Menthalo – GOLD – PETROLE – CAC

156

GOLD

Cette analyse n’est qu’un point de vue personnel, qui est plus intuitif que technique.
Elle ne doit pas être la base de spéculations sur les marchés, d’autant moins que vous vivez en Euros.
Si vous en avez les moyens, ayez quelques pièces d’or de préférence aux lingots, et détenez les sans aucun intermédiaire.
N’ayez pas de parts de GLD ou de Bullion Vault, ce sont eux qui louent leur or à ceux qui vendent en masse sur le marché. Vous leur confiez votre trésorerie, mais ils la jouent contre vous. C’est un piège-à-c…
A tort ou à raison, je considère que mon étude de début septembre est toujours d’actualité.
Concrètement, l’or pourrait monter durant les 7 jours à venir, casser l’oblique baissière qui bloque les cours vers 1665 et aller culminer vers 1718 le 20 avril.
La prochaine forte attaque devrait avoir lieu du 23 au 25 avril.
Dans l’idéal, les cours viendraient buter sur le support oblique à 1620. Mais, “ils” sont trop puissants pour se contenter de jouer petit bras.
Il est plus probable, que les cours viennent s’appuyer sur le support horizontal qui a déjà fait ses preuves, lors des attaques précédentes à 1564$.
Le deuxième scénario des multiples possibles, qui n’a pas ma préférence, pourrait amener l’or en contact avec le support TLT à 1485 environ.
Ces cours sont évidemment totalement virtuels. JPM & co jouent en nanotrading entre comparses de la même escroquerie électronique. Ils seraient totalement incapables de livrer aux acheteurs les barres d’or physique qu’ils vendent sur ces marchés. Le plus bas des cours devraient être après le 2ième fixing de Londres et avant le 1er fixing du lendemain…. parce qu’à Londres, il faut livrer la marchandise.
D’un côté comme de l’autre, cette jambe de baisse sera suivie d’une hausse, ramenant les cours vers 1900. Un pull-back vers 1800 pourrait avoir lieu fin juin, avant que l’or aille marquer de nouveaux plus hauts. La cible de cette jambe de hausse est 3250$ en clôture, 3450 en ID…
mais il est impossible d’en déterminer le timing (6 mois ? 12 mois ?).
La baisse de l’or fin avril devrait coïncider avec une hausse du Dollar vis-à-vis de l’Euro… autrement dit une chute de l’Euro.
La parité pourrait s’arrêter sur le palier à 1,26 mais je l’espère à 1,23.
Les Etats-Unis ne sont pas en meilleure condition que l’Europe et la chute des uns, du fait du shaddow banking et des CDS, amènera la chute des autres, de manière inéluctable.
Jusqu’à l’éclatement de la zone EURO, la forte jambe de baisse de l’euro sera suivie d’une jambe de hausse. Evidemment, tout cela n’est qu’apparence. Les deux monnaies dévaluent tour à tour contre l’Or, l’Argent et les autres matières premières.
Le Pétrole
Si l’or et l’argent sont manipulés, le pétrole l’est plus encore.
Le Cartel des pétroles décide des hausses ou des baisses en fonction de ses intérêts propres et de ses visées géopolitiques. Dans les années 70, ils avaient provoqué la Guerre du Kippour pour pouvoir monter les prix de 3$ à 12$ le baril. En 2007-2008, les manipulations de cours et la spéculation encouragée par GS & WS avaient amené les cours de 50 à 150$, avant que le Cartel ne décide une très violente baisse, annoncée par Lindsey Williams, et ramène les cours à 40$. Cette baisse servait des fins géopolitiques, elle visait à affaiblir les pays producteurs en rébellion larvée contre le Dollar (Russie, Iran, Arabes, Venezuela, …).
La hausse des années 70 avait mis l’industrie occidentale à genoux. Celle de 2008 l’avait mise en danger. L’effondrement du prix du baril a entraîné la chute des métaux précieux.
Graphiquement, on peut prédire que le pétrole pourrait … devrait aller à 240$, si ces messieurs le décident.
La comédie israélo-iranienne, la menace de fermeture du Détroit d’Ormuz, les mensonges gros comme le Pentagone et le siège d’Exxon réunis, sur le nucléaire iranien, ne sont que l’habillage fallacieux d’une stratégie de domination par le prix du baril, par un quarteron de compagnies pétrolières dont les intérêts sont très étroitement imbriqués, presque indissolublement liés à une poignée de mégalopathes de la Finance mondiale.
Si ces Messieurs veulent mettre en terre l’économie mondiale, ils le peuvent à tout instant, sans avis préalable, en haussant les prix du pétrole et du gaz, et en rationnant l’approvisionnement de tel ou tel pays, comme c’est le cas aujourd’hui.
Si au contraire, ils veulent améliorer le contexte économique, il suffit de baisser les cours de 10 ou 15%. Les politiques n’ont évidemment pas leur mot à dire sur le sujet… qu’ils soient de droite ou de gauche, du centre ou plus radicalisés….
…  jusqu’au jour où les peuples prendront le pouvoir globalement nationalisant les ressources, la production, le raffinage et la distribution en mettant ces manipulateurs nus sur un tas de fumier.
Pour l’heure, on ne peut qu’observer leurs manœuvres en essayant de se garder de jouer leur jeu au sujet de la guerre avec l’Iran.
CAC
Après le plongeon sans filet de mardi, le CAC est revenu sur le fragile support à 3245. Après cette grosse frayeur, si une catastrophe bancaire ou obligataire ne vient pas perturber le scénario, la petite jambe de hausse du dernier sursaut de ce dernier sursis devrait pouvoir se développer vers 3298 et 3.355 et probablement 3.400.
Pour l’instant, le CAC s’est contenté de retracer les 23,6% de la baisse du 3 au 10 avril.
Le bon sens, c’est la baisse, pas la hausse.
Accumulez des shorts à chaque niveau… ne vous faites pas piéger à jouer la hausse.
Rien ne presse… faites comme moi, débranchez 8 jours. Le meilleur du spectacle devrait être à partir du 23.
😉
Carpe Diem

46 Commentaires

  1. L’Iran vient de suspendre ses exportations pétrolières vers l’Allemagne, cette décision intervient au lendemain de l’arrêt des exportations vers la Grèce et l’Espagne. En ce moment même, l’Iran est à l’étude quand à la suspension de l’approvisionnement vers l’Italie. ( Press TV ).

    • L’iran sait à quoi il s’attaque. Regarde les pays à qui il suspend ses livraisons. Ce sont les deux/trois maillons faibles de la zone euro. L’iran sait qu’en frappant là, il a une chance d’enfoncer ces pays en envoyant de l’essence (c’est le cas de le dire) sur le feu de la flambée des taux. Indirectement il s’en prend de fait à la cohesion de la zone euro.

      • L’avancée vers un conflit avec l’Iran continue son petit bonhomme de chemin… Avec un litre de sans plomb à plus de 2 euros et une bonne propagande médiatique comme ils savent nous la faire, l’opinion publique va finir pas y être favorable.

      • Si l’Iran met en dangers la cohésion de la zone euro en plus des tensions actuelles avec le pays. ca peu aller mal en effet. Mais je ne pense pas que LUE s’attendait à ça de la part de l’Iran. En fait, dans la prtie d’echec, aucun des joueurs ne sait exactement quelle pièce l’autre vat déplacer.

      • L’Iran agit donc au service des USA. Et tout le monde ici, s’accorde à dire qu’une guerre USA/OTAN contre la Syrie+Iran/Russie est une question de quelques semaines. Plus la ficelle est grosse et mieux çà a l’air de marcher. L’enjeu n’est pas en Iran, c’est un moyen, un levier parmis tant d’autres. L’enjeu est ici. La Russie doit être arrimée d’une façon ou d’une autre, mais surtout sans lui laisser tramper les pieds dans les mers chaudes. La Turquie, éventuel relais de choix pour les russes, est actuellement mise à l’épreuve avec l’artifice de la Syrie. Nous en savons quelque chose de l’aspect factice de la Syrie pour s’y être fait gauler 19 agents (localisés et donnés par qui, d’après vous ?). Certes de seconde catégorie, mais en attendant, ça coûte, même si l’affaire Merha a, involontairement “bien sûr”, contribuée à faire baisser le montant de la rançon.
        Ce blog m’a l’air d’être un gentil petit outil, qui, entre certaines mains, peut permettre de vérifier jusqu’à quel point nous, les français et les européens par voie d’extension, sommes capables de suivre le moindre mouvement de cape du matador. On gobe tout ce qui passe en première lecture.On ne voit que la cape. On se fait des scénarios à la Hitchcok et on s’excite sur son petit matelas d’or-chéri pour se rassurer que le cauchemar sera pour les autres. C’est vraiment pitoyable. Désolant.

  2. Espagne – Arrêtez de dire qu’on est foutu ça nous plante ???

    **
    Crise en Espagne: les dirigeants européens doivent être prudents

    MADRID – Le chef du gouvernement espagnol Mariano Rajoy a appelé mercredi les dirigeants européens à être prudents dans leurs déclarations sur l’Espagne, au lendemain de fortes tensions sur les marchés financiers.
    http://www.romandie.com/news/n/_Crise_en_Espagne_les_dirigeants_europeens_doivent_etre_prudents_11110420121507.asp

    • le but n’est pas d’affaiblir l’iran…

      qui souffre et qui souffrira le plus de la fermeture du robinet….regardez en europe du côté des pigs ………..la tonte va se transformer en abattage

      mais n’oubliez que toute cette boucherie économique , géopolitique , et militaire ne sert et ne servira qu’a masquer le basculement astro climatique dont l’accélération est sur les rails …

      accrochez vous ça va secouer et grave….et gardez la FOI…

  3. En plus des arguments déjà donnés, il y a un GAP à combler à 3407.

    M’enfin, rien de moins sûr qu’on aille le refermer. Pour l’instant les “spéculateurs” sur le CAC sont morts de trouille et ont le doigt sur le bouton pour vendre, si WS pète de travers.
    … pourtant, tout le monde doit savoir qu’on ne prend pas position pendant la première demi-heure de WS …

    • @methalo

      j aime bien votre idee de sortir et de regarder ce qui se passe pour le 23.

      Par contre l artillerie lourde doit etre sortie pour ces dates.

      Ca sera massivement speculatif.

      D ici la, on hiberne !!!!!!!

      • Je pense que c’est après les legislatives que ça pourrait commencer a aller mal. Avant, il peut y avoir un coup de semonce pour montrer aux français vers quel programme ils doivent voter (si tant est qu’il y en ai un). Se rappeler que le président sans son assemblée ne fait rien. Les marchés aiment les faits. Savoir qui va gouverner et avec quel programme. Un fois les dés jetés pour 5 ans la on va voir du pays !!!

    • @Menthalo

      Tous ces termes sont un peu du chinois pour moi, sans jeu de mots ! Faut-il acheter de l’or demain au plus vite, quel est le prix exact ? ou dans une semaine ???

  4. LE BANQUIER ET DIEU
    un client demande un pret, son banquier en un clic lui créé l’argent pour consommer. Et pourtant le banquier n’a rien créé puisque ces caisses sont vides. Mais de ce vide le banquier créé de la matière puisque je vais consommer cet argent.
    Et du vide se créé donc bien la matière.
    CONCLUSION le banquier est donc un DIEU et DIEU est un juif errant.
    .°.

  5. http://www.20minutes.fr/societe/914789-conseil-ministres-donne-feu-vert-projet-loi-terrorisme

    Déja faudrait donner la définition du mot terrorisme et de apologie pauvre cruche pleine de cendre ( car si je dis vide je te donne un sens divin ma poule car le vide définit le plein et tu es loin d’etre proche de dieu).
    le probleme c’est que ces lois digne de la guestapo auront bien lieu tel est le sens de la prophétie et donc quelque soit le président camenbert qui sera élu puisque de toute facon ils sont tous blues et rouge)

    0245= 03/2012
    Les cinq estranges entrés dedans le temple,
    Leur sang viendra la terre prophaner:
    Aux Thoulousains sera bien dur exemple
    D’un qui viendra ses loys exterminer

    Les cinq étrangers entrés dans le temple du christ ( terre chrétienne de la France), ces 5
    personnes mourront à toulouse et leur meurtre viendra profaner la chrétienneté. Ensuite des lois seront posées pour exterminer certains etrangers et reduire la liberté de tout le monde.

    .°.

    • Merci pour l’info David, et oui ! Sur le cas de l’Iran il faut continuer à etre attentif, celà ne va aller qu’en s’amplifiant tout celà. Kabbale et fuite en avant pour couvrir le désastre qui se joue en Occident.

  6. A force d’entasser la poussière sous le tapis, ça finit par faire des bosses. Et quand elles deviennent trop nombreuses, il y a intérêt à regarder où l’on pose ses charentaises !

    ▪ Les marchés sont K.-O. !

    Manifestement, les marchés qui avancent comme des somnambules depuis qu’ils sont drogués au LTRO se sont pris les pieds dans le tapis ce mardi. Ils ont basculé la tête la première sous leurs supports moyen terme et se sont étalés de tout leur long, terminant collectivement la séance au plus bas, littéralement K.-O. !

    Les indices boursiers n’ont pas esquissé le moindre mouvement pour limiter la casse au cours des derniers échanges. Pas l’ombre d’un rachat à bon compte durant les deux dernières heures de cotations ; c’est au contraire une accélération des dégagements tous azimuts qui s’est opérée peu après la réouverture des marchés américains.

    ▪ Personne pour sauter dans le train de la hausse ?
    Cela faisait des semaines que nous suscitions l’incrédulité des gérants et des permabulls. En effet, ils étaient tous acquis à la cause d’un marché éternellement haussier et ne cessaient de marteler que l’anticipation d’une correction boursière était une hypothèse au mieux stupide (voire totalement improbable), dans la mesure où chaque microscopique consolidation indicielle serait aussitôt mise à profit par les retardataires pour sauter dans le TGV de la hausse.

    Hem… Les quais qui étaient prétendument noirs de monde — vous savez bien, cette foule d’idiots qui avaient raté le train du 18 janvier quand le CAC 40 a pulvérisé la résistance des 3 250 points — semblent étrangement déserts depuis que l’indice a rétrogradé sous les 3 500 points.
    Pas grand monde pour faire une moyenne à 3 400 points… quelques rachats de vente à découvert vers 3 280 puis plus personne sous 3 260 points ce mardi (seuil enfoncé vers 16h).

    Non, vraiment, nous n’avons vu personne essayant de grimper dans le train affichant la destination “4 000″ mais de nombreux passagers sans billet.

    Les day traders, quant à eux, ne restent jamais acheteurs du jour pour le lendemain, s’empressant de profiter du soudain ralentissement du convoi pour sauter par la fenêtre.

    Nous avons entendu crisser les freins à Wall Street lundi soir puis mardi matin en Asie (la Bourse de Shenzhen a chuté de -1,7%). Nous soupçonnons qu’il ne s’agit pas d’un simple freinage technique amorcé avant une entrée en gare, mais d’un freinage d’urgence parce que quelqu’un a tiré sur la manette du signal d’alarme.

    Il aurait été inspiré par une fulgurante remontée des taux longs en Italie (5,6%) et surtout en Espagne (6%) alors que le rendement du Bund, valeur refuge par excellence, s’est détendu symétriquement à 1,64% — c’est presque un plancher historique.

    ▪ L’Europe vient de connaître une des pires séances de l’année
    En Europe, ce fut la pire séance de l’année avec un véritable coup de tabac sur les places du sud de l’Europe avec -3% à Madrid mais aussi et surtout un vertigineux -5% à Milan.

    L’euro-Stoxx 50 (-2,98%) voit son avance annuelle s’évaporer presque intégralement puisqu’il ne subsiste plus que 0,2% de gain, contre 1,8% à Paris.

    Le CAC 40 a été victime d’une correction tout aussi spectaculaire, puisque l’indice plongeait de 3,08% à 3 217 points, refermant au passage le gap des 3 231 points du 16 janvier. Il efface ainsi en trois semaines (-11% depuis le zénith des 3 600 points) ce qui a été engrangé en trois mois.

    Et plus les cours chutent, moins il y a d’acheteurs. “On n’attrape pas un couteau qui tombe” ! Si les indices dévissent, c’est qu’il existe une foule de bonnes raisons : ces fameux paquets de poussière planqués sous le tapis depuis trois mois.

    ▪ Ben Bernanke soulève une question qui fâche
    C’est Ben Bernanke qui a malencontreusement soulevé un coin de la carpette maudite du shadow banking dans la nuit de lundi à mardi.

    Le patron de la Fed estime que c’est de là que pourrait venir le danger pour le système bancaire américain. Il s’agit de dizaines de milliers de milliards de dollars de transactions de gré à gré sur des produits volatils (monétaires et obligataires) dont personne ne connaît le degré de risque induit.

    Il est déjà assez compliqué de se faire une idée de la solidité des banques américaines avec les actifs complexes figurant dans leurs bilans (leurs ratios de solvabilité sont gonflés à l’hélium lors des stress tests)… Mais allez savoir quels sont les risques embusqués dans le hors bilan, alors que la plupart des contreparties sont immatriculées dans des paradis fiscaux où le pouvoir d’investigation de la Fed est quasi nul.

    Ben Bernanke redoute que les dettes souveraines européennes représentent un danger significatif de pertes pour les banques américaines. C’est sûr qu’avec des taux longs espagnols qui flirtent avec les pires niveaux de l’automne 2011 (6,5%), il y a de quoi se montrer raisonnablement inquiet pour les semaines qui nous séparent des élections en France et en Grèce.

    ▪ Les bancaires plombent Wall Street
    Ce sont bien les valeurs financières qui ont plombé Wall Street mardi soir avec -4,4% sur Bank of America, -3,7% sur Morgan Stanley, -3,3% sur Citigroup.

    Le S&P chute de 1,71%, il aligne une cinquième séance de repli et subit ainsi sa plus lourde correction depuis le 8 décembre dernier. Le Dow Jones lâche plus de 200 points (-1,65%) pour la première fois de l’année et le VIX bondit de 9%, vers 20,4.

    Les trois principaux indices américains se retrouvent éjectés de leur canal ascendant inauguré fin novembre et l’indice de la peur pulvérise la résistance technique des 20. Cela traduit la déroute en rase campagne des permabulls et la désertion des bons apôtres des “taux qui demeureront éternellement bas” et des “pommiers qui montent jusqu’au ciel”.

    ▪ Rien n’arrête la Pomme…
    En ce qui concerne cette dernière légende des “temps numériques”, elle a bien failli se vérifier une fois encore mardi soir. Apple a pulvérisé un nouveau record absolu à 644 $ vers 16h, sa capitalisation franchissant la barre des 600 milliards de dollars ; elle s’approchait ainsi, à 10% près, de celle de la Bourse de Zurich avec ses 750 milliards de francs suisses).

    Mais comme vous l’anticipez, le revers de la médaille, c’est que le numéro un mondial des tablettes ne peut se permettre de décevoir les marchés lors de la publication de ses perspectives mi-avril. Imaginez les dégâts que pourrait provoquer la chute d’une pomme de 600 milliards de dollars sur la tête du pauvre Newton qui somnole au pied de l’arbre.

    Wall Street risque de faire bientôt la douloureuse expérience d’une variante boursière de la gravitation universelle.

    11 avril 2012 | Philippe Béchade La chronique Agora

  7. Grave ECHEC en clôture.
    Le CAC ne réussit pas à finir au dessus du support. Cela montre une grande faiblesse.
    Il est possible que le CAC descende en dessous vers le support des 3100.
    Il faudrait une fin très positive de WS au dessus de 1% pour inverser la tendance …
    Euro et silver moroses !!

  8. Laiiser les juifs tranquille. Ce sont des hommes et des femmes comme nous. Beaucoup se battre comme nous pour gagner leur pain quotidien et sa il ne faut l’oublié.

    • @ nee
      Ce serait sympa qu’ils nous laissent tranquille aussi , ainsi que les Palestiniens , les Iraniens …
      La planète entière est agressée par des personnes qui osent s’appeler “du peuple élu” et dont la plupart ne sont pas fils de Sem.
      Il vous arrive de faire une autocritique ?
      NB
      Les familles de palestiniens jetés à la rue dont la maison est détruite reçoivent un dédommagement , comme un dommage de guerre ?

  9. Les défaillances des PME s’envolent au 1er trimestre

    Le transport routier de marchandises est en difficulté

    La conjoncture se précise pour 2012 et elle n’est pas reluisante. Même sans récession au sein de l’Hexagone, les petites et moyennes entreprises (PME) de plus de 50 employés traversent cette période avec la plus grande des difficultés. Les défaillances d’entreprises enregistrées en France au premier trimestre sont en légère hausse par rapport à la même période de 2011, et restent pour la quatrième année consécutive au-dessus du seuil de 16.000, a indiqué la société Altares dans un communiqué, relayé par Les Echos de ce mercredi.

    Le nombre de défaillances s’élève à 16.206 jugements de redressement ou liquidation judiciaire directe, 3.500 de plus qu’avant la crise début 2008. « Les PME de 50 salariés et plus sont, comme au quatrième trimestre 2011, très exposées » (+27 % sur an, par rapport au 1er trimestre 2011), note la société de services aux entreprises. A noter toutefois que neuf PME défaillantes sur dix sont des micro-entreprises (moins de dix salariés). De quoi s’imaginer le nombre de PME toutes tailles confondues défaillantes en France.

    Pourquoi les PME perdent maintenant ?

    Le carnet de commandes est stable mais les trésoreries sont vides. Parmi les PME qui se retrouvent en difficultés, celles dont les problèmes avaient commencé bien avant, la sortie de crise étant souvent révélatrice des faiblesses structurelles, constate le responsable des études. Les mesures de plan de relance et autres aides durant la crise leur avaient permis de garder la tête hors de l’eau.

    En témoigne le fait qu’un tiers des PME défaillantes n’avaient plus publié leur bilan depuis 2010. Et près de la moitié d’entre elles ne disposaient plus de fonds propres (de cash) – pour notamment payer les fournisseurs –, constate ce même responsable. Et les problèmes d’accès au financement par les banques n’arrangent rien au rien à la situation.

    Parmi les victimes les plus médiatiques, Petroplus de Petit-Couronne, placé en redressement judiciaire, ou encore Caddie. Mais les réelles victimes restent les salariés. On compterait 65.200 salariés concernés par ces défaillances, soit une hausse de 16 % sur un an. Une bonne raison pour les candidats à l’élection présidentielle de se pencher sur le sort des PME.

    Les transports routiers de marchandises face à l’envolée des prix de l’essence connaissent 10% de défaillances en plus cette année.

    http://www.20minutes.fr/economie/914737-defaillances-pme-envolent-1er-trimestre

  10. bonjour à tous,
    Dans ces temps ou tout s’accélère en vue-d’un conflit de grande envergure-, qui peut me dire ou acheter des pièces d’argent dans la capitale? merci d’avance

  11. Société Générale : les candidats se pressent pour partir …..

    (Boursier.com) — Le plan de départs volontaires de la Société Générale rencontrerait plus de succès que prévu !… Selon des sources syndicales citées ce matin par ‘Les Echos’, près de 2.200 salariés de la banque ont déjà exprimé leur souhait de profiter du plan de départs ouvert depuis le 2 avril, alors que le groupe veut supprimer “seulement” 880 postes dans sa banque de financement et d’investissement (BFI), la plus touchée par la crise financière.

    Sur l’ensemble des candidats au départ, 1.300 personnes sont prioritaires, car ils bien travaillent dans des services qui vont subir des suppressions de postes… Mais 300 candidats occupent aussi des postes au sein de la BFI qui ne sont pas touchés par la restructuration… Et 600 salariés du réseau de banque de détail et des services centraux, qui ne sont pas non plus concernés par le plan, ont eux aussi exprimé leur souhait de s’en aller… De plus, beaucoup de jeunes figureraient parmi les partants potentiels, ce que la direction n’avait pas forcément anticipé.

    Cet afflux au guichet départ semble notamment lié à la prime de 30% offerte à ceux qui partiront dès le premier mois, mais l’ampleur du phénomène semble toutefois indiquer que le moral et la motivation des salariés de la Société Générale est loin d’être au beau fixe !…

    Thierry Pierret, délégué syndical national adjoint CFDT, estime ce matin dans ‘Les Echos’ que “cela exprime le malaise des équipes qui subissent de plein fouet le management très brutal au sein de la BFI”. Face à la crise financière et aux nouvelles exigences règlementaires de solvabilité bancaire, la Société Générale, comme l’ensemble du secteur bancaire, a entrepris une refonte de ses métiers en vue de réduire son exposition aux risques des marchés financiers.

    http://www.boursier.com/actions/actualites/news/societe-generale-les-candidats-se-pressent-pour-partir-478059.html?rss

  12. Fortes tensions sur les taux italien

    Le Trésor italien a mangé son pain blanc. Les taux d’intérêt sur les émissions à trois mois sont deux fois plus élevés qu’il y a un mois.

    L’Italie paie cher le regain de tensions au sein de la zone euro. Ses taux d’emprunt ont bondi après plusieurs mois de repli lors d’une émission de dette à court terme très attendue.

    Le Trésor italien a émis 8 milliards d’euros d’obligations à un an dont les taux se sont inscrits à 2,84% contre 1,405% lors de la dernière opération similaire, le 13 mars. Il a émis en outre 3 milliards de titres à trois mois dont les taux ont eux aussi fortement progressé, à 1,249% contre 0,492% le 13 mars. Le Trésor, qui comptait émettre un montant total de 11 milliards d’euros, a cependant atteint son objectif grâce à une demande qui s’est élevée à environ 17,5 milliards d’euros.

    Cette opération marque le premier rebond des taux italiens lors d’une émission depuis le début de l’année, alors que Rome avait profité ces derniers mois d’une forte baisse de ses taux d’emprunt grâce au retour de la confiance des investisseurs. “Même si la demande s’est avérée soutenue, conformément aux attentes, le résultat de l’opération a été marqué par le retour des tensions sur les titres de dette souveraine de la zone euro et a été caractérisé par une augmentation considérable des rendements”, a commenté la Banque d’Italie.

    L’Italie, qui ploie sous une dette colossale représentant environ 120% de son PIB, doit émettre cette année pour près de 450 milliards d’obligations. Sa prochaine opération, prévue jeudi, est une émission à moyen et long terme d’un montant compris entre 3 et 5 milliards d’euros. Afin de rassurer les investisseurs, le chef du gouvernement Mario Monti a fait entériner en décembre un nouveau plan de rigueur. Il a en outre lancé un vaste programme de libéralisation de l’économie et vient d’adopter un projet de réforme du marché du travail malgré l’opposition du premier syndicat du pays, la CGIL.

    Mais “le marché est repassé en mode risque après avoir été exagérément optimiste” depuis le début de l’année, analyse, pour l’AFP, Jean-François Robin, stratégiste obligataire de la banque française Natixis. Alors que les investisseurs se focalisent en particulier sur les difficultés de l’Espagne, les Bourses ont chuté mardi et les taux des obligations des pays fragiles de la zone euro, dont l’Italie, se sont nettement tendus après un week-end pascal prolongé.

    “C’est la fin de la période d’euphorie après le LTRO”, le prêt exceptionnel de la Banque centrale européenne aux banques de la zone euro qui avait contribué à la baisse des taux italiens, “le marché prend de nouveau peur après avoir pensé trop vite que la crise était finie”, ajoute M. Robin. Malgré le bond des taux italiens lors de cette émission, la Bourse de Milan entamait la journée dans la bonne direction (+2,26%) après avoir chuté de 4,98% mardi.

    http://lexpansion.lexpress.fr/economie/fortes-tensions-sur-les-taux-italiens_290828.html#xtor=RSS-115

  13. @all

    bonjour a tout le monde,

    faisons les sous marins ….

    pendant ce temps la, levons de la liquidite pour attaquer au short bouzaka !

    ils sont en train d envoyer des messages contradictoires pour enfumer le canard, ca va vraiment partir en vrille

    je suis largement plus pessimiste que menthalo

    on peut aller taper du 1200 sur l or et du 20 sur l argent dans un scenario extreme….ce qui sera le cas selon moi.

    d ici la, on fait le doudou !!!

  14. il reste seduisant d acheter des pieces d or mais personne ne pourra me garantir la reprise de celles ci meme si le cours s envole ; peut on se pencher sur la revente ? : quid de la qualite de celles ci observee par mon banquier…

  15. @Françoise
    Il faut acheter des napoléons ET des hercules d’argent sans tarder une seconde…
    Je ne parle jamais assez de l’Or en Euro…. il va s’envoler avec l’effondrement de la monnaie européenne…
    Avec l’Or, on ne joue pas. On assure ses arrières sans chercher à obtenir le meilleur cours. L’or est une assurance… il est grand temps de chercher à s’assurer.
    J’ai un ami qui vend ses pièces pour acheter une maison à l’étranger. Laissez moi un message sur la page de contact de mon site… je vous mettrais en contact à mon retour de vacances. Il sera encore temps, sauf erreur de ma part.

  16. @ziap
    au vietnam, les particuliers achètent l’immobilier en or…
    On va vers le chaos… alors les cours légaux, les banquiers etc… on s’en tapera, comme nos grand-parents quand ils devaient acheter des biens au marché noir pendant les guerres.
    Il faut sortir du cadre…
    Vous êtes trop imprégné du système actuel…
    Lisez “survivre à un effondrement économique”

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici