Par Menthalo – Les marchés

116
Le CAC a ouvert la semaine sous la clôture précédente et n’a pas réussi à rester sur les hauts.
On voit nettement que les cours ont buté sur le haut du canal baissier, qui a renvoyé les cours vers le bas.
Il y a eu 5 contacts avec l’oblique baissière depuis mars, qui ont eu systématiquement le même effet.
La semaine prochaine devrait voir le support à 3075 casser.
Pas grand chose à dire sur l’Euro-Dollar, qui doit continuer sa descente vers 1,278 cette semaine.

Concernant JPM…

La baleine a pris une position hasardeuse sur un marché, qui n’aurait pas été hedgée, comme elle aurait du l’être. Cette position est de 150 milliards de Dollars.
Jamie Dimon a stoppé l’escalade sans fin de Bruno Iksil (la baleine) en disant c’est assez,  mais sans couper la position. JPM aurait une horde de hedge funds jouant contre lui. En fait, sur ce marché particulier, les CDX serie 9, il n’y avait que JPM contre tous les autres acteurs, qui semblent avoir les reins solides. il semblerait que la seule solution pour JPM soit de racheter les positions de ses adversaires, acceptant d’encaisser une perte monumentale, que l’on compare à celle de LTCM.
La bataille continue aussi longtemps que JPM n’avoue pas sa défaite.

43 Commentaires

  1. L’Euro est passé sous l’oblique qui servait de support.
    L’echec des grecs à former un gouvernement devrait accélérer la baisse en ce début de semaine.
    L’Espagne ne peut pas tenir ses engagement concernant le déficit. Une réunion aura lieu ce soir à Bruxelles, mais les rapports et compte-rendus ne seront donnés que le 30 mai
    “pour ne pas inquiéter les marchés” dit un diplomate.
    Donc, il y a de quoi s’inquiéter… donc l’Euro va descendre.
    CAC
    Le CAC est descendu ce matin en-dessous de son plus bas de la semaine dernière, mais il faut qu’il passe 3069 pour qu’on puisse considérer que le support est cassé. Ensuite, il faudra clôturer dessous.
    En 30 minutes, le CAC faisait vendredi une E.T.E. de continuation baissière, dont il manquait la descente de l’épaule droite. Elle a été faite en accéléré ce matin, mais laissant un énorme GAP.
    Sera t’il refermé avant la poursuite de la baisse ?
    CASSURE REALISEE
    direction 2944

    SILVER
    poursuite de la baisse vers 26,44…
    GOLD
    plus ça baisse, plus ça sent la fin de partie avant la très grande hausse.

    • @ Menthalo

      comme toujours merci pr votre analyse…

      @zapatta

      merci pr vos messages d’encouragements/conseils.
      je suis bien contente que cela marche à nouveau
      j’espère que les autres intervenants insisteront sur wordpress s’ils rencontrent des problèmes
      par “face de book” et “twist”.

  2. Formidable, tout va bien
    Natixis relève ce matin de Alléger à Neutre sa recommandation sur le CA avec un objectif de cours réduit de 4.4 à 4.0, soit encore +20%!!

  3. HS : petit commentaire sensuré sur le site de JP Chevallier… 😉

    “Autant j’apprécie beaucoup vos analyses de bilans comptables irréprochables, autant votre pro-américanisme me semble déplacé.
    Cela se saurait si les banques US étaient à ce point vertueuses….. et quid des milliers de milliards USD imprimés par les gangsters privés de la FED et qui servent à gaver jusqu’à la nausée les bilans des crimuinels JP Morgan, et autres….”

  4. Total – Un gazoduc saboté par Al-Qaïda au Yémen ??

    **
    ALERTE – Un gazoduc codétenu par Total saboté par Al-Qaïda au Yémen

    ADEN (Yémen) – Un gazoduc codétenu par le Français Total a été saboté lundi avant l’aube par des hommes armés d’Al-Qaïda dans la province de Chabwa dans le sud-est du Yémen, a annoncé un responsable local.

    Le gazoduc a été endommagé par une charge explosive qui a provoqué un incendie au niveau de la localité de Maïfaa, à 40 km du terminal de Balhaf, sur le Golfe d’Aden, ont indiqué des témoins.

    http://www.romandie.com/news/n/_ALERTE___Un_gazoduc_codetenu_par_Total_sabote_par_Al_Qaida_au_Yemen62140520120806.asp

  5. Comment “noyer” le poisson et rassurer la populasse…!

    Grèce: scénario extrême ne mettrait en difficulté aucun groupe français

    PARIS – Un scénario extrême en Grèce ne mettrait en difficulté aucun groupe financier français, a assuré lundi le gouverneur de la Banque de France, Christian Noyer, affirmant n’avoir pas demandé aux banques et assureurs français de travailler sur une sortie de la Grèce de la zone euro.

    Je ne connais aucun groupe qui serait mis en difficulté par un scénario extrême sur la Grèce, a déclaré le gouverneur, en marge de la présentation du rapport annuel de l’Autorité de contrôle prudentiel (ACP), régulateur des banques et des assureurs, dont M. Noyer est le président.

    Quoi qu’il arrive, ce ne sera pas un problème pour le secteur financier français, a-t-il martelé, rappelant que les groupes de l’Hexagone ont déjà provisionné environ 75% de leur exposition à la dette d’Etat grecque, dans le cadre du plan d’échange de dette.

    J’ai dû mal à comprendre comment on peut s’imaginer que les 25% restants (non provisionnés) soient un problème, s’est-il interrogé.

    • A supposé qu’il dit vrai pour la France ,qu’en est-il pour l’Italie, l’Espagne, le Portugal, l’Irlande ??
      La France n’est-elle pas exposée dans ces pays ??

  6. Je teste en me connectant via wordpress sous un nouveau nom (anciennement “ludo”).

    Pour aller dans le sens des derniers articles de Menthalo, surveillez le 17 MAI, c’est peut être le jour du Helter Skelter qui commence, c’est à dire “alors, les quatre archanges, qui étaient prêts pour l’heure, le jour et le mois de l’année, furent déliés afin qu’ils tuassent le tiers des hommes…”

  7. L’effondrement du Système est bel et bien en route…. :

    “Plus que jamais, décembre 2012 est annoncé comme le temps de l’apocalypse à Washington. Cette fois, c’est Mackenzie Eaglen qui développe la perspective apocalyptique de décembre 2012, déjà détaillée par nous (voir le 3 mai 2012), mais en se concentrant sur la Pentagone et l’avenir de la puissance militaire US, – avec perspective d’effondrement. (…)”

    http://www.dedefensa.org/article-les_usa_le_pentagone_vers_l_issue_d_cisive_et_le_reste_avec_12_05_2012.html

  8. Lundi 14 mai 2012 :

    Espagne : le rendement du 10 ans atteint les 6,27%, au plus haut de l’année !

    Madrid vient de réaliser une adjudication de cours et moyen terme en levant près de 2,9 milliards d’euros, dans le haut de la fourchette souhaitée mais avec des taux en hausse.

    2,1925 milliards d’euros de bons à 1 an ont été émis à un taux moyen de 2,985%, contre 2,623% lors de la précédente émission. Le ratio de couverture ressort à 1,84.

    711,4 millions d’euros d’obligations à échéance octobre 2013 ont également été levés à un taux moyen de 3,302%, contre 3,110% lors de la précédente émission. Le ratio de couverture a atteint 3,23.

    Suite à cette adjudication, le rendement de l’obligation à 10 ans du pays a atteint la barre des 6,27%, un niveau qui n’avait plus été observé depuis le 1er décembre 2011.

    Par ailleurs, la prime demandée par les investisseurs pour détenir des obligations espagnoles à 10 ans plutôt que leurs équivalentes allemandes, référence du marché, a atteint un nouveau plus haut depuis la création de la zone euro. Le spread avec les Bunds atteignant 477 points de base.

    http://www.boursier.com/actualites/macroeconomie/espagne-eco-le-rendement-du-10-ans-atteint-les-6-27-au-plus-haut-de-l-annee-482800.html

    Espagne : la Bourse de Madrid perd 2,84 %.

    Espagne : la dette des banques espagnoles envers la Banque centrale européenne a battu en avril le record déjà historique du mois précédent, pour atteindre 263,5 milliards d’euros, dopée notamment par la récente injection de liquidités par la BCE.

  9. L’euro accentuait son repli face au billet vert lundi, s’enfonçant sous 1,29 dollar, plombé par les incertitudes sur l’avenir de la Grèce au sein de la zone euro, après l’échec d’une énième tentative pour former un gouvernement dans ce pays, épicentre de la crise de la dette en Europe.
    Vers 13H00 GMT (15H00 à Paris), l’euro valait 1,2845 dollar contre 1,2917 dollar vendredi vers 21H00 GMT. Vers 12H40 GMT lundi, la monnaie unique est tombée à 1,2830 dollar, son niveau le plus faible depuis le 18 janvier.

    L’euro baissait aussi face à la devise nippone, à 102,48 yens, contre 103,26 yens vendredi, après être tombé vers 12H35 GMT à 102,35 yens, un plus bas depuis trois mois.
    Le dollar reculait face au yen à 79,78 yens contre 79,92 yens vendredi.
    “Les valeurs refuge traditionnelles que sont le yen et le dollar continuent de surpasser les autres devises, du fait des inquiétudes grandissantes des investisseurs sur une possible sortie de la Grèce de la zone euro”, commentait Lee Hardman, analyste chez Bank of Tokyo-Mitsubishi.
    En effet, “la situation politique en Grèce reste hautement incertaine (…) et un deuxième scrutin semble se profiler”, notait l’analyste.

    Les dernières rencontres dimanche soir entre les dirigeants des petits partis parlementaires grecs et le président Carolos Papoulias n’ont pas permis d’aboutir à la constitution d’un gouvernement de coalition.
    De nouvelles discussions sont prévues ce lundi dans l’après-midi. Mais un gouvernement d’unité nationale ne peut pas être formé en Grèce, a affirmé le chef de la Gauche démocratique, Fotis Kouvelis, lundi matin.
    S’il s’avère impossible de parvenir à un accord, la Grèce se dirigerait vers l’organisation de nouvelles élections législatives qui pourraient avoir lieu fin juin.
    Mais une forte incertitude pèse sur le résultat, en raison de l’opposition de plus en plus marquée de la population du pays aux mesures d’austérité qui lui sont imposées.
    L’absence prolongée de gouvernement fait craindre aux investisseurs un retard, voire une suspension des aides financières promises à Athènes pour lui permettre de faire face à des échéances de remboursement et assurer le paiement d’arriérés
    Sans cette aide, le pays risque la faillite.
    “Et si les incertitudes en Grèce ne suffisaient pas, la chancelière allemande Angela Merkel a subi un nouveau revers au cours d’un scrutin régional”, remporté par l’opposition sociale-démocrate, opposée à la politique d’austérité, relevait Michael Hewson, analyste chez CMC Markets.
    En outre, les cambistes décortiquaient lundi une nouvelle émission obligataire espagnole. Madrid a emprunté lundi 2,903 milliards d’euros à 12 et 18 mois, soit presque le montant maximum prévu, mais a dû de nouveau concéder des taux en hausse.

    “Les investisseurs continuent de se demander si les mesures prises par le gouvernement espagnol pour tenter de régler les problèmes du secteur bancaire du pays ne sont pas trop peu et (n’arrivent pas) trop tard”, prévenait M. Hewson.
    Vers 13H00 GMT, la livre britannique montait face à l’euro à 79,92 pence pour un euro, quelques minutes après avoir atteint 79,82 pence, un plus bas depuis début novembre 2008. La livre sterling restait quasi stable face au billet vert à 1,6072 dollar.
    La devise helvétique était stable face à l’euro, à 1,2009 franc suisse pour un euro, et baissait face au billet vert à 0,9349 franc suisse pour un dollar.
    L’once d’or a fini à 1.563 dollars au fixing du matin, contre 1.583 dollars vendredi soir, avant de tomber à 1.556,68 dollars, un nouveau plus bas depuis fin décembre.
    Le yuan chinois a terminé à 6,3214 yuans pour un dollar contre 6,3103 yuans vendredi.

    AFP

  10. Les cinq premières banques espagnoles vont devoir provisionner 15 milliards d’euros supplémentaires pour couvrir le risque lié à leurs prêts immobiliers, mettant encore sous pression leurs finances alors que l’Espagne tente de restaurer la confiance dans son secteur bancaire.

    Vendredi, le gouvernement espagnol a imposé à ses banques de provisionner 30 milliards d’euros, en plus des 54 milliards exigés en février, afin de couvrir aussi bien leurs créances performantes que leurs prêts à risque.
    Cette mesure intervient dans le cadre d’une réforme bancaire qui constitue le quatrième plan de sauvetage en quatre ans des banques espagnoles. Ces dernières ont enregistré de lourdes pertes avec la chute du marché immobilier en 2008, soulevant des craintes sur une possible aide internationale à l’Espagne.
    Ces 30 milliards d’euros de provisions supplémentaires pèsent durement sur les banques alors que les investisseurs s’inquiètent de savoir où les établissements vont pouvoir trouver l’argent et si cette mesure sera suffisante.
    Le gouvernement espagnol a indiqué que l’Etat fournirait une aide publique limitée à 15 milliards d’euros, et seulement sous la forme de prêts convertibles en actions, aux banques qui manqueraient de capitaux.
    A la Bourse de Madrid, la réforme bancaire n’a pas convaincu les investisseurs. L’Ibex 35 reculait de 2,26% à 12h30 GMT, plombé par les valeurs bancaires. Bankia, dont l’Etat a pris le contrôle la semaine dernière, reculait de 9,42%, Banco Popular de 5,21 %, BBVA de 3,63%, Banco Santander de 2,98 % et Bankinter de 2,31 %.
    L’écart de rendement (spread) entre les obligations espagnoles à 10 ans et le Bund allemand, qui fait office de valeur refuge, a de son côté atteint 485 points de base, un record depuis l’introduction de l’euro.

    DES PROVISIONS POUR CHAQUE BANQUE
    BBVA , la deuxième banque espagnole, a annoncé lundi qu’elle passerait des provisions de quelque 1,8 milliard d’euros pour se conformer aux nouvelles règles en matière de fonds propres annoncées vendredi par le gouvernement.
    Les nouvelles provisions seront répercutées dans les comptes annuels et auront un impact net d’environ 1,3 milliard d’euros, a précisé le groupe.
    De son côté, Santander, le premier établissement de crédit du pays, va devoir inscrire dans ses comptes 2,7 milliards d’euros de provisions, en plus des 2,3 milliards d’euros annoncés en février.
    Banco Popular a déclaré qu’il mettrait de côté 1,7 milliard d’euros de provisions, tout en ajoutant qu’il n’aurait pas besoins de fonds publics pour y parvenir. La banque a néanmoins précisé qu’il lui faudrait deux trimestres pour se conformer aux nouvelles exigences.
    Banco Popular doit fusionner avec sa rivale plus petite Banco Pastor, ce qui monte à 2,3 milliards d’euros au total le montant des provisions nécessaires.
    Pour sa part, La Caixa, qui est en train de racheter Banca Civica, va devoir mettre de côté 3,4 milliards d’euros.
    Pour les banques espagnoles les plus en difficultés comme Bankia, la quatrième banque d’Espagne issue de la fusion de plusieurs petite caisses d’épargne, les nouvelles provisions vont constituer un fardeau supplémentaire. La maison-mère de Bankia, BFA, a déclaré qu’elle avait besoin de 4,8 milliards d’euros pour répondre aux exigences du gouvernement.
    Même si ces établissements bancaires ont indiqué ne pas avoir besoin d’une aide de l’Etat pour se conformer aux nouvelles exigences de fonds propres, le besoin de provisions supplémentaires pourrait changer la donne.

    Déjà, la recrudescence des problèmes des banques espagnoles et les interventions du gouvernement, comme le sauvetage de Bankia, ont relancé la colère de l’opinion publique en Espagne, un an après le déclenchement du mouvement des “Indignés”.
    Des dizaines de milliers d’Espagnols sont descendus dans les rues et prévoient d’y rester jusqu’à au moins mardi. Les manifestants avaient prévu ce lundi de fermer leurs comptes chez Bankia pour protester contre le sauvetage de la banque.

    REUTERS

  11. La Banque centrale européenne (BCE) a annoncé aujourd’hui n’avoir procédé à aucun rachat d’obligations d’Etats de la zone euro pour la neuvième semaine d’affilée la semaine dernière, malgré les inquiétudes persistantes entourant la dette espagnole et l’avenir de la Grèce au sein de la monnaie unique.

    La baisse de la tension sur les marchés euro-obligataires en début d’année a incité la BCE à pratiquement fermer son Programme pour les marchés de titres (SMP) ces derniers mois, mais les tensions sont réapparues ces dernières semaines. Les coûts de financement de l’Espagne étaient en hausse lundi, tandis que l’écart de rendement entre ses obligations et les titres allemands atteignaient leur plus haut niveau depuis la création de l’euro, la nouvelle réforme du secteur bancaire présentée par Madrid ne suffisant pas à dissiper les doutes sur sa capacité à maîtriser ses finances publiques.

    L’absence d’achats de la BCE la semaine dernière signifie que la BCE n’a recouru au programme SMP qu’une seule fois depuis la mi-février. Le montant total des obligations que la BCE a racheté dans le cadre de ce programme depuis mai 2010 reste à 214 milliards d’euros. L’institution de Francfort a maintenu son programme SMP malgré son recours à deux opérations exceptionnelles de refinancement à trois ans (LTRO) en décembre et en février, qui lui ont permis de prêter plus de 1.000 milliards d’euros de liquidités aux banques de la zone euro. Certains responsables de la politique monétaire ont indiqué que le programme SMP pourrait être réactivé. Ces rachats de dette souveraine ont néanmoins suscité des critiques chez certains responsables de banques centrales dans la zone euro, inquiets des risques inflationnistes qu’ils pourraient faire courir à la région.

    D’après une enquête Reuters menée auprès de 60 économistes, les trois quarts d’entre eux s’attendent à ce que la BCE réactive son programme de rachats d’obligations dans les trois prochains mois.

    http://www.lefigaro.fr/flash-eco/2012/05/14/97002-20120514FILWWW00492-bce-pas-de-rachat-depuis-9-semaines.php

    A suivre…..

  12. 18h04
    Incendie d’une tour à Roubaix : un mort et huit blessés

    Un spectaculaire incendie d’une tour de 18 étages lundi après-midi à Roubaix (Nord) a fait un mort, un blessé grave et sept blessés légers, ont indiqué des pompiers. L’incendie s’est déclaré vers 14h45 au premier ou au deuxième étage, sur la façade de la tour avant de se propager.

    Deux cent cinquante personnes ont été évacuées du bâtiment, qui compte une centaine d’appartements, selon la même source.

    http://lci.tf1.fr/filnews/france/incendie-d-une-tour-a-roubaix-un-mort-et-huit-blesses-7242707.html

  13. La France a levé avec succès 7,260 milliards d’euros à court terme sur le marché lundi après-midi, à la veille de l’entrée en fonction du nouveau président François Hollande, a annoncé l’Agence France Trésor (AFT), chargée de placer la dette de la France sur les marchés.

    Le Trésor, qui voulait lever entre 6 et 7,4 milliards d’euros, a vu les taux d’emprunt reculer sur deux des trois lignes proposées aux investisseurs.
    L’élection de M. Hollande, largement anticipée sur les marchés, n’a pas modifié l’attrait pour la dette française, avec une demande qui a été selon les lignes entre 2,43 et 3,08 fois supérieure à l’offre de l’AFT.

    Dans le détail de l’emprunt de BTF (bons du Trésor à taux fixe et intérêts précomptés) de lundi, sur la ligne à 13 semaines et à échéance le 16 août, la France a levé 3,993 milliards d’euros, au taux de 0,074%, contre 0,082% lors de l’emprunt comparable du 7 mai.
    Sur la ligne à 24 semaines et à échéance le 31 octobre, la France a levé 1,775 milliard d’euros, au taux de 0,111%, contre 0,114% le 7 mai.
    Sur la ligne à 50 semaines et à échéance le 2 mai 2013, la France a levé 1,492 milliards d’euros, au taux de 0,185%, contre 0,174% toujours le 7 mai, qui constituait un plus bas niveau historique.
    Le règlement sur ces trois lignes aura lieu jeudi.

    AFP

  14. Le Crédit Agricole pourraît participer au sauvetage du Crédit Immobilier de France

    C’est un poisson d’ Avril ?

    Pascale Besses-Boumar
    La division services immobiliers de la Banque verte (Square Habitat), pourrait s’intéresser à la division immobilier de l’établissement en difficultés.

    Le sort du Crédit Immobilier de France, ce spécialiste des prêts immobiliers se joue en ce moment. Depuis que l’Autorité des marchés financiers (AMF) a suspendu la cotation de ses obligations, mercredi 9 mai, le temps est effectivement compté. Il faut dire que la situation de l’établissement français, proche du mouvement HLM, est préoccupante. Ses commissaires aux comptes ont considéré qu’ils ne pouvaient attester de la “continuité d’exploitation” de l’entreprise, mettant le doigt sur des problèmes de liquidité d’autant plus importants que, ne gérant aucun dépôts, il doit aller chercher ses capitaux sur les marchés.
    Pour calmer les esprits, Christian Noyer, le gouverneur de la Banque de France, a déclaré ce lundi que le Crédit immobilier de France disposait d’un niveau de solvabilité financière très satisfaisant tout en reconnaissant que l’ACP (l’Autorité de contrôle prudentiel) qu’il dirige également était à la recherche d’une “solution pérenne” pour l’établissement.

    La Banque verte à l’affût

    Selon nos informations, le Crédit Agricole, à la tête d’une importante branche de services immobiliers via Square Habitat, serait prêt à étudier sérieusement la question. Mais pas pour reprendre le CIF dans son intégralité. La division administration de biens de la Banque verte serait intéressée par la branche immobilière de l’établissement dirigé par Claude Sadoun (« Immo de France », spécialisée dans les transactions immobilières et l’administration de biens). Celui-ci est à la tête d’un réseau de 300 agences réparties dans toutes la France, force de frappe qui constitue un réel atout aux yeux du Crédit Agricole qui joue à fond la carte de la proximité. En revanche, le groupe de Jean-Paul Chifflet, ne serait pas intéressé par la partie crédit du CIF, celle justement qui pose le plus de problème. Sachant que le groupe est effectivement un gros acteur du marché national de la titrisation et qu’il a encore émis pour 23,5 milliards d’obligations à fin 2011.

    « Le CIF est un des acteurs majeurs de la titrisation en France. C’est bien la raison pour laquelle les pouvoirs publics regardent de très près le dossier et qu’ils vont tout mettre en œuvre pour trouver rapidement une solution », analyse un proche du dossier. Pour l’heure, « les pompiers » habituels ont refusé leur service. Que ce soit la Caisse des dépôts, la Banque Postale voire la BPCE, à la tête du Crédit Foncier, ils ont tous présenté une fin de non recevoir. Il faut dire qu’ils ont déjà pas mal de pain sur la planche, la CDC étant bien occupée avec Groupama, la Banque Postale avec le financement des collectivités locales et BPCE avec sa branche immobilière à finir de solder.

    Salariés amers

    En attendant, nombre de salariés du Crédit Immobilier de France sont aujourd’hui bien amers. Il n’y a pas si longtemps, le groupe était évalué environ à 4 milliards d’euros. Aujourd’hui, cette valorisation a fondu comme neige au soleil. Et l’avenir social de la division crédit ne s’annonce pas sous les meilleurs auspices. D’où les interrogations et les critiques que l’on entend ça et là. Une problématique que le cousin du CIF, le Crédit Foncier a lui aussi connu dans les années 90, lorsque le gouvernement de l’époque avait songé à le rayer de la carte. Projet finalement abandonné après une bataille historique des salariés du groupe, ceux-ci ayant réussi à démontrer la viabilité et l’utilité de cette entreprise.
    L’avenir du CIF va-t-il s’écrire à l’encre de capitaux étrangers ? Vu le faible appétit montré par les acteurs nationaux, pouvoirs publics et organes prudentiels vont peut-être devoir se tourner vers l’international. On voit mal toutefois le futur gouvernement socialiste accepter une solution chinoise ou moyen-orientale pour organiser le financement de l’accession à l’habitat de foyers modestes.

    http://www.latribune.fr/entreprises-finance/banques-finance/industrie-financiere/20120514trib000698386/le-credit-agricole-pourrait-participer-au-sauvetage-du-credit-immobilier-de-france.html

  15. Bonsoir,
    Beau temps, n’est-il pas? Quelques épendages(chemtrails) de-ci, de-là, normal quoi. Un marché européen qui mitonne, des économies qu’il nous faut! Non mais! Ah, oui, demain la grand’mess des officiers en rang, et le grand m, marin enfin à la barre! Journée de liesse, journée d’allégresse, normal quoi.

    • Bonsoir Michel

      Qu’est ce que vous voulez dire par ? : le monsieur(ou mdame) qui a oublié de remettre l’intérupteur des messages sur OK serait bien urbain de rectifier son geste. merci

      • a zapatta

        Il faut que Menthalo aille à règlage puis à Autres règlages des commentaires :

        Le choix est ensuite semblable à celui-là :

        – L’auteur d’un commentaire doit renseigner son nom et son adresse email.
        ou
        – Un utilisateur doit être enregistré et connecté pour commenter
        ou
        – Fermer automatiquement les commentaires sur les articles vieux de plus de jours

        Si le choix coché est le second, on a la situation actuelle. Pour revenir à la précédente, il faut cocher le premier choix.

      • Ok duc ce que vous voulez dire c’est qu’en fait ” pour vous c’est juste des réglages WordPress ” c’est ça ?

  16. Elle est où l’embrouille…?! :/

    Grèce: le chef de l’Etat propose un gouvernement de personnalités non politiques

    ATHENES – Le chef de l’Etat grec Carolos Papoulias a proposé aux chefs des trois partis souhaitant éviter une sortie de l’euro de la Grèce la constitution d’un gouvernement de personnalités non politiques soutenu au parlement, a indiqué le chef du parti socialiste Evangélos Vénizélos.

    Une nouvelle réunion avec les dirigeants de tous les partis politiques, à l’exception du parti neo-nazi Chryssi Avghi (Aube dorée), doit avoir lieu mardi à 11H00 GMT, a indiqué M. Vénizélos, ancien ministre des Finances, à l’issue de la réunion qui a duré une heure.

    • Bonsoir Realinfos

      Grèce:Syriza rejette l’idée du président

      La Coalition de la gauche radicale (Syriza) a rejeté une proposition du président grec de former un gouvernement de technocrates pour sortir de l’impasse politique provoquée par le résultat des élections du 6 mai, a indiqué lundi un porte-parole du parti arrivé en deuxième position du scrutin.

      Syriza avait indiqué un peu plus tôt avoir accepté l’invitation de Karolos Papoulias à participer mardi à de nouvelles consultations avec l’ensemble des partis disposant de sièges au parlement, à l’exception de l’Aube dorée (extrême-droite). “Nous allons participer à la réunion (avec le président). Mais nous nous en tenons à notre position. Nous ne voulons pas consentir à une quelconque politique d’austérité même si elle est appliquée par des personnalités extérieures à la sphère politique”, a déclaré à Reuters un porte-parole de Syriza, Panos Skourletis.

      En l’absence de majorité absolue, la formation d’un gouvernement d’union nationale achoppe sur les divisions apparemment insurmontables entre partisans des plans de sauvetage internationaux et adversaires de l’austérité.

      REUTERS

    • Bonsoir Prunelle29

      Merci pour ce lien

      C’est bizarre on entend et on voit de plus en plus Jacques Saphir ces derniers temps….
      Serait-t-il passé de l’ombre à la lumière ?

      • bonsoir Zapatta,
        je pense qu’ils font circuler plusieurs sons de cloches. afin que nos cerveaux enregistrent toutes possibilités, le cerveau des mougeons).J
        Sapir n’est pas blanc pour être invité de plus en plus mais au moins il informe à contre sens …

  17. En tous cas, la sensure sur des commentaires de LIESI ça marche!
    Si peu de commentaires par rapport à d’habitude.
    La ou les personnes qui ont fait ça pour déranger ce site ne font que nous prouver que des forums comme celui ci dérange et que l’heure est grave.

    @Tous Avez vous constatez des anomalies ailleur?

  18. Ratios des banques: Londres s’incline

    Le Royaume Uni a levé ses objections et l’Europe au complet souscrira demain mardi à une pièce essentielle de la réglementation bancaire: les normes de fonds propres applicables aux 8300 banques et firmes d’investissement que compte l’UE.

    Le chancelier George Osborne et sa volonté de garder la haute main sur la City avaient interdit l’unanimité au début du mois. Menacé d’un tour de table qui l’aurait isolé, Londres a finalement transigé et “décidé de voter le texte” mardi avec les vingt-six autres capitales, a confirmé un responsable britannique.

    Il s’agit de transposer dans la loi européenne les règles prudentielles internationales dite Bale III. Londres peut espérer d’ultimes ajustements dans une nouvelle partie qui s’engage: les tractations sur le texte final entre le Conseil et le Parlement européen, avec un vote des eurodéputés espéré en juin.

    L’objectif est d’obliger les banques à mettre en réserve davantage de fonds propres, afin de limiter le risque de faillite en cascade. Le texte fixe le nouveau plancher européen à 7%, auquel chaque capitale pourra ajouter deux “coussins de sécurité” supplémentaires: le premier de 3% sur l’ensemble des risques pris par la banque, le second de 2% sur le marché national concerné. Au-delà de ce cumul de 12 % des fonds propres, la Commission devra donner son feu vert.

    http://www.lefigaro.fr/flash-eco/2012/05/14/97002-20120514FILWWW00605-ratios-des-banques-londres-sincline.php

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici