Trader Noé – Les banques deviennent des ballons de baudruche gonflées à l’hélium !

198

Voici un petit résumé. Pour rappel nous avions annoncé l’écroulement de cet été en avril-mai 2011 sur ce blog de LIESI.

A cette époque, pas si lointaine, le cours de Société Générale était à 43 euros, Crédit Agricole était à 12 euros.
La correction a été d’environ 67-70 % par rapport au plus bas.

Puis, quelques semaines avant la fin d’année 2011, nous avions signalé des points de rupture extrêmement dangereux. Pour Crédit Agricole et Société Générale, les ruptures des 4 et 15 euros auraient déclenché une très grande accélération baissière de 50-60 % environ.

Au moment de Noël 2011, où comme l’explique LIESI dans sa dernière lettre, M. Draghi a fait un cadeau somptueux (mais empoisonné) aux banques, nous avons donné des points de renversement haussier, particulièrement centrés sur le SP 500. Ces points furent franchis et une reprise technique fut alors enregistrée comme “en cours”. Quasiment chaque jour, nous avons donné les points de rupture de cette reprise technique. Ils ne sont toujours pas validés.

Depuis fin décembre-début janvier, la BCE apporte des liquidités aux banques pour acheter la dette. C’est un moyen de gagner du temps sans pour autant imprimer. Pourquoi le fait-elle ? La lecture géopolitique de LIESI sur le programme de l’establishment et une nouvelle guerre mondiale en vue d’imposer un nouvel ordre mondial, expliquent pourquoi il y a nécessairement un “timing”. Je ne suis pas dans les cercles décisionnels mais je lis les graphes…

Si cette “opération survie” n’avait pas été mise en place, les ruptures des supports auraient présenté un véritable danger. D’ailleurs, nous avions précisé qu’il fallait un rebond de toute urgence.

(Je rappelle que nous avions annoncé les points stratégiques. Le Cartel les connait également. Ensuite, ils agissent ou non).

(Un peu comme quand Imotus vous annonce les évènements. Certains ont avancé la date du sommet Européen au 29 janvier, une date plus propice pour l’aboutissement final).

Et maintenant ?

Ces derniers jours, les cours ont rebondi, il s’agit de gagner du temps à l’approche des élections.
Le problème, c’est qu’en rachetant la dette, la gestion du budget sera de plus en plus bancale, présentant un manque de rigeur.
Les agences de notation pourraient s’exprimer de nombreuses fois, ce qui provoquera une envolée des taux. (D’ailleurs les taux Grecs sur 1 an sont à plus de 450 % environ). Cela on ne vous le dit pas…

Certaines banques deviennent des ballons de baudruche gonflées à l’hélium !

L’allumette sera les taux d’intérêts.

Le fameux ARC EN POULIE

Pour en revenir à l’arc à poulie, celui qui a été validé représente le mouvement global sur 2012-2013.

Nous en connaitrons les premiers effets au premier trimestre et nous rentrerons probablement dans le vif du sujet au début du second trimestre.

L’Allemagne n’étant pas d’accord pour une impression de la part de la BCE, trouvera t’elle légitime le rachat des obligations par les banques ? Voir la fin du numéro 247 de LIESI. Cette analyse confirme ce que l’on voit s’esquisser et justifie le titre de cet article.

Comme Jacques Attali l’avait évoqué, la rigueur du budget est très importante pour la mise en place d’un fédéralisme européen.

Achtum ! L’Allemagne pourrait ainsi tirer sa révérance en trouvant une excuse enfin valable.
L’été sera chaud.

Ainsi, l’EURUSD se rapprochera des 1.23-1.1-0.9. Sous les 0.9, le cours pourrait se rapprocher des 0.6.

En attendant, surveillez bien les titres EDF et France Telecom.
Il faudrait peut être aussi que la BCE songe à leur prêter de l’argent pour éponger la dette.

Le sens sera prochainement donné par le E-mini SP 500, le dépassement de la résistance des 1340 points permettrait au cours de progresser vers 1400 points.
En revanche, la rupture des 1294 points fragiliserait la reprise de janvier avec un retour probable vers 2800-2850 points.

Sachez qu’Un tel retour présenterait juste les prémices de l’arc !

J’ai pris le temps pour être le plus clair possible… et j’espère que cela aidera à la compréhension du plus grand nombre d’entre vous.

80 Commentaires

    • Merci pour les infos !
      Je pense qu’elles sont gonflées à l’Hydrogène ce qui est très explosif, ce qui n’est pas le cas de l’hélium !

  1. Publié le 28 décembre, cet article du Monde est évidemment passé complètement inaperçu (Merci Jovanovic..) :

    “Près de 900 usines ont été fermées et quelque 100 000 emplois ont été détruits en France au cours des trois dernières années, et 2012 “s’annonce difficile”, selon une étude réalisée par l’observatoire Trendeo pour le quotidien Les Echos.
    Selon le journal économique, Trendeo a relevé 880 annonces de fermeture d’un site industriel au cours des trois dernières années, dont 400 sur la seule année 2009 et 200 en 2011. Dans le même temps, 494 créations de sites ont été recensées. “Bilan : la France compte environ 385 usines de moins aujourd’hui qu’au début de 2009”, pointe le journal
    Sur la même période, l’observatoire a relevé 870 décisions d’extensions de sites industriels en France mais aussi 1170 annonces de réduction d’effectifs. “Au final, entre les postes créés et ceux supprimés, près de 100.000 emplois industriels ont été perdus en France ces trois dernières années”, explique le quotidien économique, toujours en citant Trendeo”

    http://www.lemonde.fr/economie/article/2011/12/28/pres-de-900-usines-francaises-ont-ferme-en-trois-ans_1623272_3234.html

  2. Seule la séparation des banques et le retour à la souveraineté économique et monétaire permettra d’assurer la survie de l’humanité
    12 décembre 2011 – 16:25

    Par Helga Zepp Larouche
    Présidente du Mouvement des droits civiques solidarité (Büso) en Allemagne

    Le sommet de l’Union européenne des 8 et 9 décembre a réussi à produire un résultat encore plus monstrueux que la politique de l’Union européenne n’avait pu faire jusqu’à présent. Il n’a rien fait pour réduire le danger d’effondrement de l’Euro ou la faillite des banques. La règle d’or, un contrôle supranational des budgets par la Commission européenne, des sanctions plus dures contre ceux qui violent les limites des déficits, « plus d’Europe », perte de souveraineté et de démocratie, politiques d’austérité et un futur sans espoir pour des millions des gens : voilà le résultat désastreux de la stratégie de Merkozy.

    La menace d’un effondrement du système financier transatlantique reste tout à fait d’actualité. La seule chance pour les nations et les peuples d’Europe est de retrouver leur souveraineté sur les monnaies et les économies, et de procéder à la séparation des banques. Nous devons suivre l’exemple de la loi Glass-Steagall de Roosevelt et séparer les banques de dépôts des banques d’affaires et des compagnies d’assurance. Les banques de dépôts devront être placées sous protection d’Etat et bénéficier d’un accès à des lignes de crédits, alors que les flux de capitaux allant aux plans de renflouement des banques, à la spéculation sur produits dérivés, aux banques d’affaires, aux hedge funds, aux SPV (fonds conçus pour émettre des titres), et aux banques de l’ombre, seront soit annulés, soit suspendus.

    L’argument selon lequel ces mesures provoqueraient la perte de l’ensemble des « produits financiers créatifs » que détiennent les investisseurs doit être rejeté, car cet argent est déjà perdu : le système est en faillite ! Si les institutions où ces titres sont déposés sont en faillite, alors ils n’ont plus aucune valeur et toute tentative de repousser les limites de leur survie à plus tard, en jouant sur d’autres astuces, des effets de levier ou d’autres méthodes de multiplication miraculeuse de l’argent, ne provoqueront qu’une hyperinflation qui détruira l’épargne de toute une vie rassemblée par la population européenne. Une catastrophe sociale et le chaos seraient la conséquence inévitable de telles politiques.

    Les arguments avancés par les banquiers et par ceux qui soutiennent les politiques actuelles de l’Union européenne selon lesquels la crise actuelle n’est pas bancaire, mais uniquement une crise de la dette souveraine, ont pour but non seulement de détourner l’attention sur le fait que ce sont les renflouements des banques qui ont provoqué cet endettement, mais de rationaliser pourquoi la spéculation financière doit être sauvegardée.

    Les médicaments prescrits cependant – réduction du déficit budgétaire et imposition de la règle d’or dans les Constitutions – sont les plus à mêmes de tuer le patient aussi vite que possible. Les politiques d’austérité du Chancelier Brüning ont créé les conditions sociales bien connues dans lesquelles les nazis ont pu saisir le pouvoir.

    Le cas malheureux de la Grèce montre les conséquences de ces politiques d’austérité brutales imposées par la Troïka (le FMI, la Banque centrale européenne et la Commission européenne) : des compagnies pharmaceutiques ont arrêté la production des médicaments pour ceux qui sont sérieusement malades, parce que les hôpitaux ne peuvent plus payer les factures ; les familles font de plus en plus appels aux villages SOS enfants, parce qu’ils n’arrivent plus à les nourrir. Des millions de gens, surtout des jeunes sont au chômage et n’ont aucun espoir dans le futur, en particulier dans les pays du Sud de l’Europe.

    On ne comprend pas non plus où Merkozy trouve de l’optimisme pour croire que les pays se rangeront aux conditionnalités du vieux Pacte de stabilité, alors que la situation économique est bien pire aujourd’hui, et que la plupart des pays sont en banqueroute.
    Le fait que les parlements abandonnent leur contrôle du budget à une Union européenne sans âme, ayant désormais le droit de surveiller les budgets et d’y apporter des corrections – c’est à dire, des coupes – tendra à rendre les élections superflues, car la répartition des sièges au Parlement ne déterminera plus la politique économique de la nation, mais des technocrates que personne n’a élu et qui ne rendent compte à personne. L’application des sanctions automatiques à ceux qui violent les règles, ainsi que les punitions de la Cour de justice européenne créeront un climat où la rage et le désespoir, déjà considérables parmi les peuples, atteindront des sommets.

    Et quelle confiance peuvent avoir, les citoyens, dans des gouvernements qui violent constamment les règles qu’ils ont pourtant eux-mêmes édictés – des gouvernements convaincus du point de vue axiomatique que des traités ne peuvent être passés que dans le dos des citoyens et qui ont recours à des sophismes juridiques afin de tenter de sauver un système où tout est permis tant que les si sensibles marchés financiers ne deviennent pas nerveux ?

    Puisque le Traité de Lisbonne ne peut être ratifié que par l’ensemble des pays membres et que la Grande Bretagne ne compte pas adhérer au nouveau traité, un Traité intergouvernemental a été rédigé à la hâte, agissant à l’extérieur du traité existant, et qui change l’article 126 du Traité sur le Fonctionnement de l’Union européenne (TFUE), sans changer le traité de Lisbonne lui-même !

    Seul aspect positif de ce Sommet de Bruxelles : le refus du Premier ministre britannique, David Cameron de soumettre son pays au diktat de la Commission européenne ce qui accroit la possibilité que la pression exercée par les eurosceptiques de son gouvernement aboutisse au départ de la Grande-Bretagne de l’Union européenne.

    Les véritables raisons derrière le boycott par Cameron du nouveau traité, sont tout sauf glorieuses. Outre la défense revendiquée des intérêts de la City de Londres qui refuse toute taxe sur la spéculation et l’application des critères de Bâle III, la véritable raison est la volonté de la City de se préserver de l’effondrement imminent de l’Euro.

    Quelles que soient ses raisons, le départ de la “perfide Albion” permettrait de réparer l’erreur commise par Georges Pompidou en laissant entrer la Grande-Bretagne, en dépit de l’interdit de Charles de Gaulle, une erreur que l’ensemble de l’Europe continentale a payé très cher depuis. Une fois qu’un pays aura tourné le dos au monstre qu’est devenu l’Union européenne, la digue sera rompue et les autres pays trouveront le courage de tirer leurs propres conclusions sur le fait que les intérêts vitaux de leurs populations ne sont plus protégés en restant dans l’Union européenne.

    La première chose à reconnaitre est que l’Euro fut une erreur dès le début, qui ne pouvait pas fonctionner et qui s’est irrévocablement effondré. Un système de séparation des banques doit être appliqué, en conjonction avec un retour aux monnaies nationales, car seule une autorité souveraine pourra adopter des mesures justes en matière économique pour chaque pays. Des taux de change fixes devront être établis entre les différentes monnaies afin de protéger la coopération à long terme sur des projets internationaux et d’interdire la spéculation entre les monnaies. Plutôt que de participer à un jeu d’encerclement hautement volatile de la Russie et de la Chine, comme l’OTAN et l’Union européenne l’ont fait depuis l’effondrement de l’Union soviétique, et plutôt que se taire sur les projets évidents de guerre contre la Syrie et l’Iran dont les conséquences apocalyptiques devraient être claires à tout un chacun, l’Allemagne devrait opter pour une politique étrangère qui soit dans ses intérêts.

    Tant que la Russie, la Chine, l’Inde et d’autres nations asiatiques resteront relativement stables économiquement, et ne seront pas balayées par les effets d’un effondrement global, ces pays représenteront des marchés énormes pour l’Allemagne et pour d’autres nations européennes, ainsi que des perspectives très alléchantes, à un terme de 50 à 100 ans, surtout pour nos petites et moyennes entreprises. L’Allemagne doit revenir à la politique industrielle qu’elle a eu dans la reconstruction après 1945, une politique orientée vers le progrès scientifique et technique, et vers des hautes densités de flux énergétiques.

    Plutôt que de tolérer passivement les tentatives évidentes de déstabilisation de la présidence future de Poutine par des révolutions colorées à la Soros et Gorbatchev, aidant ainsi à forger à la Russie l’image d’ennemi, nécessaire au lancement d’une IIIe Guerre mondiale, l’Allemagne devrait s’occuper de ses propres approvisionnements en matières premières et de sa sécurité énergétique, et coopérer avec les autres nations asiatiques au développement de l’Extrême Orient et de la région arctique.

    Le développement de l’Extrême-Orient russe et des régions intérieures de la Chine ont urgemment besoin des capacités technologiques des petites et moyennes entreprises allemandes de hautes technologiques– les fameuses Mittlestand – ainsi que pour réduire la pauvreté scandaleuse dans laquelle vit 70 % de la population indienne. Ces nations ont pourtant lancé des programmes de vols spatiaux avec l’esprit pionnier qui était autrefois celui qu’avait les Allemands, et d’autres projets scientifiques qui leur permettront de mieux comprendre et maitriser les lois de l’univers.

    Il est grand temps de nous attaquer ensemble à ces grands problèmes dont la recherche des solutions uni l’humanité. La structure impériale que l’Union européenne est devenue – perçue de plus en plus par les peuples comme un mécanisme d’oppression qui contribue non pas à la paix, mais au contraire aux tensions entre les peuples et à l’hostilité contre l’Allemagne – doit être abolie.

    L’union fiscale envisagée est en violation des principes énoncés par la Cour constitutionnelle allemande dans sa décision dite de Lisbonne. C’est pourquoi, nous demandons qu’un référendum soit organisé pour déterminer si l’Allemagne doit rester ou quitter l’Union européenne et l’Euro, et si elle doit ou non revenir au Deutsche Mark. Le temps nous est compté. Le danger d’un effondrement bancaire et d’une guerre exige que nous agissions avec rapidité. La possibilité pour l’Europe d’éviter cette catastrophe existentielle dépend de l’adoption immédiate d’un système de séparation des banques et du rétablissement de la souveraineté de chaque pays sur sa monnaie et son économie. Nous devons instamment, mobiliser les pouvoirs culturels et spirituels qui nous permettront de devenir une fois de plus un peuple de penseurs, de poètes et d’inventeurs.

    Rejoignez le Büso, contribué à mettre cette solution en pratique.

    http://www.solidariteetprogres.org/Seule-la-separation-des-banques-et-le-retour-a-la-souverainete-economique_08385

    • @Elle court, elle court… la rumeur

      Je suis tout à fait d’accord avec cette analyse. C’est juste dommage que nous n’ayons pas des gens qui font cette analyse en France. Et je ne vois pas comment cela pourrait être suivi par les politiques.

  3. “En revanche, la rupture des 1294 points fragiliserait la reprise de janvier avec un retour probable vers 2800-2850 points.”

    Avec un pti mélange entre le CAC et le S&P 🙂

    Sinon d’après vous on devrait finir l’hiver au chaud, spa plus mal…

  4. Merci pour cette mise au point.
    Merci pour tout vos articles quelque soit l’intervenant.
    Paris ne c’est pas fait en un jour, la chute de l’établissement ne le sera pas non plus.
    Vos détracteurs quel qu’ils soient n’ont qu’a retourner sur tf1.

  5. je vous lis chaque jours et lis quasiment tout les coms
    j espère que vous continuerez votre travail remarquable
    merci a menthalo au passage
    bien a vous

  6. A PROPOS DU CONCORDIA ET DES DIEUX GRECS
    du 23 au 27 janvier 2012 :

    Mercredi dernier j’ai expliqué qu’un lecteur, Mr Neveu, avait vu que Concordia était avant tout une déesse grecque: “Le naufrage du Concordia est il un signe des dieux? En effet Concordia est une déesse dont les symboles sont la colombe, la corne d’abondance… Elle symbolise aussi la prospérité et la bonne entente… Echouage le vendredi 13 janvier, célébration de la déesse Concorde le 16 janvier!”. Très bien vu, d’autant que l’empereur Auguste a même fait construire à Rome un temple a Concordia où se réunissait le Sénat pour débattre sous de bons auspices. Mais voilà, l’un de nos autres lecteurs, Amokrane Berdja, va encore plus loin, et là je dois avouer que c’est très très très fort: chaque étage du Concordia a été nommé après un pays européen, Francia, Spania, etc., afin que les passagers se rappellent facilement où se trouve leur cabine… Ca ne s’invente pas, vraiment…

    Si on devait interroger un prêtre d’Athéna, eh bien il nous dirait que le naufrage préfigure celui de l’Euro ou de l’Europe… D’ailleurs, jugez-en par vous même, regardez bien les “Costa Concordia Deck Plans” ici, vous serez très très surpris. Le Concordia, un vrai signe des dieux grecs? L’avenir nous le dira cette année, c’est sûr.

    http://www.cruisecheap.com/ships/costa-cruises-costa-concordia-deck-plans.html
    http://www.gate1travel.com/cruises/ships/costa_concordia_dp.htm

    PS: cliquez ici pour voir toutes les pièces romaines avec des dieux et des déesses, merci à Mr Potdevin pour ce très beau travail numismatique.

    http://davy.potdevin.free.fr/Site/gods.html

    Revue de Presse par Pierre Jovanovic © http://www.jovanovic.com 2008-2012

  7. Le parallèle ac 1929, s’agissant du rôle des agences de notations vis à vis de … la Grèce!

    “En 1930, en effet, le Trésor américain reproche à ces agences de n’avoir pas vu venir les faillites en chaîne des banques et la crise boursière de l’automne 1929. Celles-ci entreprennent de ce fait d’élargir leur champ d’action des entreprises aux Etats.

    Elles ont toutefois conscience que les dettes internes – celles exprimées dans la monnaie des Etats – ne doivent pas être notées, car les banques centrales, en tant que prêteurs en dernier ressort, sont là pour les monétiser et éviter la banqueroute. Elles notent donc les dettes en dollars et en livres sterling. Mais la chute des cours des matières premières provoque dans certains pays, notamment latino-américains, des déficits commerciaux qui assèchent leurs réserves en devises. Fin 1930, les agences baissent la note du Brésil et de la Bolivie et, en janvier 1931, la Bolivie fait défaut.

    Dans les couloirs des administrations de Washington, on reproche aux agences de se concentrer sur la zone américaine et d’ignorer l’Europe. Moody’s réagit au quart de tour et repère l’homme malade de l’Europe : la Grèce. A Athènes, le premier ministre est Elefthérios Vénizélos, leader du centre gauche et héros national depuis qu’il a associé la Grèce à la victoire des Alliés dans la première guerre mondiale. Redevenu premier ministre en 1928 dans une Grèce républicaine depuis 1923, il mène une politique de réformes économiques fondée en particulier sur la réduction du nombre de fonctionnaires et l’augmentation des investissements publics. A l’opposition monarchiste qui l’accuse de ruiner l’Etat, il répond par la distinction entre la «bonne dette qui prépare l’avenir » et la mauvaise qui sert à payer des fonctionnaires, et qu’il a su écarter.

    Sauf que Moody’s ne l’entend pas de cette oreille et dégrade la Grèce. Le résultat ne se fait pas attendre : les taux d’intérêt grimpent, les capitaux fuient, la Société des nations refuse son concours. Le 25 avril 1931, Vénizélos impose un strict contrôle des changes. Quelques bons esprits lui conseillent de dévaluer la drachme pour relancer la croissance, accroître les exportations et permettre à l’Etat grec de trouver les devises dont il a besoin pour honorer ses engagements extérieurs. Il s’y résout et laisse la drachme suivre à l’automne 1931 la livre sterling dans sa chute par rapport au dollar. Le 1er mars 1932, la Grèce, dont la dette en dollars a explosé du fait de la dévaluation, fait défaut. Les victimes de ce défaut sont d’abord les banques françaises et italiennes. Puis la population grecque : gangrenée par l’inflation due à la dévaluation, l’économie fragile du pays part à vau-l’eau, les émeutes se multiplient, et Vénizélos perd les élections fin 1932.

    La monarchie est restaurée en 1935 et, en 1936, le général Metaxas s’empare du pouvoir par un coup d’Etat débouchant sur une répression brutale des syndicats et de l’extrême gauche. En 1940, quand Mussolini lance ultimatum sur ultimatum à Athènes, il réclame entre autres le remboursement des sommes annulées, avant d’attaquer la Grèce le 28 octobre. Entre-temps, Moody’s a été prise d’une sorte de vertige face au drame grec. En 1936, ses dirigeants expriment leur regret sur ce qui se passe et annoncent qu’ils arrêtent de noter les dettes publiques. Fitch suit en annonçant qu’elle cesse de noter… ladette allemande.”

    Jean-Marc Daniel, professeur à l’ESCP-Europe – le Monde.

    Question : Est-il bien vrai que le retour au Franc nous exposerait à la même dévaluation qu’ont subi les grecs en 1931, donc à la même explosion de dette? Si oui, le danger de suivre l’euro et de rester arrimé à une monnaie en pleine chute (vrai?) n’est-il pas plus grand encore?

    • Par ailleurs, nous avons confirmation que si jamais la solution la moins pire est bien de sortir de l’euro et de revenir au franc, cette proposition n’est soutenue que par les extrêmes, lesquels serviront de caution du suffrage populaire pour déclencher la troisième guerre mondiale, exactement comme la deuxième avait été manigancée. Mêmes acteurs, mêmes scenarios.

    • Bravo Monsieur le Professeur. Enfin, de la bonne pédagogie, ouf !!
      La question posée n’a pas lieu d’être à mon avis car la réponse est contenue dans le scénario de 1930 que vous venez de rafraîchir. Le défaut de la dette grecque est évident, vu les taux d’intérêts absolument inouïs que la bulle financière y a impactés. La fin de l’Euro annoncée par Mr Asselineau depuis plus de 18 mois se réalise sous nos yeux dans le timing avancé. Désormais il convient de se mettre en simulation de vol sans euro, sans BCE, sans FMI, sans le petit traître au service de la CIA qui veut nous entraîner vers un conflit mondial, et sans les allemands. Il serait temps qu’on puisse disposer de bons ambassadeurs en direction de la Russie et de ses satellites. Assurons-nous un corridor via la TURQUIE. La merdouille que l’UMP vient de faire valider par un sénat déserté par ses troupes et dont les manettes reviennent au PS ne me rassure pas du tout quant à une manip en troisième main de nos charmants alliés (ou ennemis en réalité) US. La Méditerranée reste l’enjeu géostratégique majeur. Notre seul salut passe par la Russie et le Turquie + la Méditerranée(donc le Maghreb). Retenez bien cette lecture des évènements…..

      • Absolument notre salut c’est la Méditerranée mais aussi le P et M Orient, la Russie et…la Chine
        sans oublier non plus ALBA. Je ne vais pas insister sur le nom du seul homme qui voit cela et qui mettrait en place cela. Je suis quasi sûr que ceux qui ici le vilipende n’ont jamais écouté l’une de ses conférences. Ou alors ce n’est pas un esprit qu’ils ont mais du béton.

  8. Trader Noé, Menthalo, Banquier Anonyme et toute l’équipe de Liesi

    “C’est le propre de l’homme de se tromper, seul l’insensé persiste dans son erreur”

    Continuez et merci encore

  9. Merci pour ces éclaircissements.
    L’arc à poulie est bien une interprétation ou plus exactement une application de l’arc de Fibonacci ?

    Cela étant, le « balon » gonflé à l’hélium aura du mal à voler avec « une » L en moins !
    (Clin d’oeil)

  10. Bonjour,

    comme les autres je tiens à adresser à toute l’équipe de LIESI et ses intervenants mon soutien. Votre travail est précieux et m’a permis de comprendre beaucoup de chose mais aussi de les faire comprendre à d’autres (trop rares malheuresement)
    Continuez de nous informer et ne baissez pas les bras !

  11. la crise ?
    la crise de rire… 😉
    Non juste le pillagetotal d’un pays nommé la France et esclavage total de son peuple par la secte nommée Franc Maçonnerie bien aidée par leurs banquiers criminels globeaux….
    bon c’etait mon coup de gueulle de ce matin 😉

  12. Petit correctif concernant la phrase :
    «Certains ont avancé la date du sommet Européen au 29 janvier, une date plus propice pour l’aboutissement final».
    Le changement de date du 30 au 29 janvier est dû à l’annonce en Belgique d’une grève générale pour le 30 janvier, y compris, bien sûr, des transports publics. Cela provoquera des embouteillages monstres, notamment à à Bruxelles. Une situation de semi-chaos dans la capitale de l’Europe n’est pas compatible avec la sécurité dont doivent jouir nos éminences lors de leur sommet. Et donc ils ont changé la date.

    Grand merci à Liesi pour toutes ces analyses & info, très intéressantes.

  13. Trader Noé dit:”Certains ont avancé la date du sommet Européen au 29 janvier, une date plus propice pour l’aboutissement final”
    Quelqu’un peut m’expliquer ce que cette date a de particulier? s’il s’agit de je ne sais quel agencement planétaire, pourquoi ne pas avoir choisi cette date tout de suite? si c’est autre chose de quoi s’agit-il?

  14. Merci TN.
    Votre article est clair et même si je sais que cela vous a pris du temps, je pense qu’il nous a tous aidé à nous éclaircir la vision. En tous les cas, cela l’a été pour moi.
    Mars-Avril risque d’être mouvementé sauf si l’Elite repousse par un nouveau tour de passe-passe. Pouvez vous me dire en quoi cette date est importante. Est-ce uniquement lié au timing électoral de nombreux pays ?

    • Pour ma part, au alentour de cette date, je verrais bien le début de la révolte populaire face aux exigence de restriction qu’ils vont encore nous imposer et aux restrictions de liberté. Cela doit correspondre aux fameuses “décisions difficiles de sarko” promis pour la fin du moi.

  15. Vous pourriez profiter solitaire de vos connaissances .

    Ce partage permis par l’équipe de LIESI , dont je salue le dévouement ,est une aubaine pour l’amateur que je suis.

    Je vous remercie pour vos articles et votre patience qui permettent à ceux d’entre nous de croiser leur propre idée de notre monde.

  16. Salut , je suis intervenu sur votre sujet concernant la survie.
    Je ressent chez vous : “liesi, menthalo, trader noe etc…” une sorte de déception .Perdu entre l’envie de continuer à prendre soins de vos congénères à travers l’information capitale à la bonne évolution de notre société et un ras le bol d’être entre la pierre et la plume assaillit de toutes parts chaque jours par des lecteurs: genre Guillaume de bfm face à Delamarche.
    Dans mon domaine d’action citoyenne”fuck chemtrails” je vis la même chose (à moindre échelle) .
    Il est difficile de lutter face à cette pieuvre qui manipule allègrement les organes qu’elle à elle même engendrée.
    Votre problème : avoir une morale , des principes et une réelle éducation .
    En effet ceux qui font comme bon leur semble ou en tous cas agissent pour leurs intérets n’ont aucun sens des valeurs humaines et sociales comme nous les avons intègrées.
    Ceci dit nous sommes du bon côté et cela demeure la seule rançon du travail de fourmis effectué par les vigies que vous êtes!
    La charnière du choc des civilisations , de l’éffondrement économique et des guerres en cours ou en préparation ….On est assis dessus , on entend le tic tac mais les fomenteurs ont surement un problème de bunker ou de timing pour protèger leurs biens , c’est tout…
    Aujourd’hui l’ECO vous redonne du crédit ……Merci pour tout ce job qui devrait être obligatoire , comme dirait Coco.
    Et que ceux qui critique votre chronologie ou timing se réjouissent car le chaos imminent sera brutal et incompréhensible par la plupart des pauvres terriens que nous sommes!
    On attend toujours d’avoir touché le mur avant de freiner c’est propre à la France et au reste du monde en général , alors faisons ce qu’il faut sans attendre de retour , personnellement on a notre conscience pour nous ce qui est déjà très bien .
    Voilà c’est pas un coup de gueule c’est une forme de soutient, merci .

  17. C’est rigolo la bourse, aujourd’hui, ce sont les banques qui trinquent et EDF caracole presque en tête des hausses (avec un petit 0,76%)…

    Ceci dit, je cherche un candidat aux élections présidentielles qui auront dans son programme : la sortie de l’OTAN et la sortie de la zone euro (dans le cadre du commentaire de “Elle court, elle court… la rumeur”). Pour l’instant, je n’ai trouvé que Marine Le Pen. C’est plutôt inquiétant pour l’avenir, non ?

    • >Hervé,

      Je suis sûr que d’aucun vous proposeront Asselino le caniche de Pasqua, le laquais de Naboléon, où Cheminade l’illuminé amnésique, où encore Mélanchon le tout p’tit père du peuple…

      Vous étiez cependant sur la bonne piste dès le départ…

      En revanche ce qui me semble inquiétant pour vous, c’est votre besoin de prendre l’avis d’autrui pour choisir un candidat…

      • Ce n’est plus une histoire de candidat (s), c’est de savoir si au niveau de notre diplomatie et de nos services spéciaux il y a encore quelqu’un aux manettes et avec une fiche de mission tenant bien la route.

      • HÉ! LcourLcour, (alias Asselino?)…

        Votre post est une leçon de démocratie, quelle sérénité, quelle tolérance, du Gandhi à l’état pur…

        Je comprends votre agressivité, votre tâche est épuisante, et en dépit du fait que vous vous brisiez les reins, Asselino ne fait pas recette, vous devriez changer de poulain (je suggère Mélanchon car il pourra peut être se faire rembourser ses frais de campagne, vous aurez ainsi une chance de vous faire payer vos services)…

    • bonsoir Hervé,
      en réponse à votre question à savoir un candidat souhaitant sortir de l’euro, de l’Europe et de l’Otan, je vous conseille François Asselineau et son parti l U-P-R , rassemblement de tous les Français, sans clivage politique…UPR boycotté par tous les “merdias” mais qui fait le buzz sur internet…à mon avis le seul politicien “crédible” et honnête… écoutez ses conférences en ligne,vous y apprendrez beaucoup de choses intéressantes que les autres politiques vous cachent ! Cordialement…

    • oui, mais vous avez Nicolas Dupont Aignan qui est tout proche, mais différent; il vous propose les deux, mais allez voir son programme 31 propositions en allant directement sur debout-la-republique

  18. j’attends la fin mars avec les échéances Grecques, cela va rapidement pousser l’Allemagne à dévoiler son jeu. Pour moi Merkel a reçu des consignes claires de la par de Obama pour limiter le bazarre en Europe jusqu’aux présidentielles Américaines. Peut etre que je me trompe trader Noé, mais je pense que la monétisation va continuer. Mario Draghi va à nouveau déscendre le taux directeur de la BCE à 0,75%, au Etats-unis hélicoptère Ben va aussi continuer dans ce sens. Le changement va apparaitre après les présidentielles en France, la vie va devenir rapidement beaucoup plus dure. Les plans de rigueurs ne vont plus se limiter au soda, il va y avoir les premiers signes d’une grosse colère du peuple Français. Les échéances électorales trader Noé…

    • Merkel fait-elle le jeu de Obama ?

      Sinon, il est déjà prévu que super Mario imprime fin février pour un chiffre à déterminer mais certains bruits parlent de 10 000 milliards (crédit suisse)… Quand à Ben Shalom, d’après Goldman Sachs cela serait retardé à plus tard suite aux brillantes publications de (faux) indicateurs aux USA… Mais, il va falloir qu’il fasse fort pour oser suivre Super Mario !!!

      • Merci Hervé, tu éteilles mon opinion. Oui je pense sincèrement que Angéla Merkel suit les consignes de Wall street. La taxe sur les métaux précieux qui passe de 7,5 à 10% m’a mis la puce à l’oreille, tu vas voir là j’en suis sur les métaux vont passer un cap prochainement.

      • Je ne suis pas persuadé qu’elle fait le jeu de obama sinon il y a longtemp que la bce achetera directement de la dette d’état en zone euro. La monétisation a été possible parce que rien n’empeche draghi d’inonder les banques pour qu’elles prennent de la dette. Les traités n’ont pas prévu cette dérive.

  19. La campagne pour ramener les mougeons sur la Bourse vient de démarrer. Fiorentino a débuté son intervention manuelle des conseils pour investir en Bourse avec l’argument principal : tout le monde peut investir même par petites sommes. Ce qu’il oublie de dire, c’est que 100% petit investisseur, 100% perdant.

  20. Je crains un double top sur le S&P 500, ce qui voudrait dire qu’une très forte baisse est à venir sur tous les indices. Remontée articificielle depuis novembre, l’atterissage va être dur !

  21. merci trader Noé pour ces explications et votre travail avant tout-et aussi toute l’équipe LIESI . merci d’établir chaque jour un véritable éclairage sur ce monde complexe qu’est la bourse .J’ai cru lire hier que vous étiez affligés par la non réaction d’une partie de la masse face à la menace “fantôme”: c’est pas grave on va pas s’arrêter pour des gens qui ne veulent que la voir pour la croire
    En tout cas j’aime prendre plaisir à lire les commentaires instructifs de tous , cela m’évite de répéter ce qui a déjà été dit.
    Merci à tous et pour que disparaisse la DICTAMOCRATIE!!!

    P.S. petite question tout de même: qu’est-ce que les charlatans d’économistes sous-entendent par l’expression “too big to fail”?parlent-ils du système financier ou des grandes banques uniquement? merci d’avance

  22. @Menthalo et autres.

    l’ Iran renforce ces réserves d’or avec les ressources pétrolières .

    Currency Wars – Iran Banned From Trading Gold and Silver
    http://www.goldcore.com/goldcore_blog/greece-iran-and-possibility-qe3-see-gold-and-silver-rise-again

    L’UE va geler les avoirs en Europe de la Banque centrale iranienne ainsi que de 8 autres entités et le commerce interdiction de l’or, métaux précieux, de diamants et de produits pétrochimiques en provenance d’Iran. Le ministère iranien des Affaires étrangères dans un communiqué a qualifié la décision «agressif» et a dit qu’il aura des “conséquences négatives” en Europe, y compris les prix élevés du pétrole. L’élévation de la tension avec l’Iran continuera à donner l’or un statut de refuge pour les investisseurs.

    http://www.goldcore.com/goldcore_blog/japan-gold-buying-tocom-again-supports

    • BRÈVES /
      Sarkoléon lance la campagne d’Iran
      23 janvier 2012 – 17:09
      par Christine Bierre

      23 janvier 2012 (Nouvelle Solidarité) — John Quincy Adams, un grand Président américain, s’était opposé à ce que les Etats-Unis deviennent « un petit bateau à rames, à la remorque d’un navire de guerre britannique ».

      Il disait aussi que « l’Amérique ne doit pas aller à l’étranger, chercher des monstres à détruire. (…) Elle pourrait devenir la dictatrice du monde. Elle ne serait plus [alors] le maître de son propre esprit ». (4 juillet 1821)

      A défaut de s’inspirer d’un grand Français comme Charles de Gaulle, Nicolas Sarkozy aurait pu s’inspirer d’un grand Américain. Malheureusement ce n’est pas cette Amérique qu’il aime, mais l’Amérique impériale, inféodée à l’Empire britannique. Non seulement il trouve plaisir à la guerre ; il aime encanailler la France, la traînant, en Junior Partner, derrière les guerres coloniales de l’Empire britannique.

      Les propos qu’il a tenus aux ambassadeurs de France, sur l’Iran, sont inquiétants. Ils montrent un individu surexcité, voulant soumettre par la force un pays qui aujourd’hui, avec tous les problèmes qu’il a (et ils sont énormes), a su mieux maintenir son cap vers le développement que le secteur transatlantique tout entier menacé d’implosion par la crise financière. L’Iran et ses alliés dans la région, la Russie ou la Chine, sont loin d’être parfaits mais ils n’ont pas sombré dans la cupidité financière, comme les élites françaises et occidentales l’ont fait depuis une trentaine d’années.

      Dans ses remarques aux ambassadeurs et selon des proches, cités par Nathalie Nougayrède dans un article du Monde, Nicolas Sarkozy rêve d’amener la France dans un triangle Etats-Unis, France, Israël, afin de jouer un rôle clé dans la région. Le Président français, qui a adopté la ligne de la propagande de l’ultra-droite israélienne selon laquelle l’Iran aura la bombe d’ici un an, prétend que soit les Occidentaux empêchent l’Iran de se doter d’une bombe, soit Israël lancera une attaque militaire d’ici six mois, probablement après l’élection américaine.

      Ceci ne laisserait pas aux Occidentaux d’autre choix, toujours selon Sarkozy, que d’adopter les sanctions économiques les plus virulentes contre l’Iran, forçant ce pays à choisir « entre l’implosion du régime ou lâcher la bombe » ! M. Sarkozy s’est vanté d’avoir été celui qui a conduit l’Union européenne à décider des sanctions virulentes qu’elle doit rendre publiques le 24 janvier : le gel des achats de produits pétroliers et des transactions avec la Banque centrale iranienne.

      M. Sarkozy prétend que ces mesures mettront l’Iran devant un choix existentiel. Dans un Iran surchauffé par les menaces qui pèsent sur lui et par les batailles factionnelles qui le traversent avant les élections législatives de mars, elles risquent, au contraire, de pousser un Iran, acculé, à se lancer dans des provocations qui seront le prétexte à une guerre.

      Et alors, ce ne sera pas seulement le visage ensanglanté d’un Président arrêté et tué dans l’exercice de ses fonctions – celui de Kadhafi – qui hantera la France, mais le fait d’avoir fourni le prétexte à l’éclatement d’une nouvelle guerre mondiale, potentiellement thermonucléaire.

      http://www.solidariteetprogres.org/Sarkoleon-lance-la-campagne-d-Iran_08506

  23. Marc Faber : “My view is simply: relax”. (19 janvier) :

    I don’t think that equities will collapse. I think we have major support going back to August 2010 when the S&P was at 1010.
    Just over a year later, the S&P briefly dropped to a low of 1074 on October 4, 2011… We have a lot of support around 1100, and if the S&P drops 200 points, I guarantee you the Fed will come in with QE3 and QE4 and so forth. – in CNBC

    Tout va bien, si le S&P plonge de 200 points, le QE3…et QE4 sauveront le (leur) monde…

    http://marcfaberblog.blogspot.com/

  24. Un grand merci à Trader Noé, Menthalo, Banquier Anonyme et toute l’équipe de Liesi !!

    Tiens, en passant, je me suis pas mal demandé ces derniers mois si Trader Noé et Imotus n’était pas la même personne, ou s’il ne se connaissait pas…

  25. merci trader Noé pour ces explications et votre travail avant tout-et aussi toute l’équipe LIESI . merci d’établir chaque jour un véritable éclairage sur ce monde complexe qu’est la bourse .J’ai cru lire hier que vous étiez affligés par la non réaction d’une partie de la masse face à la menace “fantôme”: c’est pas grave on va pas s’arrêter pour des gens qui ne veulent que la voir pour la croire
    En tout cas j’aime prendre plaisir à lire les commentaires instructifs de tous , cela m’évite de répéter ce qui a déjà été dit.
    Merci à tous et pour que disparaisse la DICTAMOCRATIE!!!

    P.S. petite question tout de même: qu’est-ce que les charlatans d’économistes sous-entendent par l’expression “too big to fail”?parlent-ils du système financier ou des grandes banques uniquement? merci d’avance

  26. Je crains le pire : chômage, logement, compétitivité : Sarkozy annoncera des mesures dimanche

    Nicolas Sarkozy a précisé, ce matin en petit déjeuner de la majorité, les sujets sur lesquels il voulait s’exprimer à la télévision, le 29 janvier. “Nous allons privilégier la lutte contre le chômage, le logement, et la compétitivité. Les mesures que je vais annoncer dimanche seront d’application immédiate, à l’exception de la formation professionnelle”.

    Il a aussi dénoncé le projet en partie dévoilé par François Hollande. “C’est une attaque sans précédent contre la classe moyenne. Il crée un deuxième impôt progressif, et avec la taxation différenciée pour le gaz et l’électricité, il organise une attaque en règle contre la France qui travaille. Sans parler de la suppression de un fonctionnaire sur deux et du retour à la retraite à 60 ans”.

    “Je suis plus déterminé que jamais”

    “Visiblement, Hollande n’a pas compris que l’enjeu de la présidentielle c’est la crise”, a-t-il expliqué, en dénonçant le retour des dépenses publiques. “Prenez patience, je sais que c’est difficile en ce moment, mais je suis plus déterminé que jamais. Il ne faut rien précipiter”.

    C’est la première fois que le chef de l’Etat commente le discours du candidat socialiste. Il était en déplacement en Guyane au moment où François Hollande tenait son premier grand meeting de campagne dimanche.

    http://www.lefigaro.fr/flash-actu/2012/01/24/97001-20120124FILWWW00442-nicolas-sarkozy-s-exprimera-a-la-television-dimanche.php

  27. Comment les Etats-Unis font chauffer leur planche à billets

    Ben Bernanke serait-il le faiseur d’argent le plus intelligent de la planète? Le président de la Réserve fédérale américaine est en effet le père du quantitative easing (QE, à prononcer kiou-ee). Une politique qui consiste à faire tourner la planche à billets de l’institut d’émission pour racheter la dette des Etats-Unis. Les sommes en jeu sont vertigineuses: en 2011, alors que le pays a émis pour environ 1.200 milliards de dollars de T-Bonds (les bons du Trésor américains), la Fed en a racheté pour environ 800 milliards! Autrement dit, l’équivalent des deux tiers des émissions américaines destinées à financer le déficit des Etats-Unis a été placé l’an dernier auprès de la banque centrale…

    Impensable en Europe

    Du coup, au 29 décembre dernier, la Fed avait dans ses coffres 1.575 milliards de dollars de bons du Trésor. A la même date, pour la zone euro – une économie parfaitement comparable, et tout aussi endettée, que celle des Etats-Unis -, la Banque centrale européenne n’inscrivait dans son bilan que 213 milliards d’euros de titres de dettes souveraines. Soit, avec la correction monétaire, six fois moins. Et ces actifs sont si controversés de ce côté-ci de l’Atlantique que la BCE n’en rachète qu’à un rythme de tortue: à peine 1 milliard d’euros par semaine.

    Mario Draghi, le président de la BCE, n’a d’ailleurs pas donné le sentiment de pousser les Allemands à infléchir leur position sur ce sujet: l’hyperinfl ation, fatale à la République de Weimar en 1933, a créé un traumatisme tel que ce genre d’opérations est impossible à répliquer dans une zone à qui l’Allemagne donne le la.

    ………………………………………………………………………………………………………

    http://www.challenges.fr/finance-et-marche/20120119.CHA9252/comment-les-etats-unis-font-chauffer-leur-planche-a-billets.html

  28. La sécu emprunte en dollars !!!

    Nous avons déjà parlé de cette information ici mais on y revient tant elle mérite le détour : la sécurité sociale emprunte pour partie en dollars ! Enfin, plus exactement la CADES, la Caisse d’amortissement de la dette sociale, c’est-à-dire l’organisme chargé de financer la dette de la sécu (de la même façon que l’Agence France Trésor gère la dette de l’Etat).

    Elle vient de publier son programme de « financement » (comprendre endettement) pour 2012 : 40 milliards d’euros. Sur 2011, 40 % de la dette avait été émise en dollars ou autres devises (6,5 + 3,8 + 3,0/31,4), la proportion devrait être du même ordre en 2012.

    Alors que les pouvoirs publics dénoncent l’hégémonie de la monnaie américaine et affirment défendre l’euro « à tout prix », il est effarant de voir que la sécurité sociale emprunte en dollars. L’intérêt de l’opération réside dans l’assurance de placer sans aucune difficulté ces emprunts auprès des fonds de pension américains (qui n’ont ainsi aucun risque de change à supporter, ce qui serait le cas s’ils achetaient des obligations libellées en euros).
    La CADES, pour éviter le risque de change, se couvre par un swap sur toute la durée de l’emprunt ; mais cette couverture coûte chère, et c’est autant d’argent perdu.

    Le « cœur » de notre « modèle social que le monde entier nous envie », financé pour partie en dollars auprès de fonds de pensions américains, anti modèle honni de nos politiques, c’était la séquence humour du jour, merci la CADES.

    Philippe Herlin

  29. “Depuis fin décembre-début janvier, la BCE apporte des liquidités aux banques pour acheter la dette. C’est un moyen de gagner du temps sans pour autant imprimer.”

    Question bête: Et les liquidités, elles viennent d’où si c’est pas de la planche à billets?

Répondre à Bernanke Annuler la réponse

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici