Goldman Sachs : une des pièces maîtresses du cartel bancaire – Partie 2

322

Extraits du numéro 243 de LIESI – Suite de cet article Partie 1.

Avant de devenir Secrétaire au Trésor US (du 3 juillet 2006 au 20 janvier 2009), Henry Paulson occupait le poste enviable de président de Goldman Sachs. En 2005, les employés de Goldman Sachs gagnaient en moyenne 58 fois le salaire minimum européen. La Firme vendait de la dette subprime à ses clients (dont des hôpitaux, des universités et des fonds de pension) et, dans le même temps, misait sur la chute de ces titres !

Ensuite, survint l’un des événements nécessaires pour obtenir la « bonne crise majeure » (annoncée par David Rockefeller en 1994) qui doit servir de tremplin au Nouvel Ordre Mondial, annoncé par exemple par Paul Warburg, en 1953. Avec la crise des subprimes, 30 000 milliards de dollars d’actifs disparurent. Grâce au soutien de dernière minute d’un leader démocrate (un certain Barack Obama), Henry Paulson obtint du Congrès que l’on rajoutât 700 milliards de dollars de dettes sur le dos du contribuable. Secrétaire au Trésor de l’administration Bush, Henry Paulson eut le toupet de transférer les dettes pourries des banques aux Etats européens.

Obama est alors devenu président des Etats-Unis. Depuis, il danse au rythme de Goldman Sachs. Son secrétaire Tim Geithner est aussi très lié à Goldman Sachs. Or, il a clairement affirmé, lors de son dernier passage en Europe (réclamant des Européens qu’ils devaient payer pour la Grèce), que c’était lui le patron (par intérim) !

Mais revenons en 2007, au début de « la crise ». Comme Goldman Sachs vient d’annoncer une perte de 700 millions de dollars [ce qui lui permet de contrer les accusations de manipulation], la Firme réclame un changement de statut, ce qui lui est accordé par la Banque centrale américaine et lui assurer un renflouement très convenable. Goldman Sachs peut ainsi poursuivre son œuvre de démolition contrôlée.

Goldman Sachs et Les Associés de la Firme

Ce n’est malheureusement pas tout. A l’époque où Goldman Sachs mettait en scène la future crise des subprimes, l’un de ses employés modèles, Mario Draghi, vice-président de Goldman Sachs pour l’Europe entre 2002 et 2005, était chargé des « entreprises et pays souverains ». A ce titre, « l’une des missions est de vendre le produit financier “swap” permettant de dissimuler une partie de la dette souveraine, qui a permis de maquiller les comptes grecs », ce qui allait permettre de faire rentrer la Grèce dans l’Euro, donc la contamination dont les effets deviennent aujourd’hui visibles pour tous. Mario Draghi est aujourd’hui président de la BCE. Rappelons que Draghi gérait la Banque centrale italienne au moment où le pays accumulait l’un des plus grands tas de dettes de la planète.

Le trucage des comptes grecs fut obtenu grâce à la complicité d’un certain Lucas Papadémos, gouverneur de la Banque centrale hellénique (entre 1994 et 2002) et vice-président de la Banque centrale européenne pendant des années. Lucas Papadémos est devenu Premier ministre grec.

Et qui est aujourd’hui responsable de l’organisme gérant la dette grecque ? Petros Christodoulos, un ancien de Goldman Sachs. Il a dirigé la National Bank of Greece (la première banque commerciale du pays), laquelle a racheté une partie du “swap” de Goldman Sachs dont on vient de parler. Rappelons que Goldman Sachs et ses complices grecs ont pu dissimuler la bagatelle d’un milliard d’euros de dettes. Et la même opération concerna plusieurs dizaines de grosses banques. Selon un banquier connaisseur, cela représente des milliers de milliards d’euros d’obligations financières, en grande partie cachés au public !

N’oublions pas qu’avant le domino grec, il y eut la dette irlandaise. Or, qui a joué (dans des conditions scandaleuses) un rôle-clé dans le sauvetage de l’Irlande ? Peter Sutherland… ex-président de Goldman Sachs International, dont il est resté l’un des administrateurs. Autre précision : Goldman Sachs fut impliquée dans la crise financière russe. La Firme conseillait la Russie tout en spéculant contre sa capacité à payer sa dette !

Récemment, la presse a fait état de la démission du Portugais Antonio Borges, directeur du Département Europe du FMI. Pendant huit ans (2000-2008), il fut l’un des dirigeants de Goldman Sachs International, la filiale européenne de la banque d’affaires américaine, sise à la City de Londres. « Antonio Borges, 63 ans, n’aura passé qu’un an à Washington, mais à des fonctions qui l’ont amené à superviser des prêts parmi les plus importants de l’histoire de l’institution : à la Grèce (30 milliards d’euros) et à l’Irlande (22,5 milliards), deux pays membres de la zone euro ». Dans les années 1990, alors à la Banque du Portugal, il participa activement à la création de la monnaie unique.

On peut encore ajouter cette autre perle : Paul Achieltner, conseiller du directeur général du Fonds Européen de Stabilité Financière (FESF), président du géant allemand de l’assurance Allianz, a travaillé douze ans pour la banque d’affaires américaine !

Bill Bonner a donc raison d’écrire ces lignes : « Les plus grands banquiers et les plus puissantes autorités politiques et économiques se révèlent souvent être les mêmes personnes. Ils gagnent des millions durant leur carrière privée — en vendant de la dette. Puis, durant leurs carrières publiques, ils s’assurent que leurs anciens employeurs s’en sortent indemnes. A eux tous, on estime qu’ils ont ajouté 15 300 milliers de milliards d’euros aux dettes publiques de la planète ces trois dernières années ».

51 Commentaires

  1. Très bon article je savais pas qu’il y avait un président du FESF et qu’il était conseillé par ” un requin de GS ”
    C’est hallucinant ils sont vraiment de partout …
    Par contre je crois qu ‘il y a ” une coquille 15 300 milliers de milliards ”

    Cordialement

  2. et bientot un litre d essence a 5 euro,(iran) . plus les dispositions prises par les usa,(NDAA,EEA,et autres) avec les fameux camps de “réfugier”? de la FEEMA (a voire,barbellé,et compagnie) leur armada est toutes sorties, il va y avoir un gros coup ,et il est pour les mois, ou les semaines avenir. les domsday prepeer ont pour une foi vue juste, l humanitée va male ,notre terre est malade,mais iles ont le remede (ruine,guerre,épidémie,famine)

  3. blague du jour

    “Alain Soral · 2 765 abonné(e)s
    il y a 9 heures ·
    “Vends TMax Yamaha 600 en parfait état. Région Toulouse.Urgent !”

  4. William Milton Cooper commentant le film “2001 l’odyssée de l’espace”:

    “Voyez-vous, le singe qui cassait le crâne avec l’os dans le désert, était le premier “prêtre des école des Mystères”. Et c’est ce premier prêtre qui commença à initier les autres aux secrets.

    Ce sont eux qui sont responsables, selon mes recherches, de la plupart des découvertes et du développement scientifique, ainsi que du cours du monde et du progrès matériel de la race humaine.

    Car ce sont eux qui ont appris, ce sont eux qui ont développé les sciences, ce sont eux qui ont dissimulé puis utilisé leur science, leur connaissance, et leurs secrets, pour gouverner les autres. En général, pas en étant roi, mais en tant que conseillers et prêtres des rois, en étant le pouvoir derrière le trône, dans les temps anciens, et même aujourd’hui.

    Ils ont gouverné dans l’ombre, et se disent être les gardiens des secrets des âges.”

    http://leschroniquesderorschach.blogspot.ca/2012/03/2001-lodyssee-de-lespace-lillumination.html#more

    • @Al,
      Non, je ne peux pas vous laisser dire cela. C’est un amalgame qui rend la réflexion biaisée. Il n’était pas intouchable sauf s’il était manipulé par des groupes de l’Etat profond, comme avec le Gladio mais cela est un autre sujet.
      S’il n’a aucun lien avec des décideurs français, alors cela prouve simplement que le phénomène de talibanisation de quelques éléments est très mal géré par l’Etat.

  5. Note secrète, sur la conduite des dernières semaines de campagne. ( BLOG jacques-Attali, paru dans L’EXPRESS du 19/03/2012 ).

  6. Si je résume bien, après la seconde guerre mondiale les Etats Unis encouragent la création de l’Europe et l’un de ses banquiers maquille les comptes de la Grèce pour insérer un cheval de troye. Le but de la création de l’Europe et de l’Euro est de spolier les peuples de leurs économies par une future crise financière et de leur souveraineté par l’Europe mais aussi par les USA plus tard car ils ne font rien qui ne soit pas dans leur intéret. Pour déclencher la crise financière les banquiers US créent une bulle à partir des subprimes qui pillera en même temps les Américains et les autres peuples à cause de la mondialisation des échanges. La bulle financière éclate, des pays européens se retrouvent en difficulté et la seule façon de régler le problème selon les politiques français sous la coupe US, c’est de mutualiser les pertes et de donner plus de pouvoirs à Bruxelles pour toujours plus d’Europe. Comme la BCE n’est pas suffisamment solide pour faire face à l’ampleur de la catastrophe, le FMI apporte son aide. Le FMI dont le principal contributeur et actionnaire est les USA, de par son aide crée donc une certaine dépendance à ces derniers. Ainsi donc la dictature européenne sera renforcée par le MES prochainement et l’Europe a une dette envers le FMI et son principal contributeur, la boucle est bouclée. En plus des LTRO, la BCE est obligée d’emprunter des dollars pour faire face au manque de liquidités.
    Dans ce cas, il n’est pas envisageable pour ceux qui ont fomenté ces complots envers les peuples européens de faire éclater l’Europe qui a permis de spolier la souveraineté des peuples en plus de leurs économies, au contraire il ne leur reste plus qu’à en profiter en pressant les peuples plus fort.
    Bien que l’Europe est tiraillée entre 2 grandes puissances, les USA par la France et la Russie par l’Allemagne de par un oléoduc et Merkel qui serait un ancien agent communiste de la RDA (mais qui a décidé d’abandonner le nucléaire quitte à se rendre dépendant à moyen terme de pays exportateurs comme la France et qui a proposé son ministre des finances W. Schauble pour prendre la tête de l’eurogroupe), elle n’est plus totalement indépendante. Finalement, la crise financière a renforcé l’Europe qui progresse par la dictature monétaire de l’Euro et du MES mais aussi par la création d’euro-régions (Aquitaine / Euskadi et pyrénées / méditerranée) dans le but de démanteler les états nations.
    Les anciens banquiers us, comme Draghi, Monti et Papadémos prennent de plus en plus de postes à responsabilités. Plusieurs nominations de haut rang sont attendues en Europe, avec dans certains cas des Allemands en lice. Outre la présidence de l’Eurogroupe, il s’agit de désigner les présidents du fonds de secours européen MES ou encore de la Banque européenne pour la reconstruction (BERD), ainsi que de pourvoir un poste à la Banque centrale européenne (BCE).
    Bref, la crise a affaiblit l’euro mais renforcé l’Europe et sa dépendance aux USA et a donc atteint ses buts ! On voit donc mal l’Europe éclater après s’être donné tant de mal pour spolier les peuples de leur souveraineté et leurs économies, et ce n’est qu’un début !

    • oui elle éclatera pas comme on le pense, elle se transformera en un ensemble de pays de plus en plus pauvre et sous contrôle étranger, c’était le but.

      Après ça on nous dit que la conspiration c’est du vent :p
      ou que asselineau est un agent du système hum lol, y’en a des fois, il faudrait qu’ils réfléchissent deux seconde avant d’écrire des b^tise de ce genre, le mec était blacklisté des médias, ses conférences dénonçait tout ça.

      Place à cette magnifique élection, ou plutôt pièce de théâtre, ou chacun à son rôle, direction, la nouvelle Europe, tous contrôlés et tous pauvres.

      • @ Geraldine , et Antilluminati

        Conernant le FN, vous avez des sources ?
        Car moi je n’ai jamais rien trouvé concernant un lien quelconque avec le NOM. Donc si vous avez quelque chose, je suis preneur;

  7. Pour Asselineau c’est fini les présidentielles 2012, il va vous falloir appliquer votre plan B, si vous avez prévu une alternative (ne pas voter ou voter pour un autre ou attendre pour soutenir une révolution, …) !

  8. BCE : calme après et avant les turbulences
    Rédigé par jp-chevallier dans la rubrique Banques Européennes

    Les Marioles de la BCE savourent un peu de calme apparent après les grandes turbulences qui ont failli provoquer la chute monumentale des dominos euro-zonards et avant les prochaines turbulences prévisibles : ils ont été obligés d’emprunter 90 milliards de dollars à la Fed fin février pour les prêter à des banques de la zone qui risquaient d’être en défaut de paiement en cette devise, comme cela s’est produit début mai 2010, ce qui a provoqué un krach éclair.

    6 banques ont demandé et obtenu aujourd’hui 1,8 milliards de dollars seulement pour 7 jours,

    Document 1 :

    La Fed n’a prêté que 51 milliards de dollars à la BCE depuis le début de ce mois de mars,

    Document 2 :

    Les Marioles de la BCE utilisent des expédients pour faire croire au bon peuple crédule que tout va bien tant que le tsunami n’a pas eu lieu.

    Une petite remarque : les astuces comptables utilisées par les Marioles de la BCE pour équilibrer leur bilan correspondent à de la création monétaire puisque une partie des 1 000 milliards d’euros prêtés à 3 ans n’a pas été compensée par des dépôts à court terme de même montant.

    Une fois de plus, le bilan de la BCE est un bikini qui ne montre qu’une partie de la réalité en cachant ce qu’on aimerait connaitre de plus près.

    Le maquillage comptable semble porter sur une centaine de milliards d’euros environ, ce qui n’est pas catastrophique mais plus que symbolique.

    Les Américains qui savent lire les bilans de la BCE (dont B-2) doivent être morts de rire !

    http://chevallier.biz/2012/03/bce-calme-apres-et-avant-les-turbulences/

  9. bonjour a tous.

    cette affaire des crimes de Toulouse tourne vraiment en affaire Politique récupe de UMPS ,

    ça en deviens écoeurant meme.:(

    pensons aux morts de toutes les confessions et prions pour leur repos …

  10. Je rajoute avoir lu quelquepart que l’on ne peut sortir de l’euro sans sortir de l’Europe, donc l’euro n’éclatera pas (sauf volonté souveraine de quitter l’euro et l’Europe) mais il sera très affaibli, il en résulte que le prix des biens importés va augmenter et ce d’autant plus que les prix du pétrole grimpent eux aussi (hausse du cout logistique et de fabrication des produits contenants du pétrole) !
    Si des banques sont en faillite certaines pourraient être nationalisées ou pire avoir le même destin que d’autres banques comme dexia, à savoir création d’une junk banque avec garantie d’état et reprise de la nouvelle structure vidée de ses actifs pourris par des actionnaires en grande partie privés, selon le mêm modèle de mutualisation des pertes !
    Ceux qui font le système maitrisent les règles du jeu et ne le feront jamais mourir, ce sont toujours les peuples qui paieront par l’instauration de diverses taxes, dont surement l’une concernera une hausse de taxe sur les plus-values à la revente des métaux précieux !

  11. Même si l’on a envie de faire confiance à certains politiques et même si l’un d’eux prend de bonnes résolutions, il n’en reste pas moins que le système est faillible et que les politiques suivants pourraient reprendre de mauvaises habitudes, c’est donc le système qu’il faudrait réformer mais là il faut attendre que la majorité le décide et ne soit pas manipulée au profit des élites ! L’histoire qui s’écrit sous nos yeux nous dira dans quelle direction l’avenir nous projète, l’après élections sera donc important !

  12. Je compatis à la douleur des parents des victimes quelles qu’elles soient, la récupération politique est écoeurante, le criminel est démasqué et retranché dans un immeuble évacué, Juppé est allé à Israel pour l’enterrement, espérons que cela permette de tourner cette tragique page !

  13. @libresinfos;

    Vous semblez n’avoir pas compris que c’est la fin de l’euro qui mettra fin à l’expérience européenne . De plus, la monnaie n’était qu’une étape de l’intégration européenne . S’il n’y a plus de monnaie, le processus est arrêté . Il n’y a donc plus aucune raison de continuer sur le plan politique .

  14. Orgie de psychologisme et d’antiracisme sur médias de masse à propos du “forcené” de Toulouse.
    Pendant ce temps on zappe les vraies questions de la campagne présidentielle…

    • Phénomène de la pensée unique, qui nie la réalité, qu’une société ne peut pas assimiler des cultures différentes, je précise cela, les hommes n’étant que la résultante des cultures et ne peuvent s’en défaire.

  15. Si vous cherchez un site sarkosiste, je vous conseille le portail de l’internaute . Voici une question qui est posée aujourd’hui, avec choix multiple pour les réponses .

    “Après la tuerie de Toulouse, les jeux vidéo violents et leur influence sur les joueurs sont de nouveau pointés du doigt. Sont-ils de près ou de loin responsables de la tuerie de Toulouse ?”

    Je n’ai rien d’un dictateur, mais dès que le pouvoir changera, il faudra purger les médias de la vermine qui les parasite .

    • Petit résumé !

      Le chaos économique qui s’abat sur Wall Street, les PME et Washington a de multiples causes. Mais, parmi elles, les idées de Milton Friedman. Il engagea une guerre contre le New Deal. Il pensait que sans l’état, l’économie se corrigerait d’elle-même. Malheureusement, toutes ses idées ne se firent pas au nom de la liberté ni de la démocratie, mais grâce à des chocs, des états d’urgence. Une crise pour Friedman permet le changement. Et les mesures prises dépendent des idées en vigueur.

      Le premier test fut celui du Chili. Le 11 septembre, l’armée commandée par Pinochet prit d’assaut le palais présidentiel. Près de 13 000 opposants furent arrêtés. Pinochet imposa l’économie des Chicago boys ! Ce fut un échec. L’inflation un an après, s’éleva à 375% sur un an. en mars 1975, Friedman s’envola pour Santiago pour y pratiquer son traitement de choc qui alla bénéficier aux riches au détriment des pauvres. Une famille moyenne en était arrivé à dépenser 74% de son salaire à l’achat du pain.

      Pour Friedman, l’économie de marché était inséparable de la démocratie et de la liberté. Au Chili elle fut imposée par une dictature militaire avec l’assassinat de plusieurs milliers de personnes, des camps de concentration et la détention de plus de 100 000 personnes en 3 ans. D’autres pays suivirent les conseils des Chicago boys : le Brésil, l’Uruguay, l’Argentine. Dans ce dernier pays par exemple, les salaires se mirent à baisser de 40%, les usines fermèrent et les prisons et disparitions se multiplièrent. La torture était utilisée sur des étudiants et syndicalistes….des femmes enceintes furent exécutées mais après la naissance de leur enfant pour être adopté par les militaires.

      Cette situation a du causer un sérieux problème idéologique à Friedman ? Friedman était aussi opposé au contrôle des prix et des salaires car pour lui l’intervention de l’état pesait sur les libertés individuelles. Pourtant c’est ce qui fit Nixon ! Sa politique keynésienne fut un succès. Il fut réélu. Une véritable gifle pour Friedman.

      En 1979, Thatcher devint premier ministre en GB, puis un an plus tard Reagan président. Tous les deux des friedmaniens ! Au programme : Coupes budgétaires, baisse des impôts, désengagement de l’état dans les secteurs de l’industrie. Politique monétaire stable pour faire baisser l’inflation. Le chômage doubla, les émeutes éclatèrent… La guerre des Malouines sauvèrent Thatcher qui fut réélue. Celui lui permit de mettre sa thérapie de choc en place. Les mineurs restèrent presque un an en grève. On privatisa tout. Les services financiers furent dérégulés. Avant Thatcher, un PDG gagnait 10 fois le salire moyen d’un ouvrier. En 2007, 100 fois plus. Aux USA avant Reagan 40 fois. Après 400 fois.

      En URSS, ceux qui vivaient sous le joug communiste, voulaient la démocratie mais ce système néolibéral fou des oligarques, sans protection sociale… Quand l’économie de marché apparut, ce fut le chaos. Seulement une petite poignée d’affairistes amassèrent des fortunes. Les entreprises publiques furent bradées. En 1992, la consommation avait chuté de 40%. 1/3 des Russes vivait sous le seuil de pauvreté. La corruption sévissait. En mars 1993, le parlement abrogea les pouvoirs accordés à Eltsine pour le destituer ensuite par 636 voix contre 2. Eltsine ne l’accepta pas. Une centaine de manifestants furent tués, le parlement attaqué au tank… Il reprit le pouvoir et développa un capitalisme des copains créant une nouvelle classe de milliardaires. En 1998, 80% des fermes russes devinrent en faillite. 70 000 usines d’at fermées. En 8 ans, le nombre de Russes vivant dans la pauvreté avait augmenté de 72 millions alors que Moscou devenait la ville des milliardaires.

      Aux USA, Rumsfeld décida de privatiser l’armée américaine. Son adversaire c’était la bureaucratie du Pentagone. Le lendemain de sa déclaration, un avion s’écrasait sur celui-ci. Le choc du 11 septembre ! Depuis, l’industrie de la sécurité brasse plus d’argent que celle du cinéma et de la musique. 130 milliards de contrats. Ce fut ensuite une guerre soi-disant contre le terrorisme : bombardement de l’Afghanistan, invasion de l’Irak etc… On a appelé çà, le capitalisme du désastre.

      On a assisté ces dernières années à un transfert des richesses des états, obtenues grâce aux impôts du peuple, vers les gens les plus fortunés.

      Comme Obama, Friedman eut son prix Nobel. L’un pour la paix, l’autre pour l’économie !

  16. @ Al, pour moi s’il n’y a plus de monnaie européenne il n’y a plus d’europe, et bien que cela soit souhaitable, ce n’est pas à mon avis l’intéret des élites, on peut le voir dans le discours des politiques qui réclament soit plus d’europe soit une autre europe et soutiennent l’euro quoi que cela puisse couter aux peuples ! l’europe ne peut fonctionner sans monnaie commune car il faut bien financer les projets et les salaires des dirrigeants européistes ! l’europe sans monnaie j’ai du mal à y croire, à moins d’avoir une monnaie nationale et une monnaie commune, encore que cela reste compliqué à gérer ! plus d’europe = plus de budget pour l’europe et donc instauration de taxes destinées à ce budget !
    Je ne vois pas la fin de l’euro mais un gros affaiblisssement et toujours plus de taxes !
    Il est vrai que si l’europe éclate avec l’euro, il reste des états endettés envers ses anciens contributeurs mais un retour quand même à la souveraineté qui pourrait décider d’envoyer paitre ses créanciers !

  17. ce crime détourne la présidentielle des questions économiques, on ne parle plus des banques et de la grèce qu’il faut renflouer mais de la question religieuse divisant le peuple entre ceux qui voudront se débarrasser de ces “salaups” de musulmans (d’al cia), ceux qui dénonceront les racistes et ceux en petit nombre qui ont compris le piège sioniste ! il faudra donc s’appliquer à faire tourner cette tragique page et remettre la question financière sur la table avec la perte de souveraineté nationale causée par Bruxelles !

  18. le problème est moins la grèce que les autres pays comme l’espagne où les difficultés seront plus importantes, comme pour la grèce on continuera à s’endetter et le patrimoine national pourrait être revendu, mais la perte de souveraineté c’est le rôle de l’europe ! d’un côté le patrimoine sera distribué aux créanciers privés en remboursement de la dette (monuments, autoroutes payantes, …), d’un autre l’europe nous imposera toujours plus de rigueur et un abaissement du niveau de vie !
    liesi semble penser à l’éclatement de l’euro et au retour aux monnaies nationales et à une souveraineté limitée sous la houlette d’un parlement de banquiers, scénario dangereux si le peuple décide de virer les banquiers et les créanciers, l’europe avec son armée semble être plus protectrice pour eux et ils se donnent bien du mal pour la construire avec l’arrivée du mes dictatorial qui doit nous rincer gratis et sans possibilité de poursuites !

  19. l’Euro va être flinguer par l’Allemagne, qui prendra ces distances. Hors tout le monde sait que cette monnaie ne peut tenir, si la France ou l’Allemagne l’abandonnent. Donc à échéance, plus ou moins longue, l’Euro terminera au cimetière des monnaies papiers qui ont déjà occupées l’histoire de l’humanité.

  20. Les bobards d’or :

    Après une sélection effectuée par 5 000 internautes, les 250 invités de Polémia ont désigné hier les meilleurs désinformateurs. Le public a élu :

    · Télévision : Rémy Pflimlin (président de France-Télévision) pour la mise en valeur d’une fiction mensongère sur Toussaint Louverture ; un film dont le présupposé idéologique était, selon le réalisateur, de « tordre le cou à la vérité historique au nom de la vraisemblance idéologique ».

    · Presse écrite : Le Parisien qui a illustré en Une la manifestation anti-Poutine avec une photo d’une manifestation… pro-Poutine.

    · Radio : Eric le Boucher (Europe 1) pour ses propos affirmant que l’immigration est un facteur de croissance qui élève les salaires des Français.

    · Bobards de guerre : l’AFP, cette sacro-sainte agence de presse, suivie par tous ses confrères, qui n’a pas hésité à reprendre sans aucune vérification l’affirmation selon laquelle Kadhafi distribuait du Viagra à ses troupes pour qu’elles soient en mesure de violer les populations civiles.

    Une Brosse d’Or a été attribuée à Alain Duhamel pour l’ensemble de son œuvre, consacrée à servir le Système et le politiquement correct.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici