Tir aux pigeons sur les banques italiennes

88

L’agence de notation américaine Standard & Poor a dégradé 34 banques italiennes, dont des poids lourds qui ne peuvent pas passer inaperçus. Citons par exemple UniCredit et Intesa Sanpaolo. Cette annonce fait suite à une nouvelle dégradation de la note de la dette souveraine italienne, le mois dernier à BBB. Dans la foulée, l’agence avait dégradé la note de neuf pays de la zone euro.

Dans son commentaire, Standard & Poor déclare que la situation des banques d’un certain nombre de pays dégradés suscitait des inquiétudes de plus en plus vives. L’Italie va être confrontée, selon des analystes américains, à des difficultés de financement de plus en plus importants étant donné le danger que constitue sa dette publique extérieure. On craint pour les banques italiennes des difficultés pour se financer sur le marché du crédit international. Des banquiers américains, sous couvert de l’anonymat, précisent même que cette dégradation fait craindre une instabilité générale du secteur bancaire italien, et qu’un risque de contagion à travers la zone euro ne peut pas être négligé.

En attendant, les Italiens peuvent remercier le banquier Mario Monti que la Commission Trilatérale leur a imposé. Encore un technicien de l’austérité, arrivé au pouvoir sans aucun vote populaire. C’est la démonocratie dans toute sa splendeur.

8 Commentaires

  1. Espagne: les syndicats appellent à la mobilisation générale le 19 février

    MADRID – Les deux principaux syndicats espagnols, UGT et CCOO, ont appelé samedi à la mobilisation générale et à manifester dans tout le pays le 19 février contre la réforme du travail, estimant qu’elle démantèle les droits sociaux et va détruire des emplois et non en créer.

    CCOO et UGT, nous mettons en marche un processus de mobilisation qui va aller, nous l’espérons, crescendo, a affirmé le secrétaire générale du CCOO, Ignacio Fernández Toxo, lors d’une conférence de presse commune avec son homologue de l’UGT Cándido Méndez.

    Le 19 février, nous voulons que les rues d’Espagne se remplissent d’une clameur et de manifestations contre la réforme du travail, a ajouté M. Toxo.

    Interrogé sur une éventuelle grève générale, il a précisé que les syndicats allaient passer dans le plus d’entreprises possibles pour mobiliser les salariés et expliquer que la réforme attaque les bases fondamentales du modèle de bien-être social et vise au démantèlement des droits des salariés.

    Cela ressemble à une démocratie sous surveillance, a-t-il affirmé.

    Mais ce qui n’arrivera pas, c’est que le chef du gouvernement décide de la date de la grève générale, a-t-il ajouté.

    Cette réforme va me coûter une grève générale, avait indiqué récemment le chef du gouvernement Mariano Rajoy, surpris par un micro à Bruxelles.

    Cette réforme va détruire des emplois à court terme et augmenter la précarité à moyen terme et va augmenter la frustration de la population déjà touchée par plusieurs plans de rigueur, a renchéri Candido Mendez.

    Selon lui, elle va se traduire par une classe moyenne plus pauvre. Les adultes vont être licenciés pour pas cher et les jeunes vont être embauchés peut-être plus facilement mais seront peu payés.

    Le gouvernement a adopté vendredi une nouvelle réforme du marché du travail, incluant la baisse des indemnités de licenciement et des mesures pour stimuler l’emploi des jeunes, alors que le pays souffre d’un taux de chômage record de plus de 22% de la population active et de près de 50% pour les jeunes.

    L’objectif est d’arrêter l’hémorragie du chômage, a expliqué la ministre de l’Emploi Fatima Banez à l’issue du Conseil des ministres.

    La réforme prévoit notamment une réduction des indemnités de licenciement de 45 jours de salaires par année travaillée à 33 jours, voire 20 en cas de licenciement économique dans certaines conditions.

    Elle prévoit également qu’une entreprise n’aura plus besoin d’autorisation administrative pour procéder à des licenciements économiques en cas de pertes ou si elle accumule trois trimestres consécutifs de baisse de revenus ou de vente.

    Cette réforme abaisse, facilite et déjudiciarise le licenciement. C’est brutal, a dénoncé M. Toxo.

    C’est une violation monumentale des droits sociaux et elle va conduire à un licenciement unique à 20 jours (d’indeminités par année travaillée, ndlr), à un licenciement libre, a estimé M. Mendez.

    (©AFP / 11 février 2012 13h46)

    • Le timing entre les coups de boutoirs financiers contre la Grèce ensuite l’Italie et bientôt l’Espagne et, et, et….. les opérations militaires en cours au Proche-Orient semble indiquer que sur ce coup-là certains ont dans l’idée de nous mettre, nous les européens, hors de toute forme d’interférence. Le précédent de l’Irak II est dans les mémoires + AZF+la gare d’Atocha+ le métro de Londres….pour ceux qui comprendrons….
      Je crains que la menace de l’article 16 de notre constitution ne soit tangible si la réélection du Srko n’est pas assurée et que les événements aillent dans le sens d’une fin de l’€ et d’un conflit à forts relents d’hydrocarbures.
      Et tant qu’à avoir une opposition, autant la diluer dans celle des frontistes écumant de vengeance après le hold-up à venir des 500 signatures.
      C’est un jeu d’échec avec pas-mal de coups d’avance qui me laisse penser que derrière le Srko il y a qqchose qui rumine bien, une sorte de polygastrique qui attend patiemment son heure. A priori l’accélération des événements n’a pas l’air d’en perturber le déroulement de sa partie de poker.

    • “Si j’étais allemand, je serais fier, même en regardant la Grèce, du fait que le produit à forte ingénierie venu d’Allemagne qui a le plus de succès, l’euro, grâce à sa diffusion à travers l’Europe, ait apporté les principes de discipline budgétaire, d’économie de marché et tout le reste aux régions les plus périphériques et les moins enclines d’Europe, a-t-il affirmé.

      M. Monti devait rencontrer dans l’après-midi le président américain Barack Obama à la Maison Blanche.”

      ça n’a pas du les rendre trop nerveux, finalement..

    • “Il a félicité les Italiens pour leur adhésion aux réformes. Selon lui, ils avaient une demande refoulée de gouvernance. C’était le système politique qui peut-être était un peu hésitant à offrir normalement cette gouvernance.”

      Merci docteur Monti.

  2. Le chantage se fait aussi avec la Hongrie ! C’est devenu une manie dictatoriale européenne !

    La Hongrie bannie de l’UE ?

    EUobserver titre : « Kroes menace la Hongrie de l’option nucléaire ». Ce que l’agence de presse appelle l’option nucléaire, c’est l’article 7 du traité européen, qui permet de suspendre un pays de l’UE. C’était hier, lors d’une audition du commissaire Neelie Kroes et du vice-Premier ministre hongrois Tibor Navracsics devant une commission du Parlement européen. Il s’agissait une fois de plus de la nouvelle loi hongroise sur les médias. Neelie Kroes a dit qu’elle espérait que le gouvernement hongrois allait demander au Conseil de l’Europe ce qu’il pense de cette loi et suivre ses recommandations.

    http://euobserver.com/9/115209

    « On le fera dans la mesure où ces propositions n’iront pas contre les acquis de la Constitution hongroise », a répondu Tibor Navracsics du tac au tac. Le Conseil de l’Europe doit donner son avis, en mars, sur la nouvelle Constitution hongroise. « Ce n’est pas ce que vous m’avez dit dans mon bureau », réplique Neelie Kroes. « Excusez-moi, madame, mais c’est exactement la même chose », a répondu le Hongrois. Et Neelie Kroes de grommeler qu’elle demanderait à la Commission de « prendre les mesures appropriées », avant de quitter la salle en coup de vent sans saluer personne.

    La Commission lance la procédure de bannissement selon l’article 7 (la suspension des droits de vote au Conseil) mais il faut un accord unanime des 26 autres Etats.

  3. stuff ’em in there!” don’t, seriously. search…

    engines run algorithms that find blogs that pack posts with keywords and punish them. i am not saying use few keywords. confusing? okay, here’s what you do: use the keyword around three times in your opening paragraph and maybe twice in…

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici