Un politicien italien s’exprime sur la sortie de crise

257

L’ancien ministre italien de l’Econo­mie Giulio Tremonti s’exprime actuellement à travers plusieurs interviews et conférences publiques destinées à présenter son nouveau livre Sor­tie de secours. Bien évidemment, il a condamné la politique menée par Mario Draghi à la tête de la BCE, une « opération de refinancement à long terme » de la BCE absolument insensée. Depuis décembre 2011, la BCE a mis à la disposition des banques 1000 milliards d’euros à un taux de 1 % sans autant apporter de résultats.

Conclusion de Giulio Tremonti : « La crise n’est pas finie, tous les facteurs l’ayant provoquée sont encore là, nous nous trouvons seulement en période de trêve ».

Le 13 mars à l’université Lateranense du Vatican, Tremonti conseillait : il faudrait plutôt « interdire les produits dérivés, une invention diabolique de l’époque récente. En ce moment, une grande ban­que internationale détient en moyenne un milliard de dollars en contrats dérivés. Pas un milliard d’investi, mais un milliard en contrats ». Ce que veut le cartel bancaire est clair: créer un montage à la Madoff. “Les banques centrales impriment, prêtent l’argent aux banques qui recapitalisent ces sommes aux dépens de la société”.

La vassalité de la la BCE aux patrons de la FED

Cette trêve a également été intimée aux agences de notation US pour la simple et bonne raison que les banquiers centraux de la BCE ont décidé d’appliquer les consignes données par le secrétaire américain T. Geithner lors de deux déplacements en Europe. Ce dernier, qui a commencé à travailler pour H. Kissinger, exigeait des Européens qu’ils adoptent la solution américaine de la planche à billets pour leur banque centrale. Mario Draghi, l’employé modèle de Goldman Sachs, a manifestement joué le rôle de chef d’orchestre…

Depuis que l’Europe s’est couchée, comme par enchantement, les agences de notation américaines sont devenues silencieuses.

Faut-il en déduire que tout est fini ?

Non, un nouvel épisode se prépare et tout semble se coordonner, d’après plusieurs analystes, avec les prochaines élections présidentielles et législatives françaises.

Comme la France va se trouver parmi les prochaines cibles, l’idéal serait de constituer une “équipe” législative au service du cartel bancaire et à même d’aspirer l’argent dans les poches de ceux qui en possèdent. C’est déjà le discours de certains. Cela rappelle certaines heures sombres d’hier et d’aucuns disaient pourtant “plus jamais ça !”

Mais les hommes n’ont-ils pas la mémoire courte ?

60 Commentaires

  1. ils n’ont pas la mémoire courte, bien au contraire, ils savent comment s’enrichir et aux dépend de qui, donc les choses ne changent jamais.

    En tout cas, super article, un bon coup d’boule à ceux qui nous prennent la tête avec les mots théorie et conspiration. =___=

  2. la trêve peut être pour lui … il doit pas émarger à 1000 euros par mois , ni à 2000…. et il doit avoir de bonnes réserves sous le pied…
    le populo lui continue sa descente aux enfers…

    • @ David,
      il peut être intéressant de voir certains “privilégiés” d’hier se lacher parce qu’ils ont été écartés du centre du pouvoir…

  3. Bonsoir à tous les blogueurs !

    je suis régulièrement les avis qui sont évoqués, et je reste volontairement anonyme.

    Cette crise m’a été annoncé par une de relation, dont la profession appartient au monde bancaire, depuis 2007.
    Bref ! tout le monde a tord et a raison. OUI , il y a une crise, NON sur les avis (divergeants) qui sont exposés.

    Si LIESI donne un avis éclairé sur l’ évolution des opportunités boursières,je préfère quant à moi rester sur des réflexions simples (j’adore).

    1- qui possède les plus grandes réserves d’or
    2- votre exposition fiscale
    3- dans quel domaine êtes-vous capable de vous auto-financer

    maintenant, je ne prétends pas avoir parole d’évangile, donc…

    Bien amicalement à toutes et à tous
    .

    • euh , NON sur les avis (divergents) qui sont exposés : c’est plus que vague. Concernant les avis divergents, sur lesquels êtes vous en accord et pour lesquels non ? si aucun en accord, quel est le vôtre ?

  4. Bâle III : les banques européennes auraient besoin de 242 milliards d’euros

    L’Autorité bancaire européenne (EBA) a simulé une mise en place anticipée au 30 juin 2011 des nouveaux critères de Bâle III.

    Le régulateur européen a réalisé un exercice d’anticipation pour les principales banques européennes. Il en ressort qu’elles auraient eu besoin de renforcer considérablement leurs capitaux si elles avaient dû satisfaire en juin dernier aux nouvelles normes de Bâle III, a indiqué mercredi 4 avril l’Autorité bancaire européenne (ABE).

    Le régulateur européen du secteur a simulé une mise en place anticipée au 30 juin 2011 des nouveaux critères de Bâle, qui doivent entrer en vigueur à partir de l’an prochain, avec des données provenant de 206 banques. Les normes de Bâle III imposent à terme un relèvement du ratio de fonds propres durs (capital social et bénéfices mis en réserve) égal à au moins 7 % du total des engagements des banques.

    20 % DES BANQUES N’ATTEINDRAIENT PAS LE RATIO MINIMAL

    La simulation de l’ABE montre que les 48 plus grandes banques européennes, celles qui ont une activité internationale et un noyau dur de capital de plus de 3 milliards d’euros, auraient eu besoin de 242 milliards d’euros pour atteindre cet objectif. Par ailleurs, seules 44 % des grandes banques atteignaient ou dépassaient le niveau cible de 7 % de ratio de fonds propres durs, a relevé l’ABE. Elles étaient même 20 % à ne pas atteindre le ratio minimal de 4,5 %.

    http://www.lemonde.fr/economie/article/2012/04/04/bale-iii-les-banques-europeennes-auraient-besoin-de-242-milliards-d-euros_1680423_3234.html

  5. Combien coûte le gouvernement ?

    René Dosière, député apparenté PS de l’Aisne, a mené l’enquête sur le train de vie de l’Etat et le coût du gouvernement.

    Les budgets de l’Elysée, de Matignon et de l’ensemble des ministères ( 32 cabinets des ministres, ministres-délégués et secrétaires d’état) représentent un coût d’ 1 milliard d’euros par an.

    En 2008, Sarkozy a décidé de rendre le budget de l’Elysée plus transparent. Auparavant, le coût de l’ Elysée était dissimulé dans les budgets d’une quinzaine de ministères. On a pu alors constater que les crédits de la Présidence avaient augmenté de 20 % entre 2007 et 2008. Ils s’élèvent à près de 113 millions d’euros en 2010.

    René Dosière pointe du doigt de nombreuses dérives : hausse du salaire du Président de 172%, coût pharamineux du sommet de l’Union pour la Méditerranée (16 millions d’euros), utilisation abusive des sondages ou encore achat d’un nouvel avion présidentiel.

    René Dosière estime le coût de fonctionnement moyen d’un ministère à environ 16,72 millions d’euros par an. Les frais de personnel représentent la première dépense (43%), vient ensuite le coût lié à la communication (32%).

    De plus, les effectifs des cabinets ministériels du gouvernement n’ont cessé d’augmenter, passant de 262 membres sous Michel Debré en 1959 à 551 aujourd’hui sous François Fillon. Pour ceux qui exercent au sein du cabinet « strict », les rémunérations individuelles des agents contractuels sont en hausse de 24 % entre 2008 et 2009.

    René Dosière pointe également la hausse du budget de Matignon de 322,7 millions d’euros en 2011 à 362,2 millions d’euros en 2012.

    200 ans après l’abolition des privilèges, nos ministres vivent toujours dans l’opulence d’Ancien Régime.

    http://www.impots-economie.com/combien-coute-le-gouverneme

  6. Préparez vous à la guerre !!!!
    La guerre est décidée, la date n’est pas importante !!!

    Pour ceux qui peuvent fuir à l’étranger tirez vous avec votre famille !!!
    En France, il y 58 réacteur nucléaires !!!

    **
    Rapport: Netanyahu Pour différer l’attaque l’Iran jusqu’à l’année prochaine

    Paul Joseph Watson
    Infowars.com
    Wednesday, Avril 4, 2012

    Un haut responsable politique du Likoud a révélé que le Premier ministre israélien, Benjamin Netanyahu, a décidé de retarder une attaque sur l’Iran que des semaines ou des mois avant l’échéance, l’année prochaine élection israélienne, la complémentarité avec d’autres rapports que l’agression militaire visant les installations nucléaires iraniennes a été reportée jusqu’en 2013.

    “Un haut responsable politique du Likoud a dit à ma source confidentielle israélienne qui Bibi Netanyahou a décidé de retarder d’une attaque israélienne sur l’Iran que quelques semaines ou peut-être des mois avant la prochaine élection prévue israélienne. Cela se produira par Octobre 2013, à moins Bibi détermine qu’il veut aller à la nation plus tôt “, écrit Richard Silverstein .

    La suite :
    http://www.infowars.com/report-netanyahu-to-delay-iran-attack-until-next-year/

    • pour toi, médusé, un site très intéressant, déjà cité sur Liesi : http://nuclearsecrecy.com/nukemap/

      pour connaitre les dégats d’une explosion nucléaire n’importe où dans le monde avec la bombe de ton choix.

      pas besoin de viser une centrale nucléaire. les bombes nucléaires russes ou chinoises viseront d’abord les grandes villes (paris, marseille, lyon, lille,…), les grandes infrastructures (ports, aéroport ou aérodromes, tunnel (type tunnel sous la manche à calais), les sites militaires.

      • @maredsous,
        Le site est juste INCROYABLE !!!

        Je viens de faire Paris avec la “Tsar Bomba 100 Mt” = Vitrifié jusqu’à : Evreux, Beauvais, Chartre, Compiègne, Provins..???

        C’est encore plus puissant que ce que je pensais !!
        6 ou 7 bombes et la France est rayée de la carte pour des siècles ?!!

        Imaginez sur des centrales ??

        A tous votez bien le 22 avril et SURTOUT le 6 MAI !!!
        OU TIREZ VOUS !!!

        Merci !!

    • Les sionistes existent par le mensonge.
      Alors ce qui dit le likoud…
      Les journaux ont repris cette info.
      Alors la source confidentielle…
      La grande manipulation continue.
      MDR, comme si Israël allait nous faire part de leur agenda.
      => Allo oui, on attaque en octobre 2013.
      Ok, merci, je passe l’info, et bonjour chez vous.

      • Bonjour,
        C’est précisément parce qu’ils sont capable de tout, qu’ils attaqueront l’Iran pour forcer la main aux états-unis entrainant avec eux le reste de l’humanité, c’est leur arme ultime le chantage à la cause juif !!

        Mais personne n’est dupe et tout le monde sait que le vrai agenda s’est eux dans cette histoire.

        Maintenant quand je dis que la guerre est décidée, c’est que les chefs d’état-majors (Russes, Chinois, Iraniens…) se fixe généralement des règles d’engagement défini à l’avance pour coordonner, les assassinats (hommes politiques, chef militaires, scientifiques..) et les frappes militaires voir prendre l’avantage dans un coup décisif.

        Et je suis prêt à parier que la situation est désormais entre les mains des état-majors dans beaucoup de régions du monde et à moins d’un miracle on y a droit cette hiver peut être avant, peut être après, cela dépendra du niveau de certitude que chacun se fera de l’autre d’engager la guerre et ce type de déclarations (info ou intox on s’en fou) nous met dedans de toute façon leurs stratèges et leurs analystes scrute toute les infos et les intox…. Ils font le tri.

        Mais une chose est sur, l’impunité d’Israël dans le monde va se terminer brutalement et nous avec, car les bulletins d’humeur n’impressionnent plus personne. Il n’y a qu’avoir la lenteur en Syrie et en Iran.

      • Israel perd son arme de chantage qui est la Shoah et la mémoire. Plus le temps passe et plus des voix s’élèvent contre l’utilisation de la Shoah à des fins politiques par le Sionisme. Et cela va se renforcer. Ce qui est triste, c’est que les vraies victimes de la Shoah seront les premiers perdants tant ce drame a été utilisé, usé jusqu’à la corde par des gens plus intéressés que concernés. Mais bon cela est un autre sujet.
        Il est possible que le Sionisme préfère enclencher le conflit quand ils considèreront que le chantage à l’antisémitisme ne fonctionnera plus ou plus assez. Ils savent qu’Israel ne pourra s’en sortir debout en tant qu’Etat : mais cela peut leur fournir une seconde shoah. dans tous les cas ils vitrifieront les pays musulmans avant (iran, Syrie et autres victimes collatérales).
        Pourquoi je pense que les Anglo-saxons et Israel frapperont les premiers ?
        Parce que la Chine, la Russie et autres ne sont pas au bord du gouffre, ce qui n’est pas le cas des USA, de la GB et d’israel. Israel (surtout le Sionisme pour la raison que je viens d’évoquer). Les USA et la GB ne peuvent pas éternellement faire fonctionner la planche à billet et la méthode Ponzi. Cela ne peut que leur péter à travers la figure. Sauf s’ils lancent la destruction massive avant. Alors, tout le monde se foutera éperduement de la crise financière. La guerre va tout nettoyer mieux qu’une cure d’austérité.
        Tout peut se passer en false flag pour que les manuels d’Histoire se rappellent d’une agression de l’axe du mal contre les gentils occidentaux mais ces occidentaux n’ont pas le choix.

      • @librezen,
        La Chine et la Russie sont directement menacé par la possibilité d’une frappe massive contre les pays musulmans et de l’Iran.

        Et je sais qu’il est totalement exclu pour eux de perdre leurs partenaires historiques on parle ici d’intérêts vitaux !!

        Quand se jour là se produira, parce que tu as raison quand tu dis qu’ Israël au vu de sa situation n’aura pas d’autre choix que d’attaquer !!

        C’est à dire l’Iran au sud du Caucase Russe reviendrait à dire des missiles nucléaire en Corse !!
        (ici, c’est une image)

        Je sais pas, mais très franchement arrêtez de vous accrocher à cette idée, par ce que ce jour là sera le dernier pour tout le monde, je sais que vu de France tout peut paraitre paisible et beau ??

        Les pays stratégiques pour la chine et la Russie tout le monde les connait, qu’il y en ait un qui manque à l’appel et la vie sur terre s’arrêtera brutalement.

        Car vivre sans argent pour se développer s’est illusoire .
        Evidemment, ici je ne parle pas de simples entorses..

        M’est d’avis.!!

  7. [Exclusif] Alors que le chômage explose, Pôle emploi collabore à un programme européen visant à favoriser les migrations en provenance d’Afrique du Nord

    • yep, ajoutons à cela les profs de langue arabe qui viendront de tunisie, comme si y’avait pas ça chez nous…
      on se fout de notre gueule, mais bon tout a un but, la médecine, l’alimentaire, la finance, et l’éducation, on attaque les peuples de toute part, faut être aveugle pour ne pas le remarquer.

      • c’est ceci qui se prepare:
        0227
        Prince Libyque puissant en Occident
        Francois d’Arabe viendra tant enflammer:
        Scauans aux letres fera condescendent,
        La langue Arabe en Francois translater.
        .°.

      • tout est fait pour pousser les gens à bout et surtout vers le conflit…c’était le titre ( plus haut) d’un lien vers un article qui n’est pas passé

      • Tout est fait pour créer des tensions inter-culturelles et ces populations qui arrivent du Maghreb coûtent beaucoup moins cher, quelque soit emploi…une forme d’esclavagisme professionnelle. Ne vous trompez pas de cible…les fautifs ne sont pas ces gens mais ceux qui leur font quitter leur terre pour les installer dans des hlm pour un salaire de misère en leur faisant miroiter liberté et “plus belle la vie”.

      • 03/04/2012 – 15h00
        RENNES (NOVOpress Breizh) – Alors que le chômage atteint aujourd’hui en France des taux records, Pôle emploi s’apprête à mettre en place le « projet TEAM », un programme européen visant à « améliorer et faciliter » pendant deux ans la gestion des migrations de main d’œuvre vers l’Europe – en particulier vers la France – en provenance d’Afrique du Nord. Un projet que Nicolas Sarkozy se garde bien d’évoquer.

        Ancien patron de l’Inspection générale des finances, Jean Bassères a pris ses fonctions à la tête de Pôle emploi depuis 3 mois, où il a succédé à Christian Charpy. Quand il était le patron de Pôle emploi, ce dernier avait commencé à mettre en place, conformément aux souhaits du Medef, une politique ouvertement mondialiste favorisant la « diversité » et la discrimination positive au détriment des salariés « de souche », et ce alors que le nombre des chômeurs français connaissait une augmentation sans précédent.

        Interrogé dans Actions, le magazine de Pôle emploi, Jean Bassères – qui déclarait il y a peu « ne pas avoir une connaissance approfondie » de sa nouvelle affectation – multiplie lieux communs et déclarations lénifiantes : « Notre mission est plus essentielle que jamais,…nous allons écrire une nouvelle page,…nous devons profiter de l’expérience de chacun, …l’engagement de tous est nécessaire,… nous devons nous projeter dans l’avenir avec confiance…, nous allons définir un nouveau contrat social. »

        En réalité le nouveau responsable de Pôle emploi entend bien poursuivre la politique initiée par Christian Charpy. Pour preuve, Pôle emploi vient de prendre en charge le projet TEAM (« Techniques Educatives, Accompagnement et Médiation ») « pour faciliter les migrations professionnelles ». De quoi s’agit-il en réalité?

        Ce projet – en grande partie financé par l’Union européenne – vise à « améliorer et faciliter pendant deux ans la gestion des migrations de main d’œuvre vers l’Europe – et en particulier la France – de cinq pays d’Afrique du nord : Mauritanie, Maroc, Algérie, Tunisie, et Egypte». Seule la Libye manque à l’appel. Mais comme on le sait ce pays rencontre actuellement quelques « problèmes ».

        Répondant à des enjeux clairement géopolitiques, ce programme se veut « un élément de réponse aux évolutions probables concernant la mobilité internationale, car les flux migratoires en provenance d’Afrique du Nord demeureront importants (sic). » Le chef de projet à Pôle emploi, M. Sadiki, n’en attend rien moins qu’une « gestion efficace de la mobilité internationale de main d’œuvre en renforçant les systèmes de prospection à l’étranger et les parcours migratoires pilotes ». Les résultats de ces actions seront bien sûr « présentés à la Commission européenne. »

        Cette nouvelle mesure prise par Bruxelles, et que la France entend appliquer, intervient au moment où le taux de chômage de la zone euro a atteint, selon l’Office européen des statistiques Eurostat, son plus haut niveau depuis quinze ans, avec 17,13 millions de personnes, soit 10,8 % de la population active. La France compte pour sa part 4,278 millions de chômeurs au 1er mars 2012.

        « Ce projet doit-il être une priorité pour Pôle emploi ? » s’interroge un cadre de cet organisme, qui précise « lors de sa création en 2008, Christine Lagarde avait prévu que chaque agent aurait en charge la gestion d’un “portefeuille” de 60 chômeurs. Or la moyenne est aujourd’hui de près de 150, atteignant même le chiffre de 250 dans certaines agences. Parallèlement, le gouvernement a baissé de 12 % pour 2012 le budget de la mission emploi. Les demandeurs d’emploi ont du souci à se faire. »

        En campagne pour sa réélection, Nicolas Sarkozy ne cesse de répéter depuis quelque temps qu’il entend réduire l’immigration, n’hésitant pas à se poser en défenseur d’un modèle social français qui, selon ses propres dires, ne « résisterait pas » à un afflux d’étrangers. « Il y a un moment où nous devons dire par souci de l’équilibre de nos comptes sociaux […] que nous ne pouvons pas accueillir tout le monde », a-t-il ainsi déclaré dans les Yvelines le 28 février dernier. Un thème qu’il développe depuis avec une constance et une assurance à la hauteur de son bilan – en matière d’immigration son quinquennat aura produit un solde positif d’immigrés évalué, selon les sources, entre un et deux millions de personnes.

        Apparemment l’ambition affichée par Pôle emploi de collaborer au projet bruxellois visant à assurer une « gestion efficace de la mobilité internationale de main d’œuvre en renforçant les systèmes de prospection à l’étranger et les parcours migratoires pilotes » n’a pas semblé jusqu’à présent déranger outre mesure le Président de la République. Il est vrai qu’en matière de double langage l’homme est un expert confirmé.

        Crédit photo : Matti Mattila, via Flickr, licence CC l’article :

  8. L’ OR de TIFFEREAU

    L’OR ARTIFICIEL TRANSMUTATION DES MÉTAUX
    INTRODUCTION
    II n’appartient point à un simple ouvrier de la science tel que moi, de prétendre faire dans cette
    introduction de la science pure; exposer quelques faits nouveaux les rapprocher d’autres faits
    antérieurement connus, mettre en évidence la liaison qui les unit pour constituer la branche toute
    nouvelle de la science qui prendra rang désormais sous le nom de TRASSMUTATION DES METAUX :
    c’est à quoi je dois me borner. Les faits, du moins les faits satisfaisants et en nombre suffisamment
    respectable, manquent et probablement manqueront longtemps encore.
    Les faits naturellement nous arrivent bien moins vite que les idées nouvelles, quant aux hypothèses
    plus ou moins plausibles sur les métamorphoses des corps métalliques les uns dans les autres. C’est
    que les faits ne peuvent, se conquérir que par un. labeur très long, très pénible, très dispendieux ; le
    temps manque toujours, et le temps, c’est l’existence, c’est la vie, c’est tout. Pour moi, si j’espère
    arriver promptement à faire accepter au monde ma découverte, qui doit être, après tout, l’une des
    gloires de notre siècle auquel elle donnera le moyen de composer et décomposer les corps à
    volonté, c’est par la persévérance, c’est par le concours et l’appui des hommes éclairés, des hommes
    d’avenir.
    Remarquons d’abord combien, par cette découverte, les trois règnes, qui ne devraient en réalité en
    faire qu’un, sont rapprochés et rattachés l’un à l’autre. La dénomination d’êtres inorganiques me
    semble éminemment impropre ; ces êtres ont eux aussi, leurs organes ; ils n’aspirent qu’à se
    perfectionner, à vivre de leur manière, en passant d’âge en âge par diverses stations plus ou moins
    prolongées. La durée de ces stations dépend des circonstances plus ou moins favorables au
    développement de ce que je nommerai les individualités minérales, jusqu’à ce que celles-ci arrivent
    à leur dernier degré de perfection, pour renaître sous une autre forme, après avoir dépassé cette
    limite, et venir alors en aide, elles aussi, à la perfectibilité de ces premières individualités.
    L’azote, ce corps indispensable à l’accroissement des êtres des deux règnes animal et végétal, doit
    aussi jouer un rôle important dans celui des êtres du règne minéral. Et qui nous dit que l’azote n’est
    pas également indispensable à la perfectibilité de tout cet ordre d’êtres ? Ne peut-il pas agir sur eux
    par sa seule présente ? Ces points seront sans doute ultérieurement éclaircis par l’expérience. Tout
    cet ensemble indique les rapports intimes entre tous les différents corps ; il rend sensible la force
    inconnue qui régit tous les êtres : il mène invinciblement à ce qui sera le dogme incontesté de la
    science dans l’avenir : l’unité de la matière. Ce dogme dès à présent admis tacitement par les
    savants de bonne foi est un effet le seul conforme à 1’unité de Dieu; chaque nouveau pas en avant
    de la science nous revête de nouveaux aspects de la toute puissance par laquelle tout subsiste dans
    l’univers.
    Je ne pense pas qu’il soit possible de sitôt de parvenir à démontrer séance tenante que les métaux
    sont des corps composés, et d’en donner immédiatement la démonstration par l’analyse et la
    synthèse ; il faudra longtemps s’en tenir à des expériences de longue baleine, exécutées en présence
    de forces peu développées, mais d’une action longuement prolongée : il faudra même faire
    intervenir les masses pour arriver à la preuve de fait de là composition des métaux. Mais une fois
    qu’on tiendra la clef du système de combinaison des forces, la durée des expériences pourra être
    singulièrement abrégée; car rien n’empêchera d’en modifier les formes à l’infini. Jusque-là, allons
    doucement, ne demandons pas trop à la fois à nos expériences, c’est l’unique moyen d’approcher du
    but et de l’atteindre sans frais ruineux; on risque au contraire d’en perdre tout le fruit en voulant
    aller trop vite; j’en puis parler avec connaissance de cause, car c’est ce qui m’est arrivé à moi-même.
    Mon intention est de consacrer quelques séances publiques à l’exposé de mes travaux sur la
    transmutation des métaux ; j’y soumettrai à mes auditeurs l’or artificiel que j’ai obtenu, j’y
    développerai les faits relatifs à ma découverte avec tous les détails, de nature à jeter du jour sur le
    phénomène de la transmutation en or pur de l’argent allié.
    J’aurais usé depuis longtemps de ce moyen de publicité et de propagation, si j’avais obéi seulement
    à mon vif désir d’augmenter le nombre des hommes pénétrés comme moi des vérités de la
    transmutation des métaux.
    Mais le moment ne me semblait pas arrivé ; aucun écho n’aurait répondu à ma voix. Aujourd’hui,
    des savants connus et honorés du public ont eu la hardiesse (car c’en est une très grande) d’affirmer
    la possibilité de la transmutation dus métaux, d’où découle forcément celle de la composition, et
    l’aveu implicite de l’unité de la matière; je n’ai jamais prétendu autre chose. Je crois donc avoir en
    ce moment ce qui m’avait manqué à mon début des chances pour réunir un auditoire et pour m’en
    faire écouter. Que, par ce mode de publicité, je fasse faire seulement quelques pas en avant à la
    science de la transmutation des métaux, et ma peine sera largement récompensée.
    Quant à mes motifs pour livrer a la curiosités publique la série de mes précédents mémoires sur
    cette matière le plus puissant de ces motifs réside dans les demandes qui me sont journellement
    adressées par écrit, par ceux qui désirent avoir cette série complète : je pense être à la fois utile et
    agréable à cette portion du monde savant qui veut bien y prendre intérêt, en réunissant mes
    Mémoires dans l’ordre selon lequel ils ont été présentés à l’Académie. D’ailleurs, les expériences
    que je continue sans interruption exigent, pour la plupart beaucoup de temps. Les résultats de mes
    nouveaux travaux, à mesure que je les réaliserai, seront successivement communiqués à l’Académie
    : ils formeront une seconde série de mémoires.
    J’ai lieu de conserver l’espoir fondé que la commission, composée de MM. Thénard, Dumas et
    Chevreul, chargée d’examiner mes opérations, ne tardera pas à faire son rapport, et qu’elle me
    viendra puissamment en aide pour la continuation de mes expériences.
    On me dit: si cette découverte de la transmutation des métaux pouvait être vraie, ce serait un grand
    malheur public. Je ne puis laisser passer cette objection ; je dois y répondre dans l’intérêt même de
    ma découverte.
    D’abord, je comprends à peine comment des raisonnements de cette nature osent se produire en
    plein XIX° siècle. Si la production artificielle des métaux précieux peut amener quelques
    perturbations dans les transactions, cet inconvénient sera compensé par d’incalculables avantages.
    Les modifications qui peuvent en découler seront graduelles, comme le sont sous nos yeux celles
    qui résultent des milliards déjà versés dans la circulation par les placers de la Californie et de
    l’Australie; la production de l’or, dans ce dernier pays, est officiellement évaluée pour 185a, à 8
    millions par semaine, soit 416 millions par an ! Quels troubles, quels désastres publics peut-on
    signaler comme produits par cette surabondance de l’un dés signes représentatifs de la richesse? H
    en sera de môme des conséquences de la transmutation, le jour inévitable, prochain peut-être, où
    elle pourra s’effectuer par des procédés économiques et rentrer dans les conditions ordinaires de la
    chimie industrielle. On peut, au surplus, s’en rapporter avec toute sécurité aux mesures à prendre, le
    cas échéant, par un gouvernement éclairé pour sauvegarder tous les intérêts.
    Que n’a-t-on pas objecté dans l’origine aux applications de la vapeur ? Nous en voyons pourtant de
    jour en jour grandir tes immenses avantages; nous la voyons vivifier de plus en plus toutes les
    branches de l’industrie et du commerce, porter sur tous les points du globe l’activité, le bien-être, la
    vie ; et la vapeur n’a pas dit son dernier mot ; et d’une heure à l’autre, elle peut être passée,
    débordée, remplacée. J’en dis autant de l’électricité. Pourquoi ceux qui redoutent la production
    artificielle des métaux, ne s’épouvantaient-ils pas de l’électricité, de cette force magique qui
    transmet l’échange de la pensée avec une rapidité cent fois supérieure à celle des vents ? et les
    applications de l’électricité n’en sont qu’à leur début ; elles doivent enfanter bien d’autres prodiges !
    La transmutation des métaux aura donc son tour, sans plus de difficultés, sans résultats plus
    réellement dangereux. On peut défier l’esprit le plus profond, 1’intelligence la plus vive et la plus
    pénétrante, de prévoir tout ce que cette découverte peut produire. Dans l’industrie, elle apportera
    d’importantes améliorations, les métaux facilement oxydables pouvant être remplacés par ceux qui
    s’oxydent difficilement ; on comprend ce qu’y gagneraient nos ustensiles de ménage en salubrité
    comme en propreté. Les sciences, la médecine, la physique, la chimie, sont appelées toutes
    également, chacune dans ses attributions, à répandre sur l’humanité, comme conséquences de la
    transmutation, des métaux, des bienfaits sans nombre conquis par le seul effort de l’esprit humain
    luttant victorieusement contre les forces brutes de la nature.
    Notons soigneusement an fait capital qui doit se produire avant même que tout cet avenir puisse
    être réalisé. La propriété foncière va prendre une valeur réelle, plus solide et plus stable que
    précédemment; quand les métaux précieux seront démonétisés, cet accroissement de valeur de la
    propriété foncière se produira de lui-même. Pourquoi les gouvernements, une fois que la production
    illimitée de l’or et de l’argent aura commencé à entrer dans le domaine des frais accomplis,
    n’accorderaient ils pas une prime à la propriété foncière, comme ils en accordent une aux métaux
    précieux ? Ce serait à bien plus juste titre; car, la propriété foncière, base fondamentale du
    commerce et de l’industrie, de la tranquillité, du bien-être général et de la prospérité publique, a
    bien plus de droit que l’or et l’argent dont elle devrait tenir la place, à représenter à elle seule toutes
    les valeurs. Qu’est-ce, après tout, pour l’homme affamé, par exemple, qu’un lingot d’or et d’argent,
    s’il ne peut l’échanger contre ce qui se mange – En temps de famine, le possesseur du blé est
    assurément plus riche que le détenteur de l’or ; le premier se passe du second, qui ne peut, lui, se
    passer du premier. La valeur des métaux précieux n’est que du second ordres, elle est, sous certains
    rapports, purement factice et imaginaire. Du jour où ils cesseront d’être reconnus comme ayant une
    valeur constante et légale, cette valeur s’évanouira ; l’or et l’argent n’auront plus qu’une valeur
    sujette à la hausse et à la baisse selon les mêmes circonstances qui affectent toutes tes valeurs
    industrielles. La propriété foncière la moins sujette de toutes à ces variations, est pour cela même la
    plus apte à représenter toutes les valeurs.
    L’agriculture profitera largement de la transmutation des métaux ; elle occupera les bras rendus
    disponibles par la réduction du nombre de ceux employés aux mines ; elle attirera à elle par l’attrait
    des salaires plus élevés qu’elle pourra payer eu raison de la plus grande stabilité de la propriété
    foncière, les bras intelligents qui désertent aujourd’hui tes campagnes pour venir dans les villes
    encombrer tes avenues de toutes les carrières industrielles; l’espace me manque pour compléter cet
    aperçu du bien social découlant des applications de la transmutation des métaux.
    J’ai maintenant quelques mots à adresser aux jeunes gens qui voudraient se livrer à des expériences
    dans cette voie. Le problème, qu’ils le sachent bien, est des plus ardus ; la solution peut être lente et
    laborieuse. Bien que plusieurs fois j’aie réussi résoudre une partie du problème par la transmutation
    en or pur de l’argent allié, l’éprouve encore des difficultés graves pour répéter cette expérience- Je
    ne puis donc trop engager ceux qui se mettront à l’oeuvre, à procéder avec prudence, à ne pas
    hasarder à la fois tous leurs moyens d’action, s’ils ne veulent s’exposer à des tourments sans
    nombre, aux déceptions les plus améres, à la perte de leur liberté, de leur repos. Ce n’est pas, direzvous,
    le moyen d’aller vite : rien n’est plus vrai. Mais aussi, la voie que j’indique est la moins
    scabreuse, la moins périlleuse de toutes; c’est la seule que doive suivre l’homme guidé par une saga
    prévoyance. Ne consacrez donc à vos expériences que ce que vos moyens vous permettent de
    risquer ; vous pourrez ainsi les continuer plus longtemps et vous donner, par cela seul, plus de
    chances pour arriver au but, sans excès de dépenses. Si vous sacrifiez, au contraire, tout votre avoir
    par trop d’impatience, si, dans votre précipitation, vous multipliez inconsidérément les expériences
    coup sur coup, qu’arrivera-t-il – Vous aurez risqué de tout perdre sans arriver à rien ; le désespoir
    vous prendra, et qui sait où il peut vous conduire ? Conservez donc précieusement tout votre
    courage, et gardez-vous de vous laisser entraîner par quelque succès partiel. Que n’ai-je pas eu moi
    même de luttes à soutenir contre l’enthousiasme ne de mes premiers résultats’ J’aurais été capable, si
    je n’avais réussi à me dominer, de tout sacrifier à ma découverte. Mais j’avais présents à la pensée
    les exemples que tant d’inventeurs ont laissés ; leur triste histoire servit de frein à mon ardeur. C’est
    ainsi que j’ai pu persévérer dans mes travaux et poursuivre les conséquences de ma découverte. Les
    moments que j’y consacre sont, je dois l’affirmer, les plus doux de mon existence, et mon unique
    regret est de ne pouvoir donner une plus forte par de mon temps à ces chères études. La solution
    complote du problème est une oeuvre noble et grande; elle promet tout à celui qui l’accomplira :
    honneur, gloire, fortune, la réalisation dés espérances les plus illimitées, des plus immenses désirs.
    Mais, entre vous et ce résultat, attendez-vous à rencontrer des difficultés non moins grandes,
    proportionnées à la grandeur du résultat lui-même : solution pour laquelle le mot sublima ne me
    semble pas exagéré, quand on en considère les incommensurables conséquences.
    Que cette solution soit possible, n’en doutez pas ; les faits conquis par mes recherches en sont la
    preuve irrécusable.
    Si mon propre témoignage ne semble pas suffisamment exempt de préventions, qu’il me soit permis
    d’alléguer d’autres dont le poids en pareille matière ne peut être contesté. Voici dans quels termes
    M. Victor Meunier, l’éminent publiciste, rend compte de mes travaux, dans la Presse du 24 juin
    1854.
    « Le prédécesseur immédiat de M. Tiffereau dans la poursuite du grand oeuvre, est (sauf erreur ou
    omission) l’auteur d’une brochure qui parut en 1832 sous le titre : l’Hermès dévoilé. Malgré les
    promesses du titre, l’auteur se comporte en adepte ambitieux de mériter les éloges adressés par
    Paracelse à ceux qui, ayant reçu communication des grands secrets de Dieu (Magnalia Dei), ont la
    prudence de les tenir cachés jusqu’à la venue d’Elie, l’artiste.
    « M. Tiffereau, il faut d’abord lui rendre cette justice, est plus élémentaire que son prédécesseur. On
    voit tout de suite que ce n’est pas dans les OEuvres d’Hermès, dans le Pimandre, dans ta Table des
    sept chapitres, dans la Table d’Emeraude, qu’il a cherché la clé mystérieuse de l’or. Il ne sera pas
    nécessaire qu’on fasse pour lui ce que Aulendus a fait pour Paracelse, un dictionnaire des termes
    dont il s’est servi.
    “Ancien élève et préparateur de chimie à l’école professionnelle de Nantes, s’il se rencontre avec les
    philosophes hermétiques, c’est parce qu’après avoir; déversé sur elle tant de mépris, la chimie tend
    de nos jours à faire sa jonction avec l’alchimie. Ici, comme en tant d’autres circonstances, il paraît
    bien, en effet, que la science adulte finira par venger la pensée philosophique des outrages qu’une
    science à ses débuts lui a prodigués.
    “La chimie n’est plus, sans doute, comme au temps de Suidas, l’art de composer l’or et l’argent ;
    mais elle s’intitule elle-même science des transformations de la matière. Elle admet comme principe
    fondamental, que les propriétés des corps sont liées à leur arrangement moléculaire. Elle dit avec
    Laurent : La forme, le nombre et l’ordre, sont plus essentiels que la matière (1). ”
    Sur la tombe encore ouverte de l’immortel créateur de là théorie de l’unité de composition
    organique, un chimiste disait : « Elle (cette théorie pénètre maintenant dans les sciences chimiques
    et y prépare peut-être une révolution dans les idées (2).” Et quelle nombreuse série de fait
    empruntés à la chimie minérale, à la chimie organique, à la cristallographie, nous pourrions
    invoquer à l’appui de cette pensée? Delà au principe môme de la chimie, au principe de
    l’homogénéité radicale des métaux, ou comme on dirait aujourd’hui de leur Isométrie, la distance
    encore infranchie ne paraît pas infranchissable. ”
    Dans ses leçons de philosophie chimique professées au collège de France, M. Dumas s’exprimait
    ainsi à propos de l’isométrie, principe dont la découverte lui est due : « Serait-il permis, disait-il,
    d’admettre des corps simples isomères (3)». Cette question, vous le voyez, touche de près à la
    transmutation des métaux. Résolue affirmativement, elle donne des chances de succès a la pierre
    philosophale. ” II faut donc disait encore M. Dumas, consulter l’expérience, et l’expérience, il faut
    le dire, n’est point en opposition jusqu’ici avec la possibilité de la transmutation des corps simples,
    au moins, de certains corps simples. »
    M. Louis Figuier, dans son livre sur l’alchimie et les alchimistes, sans trancher la question de la
    transmutation des métaux, ne se prononce pas contre et laisse visiblement apercevoir la possibilité
    de ce phénomène. Voici ce qu’il dit à ce sujet : « Par un revirement étrange, et bien de nature à nous
    inspirer de la réserve dans l’appréciation des vues scientifiques du passé, l’alchimie de nos jours,
    après avoir, pendant cinquante ans. considéré comme inattaquable le principe de la simplicité des
    métaux, incline aujourd’hui à l’abandonner. L’existence, dans les sels ammoniacaux, d’un métal
    composé d’hydrogène et d’azote, qui porte le nom d’Ammonium, est aujourd’hui admise d’une
    manière unanime. On a réussi depuis quelques années à produire toute une série de composés
    renfermant un véritable métal, et ce métal est constitué par la réunion de 3 ou 4 corps différents. Le
    nombre des combinaisons de ce genre s’accroît chaque jour, et tend de plus en plus à jeter du doute
    sur la simplicité des métaux. » Concluons de cet examen que les faits empruntés à l’expérience
    offraient des caractères suffisants de probabilité pour donner le change à l’esprit des observateurs,
    et autoriser ainsi leur croyance au grand phénomène dont ils poursuivaient ta réalisation
    l. Théorie des radicaux dérivés, page 5. — Extrait de la Revue Scientifique et industrielle.
    2. Paroles de M. Dumas.
    3. M. Dumas corps isomère ceux qui ayant la même composition, ont des propriétés chimiques
    différentes. Ce mot reçoit souvent une autre signification.

    .°.

  9. PREMIER MÉMOIRE
    Présenté à l’Académie des Sciences dans la séance du 27 juin 1853.
    Les métaux sont des corps composés.
    A toutes les merveilleuses créations industrielles qui signaleront le XIX° siècle à la postérité, je
    viens, humble et obscur ouvrier, apporter ma pierre pour l’édifice commun. La vapeur, l’électricité
    ont déjà changé la face du monde ‘et qui peut dire ou s’arrêtera leur puissance?); mais il est d’autres
    mobiles de la richesse publique”, et j’en viens signaler un dont la découverte changera bien des
    conditions de travail et effraiera par sa portée les esprits les plus hardis. Il ne faut pas moins, pour
    me décider à confier au public la découverte que j’ai faite, que la conscience de son importance et
    l’honneur qui jaillira sur mon pays d’avoir été le berceau d’une pareille invention.
    J’ai découvert le moyen de faire de l’or artificiel, j’ai fait de l’or.
    A cette annonce, j’entends déjà les clameurs des incrédules et les sarcasmes des savants ; mais aux
    uns et aux autres, je répondrai: Ecoutez et voyez.
    Elève et préparateur de chimie à l’école professionnelle supérieure de Nantes en 1840, je
    m’adonnais surtout à l’étude des métaux, et, convaincu que cette partie des sciences chimiques
    offrait un champ immense à moissonner pour un homme d’observation, je résolus d’entreprendre un
    voyage d’exploration au Mexique, cette terre classique des métaux. En décembre 1842 je partis : et
    cachant mes travaux secrets sous l’abri d’un art encore nouveau, le daguerréotype, je pus parcourir
    en tous sens ces immenses contrées, ces placers, cette province de Sonora, ces Californie qui,
    depuis, on tant fixé les regards du monde. C’est en étudiant les gisements des métaux, leurs
    gangues, leurs divers états physiques, c’est en interrogeant les mineurs et comparant leurs
    impressions, que j’acquit la certitude que les métaux subissaient dans leur formation certaines lois,
    certains stages inconnus mais dont les résultats frappent l’esprit de quiconque les étudie avec soin.
    Une fois placé à ce point de vue, mes recherches devinrent plus ardentes. plus fructueuses ; peu à
    peu la lumière se fit, et je compris l’ordre dans lequel je devais commencer mes travaux. Après cinq
    ans de recherches et de labeurs, et réussis enfla à produire quelques grammes d’or parfaitement pur.
    Il m’est impossible de peindre l’immense joie que je ressentis en touchant ce but si désiré. Dès lors
    je nous qu’une pensée fixe rentrer en France et faire profiter mon pays de ma découverte. Quitter le
    Mexique était fort difficile alors, car les Américains venaient de s’emparer de Vera-Cruz, de
    Mexico et de Tampico, et il ne fallut pas moins de six mois pour venir de Guadalajara à Tampico,
    où je me suis embarqué pour la France en mai 1848.
    A mon arrivée, je constatais de nouveau les propriétés de l’or que j’avais artificiellement obtenu :
    cristallisation, aspect, densité, malléabilité parfaite, ductilité, insolubilité absolue dans les acides
    simples, solubilité dans l’eau régale et les sulfures alcalins: rien n’y manque. La quantité que je
    possède aujourd’hui ne peut me laisser aucun doute sur le fait de la découverte et sur le peu de frais
    au moyen desquels j’ai pu la préparer.
    Maintenant, pour faire disparaître le merveilleux dont cette découverte ne manquera pas d’être
    entourée aux, yeux de bien des gens, il faut que je dise quelles sont les vues qui m’ont guidé dans
    mon travail, et comment ma réussite a été l’oeuvre de déductions logiques déjà acquises à la science.
    Les métaux ne sont pas des corps simples, mais bien des corps composés.
    Les alchimistes et les philosophes hermétiques du moyen âge n’avaient aucune théorie fixe dans
    leurs recherches sur la nature des métaux : guidés par une pensée mystique et voyant dans tous tes
    corps de la nature un mélange de matière et d’émanation divine, ils pensaient pouvoir arracher à la
    nature le secret de ce mélange, et, dégageant la matière brute de son essence, la ramener à un
    typique unique pour les métaux, du moins. De là l’idée de ce qu’ils appelaient le grand oeuvre, la
    pierre philosophale, la transmutation des métaux.
    Divisés en plusieurs sectes, les illuminés se flattaient vainement de découvrir une panacée propre à
    prolonger la vie des hommes au-delà du terme ordinaire, tandis que d’autres, les plus positifs, se
    bornaient à chercher la transformation des métaux vils ou imparfaits en métaux précieux et parfaits,
    c’est-à-dire en argent, en or.
    Les travaux de ces hommes sont restés stériles, sauf les quelques remèdes héroïques dont ils ont
    doté l’art de guérir; remèdes puisés dans les préparations antimoniales et mercurielles
    principalement ; au commencement de ce siècle, il était de bon goût de jeter le sarcasme à pleines
    mains sur ces fous d’une autre époque, et c’est à peine si aujourd’hui quelques savants rendent
    justice à. l’idée, à la pensée mère qui a guidé les alchimistes.
    Posons d’abord un principe fécond admis aujourd’hui par tous les chimistes : Les propriétés des
    corps sont le résultat de leur constitution moléculaire.
    La nature nous présente un grand nombre de corps polymorphes qui, suivant qu’ils cristallisent dans
    un système ou dans un autre, acquièrent des propriétés très différentes, sans que, cependant, leur
    composition soit altérée ou changée en aucune façon. Ainsi le carbonate de chaux rhomboédrique
    ou spath calcaire, et le carbonate de chaux prismatique ou arragonite ont exactement là même
    composition, et cependant possèdent des propriétés très différentes. La science est parvenue à
    produire ces deux sels à volonté sous ces deux formes. L’un d’eux possède la double réfraction,
    l’autre ne la possédé pas; l’un est plus dense que l’autre, l’un enfin cristallise à la température
    ordinaire, l’autre seulement à la température de plus de 100 degrés. Tout te monde sait que le soufre
    possédé des propriétés différentes suivant la température à laquelle on l’a exposé et la forme
    cristalline qu’on lui a fait prendre. Une foute d’oxydes métalliques, tels que certains oxydes de fer et
    de chrome, se substituant à d’autres bases dans les sels, leur donnent des propriétés diverses sous
    des formes typiques. Les oxydes de zinc, de mercure, plusieurs combinaisons de ces métaux,
    changent de propriété sous l’empire d’un changement de constitution moléculaire produit par la
    chaleur ou des forces électriques. Le platine spongieux, l’argile chauffés à blanc, déterminent, par
    leur simple immersion dans un mélange d’oxygène et d’hydrogène, la combinaison de ces deux gaz,
    dont le résultat est de l’eau.
    Dans là nature organique, ne voyons-nous pas des phénomènes analogues se produire chaque jour ?
    L’amidon ne se transforme-t-il pas en sucre par son seul contact avec l’acide sulfurique, sans que,
    cependant celui-ci soit altéré’ N’est-ce pas à la présence d’une matière azotée qu’est dû le
    phénomène de la fermentation qui fait subir aux matières organiques de si curieuses
    transformations? Enfin, le cyanogène, ce radical composé, n’est il pas le produit de l’action d’une
    base alcaline sur une matière azotée ? Je pourrais citer mille autres faits à l’appui du principe
    énoncé, si je ne craignais de paraître vouloir faire étalage de science. Je répéterai donc simplement
    qu’il n’y a rien que de très juste dans cette pensée que : la constitution d’un corps étant changée, ce
    corps acquiert des propriétés nouvelles, tout en conservant sa nature intime, sa composition, si l’on
    veut.
    En conséquence, il suffira de découvrir le corps qui, par sa force catalytique, peut agir sur le corps
    qu’on veut transformer, puis de mettre ce dernier en certaines conditions de contact avec lui, pour
    opérer cette transformation. Voilà le principe qui n’est nié par aucun chimiste aujourd’hui, celui que
    j’ai mis en application, et auquel je dois mon succès.
    Dans un ordre d’idées analogues, répéterai-je ici tout ce qui a été dit et écrit par les modernes sur fa
    probabilité de la composition des métaux ‘ Si l’on part de la théorie de Stahl, qui considérait les
    métaux comme formés d’un radical et d’un principe appelé phlogistique pour arriver à Lavoisier
    qui, par sa théorie de la combustion, a si longtemps fait faire fausse route aux observateurs ; si enfin
    on considéré que tous les corps de la nature, végétaux et animaux, en’ nombre incalculable. sont
    formés pourtant de trois ou quatre éléments, malgré leur immense diversité, et si l’on réfléchit que
    eu n’est jamais qu’avec un très petit nombre de substances simples que la nature produit tous les
    composés, n’est il pas naturel de penser que les quarante et quelques métaux, considérés aujourd’hui
    comme des corps simples, ne sont que des mélanges, des combinaisons, peut-être, d’un radical
    unique avec un autre corps inconnu, mal étudié, sans doute, dont l’action nous échappe, mais qui
    seul modifie les propriétés de ce radical, et nous montre quarante métaux là où il n’y en a qu’un –
    Comment admettre que la nature ait créé cette quantité de métaux divers pour former te règne
    inorganique, quand, avec quatre éléments au plus, elle a créé une si prodigieuse quantité de
    végétaux et d’animaux “. Et, si un homme vient à démontrer ce corps inconnu qui a échappé à tant
    de recherches, et à le faire agir sur un métal donné, qu’y a-t-il de surprenant à ce que cet homme
    change la nature de ce métal en lui donnant, avec une constitution moléculaire différente, les
    propriétés de tel autre métal dans lequel existe naturellement celte constitution ?
    En voilà assez sur ce sujet pour tout homme quelque peu versé dans l’étude des sciences physiques,
    et pour le bon sens de tous. J’arrive maintenant à préciser la position. J’ai pu produire de l’or et
    arrivera à la transformation complète d’une quantité donnée d’un métal en or pur. J’ai dit déjà que
    cette quantité donnée était de quelques grammes, et jusqu’à présent je ne suis pas encore parvenu à
    opérer sur une masse assez considérable pour pouvoir dire que j’ai réussi en grand. Pour y parvenir,,
    il me faut d’autres ressources, je les demande à ceux qui voudront se mettre en rapport avec moi. Je
    ne veux pas, à moins d’y être contraint, avoir le sort de tant d’inventeurs dédaignés dans leur patrie,
    porter à l’étranger le fruit de ma découverte, et en faire profiter nos rivaux en industrie. Je fais appel
    à mes compatriotes, lit j’attends de la publicité l’aide dont j’ai besoin pour parfaire mon oeuvre.
    En terminant, je crois inutile et imprudent, peut-être de faire des réflexions sur l’immense portée de
    la production dé l’or artificiel : la: France possède le plus fort numéraire de l’Europe, environ trois
    milliards de francs ; la dépréciation prochaine de l’or, par l’abondance de ce métal provenant de la
    Californie et de l’Australie, sont deux faits assez faciles à rapprocher pour que les conséquences en
    découlent d’elles-mêmes. Je me tais donc et j’attends.

    .°.
    LA suite viendra

    • A quoi ça sert Imotus? crois tu vraiment qu’il y a des lecteurs sur ce blog pour cette imbécilité? Et en plus tu l’as déjà publié hier… pffff….

      • A marc153-

        Je l’ai interpellé sur des références incontournables.Pas de réponse. Soit il est autiste, gravos, soit son job est d’en dissuader quelques-uns ici d’acheter de l’or. Je ne comprends pas ce méli-mélo de choses tangibles avec d’autres qui sont complètement à l’ouest.

      • Pas autiste, non. Mais Imotus se prend pour un “professeur” de sciences occultes, nous sommes pour lui des moins que rien qui ne méritent même pas de réponses, que de toutes façons nous ne comprendrions pas. Et il signe par ses 3 petits points maçonniques…
        La question que je pose depuis 6 mois, c’est “pourquoi sur ce blog” et pas plutôt sur un blog ésotérique friand de ces choses occultes? Jamais de réponse… Ce blog est chrétien, les discours d’Imotus n’ont rien à faire ici, à mon humble avis… Enfin, c’est pas “mon” blog, je sais… alors je saute ses articles, le plus souvent. De temps en temps, j’en remets une couche, juste pour le fun 😉

      • Bonsoir marc
        Ton fun fait plaisir à lire, de temps en temps je m’y colle aussi.
        Que Dieu renforce notre endurance dans ce chemin
        je n’ai plus les référence coranique: “oh croyants! Concurrencez vous dans les bonnes oeuvres.”

      • A Géraldine-

        Ca y est, j’y suis, il veut nous proposer de son or.
        A 700€ l’once, est-ce que ça en intéresse ?
        Je prends 5% de com sur les transactions.
        Imotus, c’est à prendre ou à laisser.
        (Sait-on jamais ?!)

  10. C’est vrai que ne peux qu’approuver Marc dans son raz le bol, le blog est bel et bien d’essence chrétienne et je ne peux que me réjouir de comparer notre eschatologie, qu’elle soit catholique ou musulmane…Il y a des concordances et des similitudes qui peuvent nous rapprocher et non pas nous éloigner 🙂 Un seul Dieu pour tous, une seule finalité, un seul jugement dernier, un seul paradis, un enfer, un seul et unique roi des enfers pour nous diviser ! C’est lui notre ennemi !!!

  11. un peu de bonne humeur.et de fiction .. je vous suggere d ecouter le lien juste avant de lire mon texte ici bas, c est histoire de plonger dans hollywood öö

    http://www.youtube.com/watch?v=shmtI4syAHo

    c est parce qu il est tetu avant d etre motus,,, a t il une moustache ? est il chauve ? est il bibliothecaire ? est il un magicien ? est il Asselineau ? est il…………… est il le banquier anonyme ? banquier anonyme hmmmm dit or et argent,,,,, ou veut il en venir avec l Or ? beaucoup de questions sur ce personnage mysterieux
    ce qui est sur c est qu il est sur le point de nous devoiler un message, un message important pour nous tous^^^^^^suspense
    mais il faut dire qu il semble s amuser avec nous en nous parsement des indices poudrés ici et la
    ..C est Menthalo qui disait qu imotus etait disposé a partager ses connaissances quel que soit l interpretation que l on puisse en tirer ( avec mes mots a moi sur ce que j ai compris de Menthalo), vous savez aujourd hui avant d affirmer une chose il faut etre sur de soi, ou avoir un bon avocat ,,,
    Alors peut etre Imotus est le banquier anonyme et il detient quelques clefs dans ce couloir de porte qui menent a ce qui Est reellement.
    Notre travail consistera a relier ces points dissous dans la masse d informations qu il partage ici,,,
    combien d entre nous seront capables de dechiffrer ce qu il nous donne ? je l ignore
    ce que je peux dire c est que c est la big inconnue et c est une porte qui mene à une autre, et puis combien de portes y a t il ?

  12. Si la terre a été “créée” a partir de “rien”, ce qui si trouve aussi. Si la terre a créé de l’or, c’est que dans certaines conditions physiques il est possible de fabriquer de l’or. Dans cette hypothese, l’or n’a de valeur que celle qu’on lui donne. Quand tu aurra faim ou soif, regarde ton or, il te servira a rien. Comme je n’ai pas d’or, et que je ne vois pas ce que je pourrai en faire, quand tu voudra me l’échanger contre la vie (nouriture, eau, protection…), je te dirai que je peut en avoir d’une autre maniere et que donc tu n’en fera rien. Ou j’en “fabrique” (trop compliquer pour moi), ou j’attend que tu decede pour te dépoceder.
    Tout l’or du monde ne remplacera pas une vie ou ma vie
    Pour ce qui est du vote, si ta le choix entre une balle dans le pieds droit et une dans le pieds gauche, tu me répondra surment une balle dans le vent
    A peine reçut ma carte d’électeur, je l’ai brulé
    Vivons libre, vivons heureux

    • Ce directeur de “Science po”, Richard Descoings, est bien sûr digne d’un hommage national pour les mondialistes :

      On pourra réécouter une ancienne chronique d’Eric Zemmour à son propos

      http://www.youtube.com/watch?feature=player_embedded&v=1bol09w7M8U

      ou encore lire le post d’Yves Daoudal :

      http://yvesdaoudal.hautetfort.com/archive/2012/04/04/richard-descoings.html

      Doit-on évoquer aussi sa condamnation pour diffamation contre Jean-Marie Le Pen, son obtention du prix de la carpette anglaise en 2009 ((la Carpette anglaise, prix d’indignité civique, est attribué à un membre des « élites françaises » qui s’est particulièrement distingué par son acharnement à promouvoir la domination de l’anglo-américain en France au détriment de la langue française), ses goûts artistiques douteux ou la polémique sur sa rémunération ?

      • Zemour est un menteur. Il prétend que Pierre Bourdieu aurait souhaité un nivellement d’ exigence culturelle des connaissances par le bas afin de faire disparaître le caractère d’héritage des positions sociales . Ceci est complètement faux. dans la corporation des notaires par exemple, la filiation d’héritage se vérifié à plus de 93%. Dans celle des médecins, à près de 75% etc….
        Mais l’abaissement du niveau d’exigence n’a jamais été avancé par Bourdieu afin de réduire ce caractère entropique. Il associe le Défunt Descoings à Bourdieu comme on pourrait aussi bien l’associer lui, à un novice de la congrégation des dominicains vivant dans la luxure tout en affichant un visage contrit et sourcilleux.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici