LA GUERRE SECRETE DU PETROLE, de Pierre Fontaine (suite I)

351

Extrait de l’ouvrage LA GUERRE SECRETE DU PETROLE, de Pierre Fontaine, écrit il y a une quarantaine d’années.

 NAISSANCE ET ENTRETIENS DE LA DICTATURE PETROLIERE

L’automobile faisait ses débuts en France et les cons­tructeurs ne savaient pas encore quel carburant conve­nait exactement aux véhicules motorisés. Aussi, dès 1903, une course fut-elle organisée sous le nom de « Circuit des carbu­rants ». Ce circuit réunissait des automobiles utilisant, les unes l’essence de pétrole, les autres l’alcool. Le jury était pré­sidé par le marquis de Dion et comprenait diverses personnalités dont M. Chaix, alors quelque chose comme se­crétaire général de « l’Association du pétrole ».

Une course pleine d’émotions et de teufs-teufs sonores. Lambiance était excellente et les spectateurs, peu nom­breux, se passionnaient pour la compétition des voitures alors hautes sur roues. Une automobile de la marque Dietrich triompha con­fortablement avec plusieurs kilomètres d’avance. Cette voiture avait un moteur qui utilisait uniquement lalcool pur comme carburant.

Un drame commençait.

« … M. de Dion-Bouton applaudit à tout rompre à la victoire de la Dietrich. M. Chaix fronça les sourcils. Alors M. de Dion baissa son panache, se troubla et se tut. M. Chaix fit un signe et, docile, le noble marquis vint aux ordres de M. Chaix.

Frémissantes, les automobiles attendaient les couron­nes ; les moteurs explosaient de triomphe, l’orgueil était à l’échappement libre. La Dietrich connaissait une heure de gloire inouïe. Déjà, des drapeaux tricolores pavoisaient, comme il convient, la victorieuse.

C’est alors que, morne, tremblant et blême, M. de Dion se dressa devant l’assemblée et déclara dis­qualifiée, par lui, président du jury, lui, marquis de Dion, ladite Dietrich : lalcool employé dans le moteur n’étant pas un produit homogène.

Il y eut un moment d’étonnement et de stupeur !

M. le marquis de Dion courba la tête. M. Chaix était rayonnant.

Depuis, au Salon de l’Automobile, le marquis de Dion a avoué qu’il était au vif regret de s’être laissé influencer par M. Chaix, lhomme des pétroliers.

‘‘Jétais obligé d’en passer par là, déclara le mar­quis de Dion. M. Chaix commandite de cinq millions la société De Dion-Bouton. Or, M. Chaix plaidait la cause de l’essence au nom des pétroliers et menaçait de retirer ses fonds de mon affaire si je déclarais valable la course fournie par la Dietrich…’’ » […]

Ce truquage de 1903 allait avoir des conséquences ex­traordinaires avec le développement dans le monde en­tier des moteurs à carburant liquide. II faut reconnaître aux pétroliers une politique à longue échéance. […] Voilà pour quelles raisons l’alcool, que tout le monde peut produire en partant de n’importe quels végétaux, ne put jamais concurrencer avantageusement le pétrole. C’est ce qu’on appelle : les batailles secrètes du pétrole, lesquelles impliquent des fonds secrets considérables nécessaires aux achats de complicité et de conscience. […]

Imaginez que la France où un groupe de pays pacifiques proclame que le pétrole a cessé de l’intéresser puisque ses carburants sont puisés dans la mer ou dans les roches pétroligènes. Les anglo-saxons seraient obligés d’abandonner leur superbe, les Soviétiques devraient renoncer à leurs pipelines géants, préparant la dernière phase de la guerre du pétrole, et chacun serait contraint de réviser toutes ses positions. La paix respirerait mieux.

Utopie ! Oui, je le sais. Le pétrole ne valant plus que pour la pétrochimie, sa valeur s’effondrerait des trois quarts. La panique régnerait dans les bourses, le régime capitaliste devrait se réviser. Entre le sacrifice d’argent et le sacrifice de vies humaines, la bêtise des hommes préfère l’atomisation. […]

[Au cours de la Première Guerre mondiale] Rockefeller avait détourné ses tankers du chemin des ports français et la France n’eut plus, un certain moment, que quatre jours d’avance de carburant. Le maître de la Standard était furieux que les Britanniques occupent la Mésopotamie turque dont le pétrole devait permettre aux pétroliers britanniques de damer le pion aux pétroliers américains après la guerre. Aussi J.D. Rockefeller jouait-il carrément la carte allemande en privant de ravitaillement les alliés ; la victoire de l’Allemagne l’eût  débarrassé définitivement de la concurrence anglaise. On sait que Georges Clemenceau rétablit la situation in extremis en intervenant auprès du président Wilson, intervention résumée par le fameux slogan (faux du point de vue historique) : « Une goutte de pétrole vaut une goutte de sang ». Surveillé, le vieux Rockefeller dut reprendre ses livraisons de pétrole vers la France. […]

Le député Margaine vous parle :

« … Pour comprendre comment nous avons été amenés à réclamer le monopole, il faut rappeler comment le trust pétrolifère (sic) s’est installé en France. En 1903, nous importions 85 % de pétrole brut et 15 % de pétrole ‘‘fini’’. En 1903, les anglo-saxons obte­naient (note du gouvernement français, bien entendu) la révision des droits de douane, afin d’introduire plus facilement leurs produits ‘‘finis’’. Le résultat ne se fit pas attendre. En 1913, les proportions étaient renversées. Nous introduisions 85 % de produits ‘‘finis’’ et  15 % de produits bruts. Puis, en 1918, le pourcentage d’impor­tations de pétrole brut tombait même de 15 % à 0 ».

Ouvrons une parenthèse pour fixer lopération favo­risée par le gouvernement français. Limportation de pétrole brut nécessite le raffinage en terre française, donc création dindustries, emploi de main-d’œuvre locale. En favorisant les importations de produits ‘‘finis’’, les gouvernants français permettaient aux trusts étrangers de travailler à plein rendement dans leurs raffineries nationales et sans frais de nouvelles ins­tallations à amortir. Le raffinage étant lopération indus­trielle la plus rentable du pétrole, il est facile de discer­ner la part royale faite aux trusts par « la révision des droits de douane ».

Le député Margaine continue :

« Non content d’avoir tué lindustrie française du pétrole raffiné, le trust anglo-saxon a projeté d’éliminer toutes les maisons françaises qui importent les produits finis ». […]

La stérilisation de l’industrie des produits finis, c’est-à-dire le renoncement au raffinage en territoire français, aurait eu une contrepartie secrète en faveur de gros clients du pétrole américain. Une partie de l’abaissement des droits de douane sur les produits finis aurait été ristournée à certains importateurs français qui participaient ainsi à la plus-value des bénéfices des exportateurs de pétrole américain, au détriment, bien entendu, de l’activité économique française. […]

Laissons M. Margaine achever son exposé.

« Je sais que les esprits superficiels se réjouissent parce qu’on distille de nouveau le pétrole en France. En effet, une distillerie assez importante a été installée à Douai. Et certains de dire : voici que reprend en France l’industrie du pétrole raffiné, voici que l’on importe à nouveau du pétrole brut. La réalité est plus complexe. Ce fait, loin de démontrer un recul quelconque du trust,  marque au contraire, pour lui, un progrès nouveau. Car l’usine de Douai appartient à l’Anglo-Persian Oil Cy qui vient raffiner directement en France. Cette compagnie a, en effet, constaté que, durant la traversée de la mer Rouge, ses pétroles raffinés en Perse s’évaporaient. C’est pour éviter cette perte qu’elle a décidé de raffiner chez nous.

« Ainsi, le trust est en passe de devenir maître absolu, non seulement du marché, mais de la France. Car, mesurez la conséquence, nous ne pourrions nous défendre, en temps de guerre, sans l’autorisation des Anglo-Saxons… Sans pétrole, les plus importants services de Défense nationale ne pourraient plus être assurés.

« Pour parer à ce danger, il n’y a qu’un remède : le monopole d’importation de l’Etat. Il faut que, seul, l’Etat puisse importer le pétrole en France. C’est lui seul qui livrera les produits aux grossistes ; les producteurs anglo-saxons ne sont nullement menacés par ce système. Ce que je veux, c’est que soit créé un organisme d’Etat capable de jouer un rôle régulateur ».

Tout cela était bien raisonné… dès 1927. Et fort prophétique puisque les trois-quarts des raffineries installées aujourd’hui en France sont des filiales des trusts anglo-saxons. Le projet Margaine, approuvé par le Parlement, qu’en advint-t-il ? Rien, rigoureusement rien. […]

Parmi les banques d’affaires pétrolières françaises, celles de MM. de Rothschild frères et Lazard et Cie sont connues. La IVème République eut son René Mayer-Rothschild et son Mendès-France du lobby Lazard, la Vème République son Pompidou-Rothschild et son Jacquinot-Lazard. Pourquoi voudrait-­on que quelque chose changeât dans ce domaine ? Les électeurs n’y comprennent pas grand’chose et les gouver­nants savent que, pour leur durée, il vaut mieux gouverner pour les pétroliers que contre eux. Tant pis si cette plouto-démocratie mène le pays vers le troisième conflit mondial ; la faute en retombera uniquement sur les électeurs votant pour les hommes qui couvrent les sordides combinaisons du pétrole et qui coûtèrent, déjà, lAlgérie-Sahara à la France, donc son indépendance économique, seule garantie de ses décisions diplomatiques.

 Extrait introduction de LA GUERRE SECRETE DU PETROLE – 15 € franco de port

LIESI – BP 18 – 35430 CHATEAUNEUF

47 Commentaires

  1. Intéressant. Il y a même des rumeurs au sujet des circonstances un peu troubles du décès de Mr Otto Diesel en personne. Il voulait améliorer son invention …

  2. LA VOITURE A AIR COMPRIME

    Voilà un épisode actuel de cette guerre du pétrole. La voiture a air comprimé.
    En 2007, MDI vend la franchise de ses voitures au N°1 de l’automobile en Inde, Tata Industries. Depuis, le groupe TATA n’a pas produit de voiture à Air comprime… il semblerait qu’il rencontre de graves difficultés, qui n’ont bien sur rien à voir avec l’Air Comprimé …

    “2008-08-25 Manifestation monstre devant la nouvelle usine de Tata en Inde
    Près de 40.000 manifestants encerclaient dimanche la nouvelle usine du groupe Tata Motors destinée à construire la Nano, la voiture la moins chère du monde, pour protester contre la réquisition de leurs terres agricoles, a annoncé la police.

    Les manifestants, qui espèrent être 200.000 dans les prochains jours, bloquaient les routes principales autour de l’usine de Singur, située à 35 kilomètres au nord-ouest de Calcutta, la capitale de l’Etat du Bengale occidental, ont précisé les autorités.

    “La sécurité a été renforcée dans et autour du site de construction. Plus de 4.000 policiers ont été déployés”, a déclaré Raj Kanojia, un responsable de la police. Les portes de l’entreprise, toujours en construction, ont été barricadées, a-t-il précisé, et la sortie des premiers exemplaires de la Nano, prévue en octobre, parait menacée.

    Tata Motors a investi 350 millions de dollars dans cette usine qui doit produire 250.000 unités par an de ce mini-véhicule au coût de 2.500 dollars. Depuis plus de deux ans, le site de Singur est le théâtre de violentes manifestations de paysans ulcérés par la réquisition de terres agricoles pour les transformer en terrains industriels.”
    ….
    Non, il n’y a aucun rapport entre cette “révolution de couleur locale” et la guerre du pétrole.

    Pas de rapport non plus entre les pressions du Cartel des Pétroles et le fait que cette voiture n’ait pas encore reçu l’homologation de la C.E.E. ,
    Aucun rapport avec les menaces reçues par MDI et Mr Nègre en particulier …

    Je suis sur la liste des acheteurs depuis 2008, mais je ne pense pas être servi de sitôt.

    http://www.mdi.lu/

    MDI est le fruit d’un projet initié et dirigé par Guy NEGRE.

    PDG et fondateur de MDI, cet ingénieur motoriste de formation a débuté sa carrière en concentrant ses travaux de recherches sur le rendement des moteurs. Parmi ses nombreuses réalisations, on note la mise au point d’une distribution rotative pour une R8 GORDINI qui développait 152 CV à 11 000 tr/min, des moteurs d’aviation légère (SACMA) mais aussi le développement à la fin des années 80 d’un moteur 12 cylindres en W, de 3.5 litres de cylindré, pour la Formule 1. Au cours de sa carrière, Guy NEGRE a dessiné une centaine de moteurs.

    Dans un soucis de sauvegarde de la planète, Guy NEGRE s’est ensuite intéressé au développement de moteur zéro pollution et a créé la société MDI en 1991. Le but de cette société est de promouvoir et développer des énergies propres, concevoir et produire des véhicules et systèmes non polluants. Son bureau d’étude met au point de nouvelles technologies et des concepts de production innovants pour un développement durable. MDI est à la tête d’un portfolio de très nombreux brevets portant notamment sur l’amélioration du rendement des moteurs à air comprimé et de leur environnement technique, qui ont été déposés à travers le monde dans plus de 127 pays.

    Une cinquantaine d’ingénieurs et techniciens travaillent sur la technologie des véhicules à air comprimé avec le soutien du groupe TATA qui est devenu le licencié exclusif pour l’Inde de la technologie MDI, grâce à un accord signé début 2007. Cet accord entre TATA Motors et MDI prévoit que TATA soutiendra la fin du développement et l’optimisation de cette technologie, pour son application sous licence en Inde.

    Dans le reste du monde, MDI poursuit son business model (cf. concept industriel), à savoir la vente de licences et d’usines clef en main qui vont permettre la production et la commercialisation de ses produits.

    Principales dates :

    1996 Moteur air comprimé 1° génération
    1998 Première voiture (Taxi vert)
    1999 “Concept Industriel MDI”
    2000 Installation à CARROS
    2001 Technologie bi énergie – Technologie piston “stop and go”
    2002 Présentation MiniCATs au Mondial de l’auto
    2003 Nouveau cycle thermodynamique (chambre active)
    2005 Création cycle à combustions froides
    2006 Déménagement dans l’usine modèle de CARROS
    2007 Signature du contrat TATA motors – Développement de la OneFlowAIR
    2008 Poursuite OneFlowAIR et préparation de l’usine Modèle
    2009 Lancement de la OneFlowAIR

    • @ Menthalo : L’air comprimé c’est bien joli, mais si on n’a pas un élevage de Shadoks pour pomper, on le comprime comment sans générer de CO2 ? De plus, ça nécessite une maintenance plus pointue qu’un moteur thermique. Je connais un petit peu le sujet, j’ai connu le passage des lanceurs de Paintball du CO2 à l’air comprimé. Ce dernier a des avantages, mais il reste en phase gazeuse tout au long de son utilisation et de son stockage. Une rupture dans le circuit, et on a un risque d’accident, parce que l’énergie libérée n’est pas “modérée” par le passage de phase liquide vers gaz (Ce qui est le cas avec le CO2, le changement de phase s’accompagne d’un refroidissement qui ralentit l’expansion du gaz à cause de l’energir latente de changement d’état).
      Bref; je ne suis pas convaincu par les motorisations électrique, hybride, ou à air comprimé. Pas en l’état actuel des technologies. Il y a encore énormément de marge de progression sur la consommation des moteurs thermiques, par optimisation du carburant, de sa combustion, et injection d’eau qui ajoute la force (mécanique) de la vapeur tout en récupérant une partie de l’énergie perdue par dissipation thermique (évacuée par le radiateur du moteur). Ce tandem Diesel/Vapeur était d’ailleurs envisagé pour la propulsion de notre prochain porte-avions …

      • Mais bien sur… c’est parce que ce n’est pas au point et qu’ils n’ont pas une armée de shadocks, qu’on leur refuse l’agrément au crash test Eurocap… Je crois que vous n’avez pas encore compris le fond du problème. Je connais très bien cette technologie MDI et croyez moi, c’est au point depuis de nombreuses années. Le seul défaut de ces véhicules c’est justement qu’elles ne polluent pas…

      • “on le comprime comment sans générer de CO2 ?”
        A toutes fins utiles je rappelle que le CO2 est le gaz que les plantes “respirent”.
        N’étant pas scientifique je me garderai bien de parler de sa place dans les gaz à effet de serre, mais il faut juste rappeler que l’école d’al Gore (théories qui a permis à ce dernier de s’enrichir sensiblement) est loin de faire l’unanimité dans la communauté scientifique (même ci ceux-ci ont peu ou pas la paroles)

      • enfin pour aller dans le sens de Menthalo, les alternatives au pétrole ne manquent pas (du moins comme carburant) c’est la volonté politique de nos dirigeants corrompus qui manque.

      • On peut se demander pourquoi les moteurs à eau (ou même hybrides) n’ont pas suscités l’enthousiasme de nos politiciens véreux… pourtant des modèles tout ce qu’il y a de plus officiels ont été présentés dans des salons depuis des années et sont opérationnels.

      • On peut également se demander pourquoi une vaste campagne médiatique contre le GPL, expliquant au crétin de base (et que celui-ci s’empresse de relayer) que c’était dangereux a pu être possible alors que parallèlement les chariot élévateurs dit “Fenwick” fonctionnent à gaz depuis des années dans les entrepôts et docks sans que l’on ait relevé d’accidents majeurs…

      • @ quidam : Les plantes “fixent ” le CO2 par photosynthèse pendant le jour, et en rejettent en permancence par la Respiration. Elles en “fixent” plus qu’elles n’en rejettent, c’est comme cela qu’elles poussent (par création de matière organique). Le problème, c’est qu’en brûlant des hydrocarbures, on remet en circulation du CO2 qui avait été “fixé” et fossilisé. Et on en réinjecte plus que ce que la végétation ne peut absorber, d’où l’accroissement du taux de CO2 dans l’atmosphère.
        En ce qui concerne mon objection à l’air comprimé, elle ne concerne pas la validité technique du procédé en lui-même. Mais si on utilise un compresseur à moteur thermique pour comprimer l’air destiné aux voitures, il y a quand même émission de CO2, même si elle ne se situe plus au niveau du véhicule. C’est comme l’électricité. Ca a l’air propre, mais si on la produit avec du nucléaire ou des carburants fossiles, on ne fait que déplacer le problème.
        L’électricité et l’air comprimé ne sont pas des ressources de production de l’énergie, mais des formes sous laquelle on la transporte et on l’utilise. De même, le moteur thermique transforme le carburant en énergie mécanique et thermique. La chaleur évacuée par le radiateur est “perdue”, c’est elle qu’il faut réduire, transformer en énergie mécanique.
        Pour finir, j’ai vu passer récemment des infos sur des procédés qui permettraient de “casser” l’eau pour obtenir hydrogène et oxygène par un procédé photochimique et non plus électrochimique. On obtiendrait donc le cycle suivant :
        2 H2O + lumière =(photocatalyse)=> 2 H2 + O2 =(combustion)=> 2H2O + énergie moteur (mécanique & thermique). et on recommence … L’idée étant de convertir l’énergie du soleil en énergie mécanique, avec le meilleur rendement possible (pas de pertes thermiques)

  3. […] LA GUERRE SECRETE DU PETROLE, de Pierre Fontaine (suite I … Le jury était présidé par le marquis de Dion et comprenait diverses personnalités dont M. Chaix, alors quelque chose comme secrétaire général de « l'Association du pétrole ». …. le pays vers le troisième conflit mondial ; la faute en retombera uniquement sur les électeurs votant pour les hommes qui couvrent les sordides combinaisons du pétrole et qui coûtèrent, déjà, l'Algérie-Sahara à la France, donc son indépendance économique, seule garantie de ses décisions diplomatiques. … http://liesidotorg.wordpress.com/ — Wed, 28 Dec 2011 23:55:10 -0800 […]

  4. Nous pouvons aussi vous offrir le luxe de lire d’autres ouvrages de cet auteur et une revue de presse unique :
    Pierre Fontaine
    La guerre froide du pétrole (1955)
    http://the-savoisien.com/wawa-conspi/viewtopic.php?id=302

    La nouvelle course au pétrole (1957)
    http://the-savoisien.com/wawa-conspi/viewtopic.php?id=303

    La mort étrange de Conrad Killian (1959)
    http://the-savoisien.com/wawa-conspi/viewtopic.php?id=304

    Revue de presse de Boby la Douceur
    http://www.scribd.com/doc/61886682/Fontaine-Pierre-La-revue-de-presse-sur-le-petrole-de-Boby

    La magie chez les noirs – Ed. Dervy 1949
    http://the-savoisien.com/wawa-conspi/viewtopic.php?id=119

    Bergier Jacques
    Ses œuvres diverses
    Jacques Bergier (né : Yakov Mikhailovich Berger (Russian : Яков Михайлович Бéргер)) – (Odessa, August 8, 1912 – Paris, November 23, 1978)
    Les livres maudits (1971) – La guerre secrète du pétrole (2.87 MB) – Manuel du parfait saboteur (2.86 MB)
    http://the-savoisien.com/wawa-conspi/viewtopic.php?id=1855

    Stanley Meyer’s Water Fuel Cell
    http://the-savoisien.com/wawa-conspi/viewtopic.php?id=864

    • @ Le Documentaliste : Merci de toutes les références que vous nous offrez dans vos interventions, voilà un pseudo que vous portez fort bien … 🙂

  5. ” la faute en retombera uniquement sur les électeurs votant pour les hommes qui couvrent les sordides combinaisons du pétrole ”

    Et vous vous votez pour qui 🙂 ?

  6. Il y a beaucoup de scripteur qui ne connaissent qu’une seule partition ici.

    Laquelle ? Celle de l’Arlésienne !

    @Quidam : Les Fenwicks n’ont jamais pu atteindre la vitesse de 130 km/h. Ne pensez-vous pas que l’on peut voir dans cette caractéristique les réserves émises sur les premières générations de bombonnes GPL ?
    Vos affirmations sont péremptoires, comme celle qui concerne l'”enthousiasme” des politiques vis-à-vis des véhicules hybrides. D’ailleurs, si ils y étaient vraiment réfractaires, comment expliquez vous qu’on trouve ce genre de véhicule sur nos route…

    • @Philip
      Avez-vous déjà essayé de conduire à 130 km/heure sur un quai ou dans un entrepôt?
      Ou pour charger un camion? Mais peut-être faites vous parti des crétins auquel je fais allusion…

    • @Philip
      “D’ailleurs, si ils y étaient vraiment réfractaires, comment expliquez vous qu’on trouve ce genre de véhicule sur nos route”
      Pardonnez-moi je n’ai pas répondu à votre principale interrogation…
      Connaissez vous le terme “conflit d’intérêt?” si oui vous comprendrez aisément que quelque chose puisse être lancé sur le marché (celui qui lance le produit n’étant pas forcément monsieur dupont du fond de son garage face aux multinationales…) tout en étant matraqué immédiatement par l’adversaire qui verrait ses revenus diminués.
      Je ne vais pas essayer de vous montrer la puissance du lobby pétrolier, ce serait un chantier trop long (que par ailleurs vous pouvez, en vous éduquant un peu, vérifier par vous même…)
      Alors oui… ces véhicules circulent sur nos routes, ils ont de plus en plus de mal puisque la majorité des “pompes” à GPL ont été retirées…
      Mais là encore je ne peux pas vous en vouloir de ne pas le savoir…
      Quel mot utilisiez-vous déjà ? “péremptoire”? 😀

      • @philip
        Je suis beau joueur: jetez un œil à la propulsion d’Ariane, ça vous évitera de dire des bêtises et de les masquer par des insultes.

      • Et je maintient que l’utilisation du gaz dans un entrepôt ou dans le ciel, n’a rien à voir avec celle faite pour côtoyer des gens, dans la rue, à la sortie des écoles, etc…

      • @Philip
        Lorsque l’on démontre à quelqu’un qu’il a tort il a 2 solutions:
        1 le reconnaitre humblement, il n’y a d’ailleurs pas de raison d’impliquer bêtement son ego…
        2 s’entêter dans ses positions faisant passer sa pensé de la catégorie “peu réfléchie” à celle de “ridicule”

        Pensez vous réellement que nous pouvons envoyer une fusée en maitrisant les techniques de combustion du gaz pour la propulser mais que l’on rencontrerait des obstacles insurmontables pour faire rouler une voiture?
        Le lobby pétrolier a bien fait son travail alors 😀

  7. N’oublions pas la voiture électrique, très performante dès 1899 (première à dépasser 100km/h) et aujourd’hui totalement comparable aux thermiques (cf Tesla Motors), que l’on peut recharger sous un abri solaire (10000E pour les futurs modèles dédiés à la Ford Focus électrique).
    Sur ce site, le document “Who killed the electric car ?” :
    http://www.voitureelectrique.net/

  8. MDI (suite)
    J’ai l’occasion de discuter longuement avec une personne qui a conduit plusieurs fois la petite voiture à air-comprimé de MDI, la AIR-POD
    Elle marche et il s’est beaucoup amusé à chaque fois avec ce joujou …
    Le plein d’air coute environ 1,50€ de consommation électrique…
    Ce modèle est pour la circulation en ville ou sur un site genre aéroport … ce n’est pas fait pour rouler à 130km, donc votre discussion ou plutot votre pugilat n’a aucune raison d’être.
    Outre d’être gonflant pour les tiers !
    l’ISETTA à la fin des années 50 avait un profil similaire. Elle roulait à 80 km… bien suffisant pour son usage et certainement pas sécurisant.
    Quant au modèle genre méhari, il roulerait à 120 km que ce serait amplement suffisant pour la ville et les routes de campagne pour lequel il est destiné.

    Le véritable problème n’est pas technique, Monsieur l’ingénieur, il est financier.
    Les états ne pourraient pas survivre sans la TNPP… ou du moins ces Messieurs qui se partagent le fromage et qui se vautrent dans les Ors ternis de la République, seraient obligés de se serrer la ceinture.

    Ces vampires, ces escrocs, ces voleurs, ces menteurs, ces profiteurs qui dirigent nos gouvernements, ne mettent ils pas en place des taxes sur l’eau des puits ou celle des sources puisées sur votre propriété ?
    Ne viennent ils pas de taxer les paysans sur les graines qu’ils veulent planter alors qu’elles sont issues de leur ferme ?
    Ils ne pourront taxer l’air comprimé utilisé par ces voitures, VOILA LE SEUL ET UNIQUE PROBLEME TECHNIQUE.

    A tout problème, il y a une solution …

    Débarrassons nous des gouvernements et des administrations inutiles …
    Dégraissons les mammouths … voire dépeçons-les, désossons-les … qu’il ne reste que la substantifique moelle, vraiment le strict nécessaire.

    • “Ce n’est pas fait pour rouler à 130km, donc votre discussion ou plutôt votre pugilat n’a aucune raison d’être”….

      D’autant que votre modèle, Menthalo, utilise un gaz inerte, ce qui n’est pas le cas du GPL.

      Puis, …à la question 1 : J’en sais rien.

      A la 2 : J’ai lu d’un paysan qu’il préférait payer que de s’enquiquiner à produire la semence d’une année sur l’autre….Rien d’autre !

      Quant au problème technique, vous dites que comprimer de l’air à 350 bars dans un réservoir de 220 kilomètres d’autonomie pour un véhicule dont le poids ne doit pas beaucoup dépasser celui d’une brouette en acier sans son conducteur :D, ne coute qu’un euro 50….Vous le dites… mais si nos énarques ne peuvent pas taxer l’air, et en cela je suis d’accord avec vous, qui pourrait bien les empêcher de faire payer l’action qui consiste à comprimer l’air ?? … et d’un coup, vous constatez avec moi, que concernant ce véhicule en particulier, le problème est bien technique et pas financier !

  9. “D’autant que votre modèle, Menthalo, utilise un gaz inerte, ce qui n’est pas le cas du GPL.”

    ….Ni du gaz employé par les Fenwicks pour se mouvoir.

  10. Et sinon, à part des métaphores, comment voulez-vous agir, vous, Menthalo ??

    Le meurtre ? De toute façon nous ne devrions pas en parler en public et je n’ai pas plus envie d’en parler en privé.

    La révolution ?? Je ne suis pas armé. Je ne bougerais pas le petit doigt !

    Il reste le vote. Tout comme la révolution, le pré-requis est que “L’union fait la force”. Mais, contrairement à la révolution, il faut suivre des règles et le vote blanc ne fait pas partie de ces règles. Quel programmes alors ? Un programme qui rompt avec l’hégémonie des banques…

    Ododo, Bonne nuit m’sieur !

  11. à la une des médias(avares de détails) ce jour,les difficultés de Pétroplus, groupe Suisse de raffinage possédant des raffineries dans toute l’Europe et en France…ils fermeraient les robinets faute de crédits… la question est: à qui appartient Pétroplus?mais ben sur! c’est évident…Un groupe d’investissement sulfureux dont le co directeur financier est un certain olivier Sarkozy…Ce monde est incroyable,n’est ce pas?

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici