Trader Noé – Analyse du 14 mai 2012

54

Le 20 avril alors que le titre JP Morgan valait 43 environ nous avions écrit:
“Pour JP Morgan nous surveillerons attentivement le point pivot des 42. Si ce point est touché, la baleine de Londres ferait mieux de se mettre en mode immersion rapidement sans refaire surface car les autres requins de la finance pourraient l’harponner avec l’arc à poulie. Cette arme redoutable entrainerait le titre à proximité d’autres supports: 40-34-27 et 15.
Pour nager et flotter il faudrait que le cours franchisse la résistance des 47, pas évident dans le contexte actuel”.

Vendredi dernier le titre a décroché. Désormais, nous surveillerons toujours les 40 (si le gap est comblé). L’analyse de fond ne change pas et les prochains supports à surveiller sont 33 et 29.5.

L’EURUSD se rapproche comme proposé vers les supports des 1.2780-1.268-1.218. La rupture de ce dernier palier déclencherait une forte accélération. Pour ralentir l’explosion, la solution pourrait être “imprimer davantage”. Mais il s’agit uniquement de reporter le problème et de diluer encore un peu plus la valeur de la monnaie. Ceci impliquera dans les mois à venir la montée de l’or et des matières premières, une dépréciation de l’euro par rapport au dollar. Les actifs papiers actions ne vaudront plus grand chose… c’est la raison pour laquelle les Hedge funds se tourneront encore plus vers les matières premières. L’hyperinflation se manifestera sur les produits de base nécessaires, synchronisée à une grande déflation (chute immobilière).

Nous surveillerons donc très attentivement les supports des 1350 et surtout 1342 points pour le E-mini SP 500. La rupture de ce niveau ouvrira un nouveau potentiel de baisse pour les indices européens. N’oubliez pas qu’il y a un grand décalage. La rupture de la mi-mars sur les marchés européens se met à peine en place sur les marchés US. Les conséquences sont donc très faciles à anticiper.

4 Commentaires

  1. Lundi 14 mai 2012 :

    Grèce : pas de gouvernement d’union possible, dit le chef de la gauche modérée.

    “Il ne sera pas possible de former un gouvernement d’union nationale en Grèce”, a déclaré lundi matin Fotis Kouvelis le leader du petit parti Gauche démocratique (pro-européen) Dimar, dont la position est jugée cruciale pour permettre au pays d’éviter de nouvelles législatives qui font craindre une faillite et une sortie de l’euro.

    “Aucun gouvernement d’union ne pourra émerger”, a déclaré Fotis Kouvelis à la télévision Antenna, relevant le refus du parti de gauche radicale anti-austérité Syriza de rejoindre une coalition. Des discussions sur la formation d’un éventuel gouvernement doivent reprendre lundi autour du président grec.

    http://www.romandie.com/news/n/_ALERTE___Grece_Pas_de_gouvernement_d_union_possible_dit_le_chef_de_la_gauche_moderee69140520120808.asp

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici