui ont le QI d’un bulot cuit, il reste les experts pour vous donner une réponse…

      • le discours qui consiste à expliquer que d’emprunter avec des intérêts est là juste pour éviter l’inflation est totalement stupide.
        d’ailleurs s’il y avait une quelconque vertu à ce procédé pourquoi ne pas le réserver à la banque centrale?
        Non seulement nous avons affaire à des escrocs mais en plus ils nous prennent pour des cons !

    • Vous dites, Gérard, ” je ne suis pas expert.”
      Les gens ont pris l’habitude d’être à l’écoute des “experts”. A la télévision une batterie d’experts seront toujours là pour vous expliquer pourquoi vous allez payer. Plus le discours est complexe plus la compétence est là.
      Pourtant le bon sens peut facilement venir à bout de la plus complexe démonstration.
      Ainsi, “la crise de la dette” est expliquée aux moutons et on parle d’austérité.
      Quelle crise? La dette a 40 ans, la courbe devait forcement dépasser à un moment ou à un autre le PIB du pays… c’est mathématique ! D’où vient cette urgence soudaine pour quelque chose qui était parfaitement prévisible?
      Ou étaient les “experts” qui n’ont pas vu que cette courbe montait depuis 40 ans?
      L’usure dans certaines sociétés était (est toujours?) condamné par la peine de mort. Prenez tous les “experts” du monde vous ne ferez pas de l’usure une vertu !

      • @Gérard
        Lorsque vous passez à coté d’un étalage de poisson et que ça sent le pourri, demandez vous au poissonnier si le poisson est frais ou faites vous confiance à vos narines? 😀
        Bon j’arrête

      • Faire comme Rafael Correa en Equateur : déclarer que cette dette est “odieuse” et ne payer que ce qui n’est pas considéré comme “odieux”.

  2. Gérard
    …Etienne Chouard oublie quand même de préciser que s’il y a un déficit comblé par le pouvoir de “battre la monnaie” cela se paye par de l’inflation…

    Gérard, vous souffrez d’une trop forte absorption de la doxa officielle promue par les économistes représentant de commerce des Bankster comme Attali et autres Minc.

    Nous pouvons tous constater qu’aujourd’hui nous subissons les méfaits de l’inflation c’est-à-dire la perte du pouvoir d’achat d’une somme d’argent plus le poids de la dette créée de toutes pièces à rembourser.

    Donc à moins que d’être une huître,nous pouvons tous en conclure immédiatement qu’il est moins douloureux de subir uniquement les conséquences d’une inflation hypothétique.

    Dans le temps des 30 glorieuses les salaires étaient indexés sur l’inflation .
    Ainsi, pour la population qui empruntait pour payer son logement l’inflation était bénie, et parallèlement haï par les banquiers.

    On se demande bien pourquoi ce système a changé pour un système économique où les salaires ne sont plus indexés mais plutôt alignés sur la production chinoise et où le paiement de l’arnaque de la dette justifie la mise à l’encan de toutes les richesses de la nation.

    Cui bono comme dirait l’inspecteur Colombo ?
    Conclusion annexe :

    Les politiciens de tous bords qui nous gouverne qui se sont succédé depuis la loi du 3 janvier 1973 sont traîtres à la nation dans le silence des assemblées élues.

    Votre libre un arbitre , Gérard ,en tirera les conséquences qui s’imposent.

    • bonjour

      le titanic coule et vite cette fois , il est trop tard , de toute façon , les veaux ne comprendront pas cette arnaque , ou vous diront , “c’est la théorie d’un mec” , je l’ai entendue de multiples fois cette expression…, ou alors ce sera , on peut plus sortir du système….,et puis certains l’aiment beaucoup ce système et s’y épanouissement même…

      je vous rassure c’est pas mon cas

      il suffit d’attendre…quelques mois , 10 max avant la chute finale …

  3. Il y a un point qui n’est jamais abordé dans la dette: quel est le pourcentage detenu à l’etranger ?

    Celui detenu par les français ne presente pas le même risque.

  4. a lire

    Désormais, le Président de la République pourra être destitué !

    Le Sénat a adopté dans la nuit de mardi à mercredi une proposition de loi socialiste rendant opérationnelle, près de cinq ans après son instauration, la procédure de destitution du président de la République “en cas de manquement à ses devoirs manifestement incompatible avec l’exercice de son mandat”.

    Ce texte a été adopté par 176 voix pour (socialistes, communistes et divers gauche), contre 1, les sénateurs de la majorité présidentielle n’ayant pas pris part au vote. Le débat s’est transformé en partie de bras-de-fer entre la nouvelle majorité de gauche au Sénat d’une part, le gouvernement et ses relais à la Haute Assemblée d’autre part, en dépit d’un consensus assez large sur le fond. Le gouvernement s’était prononcé contre la proposition socialiste.

    Tentant in extremis de couper l’herbe sous le pied de la gauche sénatoriale, il a fait inscrire à l’ordre du jour de la commission des lois de l’Assemblée nationale, mercredi, un projet de loi sur le même sujet, près d’un an après son dépôt sur le bureau de l’Assemblée nationale.

    L’article 68 de la Constitution, modifié par la réforme du 23 février 2007, prévoit que la destitution est “prononcée par le Parlement constitué en Haute Cour”.

    Présidée par le président de l’Assemblée Nationale, cette Haute Cour “statue dans un délai d’un mois, à bulletins secrets, sur la destitution”. Sa décision, devant être prise à la majorité des deux tiers, est d’effet immédiat.

  5. La loi de 1973 n’a qu’un rapport éloigné avec l’inflation.

    Son principale effet est la contrainte, pour l’Etat et les collectivité locales, de recourir aux bons du trésor pour financer le déficit infra-annuel en plus du déficit budgétaire lequel était généralement couvert par l’emprunt.

    le déficit infra-annuel ne peut pas être considéré comme un élément du déficit budgétaire (il ne peut pas, d’un point de vue pratique, être intégré dans la loi de finance), car il ne sont pas de même nature, ils n’ont pas la même cause: le déficit infra-annuel étant un déficit “technique”, lié aux mécanisme propres des finances publiques (il est donc pratiquement inévitable même avec un budget en équilibre), alors que le déficit budgétaire est un déficit lié a l’économie et politique (donc évitable par un budget en équilibre).

    Concrètement, le déficit “technique” était comblé par des avances de la Banque de la France au Trésor (facilité de trésorerie en somme), ce qui pouvait se traduire momentanément par un bilan négatif des comptes de l’Etat auprès de la BDF. c’est précisément ce qu’interdit la loi de 1973 et par extension les traité “européen”.

    le déficit budgétaire, lui, était dans l’immense majorité des cas financé par l’emprunt, même avant 1973.

    le problème, bien-sur, étant que les 2 causes d’emprunt vont se cumuler et s’amplifier réciproquement jusqu’à la situation actuelle. car il faut bien comprendre que le recours aux avances sur le “déficit infra annuel” avait un effet stabilisateur de l’évolution de la dette publique.

    • Infra – annuel ??? Ce serait le défit que l’on verrait avec les lunettes adéquates ? Celle de l’ENA par exemple ? Serait-ce des dettes (mettons toxiques) invisibles pour le peuple mais pourtant bien “exploitables” par les banques (par exemple)…Comprends pas !

      • L’état ne touche pas l’intégralité de ses recettes au premier janvier pour l’année, mais est perçus tout au long de cette années de manière irrégulière. cela signifie qu’il y a des mois ou les dépenses sont supérieures au recettes.
        au sein d’un budget annuel, MEME EN EQUILIBRE, les dépenses comme les recettes ne sont pas “lissés” mensuellement. ce déséquilibre entre le moment des dépenses et des recettes, peut provoquer un “déficit”, quand les dépenses sont supérieur au recettes durant l’année budgétaire indépendamment de son équilibre ou non.

        c’est un déficit purement technique qui est sans rapport avec l’équilibre budgétaire

        Avant la loi de 1973, l’ajustement technique au sein d’un année budgétaire était compensé par des avances de la Banque de France, puis remboursé dès les recettes perçues. cela se traduisait momentanément par une dette (solde négatif) de l’Etat auprès de la BDF .
        Si l’etat enregistrait un déficit budgétaire, (loi de finance déficitaire) , l’Etat émettait des bons du trésor, qu’au dela du déficit technique seulement.

        Après 1973, le solde des comptes de l’Etat doit toujours être positif, pas de dette auprès de la BDF donc. Donc, l’ajustement technique au sein d’une année budgétaire ne peut plus se faire par des avances. fort logiquement, ce sera l’emprunt qui fera l’ajustement infra annuel.
        Naturellement emmètre des bons du trésor pour une semaine serait bien stupide, car le taux serait quasi nul; donc la durée est de minimum quelque mois.

        la loi de 1973 n’a en réalité rien a voire avec l’inflation. elle vise a supprimé la facilité de trésorerie de l’Etat, que l’Etat soit déficitaire ou non, en la remplaçant par l’Obigation d’emprunter.

        Il s’agit bien d’un obligation, car le solde négatif est interdit, donc par défaut il faut emprunter,

        naturellement, le déficit infra-annuel n’existe pas juridiquement dans la loi de finance, et donc personne n’en parle, sauf dans les manuels de finances publiques (le phénomène n’est peut-être pas nommés, même s’il est décrit)

      • J’ai l’impression de me faire rouler !

        Comment un budget qui devrait équilibrer TOTALEMENT la dépense en seule fonction du trésor parvient toujours à devoir emprunter ?

        La dépense devait être subordonnée à la possession d’un trésor pour obtenir la qualification de budget en équilibre ! Et j’ajoute : Quelque soit le moment où le trésor serait comparé aux dépenses…quelque soit le moment….

        Et comme par hasard, le “crime” profite aux banques privées : Étonnant, non ?

      • Sa phrase ne veut en plus rien dire le/la pauvre, faut bien à l’instar de nos politiques placer l’Islam en bouc émissaire (ça prend bien sur les décérébrés) . A se demander si certains ici comprennent les articles de LIESI ou savent lire tout court.

    • C’est exactement l’inverse qui s’est produit : VGE a renvoyé chez eux des milliers de travailleurs immigrés avec une petite prime pour aider à leur installation dans les pays d’origines. L’exploitation des petites gens n’a en fait jamais cessé. Et comme l’a déjà dit, ici même, un intervenant, on a aboli l’esclavage que lorsu’on a compris que la main d’oeuvre coutait plus cher que la vapeur. Ca n’a pas toujours été la faute des musulmans de France, mais c’est vrai les temps sont durs et c’est le moment d’endormir la populasse avec les élections qui arrivent

      • @Id
        Je ne vous suis pas… pouvez-vous citer vos sources? (en ce qui concerne VGE).
        “Ca n’a pas toujours été la faute des musulmans de France” ça n’a jamais été la faute des musulmans de France ! D’ailleurs le lien entre une religion et le fait de trouver de la main d’œuvre bon marché me fait penser à TF1…

    • @ID

      C’est une illustration parfaite de la technique de “l’arbre qui cache la forêt”.

      Même s’il est vrai que VGE a renvoyé quelques immigrés, vous ne convaincrez personne si vous prétendez, au cours d’aujourd’hui, que nous sommes en déficit d’immigration, à cause de VGE.

  6. bonjour,
    je me permets humblement de vous conseiller cette lecture de Michel Piquemal: le Prophète du Libéralisme. Je l’ai lu lorsqu’il est parut et je viens de le relire… c’est de l’actualité pure.

    Michel Piquemal l’a mis en téléchargement libre sur son site: http://www.michelpiquemal.com/IMGS/Prophete integral.pdf

    merci à lui pour mettre à disposition de tous ce condensé de vérités.

  7. @quidam
    J’ai répondu a néocoralie qui parle d’immigration de masse via l’islam (pour encore les stigmatiser comme à chaque fois où a la mascarade élective qui se prépare) je sais je l’ai mal dit et je développerai lorsque j’aurai le temps…merci pour ton indulgence.

  8. @id
    j’ai un peu tendance à m’emballer en ce moment toutes ces propagandes commencent à m’énerver. Je vous laisserai vous expliquer. Désolé pour l’agression 🙂

    • Bonjour,
      @id et quidam
      Je ne sais pas où vous voulez en venir mais je vais vous donner ma position.
      Oui, le niveau de l’immigration dans notre pays est un vrai problème.
      Oui, la présence massive de l’Islam dans notre pays est un vrai problème.
      Ces positions ne sont pas prises par rapport aux individus qui sont chez nous par la volonté des politiques et grands patrons depuis 40 ans. Ils ont, à un moment donné, profité d’une opportunité qui leur était offerte. Par contre, on pourrait discuter au sujet de ces milliers d’immigrants venus de nos anciennes colonies après avoir obtenu leur indépendance. L’ Algérie en étant probablement le meilleur exemple. Il s’agit d’un grand débat.

      Nos politiques ont fait venir ces personnes pour abaisser le coût du travail dans notre pays et, soit disant, pour effectuer des tâches que les français ne voulaient plus réaliser. Mais il y a probablement d’autres raisons provenant des loges. Le débat est, là aussi, ouvert.

      Concernant l’Islam et, là encore, je ne vise pas les individus, le danger est très important de voir notre pays aboutir à l’installation de la charria à moyen ou long terme. Ce n’est pas là de l’ostracisme ou de la stigmatisation mais un simple constat. Est-ce cela que nous voulons pour notre pays ? Laissons tomber l’angélisme s’il vous plaît.

      J’ attend les tirs.

      • @Jmd39
        Il n’y aura pas de tir de ma part… l’immigration aurait du être stoppée depuis bien longtemps et les frontières n’auraient jamais dues être ouvertes ni à la libre circulation des personnes ni aux biens de consommation.
        Elle ne l’a pas été (stoppée). Les musulmans sur notre sol ont parfaitement le droit de pratiquer ce pour quoi ils ont foi.
        article X de la déclaration des droits de l’Homme et du citoyen:
        Nul ne doit être inquiété pour ses opinions, même religieuses, pourvu que leur manifestation ne trouble pas l’ordre public établi par la Loi.
        “le danger est très important” dites vous… je ne vois pas de “danger” pour ma part dès lors où le culte ne s’impose pas par la force. (ce qui n’a pas toujours été le cas de l’Église Catholique)

      • @quidam
        Vous me semblez être quelqu’un d’ouvert et d’intelligent.
        Il est vrai que je ne connais pas votre engagement religieux, je suis, moi même, catholique. De ces catholiques que l’on dit intégristes et aussi, c’est nouveau, fondamentalistes. Et je suis également monarchiste car je considère que la démocratie est une imposture. La monarchie avait ses défauts mais, au moins, nous avions la stabilité et la durée pour anticiper l’avenir. Grand débat, là aussi.

        Vous finissez votre réponse en me disant : “je ne vois pas de “danger” pour ma part dès lors où le culte ne s’impose pas par la force.
        Alors, citez moi un pays musulman dans lequel les chrétiens peuvent pratiquer leur foi sereinement ? Il y en a eu, peu, mais il n’y en a plus. Personnellement, je préfèrerais éviter à mes enfants et petits-enfants (j’en ai quinze), ne serait-ce que le risque d’une islamisation de notre pays.

        Quant à votre affirmation : (ce qui n’a pas toujours été le cas de l’Église Catholique) soyez plus précis s’il vous plaît.

      • @Jmd39
        l’Egypte par exemple… sauf quand des pays qui veulent imposer la “démocratie” sèment le trouble pour mieux imposer le “choc des cultures”

      • “Quant à votre affirmation : (ce qui n’a pas toujours été le cas de l’Église Catholique) soyez plus précis s’il vous plaît.”
        oui: en un mot: Inquisition

      • @quidam
        L’ Égypte ou l’ Iran? Pour l’ Égypte, on voit ce que cela donne. Pas brillant.
        Pour l’ Iran j’ai des gros doutes et pourtant je m’ informe. On a vu dans les années 80.

        Vous semblez vouloir défendre l’ Islam. Je vous répète que ce n’est pas contre les individus mais contre le système lui-même que je veux lutter.

        Débat terminé pour ce soir.
        Je vous souhaite une bonne nuit.

      • Bonsoir Jmd39,

        Je me demande si nous nous connaissons, dans la vraie vie, je veux dire. Etant donné le nombre plus que réduit des “fondamentalistes” ( 😀 elle est bonne celle-là) royalistes, on va dire que c’est assez probable… 🙂

        En effet, c’est la guerre en France, euh pardon, ripoublique maçonnique/francarabia (rayer la mention inutile), inutile de le nier.
        Nous sommes pris en étau entre l’islamisme conquérant et le luciféranisme des zzélites-frères-la- truelle. L’un des deux l’emportera, et de toute façon nous serons réduits en esclavage : soit version “le meilleur des mondes”, soit version “dimmhitude”.

        Charles Martel ! Saint Louis ! St Charlemagne ! revenez ! Ma seule espérance est que Notre Seigneur ne permette pas une telle chose, et nous envoie St Michel ou/et une nouvelle Jeanne d’Arc….hélas, les péchés de la France sont tels, et surtout s’accumulent chaque jour dans des proportions si effroyables, que même avec la foi chevillée au corps, on doit se poser la question : sommes-nous vraiment fondés à attendre un tel miracle ?

      • @Jmd39
        Non je ne défends pas l’Islam… je suis plus proche de la Bible que du Coran de par ma naissance mais le problème n’est pas là.
        Toute approche de Dieu dès lors qu’elle ne cherche pas à s’imposer aux autres trouve grâce à mes yeux.
        Nous aurons peut-être l’occasion d’échanger à nouveau. Bonne nuit également.

      • @La mésange
        Je crois que vous vous trompez de cible concernant l’Islam. Le choc des cultures est fabriqué de toutes pièces. Je ne dis pas qu’il n’existe pas des fous d’Allah crétins. Je pense même que nos croisades (voir la Libye) en créent tous les jours.

      • Bonsoir La Mésange,
        En effet, nous nous connaissons peut-être. Comme j’ai habité le Puy de Dôme et que vous êtes, si je ne me trompe, du Cantal nous avons peut être du nous croiser à la chapelle d’ Issoire que j’ai fréquenté de 2003 à 2007.

        Bien à vous.

      • A Quidam : je suis comme Jeanne-d’Arc qui disait que “Dieu aimait les Anglais…mais chez eux” : je supporte volontiers l’Islam quand il reste CHEZ LUI.

        En tant que catholique, je suis évidemment contre la liberté religieuse, qui est une hérésie épouvantable. En clair cela signifie que la seule religion à exprimer PUBLIQUEMENT en France doit être la catholique. Les sectes hérétiques et les fausses religions ne doivent être tolérées que dans la SPHERE PRIVEE, et absolument pas dans la sphère publique. Donc pas de lieux de cultes pour les fausses religions : synagogues, temples luthériens, mosquées, centre d’adoration de l’oignon et de la carotte…etc. etc.

        Vous pouvez consulter à ce sujet les développements doctrinaux inafaillibles dans quelques encycliques (des papes St Pie X et Léon XIII principalement, si mes souvenirs sont bons.)

      • A Jmd,
        Non, je suis dans le Puy de Dôme, mais je connais bien en effet la chapelle d’Issoire : on a effectivement dû s’y voir !

        Amitiés cher Jmd, que Dieu vous garde !

        Et surtout restez sur ce blog, quand vous êtes là je me sens moins seule, on est très très peu de catholiques, ce qui est étonnant sur un blog catholique…depuis quelques jours, comme vous voyez, on a une arrivée massive de pro-islam. C’est très étrange, comme vous disiez, on ne comprend pas ce qui les attire ici.

      • @La mésange
        Que vous reste t-il de ces vertus que sont la Tolérance, l’Humilité, La Charité, L’abnégation?
        Vous semblez lire la Bible comme on absorbe un JT de TF1.

      • @La Mésange
        “depuis quelques jours, comme vous voyez, on a une arrivée massive de pro-islam. C’est très étrange, comme vous disiez, on ne comprend pas ce qui les attire ici.”
        Ce qui les attire ici, c’est de voir l’ouverture d’esprit de la plupart. Comme vous dites, vous devez vous sentir seule 😉

      • A Quidam,
        Si être catholique pour vous c’est être orgueilleux, mon pauvre, que voulez-vous que je vous réponde ? Vous refusez de comprendre, de voir clair, d’ouvrir les yeux…personne ne peut rien pour vous.
        Oui je suis catholique, et oui : l’Eglise catholique détient seule la vérité. Après, vous pouvez me traiter de tous les noms, que voulez-vous que cela me fasse ?

      • Et j’oubliais, sur ce blog on est peu nombreux, mais comment nous sentirions-nous seuls, sachant que des millions de saintes âmes au Ciel ont cru et croient ce que nous croyons. Pensez-vous peut-être que nous manquions de frères et soeurs ? C’est juste que l’époque est effroyable sur cette terre, mais notre véritable patrie et notre véritable famille est au Paradis…alors, non, en fait, vraiment, nous ne nous sentons pas seuls !

      • Que peut-on dire de plus… AMEN?
        Nous vivons en effet des temps troublés. Intolérance, Vanité, Cupidité… autant de vices qui nous ont mené là où nous en sommes. Il y a une vraie réflexion à mener à mon sens.
        D’autant que les mêmes causes produisent les mêmes effets. Mais libre à vous de ne pas vous remettre en question.

  9. Bonjour à tous,

    Voici un résumé des programmes (présidentiel) de tous bord mélangé

    Le vrai programme des futurs présidents de la ripoublique,

    Travaillé plus, jusqu’à votre mort et rétablir L’esclavagiste pour payer la dette illégitime de la France,
    Encore et toujours plus d’austérité,
    Plus d’impôt et de taxe,
    Les service de base toujours plus chère,
    Toujours plus de loi liberticide, sécurité routière, fumeur, alcool, téléchargement illégal, ect…
    Bientôt la semaine de 70 heures,
    Discréditer les chômeurs ainsi que les gens qui touche le minimal sociaux en leur disant qu’il ne veule pas travaillé.
    J’en passe et des meilleurs, alors maintenant vous savez,
    Pour qu’elle ordure voté ?
    Ps ; je suis ironique
    Bonne journée…

  10. de la vilardiere nous remet une chouche avec la racaille sur M6

    ca doit etre a cause de ses pov mec que la france par en couille …….

    • @ tornadoccx

      J’aime beaucoup les analyses de l’auteur de cette vidéo. (http://youtu.be/0wmJ2jAaMhs)
      Mais je ne suis pas tout à fait d’accord avec celle-ci en particulier.

      Le jour où l’or sera confisqué ou surtaxé, le marché deviendra sous-terrain immédiatement.
      Le cours au marché noir s’envolera littéralement, comme pendant la dernière guerre.
      Ce ne sera surement pas le moment de le vendre (sauf au compte gouttes).

      Il faudra vendre l’or, seulement lorsque la monnaie de papier sera réellement garantie par l’or (et l’argent) et que ce ne sera plus de la monnaie de singe.
      Ce n’est pas encore demain la veille !

  11. Je ne sais pas ce qui est le plus pire…? Savoir qu’on nous ment, et qu’on nous manipulent en sachant le condensé de ce qui se dit ici ( L.I.E.S.I ) ou ne rien savoir et aller bosser et ramener de quoi bouffer à sa famille dans la plus complète innocence ?

    • Je pense qu’il vaut mieux savoir, il est tentant effectivement de faire comme si ne rien n’était. Mais un jour ou l’autre cette réalité nous rattraperas et de façon extrêmement brutale et personnellement.
      Coïncidence, je regarde en ce moment “secrets de mafias” sur LCP, ils ne décrivent qu’une infime partie des secrets évidement mais son plein de sous entendus. Il est clair pour eux que la mondialisation, la globalisation si chère aux capitalistes est un terrain des plus favorable aux mafias criminelles du monde entier, il est même clair qu’il en sont les “instigateurs”. Tout ce que fait le FMI, les gouvernements quant-ils privatisent, permet l’implantation des mafias qui ne savent plus quoi faire de leurs milliards à blanchir. Bientôt c’est le crime organisé sans foi ni loi qui sera directement à notre porte.
      Moi je prefère savoir.

  12. Liesi avait cependant dit que le litre d’essence dans un avenir proche pourrait très vite se rapproché des 2,50€,
    je laisse imaginé la Gueule des Français?
    Perso je n’ai pas de voiture, cela représente trop un gouffre financier, beaucoup de municipalité en loue plus économique, et rentable…

    • à ce niveau , les dits flux logistiques ne sont plus viables économiquement
      ne pas oublier pas que la france est totalement à la merci de “l’étranger “…
      et ce ne sont pas les amerloques qui vont nous envoyer du pétrole , ils sont eux même dépendant des pays producteurs , notamment du venezuela…,

      ceux qui vont déclencher la guerre n’utilisent pas les mêmes outils conceptuels que nous …., “leur raison a ses raisons que notre raison ignore” ….

  13. Bonjour à tous.
    @jmd39
    “le danger est très important de voir notre pays aboutir à l’installation de la charria à moyen ou long terme”
    tout d’abord connais tu la charria ? à part les info de c. gueant et toute la diabolisation sur l’islam.
    je ne pense pas que les musulmans vivant en France veulent imposer leur loi (sauf peut etre une fine minorité et encore donne moi tes sources).
    le musulman est censée respecter les lois du pays ou li vit . l’Islam est une religion de Paix .
    Sourate 49 verset 13: Ô hommes! Nous vous avons créés d’un mâle et d’une femelle, et Nous avons fait de vous des nations et des tribus, pour que vous vous entreconnaissiez. Le plus noble d’entre vous, auprès d’Allah, est le plus pieux. Allah est certes Omniscient et Grand-Connaisseur.
    c’est trop facile de prendre des bouc émissaires (l’Islam) .

  14. @jmd39
    Ce sont les services secret US/eu qui on crées et financé al quaida .ils (us/eu) soit disant combattu le terrorisme pendant 10 ans ensuite ils font un pacte avec eux en Libye.
    explique moi je comprend plus rien …
    bref. pour ce qui est de l’Islam voici ma source http://www.sajidine.com/ c’est en français.

  15. Sur l’islam, il ne s’agit pas de désigner qui que ce soit mais de demander le respect de l’identité de la France depuis 1500 ans. que les musulmans retournent au pays de leurs ancetres ils y seront mieux.
    Sur ce sujet voir les breves religieuses de LIESI N° 5.

    • @bertty
      Le problème est plus profond que ça…
      D’une part parce que certains sont en France depuis plusieurs générations et qu’on les a fait venir, d’autre part parce que ceux qui ne participent pas à l’immigration, je pense notamment à la Libye, se font massacrer chez eux par nos soldats !

      • Oui quidam, si la France n’avait pas été depuis la fin du 19è siècle un repaire de franc-mac’ satanistes, elle aurait eu premièrement à coeur de convertir ces pauvres gens ! On ne fait pas venir en pays chrétien des populations professant d’autres religions que la nôtre, sinon c’est du suicide (sans même parler de l’offense faite à Dieu).
        Pendant les années de colonisation, combien de Français ont entrepris l’éducation religieuse des colonisés, au lieu de les laisser croupir dans l’Islam ou n’animisme ? Très peu, et ceci est une véritable honte dont la France devra rendre compte au Jugement Dernier.
        Pour un Charles de Foucault, combien de profiteurs athées qui se souciaient comme d’une guigne du salut des populations ?!

        Quant aux réfugiés politiques que vous évoquez, c’est encore un autre problème, bien sûr.

      • @ La Mésange
        Vous sentez vous investie d’une Mission?
        Auquel cas comment auriez vous réagi après le jugement sur Galilée vous qui êtes scientifique?
        Quelques événements m’auraient-ils échappés depuis qui vous permette de penser que Dieu a besoin de vous comme porte parole?

      • Tout catholique est investi d’une mission, Quidam.

        Vous êtes tellement agressif et de mauvaise foi, que je vais cesser de vous répondre : cela ne fait que vous inciter à pécher encore plus, et ce n’est certes pas ce que je veux.

        Je ne comprends pas qu’il n’y ait pas de modération sur Liesi, et qu’on laisse des gens aussi anti-catholiques que vous écrire des messages qui attaquent notre foi… J’aime bien discuter avec les mécréants quand ils sont de bonne foi, mais dans votre cas je ne peux plus supporter vos mensonges et votre effronterie concernant la Religion.
        J’ignorerai donc dorénavant vos messages, et je vais me contenter de prier ce Dieu que vous haïssez afin qu’il ait pitié de votre âme à votre dernière heure.

        Juste un dernier mot concernant Galilée, au sujet duquel vous ne savez manifestement rien, ou plus vraisemblablement vous savez bien ce qu’il en est et vous mentez effrontément une fois encore : la vérité c’est que l’Eglise a été trop bonne avec lui, en essayant pendant des années de le convaincre d’arrêter ses blasphèmes.C’était un imposteur et un blasphémateur professionnel.

      • @La mésange
        Peut-être parce que LIESI est moins extrémiste que vous? 😉
        Nous avons le même Dieu la Mésange, et je ne suis pas “anti-catholique” je suis juste contre toute forme de pensée qui tente de s’imposer aux autres.
        Oh que non je ne hais pas Dieu ! C’est juste votre vision sectaire de ce qu’IL est qui vous donne cette impression. Il ne peut y avoir qu’un DIEU ce qui signifie que nous sommes tous ses créatures. Dès lors un regard humble sur nos frères s’impose…
        Mais ce n’est pas une obligation.
        J’espère que ma position ne mérite pas le bucher 😉

  16. avec les islamophobes que sont jmd39 et la mésange on retrouve tf1 sur LIESI et ce gratuitement. Franchement arretez un peu votre paranoia sur l’islamisme conquérent. Quant à ce qui s’est passé à vos frères coptes d’Egypte si tant est que leur teint basané ne vous repoussent pas il serait temps que vous vous informiez autrement.

    http://www.egaliteetreconciliation.fr/Attentat-d-Alexandrie-la-piste-des-coptes-lies-au-Mossad-scrutee-5026.html

    LIESI ne vous fait il pas comprendre chaque jour que la fabrication d’un ennemi (hier le communisme aujourd’hui l’Islam) est vital à la réalisation des plans de l’Oligarchie satanique ? Vous servez d’une belle façon par votre haine ces élites même que vous semblez dénoncer, un comble. Il faut que vous révisiez les fondamentaux de la désinformation (commencez par le 11 septembre d’où est partie cette tendance islamophobe).

    • Mon conseil : essayer d’acheter un cerveau, on en trouve peut-être en solde à l’approche de Noël ?
      Je vais essayer de répondre simplement à vos attaques, peut-être que vous comprendrez.

      1/ je ne suis pas islamophobe : c’est un barbarisme (chercher le mot dans un dico) qui signifie “qui a peur de l’Islam”. Je n’ai pas peur de l’Islam, non, je ne veux pas de l’Islam dans mon pays, c’est tout.

      2/ rapport à votre dernier paragraphe : pour éviter la peste, cela signifie-t-il qu’on doit accepter le choléra ? (réfléchissez bien, vous finirez par trouver le rapport).

      • @La Mésange
        Vous faites une nouvelle fois la démonstration de votre sectarisme (vous rechercherez la définition dans le dico, cette fois-ci en mettant vos lunettes 😉 )
        Non, mon âme charitable va vous la livrer:

        Etymologie : du latin secta, venant de sequi, suivre.

        Le sectarisme est l’attitude d’un individu ou d’un groupe qualifié de sectaire, c’est-à-dire faisant preuve d’intolérance et d’étroitesse d’esprit en matière de politique, de religion, de philosophie…

        Les mots sectarisme ou sectaire sont toujours utilisés de manière très péjorative pour dénoncer des attitudes que l’on réprouve. En effet, aucun groupe ne se définit comme sectaire ou ni ne revendique le sectarisme. Comme pour le mot secte, il n’y a donc pas de consensus sur la définition du sectarisme : “Le sectaire, c’est l’autre !”

        La Bible n’enseigne pas le rejet de l’autre. Sauf pour quelques cerveaux malades pensant détenir la Vérité. Pour ceux là sa lecture donnera naissance au pire des sectarismes (relire la définition ci-dessus)

        Ces quelques imbéciles feront l’expérience de leur ignorance et des réactions qu’elles entrainent.
        Ce que Dieu, dans son infinie bonté nous laisse expérimenter par notre libre arbitre.

    • Moi qui croyait que c’était Mickey qui était derrière les Coptes………..Par contre Kery, vous êtes bien lavé du cerveau pour croire, tout et n’importe quoi. Le 11 septembre c’est CARTER qui est derrière…….je l’ai lu sur un site……enfin je crois?????????????????????
      Bref le MOSSAD n’a pas besoin, de venir en EGYPTE, pour inciter le Musulmans à Bouffer du Copte. Cela fait bien longtemps que cela a commencé. La preuve, ils sont des milliers à quitter le pays. Pour information, c’est la plus vieille population installée en Egypte, bien avant les Musulmans. D’ailleurs COPTE, cela veut dire quoi à votre avis…….cherchez.

      • ah je suis désolée Quidam, mais quand je dis que kery devrait s’acheter un cerveau, je ne vois pas en quoi je suis sectaire : ne voyez-vous pas l’état du sien ? Comme dit Jmd, il doit le laver tout les jours à grande eau, et ça c’est pas bon du tout ! Il faut impérativement arrêter de regarder le journal télé, de lire Golias et de boire comme du ptit lait les propos des fiametta Vemmer et autres poufs engraissées par le système : ça pas être bon du tout pour les neurones.

        Maintenant, si vous parlez du sectarisme de l’Eglise Catholique, ben ma foi, il est inutile que je vous réponde vu que nous aurions un dialogue de sourds, n’est-ce pas ?

      • Je ne parlais pas du sectarisme de l’Église Catholique mais bien du votre !
        Contrairement à vous je ne monte pas une religion contre une autre. Il n’y a pas d’un coté les bons et les méchants, les indiens et les cowboys, ceux qui ont tout compris et ceux qui sont dans l’obscurité.
        Chacun cherche à sa manière la Vérité. Les Islamistes intégristes qui se font sauter au nom d’Allah en tuant des victimes innocentes sont des abrutis.
        tout comme l’étaient ceux qui au nom de Jesus brulaient les “sorcières”.
        Entre ces deux extrêmes se trouvent une multitudes de gens, humbles, tolérants, qui ne cherchent pas à imposer leur point de vue mais qui, à l’écoute de leur prochain tentent de comprendre plutôt que de rejeter. Et il y en a énormément chez les catholiques ! Et puis il y a les minorités…

      • @La Mésange
        Quant aux propos de Kery je les trouve plutôt sensés. Un soupçon de tolérance La Mésange, vous verrez, on voit la vie autrement après 😉

  17. C’est quand un post concernant les “Dark Pool” un copain qui travail chez Oddo m’a charmer en me parlant de ça (connaissais mais pas autant que lui) …

    nota : pour éviter d passer par les banques privées ou les banques centrales (aucune des deux solutions sont bonnes) … Pourquoi l’Etat ne passerait pas par l’inversement de cycle de production pour faire son budget … Pas ou peu de dettes (mais faudra se serrer le ceinture pour la population)

  18. j’ajouterai que vous avez plus à vous inquiéter de vos propres concitoyens “pur souche” et représentant religieux qui violent, démembrent, tuent de la plus grande des barbaries vos propres enfants, bébés, femmes que de pratiquant musulmans qui ne demandent qu’à ce qu’on les laisse un peu tranquille mais beaucoup de citoyens par lâcheté de s’en prendre aux réels résponsables de leur problemes quotidiens ont trouvés en eux de bons bouc émissaires. C’est beau le courage…

  19. (suite de mon précédent message) : Je ne tiens évidement pas à stigmatiser le christianisme comme certains ici bavent à le faire pour l’islam.

    • Le vrai problème est, avec 9.3 pour cent de la population “active” au chômage, l’immigration !

      La gauche le sait et c’est parce qu’elle n’as pas de solution à donner aux ouvriers, qu’elle tente de les remplacer par un autre groupe… d’électeurs. Aujourd’hui les ouvriers au chômage et peut être bientôt des classes bien plus “moyennes”…

    • Décevant de voir que tu cautionnes ce genre de site David… Comme tu semble connaitre “Bible et nombres”, c’est encore plus étonnant.
      Ou c’était du 2ième degré, pour se moquer des astrologues?

  20. @bertty

    Sur l’islam, il ne s’agit pas de désigner qui que ce soit mais de demander le respect de l’identité de la France depuis 1500 ans. que les musulmans retournent au pays de leurs ancetres ils y seront mieux

    Il me semble que l identité de la france, c est celle de ses habitants. Et il serait difficile de renier la presence de nombreux Français Musulman. Peut être vouliez vous plutot parler de respecter votre identité ? Je suis moi même Français catholique et je ne me reconnais pas dans vos mots… Aurions nous une identité differente ? Votre identité Francaise n’est pas la mienne !

    Il se trouve que je suis un immigré en Afrique. Au maroc pour etre precis, et j’y suis parfaitement accueilli et je peux y pratiquer ma religion comme je l entend. Des dizaines de milliers de juifs aussi. Je ne suis donc pas d accord non plus avec les commentaires de certains ici sur la tolerance de l islam qui pourtant reconnait les deux autres religions du livre.

    Je suis ici depuis 3 ans et je commence à m appercevoir que les “arabes” sont beaucoup mieux preparés à nous, que nous ne le sommes à eux. Je ne crois pas avoir souvent vu un occidental se regarder des films egyptiens ou les infos du maroc tous les jours. Alors que eux, volontairement ou “forcé” par notre omnipresence ont la porte ouverte quotidiennement à tout nos médias.

    J en arrive donc à penser que l ignorence fait dire tellement de betises…. la peur aussi…

    J ai de la peine pour certains ici…. mais peut être en avez vous aussi pour moi…

    • Pas de souci Dies Irae : venez faire un séjour en Seine St Denis, vous pourrez apprécier l’accueil de ces chers musulmans qui vous respectent tant.
      Je suspecte en effet les pays musulmans de nous expédier leurs racailles, et de garder les gens sains chez eux…oui, de ce côté vous n’avez pas tort.

      Ah, et si vous trouvez que la liberté religieuse est une bonne chose, et que chacun doit pouvoir publiquement pratiquer la religion qu’il lui plaît, alors je suis navrée de vous l’apprendre, mais vous n’êtes PAS catholique : vous êtes un conciliaire, ce qui n’a strictement rien à voir. Merci donc de ne pas parler en tant que catholique, comme vous osez le faire, je n’accepte pas qu’on salisse ma Mère la Ste Eglise.

  21. Selon le Figaro du 22 septembre dernier, il y a eu l’année dernière 226 profanations dont six antimusulmanes, 4 antisémites et 216 antichrétiennes.

  22. Quelle imbécilité quand même. Vous ne connaissez même pas un traitre mot d arabe littéraire et vous venez donner ce que contient le Coran. Vous n avez même pas la curiosité intellectuel de vérifier qui est le traducteur de la version que vous avez lu(bien que je doutes que vous ayez un jour approcher ce livre).
    Savez vous qu une interprétation sans connaitre l histoire, le contexte peut faire dire n importe quoi a une phrase (souvent traduit par un orientaliste sic!!).

    Bref vous êtes a plaindre.

    • Ah parce qu’au Maghreb, tous les musulmans lisent l’arabe littéraire ??? J’avais cru lire que le taux d’analphabétisation était parmi les plus fort au monde, en Afrique…surtout parmi les femmes.

    • C’est mieux en VO?! Formidable, merci de me rectifier, je suis soulagé, moi qui pensais que le Coran était un ramassis de dogmes idiots et surtout dangereux car violents. Par contre je l’ai bien lu, quelque fois en diagonale c’est vrai, ce n’est pas du Victor Hugo non plus…

      Pour ce qui est de l’orientaliste, le problème se pose également en Arabe Littéraire!

      Soit dit en passant, j’ai eu l’occasion de débattre avec quelques “musulmans” enfin c’est ce qu’ils disaient; et quelle n’a pas été ma surprise de constater qu’un agnostique connaissait mieux leur dogmes qu’eux.

  23. avez-vous lu cet article ?
    Le Pakistan censure le nom du Christ

    Jésus Christ figure désormais parmi les 1.600 mots prohibés au Pakistan, parce qu’ils sont considérés comme vulgaires, obscènes ou nocifs. L’Autorité pour les Télécommunications pakistanaise interdit dès lors d’écrire Jésus Christ dans les SMS. Les sociétés de téléphonie mobile disposent de sept jours pour bloquer ces messages. Les églises chrétiennes et les organisations de défense des droits humains protestent vigoureusement.

    « L’Eglise catholique du Pakistan exercera toutes les pressions nécessaires sur le gouvernement, afin qu’il élimine le nom du Christ de la liste des mots prohibés », a annoncé le père John Shakir Nadeem, secrétaire de la Commission pour les Communications sociales de la Conférence épiscopale du Pakistan. « Nous comprenons le désir de sauvegarder les esprits des jeunes en signalant une liste de paroles obscènes. Mais pourquoi y inclure le nom du Christ ? Qu’a-t-il d’obscène ? L’interdire constitue une violation de notre droit à évangéliser et blesse les sentiments des chrétiens. Si l’interdiction devait être confirmée, elle représenterait réellement une page noire pour le pays, un nouvel acte de discrimination envers les chrétiens et une violation flagrante de la Constitution du Pakistan ».

    Des organisations de défense des droits humains et des libertés des citoyens, comme « Bytes For All », ont annoncé qu’elles contesteraient l’ordonnance devant le tribunal. Celle-ci « viole le droit à la liberté de parole et d’expression et constitue une intrusion dans la vie privée des citoyens ». Il s’agit d’une mesure « non seulement oppressive et hégémonique, mais également anticonstitutionnelle ». Quant à l’Autorité pour les télécommunications, celle-ci a déclaré que la liberté des pakistanais est « sujette aux limitations prévues par la loi dans l’intérêt de la gloire de l’islam ».

    La liste établie contient plus de 1.600 mots. La plupart sont considérés comme vulgaires par le sens commun ou de nature sexuelle.

    Source : CathoBel – International – Dépêches du 22/11/2011.
    http://info.catho.be/tag/pakistan/

  24. Bonjour,
    @Yamez, Neocandice, Kery, ppradic, et d’autres

    Je vous fais remarquer que je n’attaque pas les personnes mais seulement l’idéologie qui les guide. Il n’en est pas de même de la part de certains d’entre vous.

    Mettons les points sur les i :

    Nous vivons en France, pays de tradition chrétienne.
    Nous sommes sur un site, LIESI, dont la composante principale est de voir les choses à la lumière du christianisme.

    Il ne se passe pas un jour sans que des chrétiens soient persécutés, brimés, violés ou tués dans l’un ou l’autre des pays de votre religion de “paix et d’amour”. Serait-ce le NOM qui forcerait ces gens à se comporter ainsi ?

    Notre Credo, c’est en tout cas le mien et il s’agit là de la base de notre (ma) foi nous fait dire :

    Je crois en Dieu, le Père tout-puissant, Créateur du ciel et de la terre ; et en Jésus-Christ, son Fils unique, Notre Seigneur, qui a été conçu du Saint Esprit, est né de la Vierge Marie, a souffert sous Ponce Pilate, a été crucifié, est mort, a été enseveli, est descendu aux enfers, est ressuscité des morts le troisième jour; est monté aux cieux, est assis à la droite de Dieu le Père tout-puissant; d’où il viendra juger les vivants et les morts. Je crois au Saint Esprit, à la sainte Eglise catholique, à la communion des Saints, à la rémission des péchés, à la résurrection de la chair, à la vie éternelle. Amen.

    Qu’y a-t-il de commun entre votre foi et la nôtre ? Les trois premières affirmations et c’est tout.

    Il ne peut y avoir plusieurs vérités et vous le savez bien. Pour moi le choix est fait et je prie pour votre conversion.

    • D’autre part, j’ajoute ceci : ici en France vous n’êtes pas chez vous. Vous avez la chance, du fait de l’apostasie généralisée, d’être acceptés bien que professant une fausse religion qui est d’origine diabolique, comme l’ont amplement démontré plusieurs auteurs spirituels et tous les papes.
      Maintenant, si vous ne supportez pas les catholiques, c’est très simple : il y a plein d’avions, et même des bateaux ! qui vous ramèneront dans vos merveilleux pays d’Islam.

      Je ne vais pas cracher ma haine dans votre pays ? Alors soit vous faites de même chez moi, soit vous retournez chez vous. Est-ce clair ?

      • “Alors soit vous faites de même chez moi, soit vous retournez chez vous. Est-ce clair ?”
        Un seul petit problème… je suis français de souche, mes origines sont bretonnes et normandes et je ne suis pas musulman.
        Ai-je le droit de m’exprimer?

  25. pour ma part je me rapproche des pensées de quidam ” de par ma naissance” et avoue que depuis quelques temps je m’interroge beaucoup sur la religion et Dieu…
    d’autre part les propos de jmd39 sont empreints d’un réalisme et d’une sincérité qu’il n’est pas dur de percevoir( comme chez quidam)…je n’y vois pas d’attaque sur les individus , seulement sur le système…
    j’avoue aussi que voir dans nos grandes villes des prières de rue au point de bloquer les passages dans les quartiers me gêne ou me trouble….beaucoup reconnaitront leurs pensées dans vos dires…

  26. Pour ma part, même si on écarte, le religieux, il est certain, qu’à partir du moment ou on est invité dans un pays, il faut respecter, ses traditions, sa culture et son peuple. Aujourd’hui, la minorité impose sa façon de voir à la majorité.
    Lorsque je suis invité chez mes amis, je respecte, leurs règles de vie. C’est le minimum. Pour un pays, c’est la même chose.
    C’est un raisonnement simple, mais logique.

    • Ouf, merci à tous les deux pour cette cure toute simple de bon sens ! ça commençait à m’énerver passablement les commentaires du-dessus (de kery, yamez et dies irae, pour ne pas les citer 🙂 )

    • Vous avez tout à fait raison Phil44. Mais ne faites pas de généralité! Si une partie veut imposer sa façon de voir, ce n’est pas le cas de tout le monde !

      • C’est également mon cas Skander. ça s’appelle de l’ouverture d’esprit. Une religion n’a jamais empêché ça. Surtout lorsque les échanges se font sur la base de vertus communes. La bible n’impose pas le sectarisme. sauf pour ceux qui la lisent de travers

      • Quidam

        Aujourd’hui, la minorité impose sa façon de voir à la majorité. c’est ce que je viens de dire…..! Si la majorité des invités veulent vivre en harmonie, il faut qu’ils fassent comprendre à la minorité les règles de bien-séance……mais là, au regard de ce qui se passe aujourd’hui, j’en doute. Ce que je reproche à notre pays, c’est de ne pas faire respecter les lois qui existent.
        Par le passé, j’ai eu l’occasion de vivre au MAROC au titre d’accord de défenses. Croyez moi, il me serait jamais venu à l’idée de prier dans rue. Par respect pour ce pays et d’autre part, on ne me l’aurait pas autorisé………et c’était le MAROC. La tolérance, ne doit pas entrainer, la démission. C’est peut être vieux jeu comme principe, mais c’est le début de la sagesse.

  27. Pour les co-allahborateurs, quelques bonnes citations de l’Eglise Catholique :

    ********************

    Mgr Gaume, in “catéchisme de persévérance”, tome 6

    “Le mahométisme est le triomphe ou plutôt l’usurpation de l’erreur sur la vérité, de l’iniquité sur la justice, de la barbarie sur l’humanité et la civilisation véritable.

    Chacun doit, selon ses moyens, travailler à redresser ce renversement des choses; l’individu chrétien comme individu, le roi chrétien comme roi, la nation chrétienne comme nation, l’Europe chrétienne comme Europe, l’humanité chrétienne ou l’Église catholique comme l’humanité régénérée par le Christ.”

    Encore Mgr Gaume, in “Credo”, page 8 :

    “Par la même cause s’expliquent les succès de Mahomet. A la tête d’armées fanatiques, le chamelier de la Mecque se présente à l’Arabe ignorant et corrompu; puis, le sabre d’une main, la coupe des plaisirs de l’autre, lui dit: Crois ou meurs.

    Dans la foi qu’il demande pendant la vie, est l’autorisation de piller, de tuer, de réduire en esclavage tout ce qui n’est pas croyant; après la mort, le gage de tous les plaisirs sensuels dans un paradis de voluptés.

    On conçoit encore qu’en flattant les passions, le mahométisme a pu se faire d’innombrables partisans. Pour obtenir un pareil résultat, il ne faut être ni dieu, ni thaumaturge, ni saint, ni prophète.

    Il en est ainsi de toutes les prétendues religions qui ont paru dans le monde. Pas une seule qui n’ait dû son origine, ses progrès et sa durée à l’émancipation de l’une des trois concupiscences du cœur humain: l’orgueil, la cupidité, la volupté.

    Moins opposée est la lumière aux ténèbres, que le Christianisme à toutes ces fausses religions. Seul il ne pactise avec aucune faiblesse; seul il attaque de front tous les vices et tous les penchants corrompus; seul il prêche toutes les vertus et ordonne tous les genres de sacrifices”

    ***********

    Dom Guéranger, in “Jésus-Christ Roi de l’Histoire”,
    Collection sens de l’Histoire, Association saint Jérôme, 2005, p. 95-97

    “Dieu a laissé prévaloir pour un temps l’antique ennemi de l’homme, et lui a permis de choisir un organe duquel il séduira les peuples, en même temps qu’il les asservira par le glaive.

    De là mahomet, l’homme de satan, et le coran, son évangile.

    Or, quel est le crime qui a poussé ainsi à bout la justice de Dieu, et l’a portée à abandonner ces peuples à un esclavage dont nous ne prévoyons pas encore la fin ? L’hérésie est ce crime odieux, qui rend inutile la venue du Fils de Dieu en ce monde, qui proteste contre le Verbe de Dieu, qui foule aux pieds l’enseignement infaillible de l’Eglise.

    Il faut qu’il soit puni et que les nations chrétiennes apprennent qu’un peuple ne s’élève pas contre la parole révélée sans s’exposer à voir châtier, même dès ce monde, son audace et son ingratitude. Alors succombent et Alexandrie, second siège de Pierre, et Antioche, où il siéga d’abord, et Jérusalem, qui garde le tombeau glorieux. Dans ces villes fameuses, il y a bien encore un peuple que l’on a vu tantôt orthodoxe, tantôt hérétique, au gré de ses patriarches; la servitude qu’ont déchaînée les blasphèmes de cette autre population plus nombreuse qui suit les dogmes impies de Nestorius et d’Eutychès, vient envelopper ces restes catholiques d’une Eglise autrefois si florissante, comme les eaux du déluge engloutirent les pécheurs repentants avec la foule des méchants que Dieu avait résolu de perdre, comme la peste, quand Dieu la lance sur un pays, moissonne à la fois les amis de Dieu et ses ennemis. ”

    **************

    Catéchisme de St Pie X :

    “Qu’est-ce que les infidèles ?

    Les infidèles sont ceux qui ne sont pas baptisés et qui ne croient pas en Jésus-Christ ; soit qu’ils croient à de fausses divinités et les adorent, comme les idolâtres ; soit que tout en admettant le seul vrai Dieu ils ne croient pas au Christ Messie, venu en la personne de Jésus-Christ ou encore à venir : tels sont les mahométans et autres semblables.”

    ***************

    St Thomas d’Aquin, “Somme contre les gentils”, chapitre 6 :

    “mahomet a séduit les peuples par des promesses de voluptés charnelles au désir desquelles pousse la concupiscence de la chair. Lâchant bride à la volupté, il a donné des commandements conformes à ses promesses, auxquels les hommes charnels peuvent obéir facilement.

    En fait de vérités, il n’en a avancé que de faciles à saisir par n’importe quel esprit médiocrement ouvert.

    Par contre, il a entremêlé les vérités de son enseignement de beaucoup de fables et de doctrines les plus fausses.(2) Il n’a pas apporté de preuves surnaturelles, les seules à témoigner comme il convient en faveur de l’inspiration divine, à savoir quand une oeuvre visible qui ne peut être que l’oeuvre de Dieu prouve que le docteur de vérité est invisiblement inspiré. Il a prétendu au contraire qu’il était envoyé dans la puissance des armes, preuves qui ne font point défaut aux
    brigands et aux tyrans.

    D’ailleurs, ceux qui dès le début crurent en lui ne furent point des sages instruits des sciences divines et humaines, mais des hommes sauvages, habitants des déserts, complètement ignorants de toute science de Dieu, dont le grand nombre l’aida, par la violence des armes, à imposer sa loi aux autres peuples. Aucune prophétie divine ne témoigne en sa faveur : bien au contraire, il déforme les enseignements de l’Ancien et du Nouveau Testament par des récits légendaires, comme c’est évident pour qui étudie sa loi.

    Aussi bien, par une mesure pleine d’astuces, il interdit à ses disciples de lire les textes de l’Ancien et du Nouveau Testament qui pourraient le convaincre de fausseté.(3) C’est donc chose évidente que ceux qui ajoutent foi à sa parole croient à la légère.

    *****************

    St Alfonse de Ligori :

    “Du reste,pour connaitre l’impieté de cette loi,il suffit de savoir qu’elle permet à ses adeptes la vengeance,le vol,et les plaisirs charnels;bien plus,elle ne fait consister le paradis de la vie eternelle que dans les honteuses voluptés de la chair.
    C’est donc une loi qui convient plutot à des betes qu’à des hommes doués de raison.”

    ” Pour apprécier le Mahométisme, il faut le considérer dans son dogme, dans sa morale, dans ses lois, dans ses effets, dans son établissement.
    1. Dans son dogme. Voici les principaux articles de son symbole : Il n’y a qu’un seul Dieu, mais sans distinction de personnes; Mahomet est son prophète. Les hommes sont nécessairement prédestinés au Ciel ou à l’Enfer : dogme qui anéantit la liberté et fait Dieu auteur du péché.”

    ******************

    Lettre Serviam : source : http://www.nostra-aetate.org/index.html

    “Comme le résume si magnifiquement Dom Guéranger, l’Islam est le fléau choisi par Dieu
    pour punir les nations chrétiennes infidèles. Les nations européennes naguère catholiques
    ayant toutes apostasiées, il est logique de les voir se faire coloniser petit à petit par des hordes
    d’immigrés musulmans. Pour l’instant, le sang ne coule pas (ou très peu), le glaive étant
    encore discrètement dissimulé. Jusqu’à quand ?

    Il est donc évident que ce n’est pas en collaborant avec l’Islam (secte hérétique niant la
    divinité du Christ et fléau voulu par Dieu) que les catholiques édifieront un monde meilleur,
    ce monde voulu par saint Pie X, à savoir la cité catholique. Par conséquent, tous ces escrocs
    tels Ratzinger-Benoît XVI à la remorque de son ancien maître Wojtyla-Jean-Paul II, qui
    magnifient l’Islam et engagent les catholiques à collaborer avec les pires ennemis du Christ et
    de son Eglise, sont de réels imposteurs et usurpateurs.”

    ********************

    Extrait d’une lettre de Charles de Foucault à René Bazin, 29 juillet 1916 :

    “Espérons qu’après la victoire nos colonies prendront un nouvel essor. Quelle belle
    mission pour nos cadets de France, d’aller coloniser dans les territoires africains de la
    mère patrie, non pour s’y enrichir, mais pour y faire aimer la France, y rendre les
    âmes françaises et surtout leur procurer le salut éternel, étant avant tout des
    Priscille et des Aquila !

    Comment franciser les peuples de notre empire africain

    Ma pensée est que si, petit à petit, doucement, les musulmans de notre empire colonial
    du nord de l’Afrique ne se convertissent pas, il se produira un mouvement nationaliste
    analogue à celui de la Turquie : une élite intellectuelle se formera dans les grandes
    villes, instruite à la française, sans avoir l’esprit ni le cœur français, élite qui aura perdu
    toute foi islamique, mais qui en gardera l’étiquette pour pouvoir par elle influencer les
    masses ; d’autre part, la masse des nomades et des campagnards restera ignorante, éloignée de nous, fermement mahométane, portée à la haine et au mépris des Français
    par sa religion, par ses marabouts, par les contacts qu’elle a avec les Français
    (représentants de l’autorité, colons, commerçants), contacts qui trop souvent ne sont
    pas propres à nous faire aimer d’elle. Le sentiment national ou barbaresque s’exaltera
    dans l’élite instruite : quand elle en trouvera l’occasion, par exemple lors de difficultés
    de la France au dedans ou au dehors, elle se servira de l’islam comme d’un levier pour
    soulever la masse ignorante, et cherchera à créer un empire africain musulman
    indépendant.

    L’empire Nord-Ouest-Africain de la France, Algérie, Maroc, Tunisie, Afrique
    occidentale française, etc., a 30 millions d’habitants ; il en aura, grâce à la paix, le
    double dans cinquante ans. Il sera alors en plein progrès matériel, riche, sillonné de
    chemins de fer, peuplé d’habitants rompus au maniement de nos armes, dont l’élite
    aura reçu l’instruction dans nos écoles. Si nous n’avons pas su faire des Français de
    ces peuples, ils nous chasseront. Le seul moyen qu’ils deviennent Français est
    qu’ils deviennent chrétiens.

    Il ne s’agit pas de les convertir en un jour ni par force, mais tendrement, discrètement,
    par persuasion, bon exemple, bonne éducation, instruction, grâce à une prise de
    contact étroite et affectueuse, œuvre surtout de laïcs français qui peuvent être bien plus
    nombreux que les prêtres et prendre un contact plus intime.

    Des musulmans peuvent-ils être vraiment français ? Exceptionnellement, oui.
    D’une manière générale, non. Plusieurs dogmes fondamentaux musulmans s’y
    opposent ; avec certains il y a des accommodements ; avec l’un, celui du Medhi, il n’y
    en a pas : tout musulman (je ne parle pas des libres-penseurs qui ont perdu la foi) croit
    qu’à l’approche du jugement dernier le Medhi surviendra, déclarera la guerre sainte, et
    établira l’islam par toute la terre, après avoir exterminé ou subjugué tous les non-
    musulmans. Dans cette foi, le musulman regarde l’islam comme sa vraie patrie et les
    peuples non musulmans comme destinés à être tôt ou tard subjugués par lui musulman
    ou ses descendants ; s’il est soumis à une nation non musulmane, c’est une épreuve
    passagère ; sa foi l’assure qu’il en sortira et triomphera à son tour de ceux auxquels il
    est maintenant assujetti ; la sagesse l’engage à subir avec calme son épreuve ; “l’oiseau
    pris au piège qui se débat perd ses plumes et se casse les ailes ; s’il se tient tranquille, il
    se trouve intact le jour de la libération”, disent-ils ; ils peuvent préférer telle nation à
    une autre, aimer mieux être soumis aux Français qu’aux Allemands, parce qu’ils savent
    les premiers plus doux ; ils peuvent être attachés à tel ou tel Français, comme on est
    attaché à un ami étranger ; ils peuvent se battre avec un grand courage pour la France,
    par sentiment d’honneur, caractère guerrier, esprit de corps, fidélité à la parole, comme
    les militaires de fortune des XVIe et XVIIe siècles, mais, d’une façon générale, sauf
    exception, tant qu’ils seront musulmans, ils ne seront pas Français, ils attendront
    plus ou moins patiemment le jour du Medhi, en lequel ils soumettront la France.”

    ********************

  28. Quelques autres citations, cette fois sur l’interdiction par l’Eglise Catholique de la prétendue “liberté religieuse” :

    ************

    Pape Pie X, encyclique “Quanta Cura” :

    Et de fait, vous le savez parfaitement, Vénérables Frères, il s’en trouve beaucoup aujourd’hui pour appliquer à la société civile le principe impie et absurde du « naturalisme », comme ils l’appellent, et pour oser enseigner que « la perfection des gouvernements et le progrès de la vie civile exigent absolument que la société humaine soit constituée et gouvernée sans plus tenir compte de la religion que si elle n’existait pas, ou du moins sans faire aucune différence entre la vraie et les fausses religions ». Et contre la doctrine de la Sainte Écriture, de l’Église et des saints Pères, ils affirment sans hésitation que « la meilleure condition de la société est celle où on ne reconnaît pas au pouvoir le devoir de réprimer par des peines légales les violations de la loi catholique, si ce n’est dans la mesure où la tranquillité publique le demande ». À partir de cette idée tout à fait fausse du gouvernement des sociétés, ils ne craignent pas de soutenir cette opinion erronée, on ne peut plus funeste pour l’Église catholique et le salut des âmes, que
    Notre Prédécesseur Grégoire XVI, d’heureuse mémoire, qualifiait de « délire » : « La liberté de conscience et des cultes est un droit propre à chaque homme. Ce droit doit être proclamé et garanti par la loi dans toute société bien organisée. Les citoyens ont droit à l’entière liberté de manifester hautement et publiquement leurs opinions quelles qu’elles soient, par les moyens de la parole, de l’imprimé ou tout autre méthode sans que l’autorité civile ni ecclésiastique puisse lui imposer une limite ». Or, en donnant pour certitudes des opinions hasardeuses, ils ne pensent
    ni ne se rendent compte qu’ils prêchent « une liberté de perdition », et que « s’il est permis à toutes les convictions humaines de décider de tout librement, il n’en manquera jamais pour oser résister à la vérité et faire confiance au verbiage d’une sagesse toute humaine. On sait cependant combien la foi et la sagesse chrétienne doivent éviter cette vanité si dommageable, selon l’enseignement même de Notre Seigneur Jésus-Christ ».

    *********************

    Mgr Gaume : “la Religion dans le temps et l’éternité”, page 48

    “Il est donc vrai, depuis l’apparition des prétendues sociétés dépositaires de la vraie religion, la seule Église romaine a continué, elle continue magnifiquement la mission d’amour qu’elle avait commencée avant leur naissance. Sa doctrine n’a donc pas cessé d’être bonne privativement à toute autre ; mais elle n’est bonne que parce qu’elle est divine. L’Église catholique n’a donc pas cessé d’être l’unique société dépositaire de la charité de Dieu et conservatrice de la bonne religion.

    Connaissez-vous maintenant la société dépositaire die la vraie religion ? Et cependant pour vous la faire distinguer de toutes les sectes menteuses nous n’avons employé qu’une seule preuve, la plus palpable, il est vrai, et par conséquent la plus populaire ; savoir, que l’arbre se reconnaît à ses fruits.

    De là découlent trois propositions, résumé de toute démonstration religieuse :

    Il y a une religion vraie, ou depuis six mille ans le genre humain est frappé de démence.

    La vraie religion se trouve dans le christianisme, ou elle n’est nulle part.

    Le christianisme se trouve dans l’Église catholique, ou il n’est nulle part. ”

    ************************

    idem page 59:

    “Notre époque est travaillée d’un autre mal, produit comme le précédent par le libre penser ; c’est l’éclectisme antichrétien ou la manie de reformer la religion, de l’arranger suivant des opinions mobiles du moment, d’y prendre et d’y laisser, en un mot de faire un christianisme à toute main. Quel remède à ce mal ? Le meilleur, sans contredit, c’est encore l’exposition complète de la foi catholique.

    De cet enseignement universel, comme le veut saint Augustin, il résulte que le christianisme n’est pas l’ouvrage de l’homme, mais de Dieu ; qu’il n’est pas sorti imparfait des mains de Son auteur, mais parfait ; que, s’il a demandé des développements, ce n’est pas à l’homme, mais à Dieu, à qui seul il appartient de les donner ; enfin, que le christianisme, immuable comme Dieu, est, dans sa manifestation, aussi ancien que les temps et aussi
    durable que l’éternité, parce que Jésus-Christ, qui en est le fondement et la vie, était hier, qu’il est aujourd’hui et qu’il sera le même aux siècles des siècles.

    De là ces deux conséquences également nécessaires : qu’il n’y a jamais eu et qu’il n’y aura jamais qu’une seule vraie religion, comme il n’y a qu’un seul Médiateur entre Dieu et les hommes ; qu’il n’appartient à aucun homme, à aucun siècle de modifier la religion, ou de la faire descendre, en la soumettant à l’État du rang suprême qu’elle occupe par droit de naissance ; si bien qu’elle seule a le droit absolu, éternel de répéter le mot fameux : Je suis
    Reine, ou je ne suis rien, Aut nihil, aut Cæsar.

    Par ce seul coup est tranchée la racine des différentes sectes de philosophie et de politique religieuse qui, toutes, sont fondées ou sur l’absorption possible de la puissance de Dieu par la puissance de l’homme ou sur la possibilité d’un culte nouveau, c’est-à-dire sur la prétendue subordination, insuffisance ou altération du culte véritable ; en définitive, sur l’existence possible d’une religion autre que le christianisme actuel : supposition aussi
    dangereuse qu’absurde, renouvelée de nos jours par certains esprits dignes de soutenir une meilleure cause. ”

    ***************
    Don Slavy : in “le libéralisme est un péché”

    Le libéralisme est un péché, qu’on le considère dans l’ordre des doctrines ou dans celui des faits.
    Dans l’ordre des doctrines, c’est un péché grave contre la foi, parce que ses doctrines sont une hérésie.
    Dans l’ordre des faits, c’est un péché contre les divers commandements de Dieu et de I’Eglise, parce qu’il les transgresse tous. Plus clairement : dans l’ordre des doctrines le libéralisme est l’hérésie radicale, parce qu’il comprend toutes les hérésies. Dans l’ordre des faits, il est l’infraction universelle et radicale de la loi de Dieu parce qu’il en auto-
    rise et sanctionne toutes les infractions.

    Procédons par parties dans notre démonstration.

    Dans l’ordre des doctrines le libéralisme est une hérésie.
    Hérésie est toute doctrine qui nie formellement et opiniâtrement un dogme du christianisme. Or, le libéralisme doctrinal commence par nier tous les dogmes du christianisme en général, et ensuite il nie chacun d’eux en particulier.

    Il les nie tous en général quand il affirme ou suppose l’indépendance absolue de la raison individuelle dans l’individu et de la raison sociale ou critérium public dans la société.
    Nous disons affirme ou suppose, parce qu’il arrive parfois que le principe libéral n’est pas affirmé dans les conséquences secondaires ; mais dans ce cas il est supposé et admis.

    Il nie la juridiction absolue de Jésus-Christ Dieu sur les individus et les sociétés et, par conséquent, il nie aussi la juridiction déléguée que le chef visible de l’Église a reçue de Dieu sur tous et chacun des fidèles, quels que soient leur condition et leur rang.

    Il nie la nécessité de la révélation divine et l’obligation pour tout homme de l’admettre s’il veut parvenir à sa fin dernière.

    Il nie le motif formel de la foi, c’est-à-dire l’autorité de Dieu qui révèle, admettant seulement de la doctrine révélée les quelques vérités que son esprit borné peut comprendre.

    Il nie le magistère infaillible de l’Église et du pape et, par conséquent aussi, toutes les doctrines définies et enseignées par cette divine autorité.

    Après cette négation générale, cette négation en bloc, le libéralisme nie chaque dogme en tout ou en partie, selon que les circonstances le lui montrent en opposition avec son jugement rationaliste. Ainsi par exemple, il nie la foi au baptême quand il admet ou suppose l’égalité des cultes ; il nie la sainteté du mariage quand il établit la doctrine du soi-disant mariage civil […]

    L’Ange de l’Ecole s’exprime sur ce sujet avec son habituelle clarté :
    “Un péché est d’autant plus grave que par lui l’homme se sépare davantage de Dieu ; or, par le péché contre la foi, l’homme se sépare de Dieu autant qu’il est en son pouvoir, puisqu’il se prive de sa véritable connaissance ; d’où il ressort, conclut le saint docteur, que le péché contre la foi est le plus grand que l’on connaisse”. Cependant, lorsque le péché contre la foi est simplement une privation coupable de cette vertu et de cette connaissance de Dieu, il est moins grave que lorsqu’il est la négation et l’attaque formelle des dogmes expressément définis par la révélation divine.
    En ce dernier cas, le péché contre la foi, si grave en lui-même, acquiert une gravité plus grande qui constitue ce qu’on appelle l’hérésie. Il contient toute la malice de l’infidélité, plus une protestation expresse contre un enseignement qui est comme faux et erroné, condamné par la
    foi elle-même.
    Il ajoute, au péché très grave contre la foi, l’endurcissement, l’opiniâtreté et une orgueilleuse préférence de la raison propre à la raison de Dieu.

    Par conséquent les doctrines hérétiques et les œuvres inspirées par elles constituent le plus grand de tous les péchés, à l’exception de la haine formelle de Dieu, haine dont les démons et les damnés sont, comme nous l’avons dit, à peu près les seuls capables.

    Par conséquent le libéralisme, qui est une hérésie, et les œuvres libérales, qui sont œuvres hérétiques, sont les plus grands péchés que connaisse le code de la foi chrétienne.

    Par conséquent, sauf le cas de bonne foi, d’ignorance et d’irréflexion, le fait d’être libéral constitue un péché plus grand que celui du blasphème, du vol, de l’adultère, de l’homicide ou de toute autre chose défendue par la loi de Dieu et châtiée par Sa justice infinie.

    plus loin :

    Au demeurant, les catholiques libéraux s’intitulent [ainsi…] parce qu’ils jugent que ce qu’ils croient ne peut être imposé à eux-mêmes et à personne pour aucun motif supérieur à celui de leur libre appréciation. De telle sorte que, à leur insu, le diable a malicieusement substitué en eux le principe naturaliste du libre examen au principe surnaturel de la foi ;

    d’où il résulte que tout en se figurant avoir la foi des vérités chrétiennes, ils ne l’ont pas, et qu’ils en ont seulement une simple conviction humaine : ce qui est tout différent.

    Il suit de là que, selon eux, leur intelligence étant libre de croire ou de ne pas croire, il en est de même de celle d’autrui. Ils ne voient pas dans l’incrédulité un vice, une infirmité ou un aveuglement volontaire de l’entendement et plus encore du cœur, mais un acte licite, émanant du for intérieur de chacun, aussi maître en ce cas de croire que de nier. Leur horreur de toute pression extérieure physique ou morale, qui prévienne ou châtie l’hérésie découle de cette doctrine, et produit chez eux la haine de toute législation franchement catholique.

    De là aussi, le respect profond avec lequel ils veulent qu’on traite toujours les convictions d’autrui, même les plus opposées à la vérité révélée, car, pour eux, les plus erronées sont aussi sacrées que les plus vraies, puisque toutes naissent d’un même principe également sacré : la liberté intellectuelle.
    C’est ainsi que l’on érige en dogme ce qui s’appelle “tolérance”

    plus loin :

    Le libéralisme est le triste crépuscule de la vérité qui commence à s’obscurcir dans l’intelligence, ou de l’hérésie qui n’en a pas encore pris entièrement possession. Nous remarquons en effet que, d’ordinaire, sont catholiques libéraux les catholiques qui cessent peu à peu d’être de fermes catholiques.

    page 11 :
    Le libéralisme, à tous ses degrés et sous toutes ses formes, a été formellement condamné ; si bien que, en outre des motifs de malice intrinsèque qui le rendent mauvais et criminel, il a contre lui, pour tout catholique fidèle, la suprême et définitive déclaration de l’Eglise qui l’a jugé tel et comme tel l’a anathématisé.
    Il était impossible qu’une erreur à ce point transcendentale n’eût point sa place dans le catalogue des erreurs officiellement réprouvées. Aussi, a t-elle été condamnée en diverses occasions.

    Déjà, à son apparition en France, lors de la première Révolution, la fameuse “Déclaration des droits de l’homme”, qui contient en germe toutes les folies du moderne libéralisme, fut condamnée par Pie VI.

    page 17 :
    En toutes ces institutions règne le libéralisme et par conséquent la libre-pensée. Or, aucun catholique ne peut, sans cesser de l’être, faire partie d’un groupe libre-penseur ; car il ne le peut sans accepter comme sien le critérium libre-penseur du groupe en question. Donc il ne lui est pas permis non plus d’appartenir à un groupe libéral.

    Combien de catholiques servent malgré cela, bravement, le diable, en participant à des œuvres de ce genre ! Seront-ils convaincus maintenant de la perversité du libéralisme? Convaincus de la juste horreur avec laquelle un bon catholique doit considérer les choses libérales ?

    Convaincus enfin, que rien n’est plus naturel et plus légitime que notre intraitable intransigeance

  29. ——- les complicités envers le libéralisme :

    page 19
    – C’est complicité chez les pères de famille, les directeurs spirituels, les chefs d’atelier, les professeurs et les instituteurs que de garder le silence quand on les interroge sur ce sujet, ou même simplement de ne pas s’expliquer sur cette question quand ils sont obligés d’éclairer la conscience de leurs subordonnés.

    – Quelquefois, aussi, c’est complicité que taire ses bonnes et saines convictions, donnant ainsi l’occasion de penser qu’elles sont mauvaises.

    Il ne faut pas oublier qu’en mille circonstances il y a obligation pour le chrétien de rendre en public témoignage à la vérité, même sans en être formellement requis.

    page 21 :
    Le catholique simplement entaché de libéralisme se reconnaît à ceci : Homme de bien et de pratiques sincèrement religieuses il exhale néanmoins une odeur de libéralisme par tout ce qu’il dit, écrit, ou tient entre ses mains.
    Ce brave homme raisonne, parle et agit comme un libéral sans qu’il s’en doute. Son fort c’est la charité, il est la charité même.
    De quelle horreur il est rempli pour les exagérations de la presse ultramontaine !
    Traiter de méchant l’homme qui répand de mauvaises idées, c’est aux yeux de ce singulier théologien pécher contre le Saint-Esprit. Pour lui il n’y a que des égarés. On ne doit ni résister ni combattre

    […]

    Contre eux [les ultramontains]ce teinté de libéralisme d’ordinaire si doux se montre acerbe et violent.
    Contre eux son zèle est amer, sa polémique est aigre, sa charité agressive.
    Il garde tous les trésors de sa “tolérance” et de sa “charité” pour les ennemis jurés de sa foi ! Quoi de plus naturel, le pauvre homme ne veut-il pas les attirer ?
    En échange, par exemple, il n’a que sarcasmes et cruelle intolérance pour les plus héroïques défenseurs de cette même foi.

    En résumé, ce teinté de libéralisme n’a jamais pu comprendre l’opposition per diametrum, dont parle saint Ignace dans les Exercices spirituels. Il ne connaît pas d’autre tactique que celle d’attaquer par le flanc, tactique qui, en religion, peut être la plus commode, mais qui n’est point la plus décisive.
    Il voudrait bien vaincre, mais à la condition de ne pas blesser l’ennemi, de ne lui causer ni mortification, ni ennui.
    Le seul mot de guerre lui agace les nerfs et il donne toutes ses préférences à la pacifique discussion.

    Il est pour les cercles libéraux dans lesquels on pérore et on délibère, et non pour les Associations ultramontaines dans lesquelles on dogmatise et on blâme… En un mot, si on reconnaît le libéral exalté et le libéral modéré à leurs fruits, c’est principalement par ses affections que l’homme à teinte libérale se fait reconnaître.

    —– Précautions catholiques à prendre concernant la fréquentation des libéraux : (p 21)

    Dans une semblable occurrence il ne faut point perdre courage : Dieu qui nous voit soutenir la lutte ne nous refusera pas les secours dont nous aurons besoin.

    Il est à propos de constater ici que les bons catholiques appartenant à des pays libéraux et à des familles libérales, se distinguent, quand ils sont véritablement bons, par une vigueur et une trempe d’esprit particulières. Telle est la façon constante dont la grâce procède, son aide est d’autant plus puissante que la nécessité est plus urgente.

    L’indépendance catholique a le devoir de se manifester souvent pour imposer le respect à ceux qui prétendent l’annihiler avec leur libéralisme éhonté. Cependant, si le cas d’un arbitraire évident se présentait, il faudrait le désavouer en toute franchise, et se dresser en face du sectaire qui voudrait l’imposer, avec toute la noble et ferme simplicité d’un disciple de la foi.

    Nous nous souvenons, à ce propos, d’avoir entendu dire à un personnage aujourd’hui très haut placé dans l’Église :
    “Rien de commun avec les libéraux ! Ne fréquentez pas leur maison, ne cultivez pas leur amitié”. L’Apôtre saint Paul l’avait déjà dit, du reste, de leurs congénères : “Ne vous mêlez pas à eux. Ne conmisceamini (I Corinth. V, 9)”. “Ne vous asseyez même pas à leur table. Cum ejusmodi nec cibum sumere”. (Ibid., v. 11). Horreur donc, ayez horreur de l’hérésie, de ce mal au-dessus de tout mal !

    La première chose à faire dans un pays infecté par la peste, c’est de s’isoler.

    —— INTRANSIGEANCE (p 24 sq)

    Intransigeance ! intransigeance ! J’entends une partie de mes lecteurs plus ou moins entachés de libéralisme pousser ces cris après la lecture du chapitre précédent. Quelle manière peu chrétienne de résoudre la question ! disent-ils. Les libéraux sont-ils, oui ou non, notre prochain comme les autres hommes ? Avec de pareilles idées où
    irions-nous ? Est-il possible de recommander avec une semblable impudence le mépris de la charité !
    “Nous y voilà enfin !” nous écrierons-nous à notre tour. Ah ! on nous jette perpétuellement à la face notre prétendu manque de charité. Eh bien ! puisqu’il en est ainsi, nous allons répondre nettement à ce reproche qui est pour plusieurs en ce sujet, le grand cheval de bataille. S’il ne l’est pas, du moins sert-il de parapet à nos ennemis, et, comme le dit très spirituellement un auteur, oblige-t-il gentiment la charité à servir de barricade contre la vérité.

    Mais d’abord que signifie le mot charité ?

    La théologie catholique nous en donne la définition par l’organe le plus autorisé de la propagande populaire, le catéchisme, si plein de sagesse et de philosophie. Cette définition la voici : La charité est une vertu surnaturelle qui nous incline à aimer Dieu par-dessus toute chose et le prochain comme nous-mêmes pour l’amour de Dieu. Ainsi, après Dieu, nous devons aimer le prochain comme nous-mêmes, et cela, non d’une manière quelconque, mais pour l’amour de Dieu et par obéissance à sa loi.
    Et maintenant, qu’est-ce qu’aimer ? Amare est velle bonum, répond la philosophie, “Aimer, c’est vouloir le bien à celui qu’on aime”. A qui la charité commande-t-elle de vouloir le bien ? Au prochain !
    c’est-à-dire non à tel ou tel homme seulement, mais à tous les hommes. Et quel est ce bien qu’il faut vouloir pour qu’il en résulte le véritable amour ? Premièrement, le bien suprême, qui est le bien surnaturel ; immédiatement après, les biens de l’ordre naturel qui ne sont pas incompatibles avec lui. Tout ceci se résume dans la phrase : “pour l’amour de
    Dieu” et mille autres dont le sens est le même.

    Il suit de là qu’on peut aimer le prochain, bien et beaucoup, en lui déplaisant, en le contrariant, en lui causant un préjudice matériel et même en certaines occasions en le privant de la vie. Tout se réduit, en somme, à examiner si dans le cas où on lui déplaît, où on le contrarie, où on l’humilie, on le fait, oui ou non, pour son bien propre, pour le bien de quelqu’un dont les droits sont supérieurs aux siens, ou simplement pour le plus grand service de Dieu.

    1° Pour son bien. – S’il est démontré qu’en déplaisant au prochain, en l’offensant, on agit pour son bien, il est évident qu’on l’aime, même dans les contrariétés et les dégoûts qu’on lui impose. Par exemple : on aime le malade en le brûlant avec le cautère ou en lui coupant le membre gangrené ; on aime le méchant en le corrigeant par la répression
    ou le châtiment, etc., etc. Tout cela est charité, et charité parfaite.

    2° Pour le bien d’un autre dont les droits sont supérieurs. – Il est souvent nécessaire de déplaire à une personne, non pour son propre bien, mais pour délivrer autrui du mal qu’elle lui cause. C’est alors une obligation de charité que de défendre l’attaqué contre l’injuste violence de l’agresseur ; et on peut faire à l’agresseur autant de mal que l’exige la défense de l’attaqué. C’est ce qui arrive lorsqu’on tue un brigand aux prises avec un voyageur. En ce cas, tuer l’injuste agresseur, le blesser, le réduire de toute autre manière à l’impuissance, c’est faire acte de véritable charité.

    3° Pour le service dû à Dieu. – Le bien de tous les biens est la gloire divine, de même que Dieu est pour tout homme le prochain de tous les prochains. Par conséquent, l’amour dû à l’homme en tant que prochain doit toujours être subordonné à celui que nous devons tous à notre commun Seigneur.
    Pour Son amour donc et pour Son service (si c’est nécessaire) il faut déplaire aux hommes, les blesser et même (toujours si c’est nécessaire) les tuer. Remarquez bien toute l’importance des parenthèses (s’il est nécessaire) : elles indiquent clairement le seul cas où le service de Dieu exige de tels sacrifices. De même que dans une guerre juste les hommes se blessent et se tuent pour le service de la patrie, ainsi peuvent-ils se blesser et se tuer pour le service de Dieu. De même encore que l’on peut, en conformité avec la loi, exécuter des hommes à cause de leurs infractions au code humain, on a le droit, dans une société catholiquement organisée, de faire justice des hommes coupables d’infractions au code divin, dans ceux de ses articles obligatoires au for extérieur. Ainsi se trouve justifiée, soit dit en passant, l’Inquisition tant maudite. Tous ces actes (bien entendu quand ils sont justes et nécessaires) sont des actes vertueux et peuvent être commandés par la charité.

    Le libéralisme moderne ne l’entend pas ainsi, ce en quoi il a tort. De là vient qu’il se fait et donne une notion fausse de la charité à ses adeptes. Par ses apostrophes et ses accusations banales d’intolérance et d’intransigeance sans cesse renouvelées, il déconcerte même des catholiques très fermes.

    Notre formule, à nous, est pourtant bien claire et bien concrète.
    La voici : la souveraine intransigeance catholique n’est autre que la souveraine charité catholique.

    Cette charité s’exerce relativement au prochain, quand dans son propre intérêt, elle le confond, l’humilie, l’offense et le châtie.

    Elle s’exerce relativement à un tiers, quand pour le délivrer de l’erreur et de sa contagion, elle en démasque les auteurs et les fauteurs, les appelant de leur vrai nom, méchants, pervers ; les vouant à l’horreur, au mépris, les dénonçant à l’exécration commune, et si cela est possible au zèle de l’autorité sociale chargée de les réprimer et de les punir.

    Elle s’exerce enfin relativement à Dieu, quand pour Sa gloire et Son service, il devient nécessaire d’imposer silence à toutes les considérations humaines, de franchir toutes les bornes, de fouler aux pieds tout respect humain, de blesser tous les intérêts, d’exposer sa propre vie et toutes les vies dont le sacrifice serait nécessaire à l’obtention d’une aussi haute fin. Tout cela est pure intransigeance dans le véritable amour et, par conséquent, souveraine charité.
    Les types de cette intransigeance sont les héros les plus sublimes de la charité, comme l’entend la vraie religion.

    Et parce que de nos jours il y a peu d’intransigeants véritables, il y a aussi peu de gens véritablement charitables. La charité libérale, à la mode actuellement, est condescendante, affectueuse, tendre même, dans la forme, mais au fond elle n’est que le mépris essentiel des biens véritables de l’homme, des suprêmes intérêts de la vérité et de Dieu.

    […]

    Étant donné que le libéralisme est une chose mauvaise, appeler mauvais les défenseurs publics et conscients
    du libéralisme, n’est pas un manque de charité.
    C’est en substance, appliquer au cas présent la loi de justice en usage dans tous les siècles.

    Parcourez la collection des auteurs ecclésiastiques, vous y verrez comment
    les apôtres ont traité les premiers hérésiarques, comment les saints Pères, les controversistes modernes et l’Église elle-même dans son langage officiel, les ont imités. Il n’y a donc aucune faute contre la charité à nommer le mal mal, méchants les auteurs, fauteurs et disciples du mal ; iniquité, scélératesse, perversité, l’ensemble de leurs actes, paroles et écrits. Le loup a toujours été appelé loup tout court, et jamais en l’appelant ainsi on n’a cru faire tort au troupeau et à son maître.

    […]

    La différence essentielle qui existe entre notre manière de voir et celle des libéraux à ce sujet, consiste en ce qu’ils considèrent les apôtres de l’erreur comme de simples citoyens libres, usant de leur plein droit lorsqu’ils opinent en matière de religion autrement que nous. Par suite ils se croient tenus de respecter l’opinion de chacun et de n’y contredire que dans les termes d’une discussion libre. Nous autres, au contraire, nous voyons en eux les ennemis déclarés
    de la foi que nous sommes obligés de défendre. Nous ne voyons pas dans leurs erreurs des opinions libres, mais des hérésies formelles et coupables, ainsi que nous l’enseigne la loi de Dieu.

  30. @la mesange
    Je suis désolé de vous enerver passablement.
    Je sais pour vous lire tous les jours que vous avez une retorique redoutable et que vous avez une érudition certaine.
    Mon objectif n est en aucun cas d enerver qui que ce soit.
    Je ne suis simplement pas dans la même extraction de ma foi. Voyez moi comme un co-Allahborateur ou autre. Peut importe…
    Je vous respecte au plus haut point. Vous et la religion catholique que je pratique seconde par seconde. Mais en toute chose, temperence est bonne. J apprecie tres souvent vos interventions. Mais sur l’aspect religieux, je dois avouer que vous me faites un peu peur. Si même les personnes cultivées et intelligentes comme vous adoptent de telles positions…. j ai la sensation que nous sommes tous perdus….

    Dans tous les cas…. en esperant vous relire…. faisons un monde d’amour et d’humour!

    Bien à vous

    Dies Irae.

    • @ La Mésange
      Je comprends que j’aie pu vous blesser dans vos convictions.
      Ce n’était pas mon but. Tout les versets du monde et toutes vos références ne pourront enlever un iota à ces vertus que sont l’Humilité et la Tolérance.
      Il n’y a pas de religion supérieure à la Vérité.
      Bien à vous.

    • Ce n’est pas vous qui m’avez agacée, Dies Irae…et je vous assure que dans la vie “réelle”, je ne fais peur à personne ! 😀

      J’ai des convictions très profondes, indéracinables, oui, mais je n’ai encore mis personne en joue pour l’obliger à les adopter. Ce qu’il y a c’est que je ne respecte pas les fausses religions : je respecte les personnes, oui bien sûr, mais leurs convictions érronées, non. C’est là ce que d’aucuns appellent mon “intolérance”, qui n’est d’ailleurs pas la mienne, mais celle de ma Religion. Je n’ai JAMAIS été une libérale, même avant ma conversion : c’est viscéral chez moi.

      Beaucoup essaient de mettre dans le même sac les “islamistes extrêmistes” et les “catholiques extrêmistes” (sic).
      D’abord, le catholique “extrêmiste”, cela n’existe pas. Quand on a un Dieu qui s’est incarné pour mourir dans des souffrances atroces cloué sur un gibet afin de payer à la place de ses créatures, et qui de surcroît a pardonné à plusieurs reprises à ses bourreaux, on est forcément un peu “extrême”, à moins d’être parfaitement sans-coeur ni tripes.
      Nous vivons malheureusement une époque de châtrés, pour qui le moindre courage, la moindre virilité de l’âme est assimilée au “fascisme”, “extrêmisme”, etc. en -isme.

      Pour en revenir à l’amalgame qui est fait, que ces menteurs nous disent quand ils ont vu des catholiques “extrêmistes” perpétrer des attentats suicides, mutiler leur prochain parce qu’il avait volé à l’étalage, brûler vives des jeunes femmes parce qu’elles avaient perdu leur vertu, lapider des femmes adultères, décapiter des chrétiens, les emprisonner et les condamner à mort pour leur foi…
      Le catholique “extrêmiste” proclame sa foi comme je le fais sur ce blog et ailleurs. Il prie et fait pénitence pour la conversion des infidèles et des grands pécheurs. Il s’agenouille sur les trottoirs devant les salles de spectacles pour protester de sa foi et offrir à Dieu réparation. Il prie le chapelet dans les “hopitaux” qui tuent les bébés à naître.

      Alors oui nous sommes intolérants c’est vrai : de nos jours, quiconque a une opinion bien arrêtée est taxé d’intolérant, d’ailleurs. Le top de la tolérance, c’est de se laisser flotter comme un chien crevé au fil de l’eau, sans pensée propre, toujours prêt à dire que tout le monde a raison. Nous ne sommes pas cela, nous sommes intégralement catholiques, et comme disait Notre Seigneur “le monde vous hait comme il m’a haï, car vous n’êtes PAS du monde.”
      Nous sommes DANS le monde, mais nous ne sommes pas DU monde.

  31. “Pour les co-allahborateurs” dites vous… le titre même de votre commentaire est porteur de haine, cela même que vous dénoncez chez les dangereux Islamistes.
    Il n’y a pas de co-allahborateurs, il y a des gens qui respectent la Foi des autres, même si elle est contraire à nos convictions. Et puis il y a ceux, comme vous, sectaires au plus haut point qui n’entreverront jamais que la Foi puisse avoir de multiples visages.
    Que dès lors qu’elle est porteuse de VERTUS communes à l’humanité le nom qu’on lui donne n’a strictement aucune importance, pas plus que n’en a votre petite personne (ou la mienne).
    Ce n’est que mon point de vue, ça n’a rien d’absolu. Libre à vous de penser que vous êtes dans le VRAI et que tous sont dans les ténèbres… et pas VOUS !

    • Bonjour,
      La Mésange nous a fait un cours magistral sur des bases solides et saines. Malheureusement, c’est un discours qui ne passe plus ou très peu.

      La raison principale ? Le relativisme à l’œuvre depuis quelques décennies. Un véritable cancer qui a sapé petit à petit le peu de foi qui restait encore dans notre pays. Malheureusement vos posts en sont rempli.

      Mais je vous respecte Quidam car je sens en vous un véritable désir de foi.

      Bien sûr, nous voudrions le bonheur pour nous, pour nos proches, voire pour la terre entière. Ce n’est probablement pas le cas pour d’autres, en particulier pour les “élites”, qui ne voient que leurs propres intérêts. Mais, et c’est là où la compréhension est difficile, le Christ n’est pas venu pour nous promettre le bonheur sur cette terre.

      Dans des temps anciens les gens savaient ce que voulait dire l’expression “gagner son ciel”. Aujourd’hui, nous ne savons plus, car le message du Christ a été édulcoré, galvaudé pour plaire au plus grand monde.

      Vous ne voyez même pas que vos arguments amènent de l’eau au moulin du NOM.

      Tout le monde détient une part de vérité. Alors, créons une nouvelle religion dans laquelle tout le monde pourra se retrouver. C’est le New age, qui est un des maillons de la création du NOM.

      Quant à la foi, il me semble logique qu’ à partir du moment où on l’ a vraiment, on pense détenir la vérité et que, par conséquent, les adeptes d’une autre foi sont dans l’erreur. C’est d”ailleurs exactement le comportement des musulmans et cela se voit très bien au travers de leurs messages.

      On reconnaitra l’ arbre à ses fruits. Personnellement, mon choix est fait.

      • J’aurais aimé vous répondre Jmd39 mais mes propos ne plaisent visiblement pas à tout le monde, mon compte a été supprimé. Dommage, vos arguments sur le NOM étaient intéressants et (à mon sens) très justes.
        Je vais recréer un compte sous un autre nom, à bientôt.
        Bien à vous.

      • Jmd39 et La Mésange, c’est vous qui avez raison.

        Les fortes convictions sont nécessaires actuellement et ne sont pas de l’extrémisme, contrairement à ce que répètent les médias comme une litanie.

        C’est grâce à des gens comme vous, que les apprentis sorciers du N O M vont échouer.

  32. @Liesi
    Est-ce qu’un de mes posts contreviendrait aux règles de ce forum au point que je ne puisse plus intervenir?
    Merci dans ce cas de m’indiquer l’erreur.
    Cordialement
    Quidam

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici