Trader Noé – Siemens

114

Nous surveillerons de très près la valeur Siemens. Le point pivot des 73 euros est très important et le cours évolue légèrment en dessous. Sous ce niveau, il y a trois supports intéressants à 70-66 et 62.5 euros.
La rupture des 62 déclencherait alors une accélération baissière vers 45-43 et 32 euros. Pour souffler, il faut que le cours rebondisse rapidement en parvenant à franchir les 79 euros.

19 Commentaires

    • Dites-moi si je me trompe et si je vois le mal partout….
      mais la phrase ci-dessous, extraite de la page wikipedia de la FED (ci-dessus), laisse entendre que la FED est un etablissement public (e.g. “institution fédéral”) ….!!!

      “La Réserve fédérale est détenue par douze Regional Federal Reserve Banks, et est donc à ce titre, une institution fédérale. Ce statut est censé lui assurer l’indépendance de ses choix vis-a-vis du gouvernement. La Réserve fédérale ne reçoit pas de subventions du congrès pour son fonctionnement. (…) “

    • Extrait :
      Ouverture solennelle de la boîte de Pandorre
      De toutes les façons, la boîte de Pandore est ouverte,
      avec l’idée de l’introduction de l’or dans les transactions dans un commerce stratégique fondamental du Système. L’idée est à la fois politiquement dévastatrice et symboliquement d’une énorme importance. Elle implique, au travers de ce qui devient une opération de “troc” au plus haut niveau, qu’est détruit le caractère absolu et totalitaire de l’argent artificiel et virtuel (billets représentant une valeur artificielle, transfert électronique “virtualisant” totalement l’argent, etc.), qui est le fondement du Système dans sa dimension financière et commerciale.

  1. 8,5 millions de sans emploi en france + 5 millions en espagne = 13/14 millions, soit la population française qui a un job!

    Et ce n’est que le début des hostilités
    .°.

  2. http://www.boursorama.com/actualites/davos-l-europe-veut-croire-que-la-sortie-de-crise-est-proche-96d3895f9ca4f392fcfc5cf9f01897ca

    Le président de la Banque centrale européenne, Mario Draghi, s’est montré le plus enthousiaste, au regard des pas déjà accomplis par la zone euro. “Les progrès sont spectaculaires”, a-t-il affirmé devant le 42e Forum économique mondial (WEF) à Davos, dans l’est de la Suisse. “C’est étonnant, si vous comparez aujourd’hui avec les cinq derniers mois, la zone euro est un autre monde”, a-t-il assuré.

    C’est qui ce MD? il mange trop de chocolat suisse, mais je ne savais pas que le chocolat avat les vertues du canabis.

  3. Le patron de la première banque allemande, Deutsche Bank, s’est dit lui aussi confiant vendredi dans le fait qu’un accord entre la Grèce et ses créanciers privés était sur le point d’être trouvé, les banques étant prêtes à accepter “presque 70% de pertes”.

    Hé, c’est avec mes impôts que tu fais le pere noel! on t’elit pas pour ça puisque l’on sait que le pere noel n’existe pas. Normal c’est un jeu à somme nulle. Donc va prendre les sous à celui qui les a gagné.
    Quand aux banques, le credit agricole en detient. le probleme c’est que le credit agricole appartient aux clients. Il s sont societaires et ont acceptés de ne pas recevoir dedividendes de leur actions ( parts sociales) pour avoir des services et des taux compétitifs. les pauvres ils payent 2 fois.Je serais je demanderais 70% d’abandon de mon encours de pret immobilier, histoire de respecter l’egalité de traitement.
    CEci vaut pour la caisse d’epargne , le credit mutuel, le crédit cooperatif , la banque pouplaire , soit finallement pour 80% des clients français!
    .°.

  4. Concernant les contrats d’assurance vie en unités de compte (UC), à l’image des indices boursiers, leur performance est négative (- 5,2 %) mais reste supérieure à celle du CAC 40 (- 17 %), du fait de la diversité des actifs composants les UC.

    LOL tu perds, mais tu perds moins, mais tu es robuste!
    Rembourse moi et je flotterais mieux.

    Ah la réthorique, chez moi on dit que les ânes volent, mais ils volent moins longtemps qu’une caille!
    .°.

  5. Ca y est la situation du Portugal arrive sur le radar des “investisseurs”…. et des merdias :

    LONDRES (Reuters) – Après la Grèce, le Portugal est dans le collimateur des investisseurs, de plus en plus nombreux à estimer que Lisbonne ne pourra pas non plus éviter un défaut sans un second plan de renflouement.

    Les choses se sont précipitées voici deux semaines quand Standard & Poor’s a déclassé 15 pays de la zone euro et placé le Portugal en catégorie spéculative (“junk”), avec la Grèce.

    Jugement qui lui ferme de facto le marché des capitaux et lui complique considérablement la tâche d’honorer ses engagements financiers.

    Depuis lors, la hausse des rendements des emprunts d’Etat et des CDS (swaps de défaut de crédit, un instrument d’assurance du risque de défaut) a été implacable.

    Ce qui inquiète les investisseurs c’est que les dettes à deux et cinq ans du Portugal donnent un rendement supérieur à ceux des échéances plus longues, de 16,7% et 20% respectivement. C’était la même situation pour la Grèce avant qu’elle ne sollicite un second programme d’aide en 2011.

    Dans un marché qui fonctionne normalement, les échéances courtes donnent un rendement inférieur aux autres, les investisseurs voulant être payés du risque de détenir de la dette plus longtemps.

    Autre élément préoccupant: le coût d’assurance sur la dette portugaise à un ou deux ans par le biais de CDS reste supérieur à la prime équivalente pour le papier à cinq ans. Habituellement, les CDS à cinq ans se traitent au-dessus des CDS plus courts.

    En outre, les banques qui émettent ces CDS exigent qu’un pourcentage du montant total de dette portugaise à assurer soit payé lorsque le contrat est passé, ce qui est un signe habituel de détérioration du crédit.

    En tous les cas, l’évolution des cours des marchés obligataire et monétaire donne une probabilité implicite de défaut de près de 70% pour le Portugal, à un horizon de cinq ans.

    Même si le Portugal bénéficie d’un second plan de renflouement, la question ne sera pas réglée pour autant, de l’avis de certains analystes, qui pensent qu’on en arrivera, comme pour la Grèce, à négocier une “décote” pour les créanciers privés.

    Michael Saunders, économiste de Citi, évoque une décote de l’ordre de 35%, dès la fin de l’année ou au début 2013.

    http://www.boursorama.com/actualites/le-portugal-dans-le-collimateur-des-investisseurs-f27264db7c6497177374631ab462fb6e

  6. Comment le RER Athénien est devenu ” obsolète ”

    Mais entre temps, certains travaillent encore, payés ou pas, se demandant si ils arriveront au travail sains et saufs. Le système automatisé d’aiguillage, de notre seule ligne de RER n’a pas attendu le soleil pour se désintégrer. Les derniers cheminots sur place, ont reçu l’ordre de leur direction d’évacuer les lieux.
    Retour à l’ancien système, aiguillage manuel, crayons et petits bouts de papier. Trois incidents cette dernière semaine, ont fini par emporter notre dernier modernisme en la matière. Le déraillement d’une rame à la gare de Métamorphosis ne s’est pas … métamorphosé en accident seulement grâce au sang froid du machiniste. Manque de moyens, manque de personnel, vols à répétition sur le cuivre du réseau ferré et voilà comment, un investissement qui a coûté 20 millions d’euros au contribuable grec et …. euro-unionnais se perd, au détriment des tous. Selon le reportage du journal To Vima (www.tovima.gr), ce système automatisé d’aiguillage comportait également une autre faille, et ceci dès le départ.
    Lors de certains travaux effectués par Alstom, un câble – fibre de très haute technologie posé par Siemens et lié au télécommandent, a été percé par erreur, il y a un moment déjà.

    La société Alstom a proposé sa réparation, mais Siemens a refusé catégoriquement toute intervention sur ses acquis technologiques, menaçant même de poursuites. La vraie réparation n’a jamais eu lieu, contribuant ainsi à la vulnérabilité du système.

    Tout vient de loin nous semble-t-il, car on vient d’apprendre que «Alstom figure mardi après-midi parmi les plus fortes baisses du CAC 40, chutant de 4,5% à 28,3 euros dans le sillage de son concurrent allemand Siemens, dont le titre cède plus de 3% à 75,9 euros à Francfort» (www.tradingsat.com/actu-bourse-214256-ALO.html).

    En France, avant que «la politique européenne de la France, fondée plus que jamais sur l’axe franco-allemand mais renégociée, à entendre François Hollande, [n’] ouvrira une nouvelle page» (Philippe Bilger, http://www.marianne2.fr/Francois-Hollande-operation-Bourget-reussie_a214830.html – 23/01/2012), il conviendrait de faire un petit tour du côté des câblages à l’automatisation du RER athénien, et de ses … désaxés franco-allemands

    http://greekcrisisnow.blogspot.com/

Répondre à imotus Annuler la réponse

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici