Euro-Dollar

282

L’Euro vient de rebondir sur le bas du canal hebdomadaire, qui donne le tempo de la baisse.
On constate sur ce graphe que les cours avaient rebondi quelques points en dessous vers 1,26. Etant donné la violence de la baisse de ces derniers mois, je crois à une respiration cette semaine, avec un rebond avant la reprise de la baisse attendue vers  le milieu de la semaine prochaine. Ce n’est qu’un avis personnel.
La prochaine vague de baisse amènera l’Euro vers 1,23  avant d’aller toucher les 1,19.
La baisse de l’Euro va rendre plus onéreux vos achats d’or et d’argent, donc profitez des opportunités qui se présenteraient cette semaine.

41 Commentaires

  1. C’est très aimable , mais je n’ai pas les moyens d’acheter ni or ni argent . J’ai juste un fond de commerce dans la restauration et j’aimerai bien acheter les mur , mon propriétaire est d’accord . .Est ce bien raisonnable par les temps qui courent ?

    • @Christian
      Eh bien moi je n’ai ni les moyens de m’acheter un fond de commerce ni les murs mais j’ai quelques pièces d’or et d’argent. Comme quoi tout est question de priorité ! 😉
      Quant à votre question c’est un dilemme entre vous et vous ! 😀
      (personnellement je pense que c’est de la folie)

  2. Nous allons payer plus cher le pétrole ? Il y a de la marge avec la TIPP, et nous n’avons qu’à acheter en direct, sans passer par la spéculation anglosaxone à cause du dollar . De toute façon, il n’y en a plus pour longtemps de ce petit jeu . Si quelqu’un pouvait, au contraire, nous soumettre quelques chiffres concernant nos perspéctives d’éxportations avec un euro faible . Je serai ravi de le lire . Pour finir, je crois que la baisse de l’euro est aussi orchéstrée pour couper l’herbe sous les pieds des peuples qui veulent un retour aux monnaies nationales . En période électorale, il faut s’attendre à tout .

    • @ Al,
      J’ai des doutes quant aux conséquences positives de la baisse de l’€ concernant les exportations (mais je suis aussi intéressé par des chiffres précis afin de confirmer ou d’invaliser mon point bde vue). Voici pourquoi :
      – Tout d’abord, je ne vois pas trop où se cache notre force exportatrice. Nos exportations sont principalement le fait de grandes commandes soutenues par l’Etat où les prix sont déjà adaptés commercialement (ex : Avions, centrales, armement etc…). La pression concurrentielle ici n’est pas liée à la monnaie.
      – Le tissu industriel des PME est principalement composé de sous traitants des grandes industries françaises. leurs matières premières ou les composants dont ils ont besoin vont leur revenir plus chers alors que la pression des clients (mono-client dans le cadre de sous traitance pure) va se maintenir voire sde renforcer en raison de la situation économique. Donc, là, il n’y a déjà même pas d’exportation et au contraire l’€ bas risque d’être un poids supplémentaire.
      – les sociétés du CAC40 qui font un fort CA à l’étranger n’exportent pas. Elles produisent à l’étranger et comptent en monnaies locales (basées sur le $). Je serai surpris que nombre de véhicules de marque française par exemple vendus à l’étranger soient produits en France.
      – Enfin, plus de 60% de nos exportations vont dans la zone €. cela va même plus loin que pas d’incidence en raison du fait que cela concerne l’€, mais comme je le disais, les composants entrant dans l’élaboration des produits exportés dans la zone € s’achètent en $ et donc seront plus chers.

      Il faudrait juste avoir des infos sur le secteur agroindustriel qui peut peut être tirer son épingle du jeu et encore. Sa force doit lui permettre de ne pas avoir besoin d’une baisse de l’€ et au contraire, on peut imaginer que la baisse de l’€ va simplement faire baisser le volume de devises entrantes.

  3. Bonjour tout le monde,

    Je demande ça ici au cas où il y aurait des gens renseignés sur le sujet.

    Depuis midi, je cherche à savoir si je peux acheter un 22LR sans permis de chasse, ni de licence de tir, mais je ne trouve pas de réponse nette bien récente, les avis divergent d’un forum à l’autre.

    Qu’en est il pour ce type d’arme? je peux espérer en acquérir une? même sans permis?

    • non il te faut un port d’arme sinon allez s’nscrire dans un centre de tir et tu tirera pendant 6 mois des petite boules de plomb avant de demander un catgorie supérieur ou sinon voir autrement.

    • 1,15 ou 1,19 on chipote sur pas grand chose …
      Je reconnais le logiciel de Mostafa Belkhayate, qui n’est pas toujours d’une exactitude absolue…
      le logiciel, comme les commentaires du “financier” pour 2012 parle de la relativité des choses.
      EURO/ Dollar … DOLLAR/ MPx
      Quand l’Euro aura fini de chuter, ce sera au tour du Dollar de baisser relativement.
      Mouvement perpétuel des balanciers.

      • Merci Menthalo pour ta réponse ….constructif. 🙂

        En passant , l’objectif de 1.15 est établi uniquement par les lignes de supports/résistances et n’a rien avoir avec le logiciel de Belkhayate.

        Bravo pour le bon travail que vous faites.

      • Quand aujourd’hui l’euro frôle les 1.29, et que je lis ces prévisions datées d’il y a 10 jours…
        Pour moi la science des analystes des variations boursières se range au niveau de celle des prévisions météo dont les analystes prévoyaient de la neige ces jours ci alors qu’il fait 12°c.
        Les analystes de ces 2 pseudo sciences sont myopes et devraient se contenter de jouer au yoyo avec l’économie mondiale. Contentez vous messieurs les trader de ruiner le bon équilibre de la planète sans vous soucier des désastres que vous causez autours de vous, mais gardez vos analyses et commentaires pour la pause café.
        Dup

  4. Les couloirs du pouvoir…

    Pour aller plus loin, 1932 – le Système Américain contre l’Empire…

    Cliquez sur le Lien :
    http://www.dailymotion.com/video/x6rclo_1932-le-systeme-americain-contre-l_news#from=embediframe

    Les agences de notations telles que Standard & Poor´s, Moody´s, Fitch etc sont les plus influentes (il en existe d´autres), elles détiennent le pouvoir absolu quant à l´étude de la solvabilité d´un état ou d´une société cotée en bourse. Elles ne sont pas influencées par les politiques mais, plus surprenant encore, elles sont sous l´égide du gouvernement américain.

    Toutefois on a pu remarquer que Standard & Poor´s avait dégradé la solvabilité des États Unis (06.08.2011). La notation a été réduite de AAA à AA+ perdant ainsi la notation la plus favorable dans le monde.

    Il faut savoir que la banque d´affaires au monde la plus pourrie est la Goldman Sachs, qui ne dispose pas de guichet. On ne rentre pas dans Goldman Sachs comme dans une banque et toutes les transactions financières se font dans une chambre noire.
    Goldman Sachs est toute-puissante, d´autant qu´elle a su développer une domination basée sur des principes maffieux machiavéliques.

    Les agences de notations, se prenant pour Dieu, font la pluie et le beau temps, elles utilisent des méthodes de calculs à l´américaine sans jamais toucher à Goldman Sachs.

    La vaste blague est qu´après le dépôt de bilan, Lehman Brothers était, une année après, bénéficiaire de plus de 1 000 000 000 de dollars. Vous comprendrez aisément que derrière ce bric à brac financier il se passe des choses qui échappent même à l´entendement de la compréhension humaine.
    John Nash y aurait perdu son latin.

    Les règles économiques sont bafouées par des truands sans scrupules, des “banksters” véreux, qui sont tous d´accord avec Goldman Sachs.

    Mais au fait, qui est Goldman Sachs pour avoir autant d´influence dans le monde entier ?

    Définition : Goldman Sachs est dirigé par un lobby de milliers d´étoiles de David, fondée initialement, en 1869, par un Achkenaz et immigré allemand, Marcus Goldman.

    Ce qui est assez intéressant dans cette affaire, c´est que Mario Draghi, Mario Monti et Lucas Papademos ont tous été nommés aux plus hauts trônes en provenance de Goldman Sachs.

    On a l´impression que Goldman Sachs ressemble à la Franc-Maçonnerie, il est assez étrange que le parcours professionnel entre 2002 et 2005 de Mario Draghi, devenu le nouveau Président de la Banque Centrale Européenne, constitue une grande zone opaque. On note particulièrement son rôle dans l´affaire mystérieuse du maquillage des comptes de la Grèce.

    Nous sommes en droit de penser que l´Europe vit ses dernières heures car nous avons des brebis galeuses dans le troupeau pour thermo-nucléariser l´Europe et l´Euro.

    Goldman Sachs retourne à ses racines, c´est à dire l´Europe.

    En conclusion, la zone euro sera déglinguée au point que le Portugal, l´Irlande, la Finlande, la Grèce, l´Allemagne pourraient évacuer la zone Euro plutôt que d´appartenir à des règles budgétaires davantage centralisées, selon les dires de Jim O´Neill, Président de Goldman Sachs Asset Management et donc conspirer à la destruction en attendant une récidive historique.

    Nicolas Sarkozy risque de rentrer dans une phase de dépression majeure si Andréa Merkel décidait de fêter Noël sans lui car la France se retrouverait isolée du reste du monde d´autant plus qu´elle a mené des actions militaires à l´encontre des intérêts nationaux, du peuple français, entraînant de facto de probables attentats.

    Ce serait le dernier Nouvel An de paix pour la France et l´Europe.

    Pour aller plus loin, 1932 – le Système Américain contre l’Empire…

    Cliquez sur le Lien :
    http://www.dailymotion.com/video/x6rclo_1932-le-systeme-americain-contre-l_news#from=embediframe

  5. SCANDALE : la France gage l’or de la Banque de France !..

    Le travail de sape continue…notre patrimoine est mis en gage pour sauver cette Europe qui, de l’avis de beaucoup d’éminents économistes vit ses derniers instants ??

    Comme jadis les pays dits « sous-développés », qui sont désormais « émergents » et nous rattrapent à toute vitesse, la zone euro se met sous tutelle du FMI (Le Figaro) . Incapables de se diriger eux-mêmes, les européens – attention ce n’est pas une blague – versent de l’argent (150 milliards d’euros) au FMI pour qu’il le reprête à des pays européens en difficulté !

    Mais au fait, comment fonctionne cette tuyauterie ? Il s’agit de « prêts bilatéraux des pays au FMI » et, c’est magique, « de tels prêts n’impliquent aucun risque en capital pour leurs souscripteurs, car le FMI est, par construction, toujours remboursé sur ses propres crédits ». On aimerait bien savoir comment car le FMI ne peut pas faire tourner la planche à billets. S’il enregistre des pertes, il faut bien que quelqu’un paye. En outre ces prêts sont en réalité des « avances », elles ne figurent donc pas dans le budget des Etats concernés. C’est magique, on vous le dit, de l’argent circule et il n’est décaissé de nulle part, et toute perte est impossible.

    Ceci dit, comme le FMI et l’UE n’ont pas encore inventé la pierre philosophale, il y a quand même un « gage » dans cette affaire. Lisons l’article : « ces avances ne présentent aucun caractère budgétaire pour l’État prêteur: il s’agit en réalité d’accords de swap («échanges») à partir des réserves en devises et en or des banques centrales (telle la Banque de France) et le FMI. » Et voilà : l’or de la Banque de France (2435 tonnes) sert, au moins pour partie, de garantie à ce montage !

    L’or de la Banque de France, c’est le patrimoine national, comme la Joconde ou la Tour Eiffel. S’en servir de gage pour un tel montage financier est une HONTE et un SCANDALE. Cette opération a été réalisée en catimini, c’est pitoyable. L’or de la Banque de France doit servir de garantie ultime (c’est notre « arme nucléaire » monétaire), nous exigeons que ce gage soit annulé, et comptez sur ce blog pour suivre l’affaire.

    Un article de Philippe Herlin
    Source La-Dette-De-La-France

  6. BRÈVES /
    BCE : Les banquiers du cœur et la famine monétaire
    28 décembre 2011 – 19:55

    28 décembre 2011 (Nouvelle Solidarité) – En ce mois de décembre, la Banque centrale européenne a mis en marche la planche à billet pour alimenter en urgence 523 établissements financiers avec 489 milliards d’euros, un prêt à 3 ans à 1%. Dans quel but ? Pour assurer le crédit à l’économie ? Non. Pour retarder l’inéluctable faillite des banques ? Oui. Deux jours après, l’on a retrouvé une bonne partie du magot parquée… à la BCE, au guichet à 24h où le montant des dépôts a bondi de 200 milliards pour atteindre 412 milliards d’euros ! Les banques y déposent ainsi leur argent chaque soir, quand elles ont peur de se prêter entre elles…

    Pendant que la BCE joue à l’hyperinflation, la faim se répand. Si le Fonds européen d’aide alimentaire vient d’être sauvé in extremis des coupes budgétaires, il est bien incapable en l’état de répondre à la hausse des besoins. En France, les Restos du Cœur ont tiré la sonnette d’alarme : en trois ans, le nombre de précaires de l’assiette a augmenté de 25%, et les inscriptions pour cette hiver sont en hausse générale de 5 à 8% selon les régions, avec des pics à 15%. Il manquera donc la somme faramineuse de 5 millions d’euros à l’organisation fondée par Coluche pour nourrir ceux qui en ont besoin.

    Outre-atlantique, où les renflouements de Wall Street menés par la Réserve fédérale servent de modèle à la BCE, la situation est encore pire : la première banque alimentaire des Etats-Unis, Feeding America, a annoncé une hausse de 46% de la demande d’aide sur 4 ans, alors que les dons d’argent et d’aliments diminuent avec l’appauvrissement de la classe moyenne… et la politique d’austérité d’Obama, puisque la contribution alimentaire du ministère de l’Agriculture a baissé de 35% en deux ans. Il y a désormais 1 américain sur 7 (47 millions de personnes) qui vit de timbres alimentaires et 1 sur 5 (62 millions millions de personnes) en état d’ « insécurité alimentaire » (sic).

    Si les spéculateurs sont en faillite, il faut les achever, sans quoi c’est un véritable génocide monétaire qui se prépare. Pour la banqueroute organisée c’est par là —> cheminade2012.fr

    http://www.solidariteetprogres.org/BCE-Les-banquiers-du-coeur-et-la-famine-monetaire_08444

  7. Cliquez sur le Lien :
    http://www.dailymotion.com/video/x3r4lk_fabrique-de-l-opinion-publique-1-9_news

    Documentaire sur l’ouvrage de Noam Chomsky
    “Manufacturing Consent”

    Partie 1/9

    1)http://www.dailymotion.com/video/x3r4lk_fabrique-de-lopinion-publique-19-ma_politics
    2)http://www.dailymotion.com/video/x3r4uq_fabrique-de-lopinion-publique-29-ma_politics
    3)http://www.dailymotion.com/video/x3r52a_fabrique-de-lopinion-publique-39-ma_politics
    4)http://www.dailymotion.com/video/x3r57l_fabrique-de-lopinion-publique-49-ma_politics
    5)http://www.dailymotion.com/video/x3r5bd_fabrique-de-lopinion-publique-59-ma_politics
    6)http://www.dailymotion.com/video/x3r5ev_fabrique-de-lopinion-publique-69-ma_politics
    7)http://www.dailymotion.com/video/x3r5i2_fabrique-de-lopinion-publique-79-ma_politics
    8)http://www.dailymotion.com/video/x3r5km_fabrique-de-lopinion-publique-89-ma_politics
    9)http://www.dailymotion.com/video/x3r5ng_fabrique-de-lopinion-publique-99-ma_politics

    “Mais sur ce point, il semble que le peuple ait déjà tranché. Tous les sondages bidons n’y feront rien.”

    L’oligarchie n’en a rien à foutre du peuple et de son pseudo pouvoir de décision.
    Tout cela me rappelle une phrase de Noam Chomsky qui répondait à un journaliste parfaitement aligné sur la pensée unique. Ce dernier criait haut et fort qu’il était libre et que ses propos n’étaient pas dictés par qui que ce soit. Ce à quoi Chomsky lui répondit (ce ne sont peut-être pas les termes exacts, mais le fond est là): “Je ne dis pas que vous ne pensez pas ce que vous dites, je dis que si vous pensiez autrement vous ne seriez pas là.”

    Alors peut-être que le peuple va se réveiller oui (remarquez qu’en 2002 la propagande a parfaitement fonctionné au second tour et que je ne vois pas de raison a priori pour qu’elle ne fonctionne pas encore, laissant une nouvelle fois un goût amer dans la bouche de ceux qui ont compris que l’Empire était leur principal ennemi)
    Si tel était le cas, le vote mettrait en lumière ce qui n’a jamais cessé d’être depuis des dizaines d’années. A savoir que nous n’avons de démocratie que le nom. Si le candidat désigné ne devait pas être le bon (pour l’oligarchie) alors nous pourrions voir le vrai visage de la dictature en place depuis des lustres. Ce serait l’occasion pour les votants de comprendre qu’ils n’ont jamais rien fait d’autre que de valider le système en place. Mais je suis loin de penser comme vous que cette révélation va avoir lieu en 2012. Vous sous-estimez la capacité du bourrage de crane télévisuel. Le show reality vote ne fait que commencer…

  8. L’Allemagne se fait payer pour emprunter

    L’Expansion.com avec AFP – publié le 09/01/2012 à 14:03

    Berlin a emprunté pour la première fois à des taux d’intérêt négatifs, les rendements pour les investisseurs étant de -0,01%. Cela signifie que les marchés prêtent à l’Allemagne en perdant de l’argent, ayant plus que jamais soif d’investissements sûrs en pleine crise de l’euro.
    REUTERS/Christian Hartmann

    L’Allemagne s’est endettée lundi pour la première fois à taux négatif à court terme, a annoncé lundi l’Agence financière du pays, signe de la soif de sécurité des investisseurs qui choisissent délibérément d’encourir des pertes pour investir en titres allemands. L’Agence financière, qui gère la dette du pays, a placé sur le marché 3,9 milliards d’euros de titres à six mois (“Bubills”), avec un rendement moyen négatif de -0,0122%, selon un communiqué de la Bundesbank, qui mène les placements.

    “C’est la première fois qu’un placement sur le marché monétaire se solde par un rendement négatif”, a commenté un porte-parole de l’Agence financière. Des rendements négatifs avaient déjà été observés sur ce segment sur le marché secondaire l’an dernier, de même que lors d’une émission d’obligations indexées sur l’inflation à plus long terme. L’opération de lundi offre à l’Etat allemand “un très bon résultat”, a poursuivi le porte-parole. Emprunter ne lui coûte en effet plus rien, au contraire, les investisseurs paient une prime pour acquérir ses titres.

    La Bundesbank avait reçu pour 7 milliards d’euros d’offres pour ces “Bubills”. Ces derniers mois, sur fond de crise de la dette en zone euro, la dette allemande a gagné en attractivité, alors que la première économie européenne fait mieux que la plupart de ses partenaires à la fois en terme de finances publiques et de santé de son économie. L’Allemagne prévoit de lever 250 milliards d’euros sur les marchés cette année, dont 80 milliards d’euros à court terme sur le marché monétaire.

    http://lexpansion.lexpress.fr/economie/l-allemagne-se-fait-payer-pour-emprunter_277867.html#xtor=RSS-115

    • Rien à faire de votre historique, je vous ai grillé rapidement vous êtes Asselino en personne, le gros nuage de fumée pluraliste que vous diffusez (primairement) après mon post me le confirme, sans aucun doute vous êtes Asselino…

  9. Pour 11,
    la parano ça se soigne, vous devriez regarder l’historique de mes interventions avant de vous faire une idée à mon sujet …

    André Gorz ou la sortie du capitalisme (I)
    http://www.franceinter.fr/emission-la-bas-si-j-y-suis-andre-gorz-ou-la-sortie-du-capitalisme-i

    André Gorz, mort en 2007, journaliste, écrivain, essayiste, ami de Sartre puis fondateur de l’écologie politique. Avec Fukushima, la sortie du nucléaire, la gaz de schiste, 2011 a vu le retour des questions d’énergie et d’environnement. Et tout les débats font référence à l’écologie politique. Mais quel rapport avec les idéees subversives de Gorz pour qui l’écologie politique entraîne une rupture radicale avec le capitalisme.

    Avec Christophe Fournel, une émission préparée par Franck Haderer.

    http://www.franceinter.fr/emission-la-bas-si-j-y-suis-andre-gorz-ou-la-sortie-du-capitalisme-i

    http://www.franceinter.fr/emission-la-bas-si-j-y-suis-andre-gorz-ou-la-sortie-du-capitalisme-ii

    ça change de BHL. Ca fait plaisir!

    Pierre Desproges se fout de la gueule de B.H.L.
    http://www.youtube.com/watch?feature=player_embedded&v=-d7I5xNIYsA

    • Rien à faire de votre historique, je vous ai grillé rapidement vous êtes Asselino en personne, le gros nuage de fumée pluraliste que vous diffusez (primairement) après mon post me le confirme, sans aucun doute vous êtes Asselino…

  10. ▪ La France aurait-elle décidé de dissiper la morosité ambiante en offrant à ses partenaires économiques une succession d’occasions de rire aux éclats ?

    Après avoir fait se tirebouchonner la communauté financière en affirmant qu’un AAA à 3,60% valait un Triple A à 1,80% en Allemagne, Bercy a réussi à prolonger l’hilarité générale en déclarant que voir la note de la France dégradée n’aurait guère plus d’incidence que pour les Etats-Unis.

    La preuve… le Trésor américain se refinance à 2% en ce début d’année, c’est-à-dire bien moins
    cher qu’avant la perte du Triple A au milieu de l’été.

    Le gouvernement oublie juste deux petits détails : primo, la Banque de France n’a pas le pouvoir de battre monnaie à sa guise… Secundo, les agence de notation sont Anglo-Saxonnes et se fichent bien que M. Alain Minc (un des conseillers spéciaux du président) les juge incompétentes.

    Lors d’un examen, que le jury soit ou non compétent, voire partisan — et admettons même qu’il soit corrompu –, les problèmes, ce sont ceux qui vont au rattrapage ou qui sont recalés qui les subissent, pas les examinateurs.

    Et le véritable jury, ce n’est pas le comité d’évaluation de Standard & Poor’s mais bel et bien la communauté financière.

    Cette dernière n’a pas attendu un avis défavorable des agences de notation pour acter la dégradation de deux crans de la dette souveraine française dès le début du mois d’octobre.

    ▪ La France seule avec sa taxe Tobin

    La France menace de se ridiculiser à nouveau en ce début d’année en décidant d’appliquer unilatéralement une taxe Tobin sur les transactions financières dans l’Hexagone. Mais aucun de ses partenaires européens (et naturellement pas le Royaume-Uni qui est farouchement contre) ne se déclare prêt à l’appliquer avant qu’un vaste consensus ne soit réuni.

    La France espère que son sage exemple sera suivi par les principaux acteurs du Vieux Continent. Chacun sait bien, toutefois, qu’une telle initiative se soldera par une délocalisation massive des transactions vers la City… à moins que cette dernière ne se retrouve contrainte de respecter une super-réglementation mondiale dont nous peinons à concevoir comment elle

    pourrait voir le jour.

    ▪ Pas de rally à Paris

    A Paris, pas de rally de début d’année. Le CAC 40 (-0,25%) alignait vendredi une troisième séance de repli, achevant la semaine sur un repli global voisin de 0,7%.

    Wall Street s’adjuge +1,5% sur les quatre premières séances de l’année. En revanche, celle de vendredi fut clairement décevante puisque le Dow Jones a rapidement calé sous les 12 400 points avant de glisser lentement en cours d’après-midi vers 12 360 points (-0,45%) sans jamais redresser jusqu’au coup de cloche final.

    Le S&P 500 a lâché 0,25% tandis que le Nasdaq progressait symétriquement de 0,15%… des scores étriqués et qui détonnent compte tenu de l’annonce de 200 000 créations d’emplois aux Etats-Unis pour le mois de décembre (contre 150 000 attendus).

    Les opérateurs ne se sont pas non plus emballés pour le recul du taux de chômage de 0,2% à 8,5% (au plus bas depuis février 2009).

    Ils n’ignorent pas plus que nous que cette embellie résulte principalement du toilettage des fichiers du département du Travail.

    Ayons une pensée pour les 200 000 chômeurs de longue durée qui ont jeté l’éponge et qui se trouvent propulsés dans une sorte de trou noir, tapis au tréfonds de la statistique officielle. Ils ont cessé de faire partie de notre univers économique quantifié.

    Ces exclus, souvent condamnés à la plus extrême précarité, n’ont même plus les moyens de se faire entendre. Sans domicile fixe et totalement désillusionnés, ils sont une minorité à exercer leur droit de vote.

    Leur poids en tant qu’électeurs et consommateurs est si dérisoire qu’ils sont devenus parfaitement invisibles aux yeux de Wall Street.

    ▪ L’euro/dollar au centre de la scène

    Le principal sujet de préoccupation en ce début de semaine sera le dollar qui grimpe bien au-delà des 1,2700 euro. Il franchissait le cap des 1,2680 sur les marchés asiatiques ce lundi matin). Il progresse de 2,1% en une semaine (et de 4,5% sur un mois) face à l’euro et confirme le débordement de la résistance moyen terme des 1,2900 euro.

    La pression à la baisse s’accroît sur l’euro alors que la solvabilité des banques des pays du sud de l’Europe continue de susciter beaucoup d’interrogations.

    La décote de 40% proposée par UniCredit pour son augmentation de capital serait un bien mauvais benchmark si d’autres banques devaient lever des fonds dans un contexte de défiance et de gel prolongé du marché interbancaire.

    Nous ne sommes plus très loin de tester la limite de l’acceptable et pour tout dire du raisonnable. Les souscripteurs potentiels peuvent légitimement se demander s’il ne vaudrait pas mieux arrêter les frais dans un contexte de risque de contagion affectant l’ensemble du système bancaire.

    L’appel au marché d’UniCredit est destiné à renflouer les pertes connues. Mais qu’en serait-il des pertes potentielles si des consoeurs italiennes ou des contreparties étrangères (par exemple grecques ou espagnoles) venaient à faire défaut ?

    Les gouvernements pourraient-ils appeler une fois de plus les contribuables à la rescousse sans que les agences de notation ne dégainent le bazooka ?

    C’est ce que redoutent déjà beaucoup de cambistes si les gouvernements belge et surtout français annoncent la nationalisation de Dexia ces jours prochains !

    http://la-chronique-agora.com/la-taxe-tobin-ou-comment-se-tirer-dans-le-pied/#anc

  11. Eric Cantona cherche 500 signatures……………………

    Connu pour ses exploits sur le terrain et les écrans comme pour ses prises de parole citoyennes, Eric Cantona vient d’adresser une lettre aux maires de France afin, «dans le cadre du débat politique dans lequel le pays s’engage», de recueillir la signature d’au moins 500 d’entre eux.

    Il entend «porter un message simple mais clair; un message de vérité mais de respect; un message solidaire et puissant. Un message attendu par notre pays et par ces millions de familles dont on oublie les souffrances quotidiennes et desquelles la puissance publique s’est éloignée».

    Le footballeur devenu acteur engagé, au cinéma comme dans la cité, confie se sentir obligé «aujourd’hui de prendre la parole, plus gravement qu’à l’accoutumée, mais aussi avec un sens aigu de [s]a responsabilité, à l’heure où notre pays est au devant de choix difficiles et déterminants pour son avenir.»………………………………………………………

    http://www.liberation.fr/politiques/01012382273-eric-cantona-cherche-500-signatures

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici