Hausse ou baisse de l’Euro à CT ?

195

Par Menthalo –  L’Euro après une longue période de chute, s’est retourné pour un rallye haussier le 13 janvier, après un plus bas à 1,26.

Le 27 janvier, la hausse de l’Euro s’est essoufflée à 1,32.  Les cours ont consolidé de 38,2% de cette hausse, marquant un palier de 7 jours de bourse.

Le 7 février, forte jambe de hausse de 3 jours, qui amènent les cours à 1,333, avant que les Vendeurs ne prennent la main et ne fassent baisser l’Euro.

Les cours sont enfermés dans un triangle. Le premier support va casser le 14 février. La chute est stoppée par le support du premier jour de hausse. Ce support sera cassé mercredi 15 et recassé violemment le 16 février. La chute jeudi en matinée donne à penser que le rallye haussier est terminé et que la chute de l’Euro va reprendre sa pente initiale vers les 1,26.

La chute s’est arrêtée  sur 1,2978. Aucun hasard à cela… cette valeur représente exactement 50% du  retracement de la jambe de hausse depuis le 13/01.

Cette consolidation de la hausse selon Fibonacci laisse entrevoir la possibilité d’une jambe de hausse beaucoup plus puissante de l’Euro.

Si on considère le graphe en Hebdomadaire,  ci-dessous, on voit que l’Euro évolue dans un large canal. Il en a touché la limite supérieure fin octobre, avant d’aller toucher la limite inférieure mi-janvier. Cette jambe de baisse se devait d’être consolidée par un retracement de 23,60%  38,20%  50% voire 61,8%.

Comme on le voit, le retracement de 38,20% de la baisse a été fait amenant l’Euro à 1,32…

Si un retracement devait être fait à 50%, cela amènerait les cours à 1,34 mi-mars, en contact avec la limite supérieure du canal (en rouge). Ce timing correspond à peu près aux difficultés attendues la troisième semaine de mars dans la crise de la dette en Europe. Il permettrait aux indices et notamment au S&P500 de terminer la figure en  “maison avec dome” avant la chute attendue des bourses.

L’argent (silver) pourrait aller toucher la limite haute du canal baissier en continuant sa latéralisation vers 35$.

Pour l’instant les métaux précieux sont cappés. Dés qu’ils s’approchent d’une limite haute, les banksters vendent lourdement.

Néanmoins, rien n’est joué. 

La Moyenne Mobile à 20 semaines baissière chapeaute les cours.

La résistance à 1,32 peut bloquer la hausse. Le cas échéant, l’Euro aurait fait une figure en Epaule Tête Epaule … avant de retomber plus bas.

Nous terminons la semaine avec deux scénarios possibles pour les monnaies, pour l’or et pour l’argent. L’un haussier, l’autre baissier. Ces deux scénarios peuvent être également défendus avec d’excellents arguments pour l’un ou l’autre direction.

Jeudi 23 sera un jour clé avec l’expiration des options Gold  & Silver sur le Comex. C’est un jour qui marque souvent un point bas.

Nous verrons si les Banksters mènent une attaque ou s’ils se réservent pour le mois suivant. Une attaque majeure la semaine prochaine amènerait les cours de l’or à 1645$,  alors qu’un raid équivalent fin mars enverrait l’or sur 1.600$. Pour moi, l’or n’ira pas plus bas.

Ceci n’est que du court terme. Pour ne pas avoir à corriger les mauvaises interprétations des lecteurs, je répète que cette longue correction des métaux précieux est extrêmement haussière à moyen terme. Mon objectif personnel est un doublement des cours de l’or avant 12 mois. L’Argent devrait faire beaucoup mieux.

15 Commentaires

  1. C’est analyses sont très intéressantes et formatrices, mais reste beaucoup de questions en suspend par manque de connaissance de la finance et volonté de se préserver. Placer dans de l’argent physique est possible pour des petites sommes, mais dès que vous voulez placer 30 000 euros comment faire, cela représente beaucoup de lingots introuvables et difficilement portables, les ETFS sont dites à risque alors où est la solution pour acheter de l’argent et passer la crise au mieux ?

  2. Bonjour à tous,

    Il semble que la parité €/$ s’éloigne de plus en plus,( j’en parle en vain depuis quelques temps) malgré la crise grecque, Irlandaise,Portugaise et surtout les refinancements énorme de l’Italie l’euro ne baisse plus, alors plutôt que de supputer je conseil vivement à ceux qui en ont encore les moyens de se positionner sur l’or le plus rapidement possible.

    Je suis assez d’accord avec menthalo il est fort probable que l’or double au court des prochains semestres je parierais même sur des prix dépassant l’entendement sur quelques séances quand Q3 sera officiel(la chine haussera surement le ton) et que les autorités auront eu le courage d’affronter les marchés et assumerons des décotes des dettes souveraines de l’ordre de 30 à 50% (après les élections française en Europe, et au USA peu être bien avant les élections sauf si le $ s’effondre avant) .

    Pour le silver je serais plus prudent c’est avant tout un métal industriel et avec la dépression qui nous guette je ne serais pas surpris que les banksters en profitent pour faire s’écrouler le marché papier histoire de rafler tout le physique.

    Le silver c’est le marché haussier du siècle sauf si vous êtes cardiaque .

  3. @ Syndney

    Si vous vivez en ville et en appartement c’est effectivement compliqué, mais si vous êtes à la campagne ou que vous disposez d’un jardin…… pour éviter que les métaux s’altèrent (dans des conduites en pvc enterré à un mètre minimum pour contrer les détecteurs de métaux).

  4. @ Menthalo
    Tu l’a vu passer celle la ?
    La justice italienne a mis la main sur 6000 milliards de dollars de faux bons émis par un réseau criminel international. Même si elle est la plus importante jamais réalisée, cette saisie n’est pas la première en Italie.

    En cette période de turbulence sur les marchés de la dette européenne, les bons du Trésor américain suscitent les convoitises des réseaux mafieux. La justice italienne vient ainsi de saisir des faux bons d’une valeur de 6000 milliards de dollars, jalousement gardés dans trois coffres-forts en Suisse.

    Cette saisie résulte d’une enquête lancée sur les clans mafieux dans la zone du Vulture-Melfese, dans la région de Basilicate (sud du pays), a expliqué le procureur du tribunal de la ville, Giovanni Colangelo. L’enquête a permis de mettre au jour «un réseau international autour de ces titres avec des personnes impliquées dans de nombreux pays», ajoute le magistrat. Cette opération est «la plus grande jamais lancée dans ce type d’enquête». Huit personnes ont pour l’instant été arrêtées en Italie.

    De Hong Kong à Zurich

    Selon le magistrat, les coffres-forts contenant les bons ont été transportés de Hong Kong à Zurich en 2007. Le réseau aurait cherché à placer les faux titres jusqu’en janvier dernier, dans des pays émergents ou dans des établissements bancaires. Des experts de la Banque centrale américaine (Fed) et de l’ambassade américaine à Rome, qui ont examiné ces faux titres, ont estimé qu’une grande partie d’entre eux était des contrefaçons d’excellente qualité.

    L’autre astuce consistait à fabriquer des bons datés de 1934 et de les placer dans des coffres-forts qui contenaient chacun une contrefaçon du Traité de Versailles de 1919. En cas de contrôle, les membres du réseau pouvaient ainsi justifier la présence de cette immense quantité d’argent comme faisant partie des échanges financiers entre les puissances ayant remporté la Première Guerre mondiale.

    «Les opérations de contrefaçon des titres, de déplacement des coffres de Hong Kong à la Suisse, les voyages dans le monde entier des membres de ce réseau ont un coût énorme et nous pensons donc que les intérêts derrière cette affaire sont à un haut niveau», a-t-il dit.

    D’après le parquet de Potenza, d’autres bons du Trésor pourraient encore être cachés. L’Italie est d’ailleurs coutumière de cette pratique. En septembre 2009, les autorités du pays avaient saisi des faux bons du Trésor américain pour une valeur de 116 milliards de dollars trouvés dans un colis à l’aéroport de Milan-Malpensa et avaient arrêté deux Philippins impliqués dans cette affaire. Ces faux bons étaient eux aussi datés de 1934. En juin de la même année, la police financière italienne avait arrêté deux Japonais à la frontière entre l’Italie et la Suisse qui avaient caché de fausses obligations américaines pour une valeur totale de 134 milliards de dollars, dans le double-fond d’une valise.

    http://www.lefigaro.fr/conjoncture/2012/02/17/20002-20120217ARTFIG00518-quand-la-mafia-s-interesse-aux-bons-du-tresor-americain.php

  5. Oui… j’avais fait un papier sur le sujet en renvoyant sur le site de adscriptor… j’ai échangé avec Jean Marie Le Ray à ce sujet….
    et je viens de lire des tonnes de documents, plusieurs heures de lecture concentrée,

    si cela vous branche suivez les liens sur tfmetalsreport d’hier …
    C’est absolument passionnant et infiniment profond ….

    Si on sait que Roosevelt pensait que le Nouvel Ordre Mondial était DEJA établi en 1934 …
    Il recevait donc un trésor de différentes nations pour instaurer la Paix Universelle et oeuvrer au bien de l’humanité…
    mais on sait ce qu’il en a fait …
    Ceux qui ont financé se sont fait avoir dans les grandes largeurs…
    ————-
    Un procès a eu lieu a La Haye au sujet de ces T-Bonds et la Fed a perdu le procès…
    elle doit rendre l’or …
    L’or était sous le WTC … et il y a eu le hold-up du siècle pendant le 11 septembre …
    Bon… je connais les rebondissements suivants, mais cela mériterait un article et du temps

    et je suis en wek-end 😉

    • @ Menthalo;

      J’ignorais cette histoire d’hold-up sous le World Trade Center….
      Sur la manigance et tout son corollaire d’arnaques, politiques et maffieuses, oui notamment grâce aux révélations techniques sur Nexus, mais pas cet étrange “détail”.
      Combien y avait-il d’or ?
      C’est ha-llu-ci-nant que cette affaire, bluffant !
      Bon week-end.

    • Juste un détail, il doit bien y avoir une compagnie d’assurance qui ait couvert le stock, ou c’était sous surveillance d’ETAT ?????????
      Ce qui voudrait dire que plusieurs administrations aient été mouillées dans l’affaire…. Bigre, ça fait du monde à contrôler. Tôt ou tard, il y aura des fuites, c’est presque sûr.
      C’est la fin annoncée d’un Empire. Néron récitant des vers devant l’incendie de Rome qu’il commandita…….
      Aste undar on !

  6. Quelques Considérations sur les marchés des métaux précieux
    Qu’on le déplore ou non, la stricte objectivité consiste à reconnaitre que l’or et l’argent-métal exprimés en USD ont enregistré en 2011 un renversement majeur de leur tendance haussière commencée il y a près de dix ans et que le dollar US lui-même (considéré sous la forme du US Dollar Index) a enregistré en 2011 un renversement majeur de sa tendance baissière ayant également commencé il y a prés de 10 ans. La plupart des investisseurs, abreuvés de faux signaux contradictoires émis par les banques centrales comme par les grandes banques privées et de nombreux gestionnaires, n’en n’ont pas encore tiré les conclusions qui s’imposent.

    A savoir qu’il est fort peu probable que les résistances respectives vers 1.922 et 50 USD l’once sur l’or et sur l’argent-métal puissent être franchies à la hausse tant que le dollar US ne reprendra durablement pas sa baisse. Et qu’il est prévisible que les deux métaux précieux précités aient entamé une baisse d’assez longue période qui pourrait les faire chuter vers 1.200-1.300 et 16-18 USD l’once avant de trouver des supports solides leur permettant de se stabiliser. Il n’y a qu’en euros et autres monnaies désormais faibles que l’or et accessoirement l’argent-métal puissent encore monter, puisque ces deux métaux en réalité ne voient leurs prix s’apprécier que lorsque les monnaies dans lesquelles ils sont exprimés baissent.

    La hausse du dollar US étant loin d’être terminée puisque que la zone euro n’est pas viable dans sa forme actuelle, faute d’acceptation par l’Allemagne d’une mutualisation complète des dettes actuelles et futures des PIIGS et autres Etats regroupées en un seul type d’instrument et nouvellement émises via des eurobonds (avec garantie inconditionnelle par l’État allemand ou par la BCE de leur remboursement final), tout permet de penser qu’une chute de la monnaie unique européenne en direction des 1,15 USD voire à parité est plus que probable lorsque le processus d’éclatement de ladite zone deviendra inévitable. Ce qui pourrait alors aussi provoquer des ventes d’or en panique, tant de la part de certaines banques centrales nationales européennes, de la BCE ou du FMI, pour lever du cash en dollars US et faire face à certaines situations d’urgence liées au risque de défaut sur les dettes nationales européennes. On notera, enfin, qu’il n’y a pas que contre l’euro que le dollar US monte mais aussi contre le franc suisse et plus récemment contre le yen japonais.

    Le retournement à la baisse des métaux précieux exprimés en USD tient également au renversement des anticipations inflationnistes initialement suscitées du fait de la création massive de monnaie ex nihilo par les banques centrales (en particulier les Quantitative Easing aux USA et en Grande Bretagne et les LTRO en zone euro) qui ne se sont pas encore concrétisées puisque, cette liquidité n’étant pas rentrée dans l’économie réelle mais étant allée sur les marchés financiers (actions et obligations américaines en dollars US surtout) en ou étant restée dans les livres des grandes banques privées qui les ont reçues (voire étant revenue dans les livres des banques centrales elles-mêmes), il n’y a pas eu d’accélération de la vitesse de circulation de la monnaie (condition nécessaire à l’inflation) qui au contraire est en nette décélération. Sans compter que le poids des endettements étatiques massifs et le fort ralentissement économique (apportant chômage de masse et perte généralisée de pouvoir d’achat des consommateurs) ont continué d’exercer une pression déflationniste globale sur les économies réelles occidentales, même si la plupart des prix des biens, marchandises et services au détail ne baissent pas faute d’élasticité de l’offre via plus de concurrence.

    Deux autres facteurs militent pour une correction baissière durable des métaux précieux exprimés en dollars US:

    – Premièrement, en raison de l’explosion de leurs coûts de production, la plupart des sociétés minières ne réalisent plus de profits si l’or et l’argent ne se maintiennent pas durablement au dessus de 1.650 et de 28 USD l’once respectivement, ce qui va les obliger à recourir de plus en plus à l’arbitrage, c’est-à-dire à la vente à terme systématique de leur production actuelle et future. Un facteur éminemment baissier pour les cours de leurs actions comme des métaux eux-mêmes, comme on a pu le voir dans le passé. La situation est même pire pour les sociétés produisant du platine qui disent avoir besoin d’un prix de 1.900 USD l’once pour rester rentables alors que le prix actuel du platine n’est que de 1.600, ce qui explique que ce métal a été incapable de remonter au delà de son plus haut à 2.300 atteint en 2008.

    – Deuxièmement, les bullion banks, qui opèrent pour leur propre compte sur les marchés des métaux précieux pour accumuler des profits financiers à la hausse comme à la baisse comme pour se financer (carry trade) à partir des métaux qu’elles empruntent à des taux très bas aux banques centrales (lesquelles les leur louent via les gold ou silver loans) puis qu’elles vendent aussitôt à terme, ont repris ces ventes à découvert à grande échelle dans le but de “squeezer” les sociétés minières en les forçant à vendre leur production ce qui, faisant chuter les prix des métaux, assurerait auxdites bullion banks des profits importants.

    A noter que les opérations des bullion banks, américaines pour la plupart, se font avec la “bénédiction” de la Federal Reserve qui s’oppose à l’appréciation des prix de l’or et accessoirement de l’argent-métal dans la mesure où elle pourrait remettre en question le rôle du dollar US comme monnaie mondiale, en précipitant une réforme du Système monétaire international dans le sens du rétablissement de l’étalon-or ou du bimétallisme, dont les banquiers centraux ne veulent évidemment pas parce qu’elle les priverait de tout pouvoir monétaire et donc de leur possibilité de manipuler les économies et les marchés. A ce sujet, on doit bien convenir que nous ne vivons évidemment plus en Occident dans un système démocratique et décentralisé libéral d’économies de marché où les prix sont fixés par la loi de l’offre et de la demande, mais dans des économies fortement étatisées et centralement planifiées (proches de celle de l’ex URSS) gérées par des banquiers centraux keynésiens non élus (les nouveaux apparatchiks) qui décident seuls des taux d’intérêt, de la quantité d’argent émise et du prix des principaux actifs pour le plus grand bénéfice des grandes banques privées et de quelques super riches, sans avoir à en rendre compte ni aux gouvernements ni aux peuples. Pour ces banquiers centraux, la conjoncture actuelle est hélas idéale pour qu’ils donnent un coup de massue sur les métaux précieux, une classe d’actifs dont ils espèrent détourner les investisseurs puisqu’ils veulent promouvoir les actifs de papier qu’ils émettent et non pas les actifs réels, comme l’or qui reste pour eux “la relique barbare” ainsi que la stigmatisait le calamiteux Keynes alors même que le métal jaune, n’étant pas imprimable par nos manipulateurs, constitue l’expression de la Liberté (une valeur qui ne figure évidemment pas dans les politiques dirigistes qu’ils poursuivent).

    Plus que jamais, une stratégie Long+Short, comme celle que nous pratiquons, s’impose sur les marchés des métaux précieux. Si l’on a des actifs importants en métaux précieux physiques exprimés en USD, il est à conseiller de les arbitrer sans tarder via l’achat d’ETF ultra short métaux en dollars US (comme les GLL et ZSL). Quant aux actions des sociétés minières, qui ont d’ailleurs constamment sous performé la hausse des métaux depuis plusieurs années (comme le montrent leurs indices GDX ou HUI), il importe d’en sortir et de les oublier pour longtemps en raison du risque de forte chute qui ne manquerait pas d’affecter leurs cours en cas de baisse additionnelle sensible des prix des métaux eux-mêmes, sans parler d’une forte correction des marchés d’actions en général (actuellement surachetés) qui affecterait négativement les actions des sociétés minières beaucoup plus que d’autres en raison de la stagnation voire de la disparition à venir de leurs profits.

    http://www.forum-monetaire.com/

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici