Standard & Poor’s s’intéresse à tout : même à l’avenir de l’immobilier français

121

Les prix de l’immobilier résidentiel français pourraient chuter de 15% d’ici à la fin 2013, et revenir au niveau de début 2009, estime Standard & Poor’s. L’agence de notation relève que le marché immobilier français a poursuivi sa hausse pendant près de 5 ans, malgré une brève correction suite à la crise financière de 2007-2008, un «phénomène unique en Europe».

Au cours des 18 mois à venir, S&P attend une baisse de la capacité d’emprunt des ménages d’une ampleur comparable à celle de 2007-2009 (-7%), voire plus importante si les taux d’intérêt augmentent. Cette baisse s’était à l’époque accompagnée d’une chute de 10% des prix entre mars 2008 et juin 2009.
La contraction de l’octroi de nouveaux crédits à l’immobilier pourrait par ailleurs atteindre 20 % en 2012 comparé à 2011.

22 Commentaires

  1. L’immobilier est déjà descendu de 30% dans les zones rurales, c’est dans les grandes villes comme Paris où les investisseurs ont fait monter les prix.
    Les prix sont trop élevés par rapport aux salaires, il faut une correction de 50% pour que cela redevienne abordable ! On va sans doute vers une déprime de l’immobilier sur une période de 10 ans !

    • Fukushima: 40 millions de japonais en extrême danger pourraient être évacués en Russie ou en Chine (plein de logements vides) !

      40 millions de japonais en extrême danger par empoisonnement aux radiations, évacuations de masse probables.

      Des officiels japonais sont actuellement engagés dans des pourparlers avec des diplomates russes sur la possible délocalisation de dizaines de millions de japonais dans le cas très probable d’un effondrement total de l’unité 4 de Fukushima Daiichi. Selon un rapport récent de EUTimes,net, les autorités japonaises ont indiqué qu’au moins 40 millions de japonais sont en “extrême danger” d’empoisonnement radioactif, et que de nombreuses villes de l’est, y compris Tokyo, peuvent devoir être évacuées dans les prochaines semaines ou mois pour éviter un empoisonnement à des radiations extrêmes.

      Comme nous continuons de le rapporter, la situation à Fukushima est désespérée, c’est peu de le dire. Le réacteur 4 est sur le point de s’effondrer complètement, ce qui enverrait dans l’atmosphère du combustible provenant de milliers de barres. Ces barres, après tout, sont déjà exposées à l’air libre, mais la libération de leur combustible causerait non seulement une catastrophe régionale, mais aussi un holocauste mondial.

      Le Mainichi Daily a récemment rapporté : “Un rapport publié en février par la commission indépendante d’investigation sur l’accident a déclaré que la piscine de stockage du réacteur 4 était le maillon faible dans les crises de réaction en chaîne de la catastrophe nucléaire ».

      “Le scénario du pire établi par le gouvernement inclut non seulement l’effondrement de la piscine du réacteur 4, mais aussi la désintégration des barres de combustible de tous les autres réacteurs de la centrale. Si ceci devait arriver, les habitants de la zone métropolitaine de Tokyo seraient obligés d’évacuer.”

      Pour mettre en place des solutions pour les japonais les plus proches du danger, les autorités envisagent de reloger des dizaines de millions de japonais dans les îles Kouriles, situées dans la région de Sakhaline, ou même en Chine, où des centaines d’habitations de villes fantômes non utilisées pourraient abriter au moins 64 millions de réfugiés. Si cette délocalisation devait se produire, le Japon deviendrait en grande partie une friche stérile.

      Une “vague” de déchets hautement radioactifs se dirigerait vers la côte ouest des US.

      Pour les japonais, la catastrophe de Fukushima représente une disparition complète de leur nation, alors que pratiquement rien n’est fait pour contenir les milliers de barres de combustible exposées qui pourraient exploser avec la chute du réacteur 4. Mais les conséquences de tout ceci ne sont pas limitées seulement au Japon, car le reste du monde, y compris les US, supporteront le poids de cette bombe nucléaire aussi. Nous souffrons déjà, en fait, des conséquences de cette guerre nucléaire qui n’est pas une guerre.

      À la fin de l’année dernière, par exemple, il a été rapporté que des officiels américains ont ordonné à TEPCO de relâcher 10 millions de litres de déchets radioactifs dans l’océan Pacifique. Aujourd’hui, selon The Intel Hub, ces déchets arriveront bientôt sur les grèves de la côte ouest, à l’insu de millions d’américains vivant dans cette région, qui y seront exposés.

      Cette nouvelle »vague » de radiations est, bien sûr, en supplément de vagues plus anciennes qui ont déjà tué des milliers de gens, beaucoup d’entre eux étant des enfants, et provoqué une augmentation considérable de cas de cancers. Et avec le temps de plus en plus de gens vivant en Amérique vont commencer à développer des maladies chroniques en résultat d’un empoisonnement perpétuel par Fukushima et beaucoup mourront, alors que les médias de masse restent volontairement silencieux sur le problème.

      Et le gouvernement fédéral a toujours su que la catastrophe devenait la plus mondialement sévère de l’histoire, comme il l’a été prouvé par la récente demande d’une loi sur la liberté de l’information. Non seulement les autorités fédérales sont conscientes des extrêmes dangers venant de Fukushima depuis les premiers jours, mais elles ont aussi orchestré des campagnes de désinformation pour garder les américains et le reste du monde dans l’obscurité au sujet de la vérité.

      Comme ni les US ni les gouvernements japonais semblent vouloir vraiment gérer Fukushima, et en particulier la condition du réacteur 4, NaturalNews en appelle aux Nations-Unies pour mener une action rapide. Une nouvelle pétition presse les NU d’organiser un sommet sur la sécurité nucléaire pour s’occuper du problème du réacteur 4, et établir aussi une équipe indépendante d’évaluation pour le stabiliser et empêcher son combustible de détruire potentiellement toute vie sur terre.

      (NaturalNews)

      Traduction par Chantalouette et Hélios du Bistro Bar Blog

      A lire aussi sur WikiStrike:

      Alerte à Fukushima !

      • La solution serait d’enterrer les réacteurs sous 100m de terre.
        Comme il faut enlever la terre radio-active sur de grandes surfaces, elle pourrait être amenée sur les centrales de Fukushima pour les enterrer. tous les 20m d’épaisseur on met des bâches d’étanchéité puis de nouveau 20m de terre…

      • c’est dingue ce silence. J’ai parlé avec Gatignon pour qu’enfin il évoque un peu le problème. On verra bien mas je n’y crois pas

      • Fukushima (comme Tchernobyl) n’est pas un problème car il n’y a pas de solutions… c’est une catastrophe éternelle…enfin presque… et enterrer de la radioactivité c’est comme enterrer une taupe ou noyer un poisson, ça ne limitera pas son activité! le nucléaire? fallait pas y aller c’est tout! Le sevrage sera rude car on est tous gavés d’énergie électrique nucléaire ! faut s’entrainer à lire à la bougie les gars, ou se coucher avec les poules ….
        c’est assez pessimiste comme commentaire…je suis de mauvaise humeur énergétique aujourd’hui!

    • Tout à fait filibert, l’ immobilier est déjà en moyenne à – 10% en Moselle. Est il bien judicieux d’ écouter les dires des agences de notation ? Standard and Poor’s voit l’immobilier à – 15% fin 2013 mais où était il pour nous annoncer la crise de 2008 ? C’ est biensûr à ces gens là que l’on confie la notation des nations ” souveraines.” Cela me rappelle monsieur Jorion qui défend JP Morgan, nous pourrions en rire si ça n’ était pas aussi dramatique.

  2. Comment ne pas se faire enlever des points de permis :

    http://www.dhnet.be/infos/buzz/article/395400/a-4-ans-il-ecope-de-plus-de-23000-euros-d-amende.html

    Autre astuce :

    Si vous recevez un PV à la maison avec des points à retirer (un radar automatique en clair), et bien vous payez l’amende. Si par exemple le montant est de 90 euros, vous faites un chèque de 91 ou 92 euros mais toujours un peu plus que le montant. Ensuite, ils encaissent votre chèque donc c’est bon vous avez payé l’amende vous êtes ok de ce côté là. Puis, vous allez recevoir un chèque de la différence donc soit de 1 ou 2 euros et là n’encaissez surtout pas ce chèque, gardez le bien au chaud car tant que vous ne l’ avez pas encaissé, ils ne pourront pas vous retirer vos points car l’ affaire ne sera jamais terminée. Ceci est une faille informatique de l’administration.

  3. Par
    Woodward et Newton

    Crise financière : même la SEC est mouillée…

    Le gendarme de la bourse américaine a ouvert une enquête sur la plus petite et la plus indépendante des agences de notations.

    2 milliards – pour le moment – de dollars de perte en 40 jours de trading par le Chief Investment Office (CIO) de la banque JP Morgan Chase où sévit le français Bruno Iksil dit « la baleine », de terribles accusations portées contre la banque HSBC par John Cruz, l’un de ses anciens chargés de clientèle qui affirme tout en nuance dans son bouquin, qu’elle est une entreprise criminelle. Point de vue d’ailleurs timidement partagé aujourd’hui par le sous-comité permanent du Sénat US pour les Enquêtes….

    Mais nom d’un chien que fait la police, pardon, la SEC (Security Exchange Commission), gendarme de la Bourse yankee pendant ce temps là ?

    Un gendarme de la bourse légèrement obsédé

    Depuis début 2008, sans doute pour évacuer le stress de la déferlante des sub-primes, un certain nombre de ses cadres passaient 8 heures par jour sur des sites internet pornographiques.

    C’est en tout cas ce qu’affirmait en avril 2010 Peter Morici, professeur à l’Université du Maryland et membre du département économique de la commission américaine pour le Commerce international (« c’est irresponsable et ça dénote un mépris du contribuable et de l’intérêt de celui-ci pour un véritable contrôle des marchés financiers… »).

    L’accusation fut confirmée par l’enquête interne diligentée à la demande de Chuck Grassley, sénateur républicain de l’Iowa. « Croyez-moi ces mecs sont des obsédés » déclarait de son côté Mike Leahy, auteur du fameux « Porn Nation »…

    Egan Jones, une agence de notation un peu trop indépendante

    Aujourd’hui, les « gendarmes » en question se sont trouvés une nouvelle occupation à la hauteur de leur réputation : chercher des poux au Petit Poucet des agences de notation, la société Egan-Jones Ratings cofondée en 1992 par Sean Egan sous le nom un brin provocateur de Red Flag Research Inc.

    C’est vrai quoi ; les dirigeants politiques du monde entier n’ont pas de mots assez durs contre les Fitch, Moody’s Investors Service et autre Standard & Poor’s qui sucrent lâchement les triples A des états, renchérissant ainsi jusqu’à l’insupportable, le coût de leurs dettes souveraines…Il était urgent que la SEC remettent ces insolents dans le droit chemin !

    Seulement voilà ; si la SEC était contre l’ordre financier établi, ça se saurait. Les courageux gendarmes ont donc choisi leur cible avec circonspection : Egan-Jones Ratings, (EJR) basée dans le hameau bucolique d’Haverford en Pennsylvanie.

    Au cours de sa dernière année d’activité arrêtée au 29 mars 2012, la boite a déclaré que ses 5 analystes – dont – Sean Egan lui-même – avaient noté 1136 entités de toutes sortes. Circonstances aggravantes, Egan et ses potes sont payés par les abonnés qui achètent leurs enquêtes et leurs scores, au lieu d’être rémunérés comme le trio de tête, par les émetteurs des emprunts évalués par les agences, ouvrant comme l’on sait, la porte à de méga conflits d’intérêt pour rester poli.

    Il était donc urgent de les mettre au pas. La SEC a donc ressorti de présumés fausses déclarations faites en 2008, lorsque l’agence a demandé son agrément pour pouvoir noter les dettes souveraines, celles émises par les états américains et les administrations locales, et les emprunts obligataires gagés par des actifs assez souvent faisandés (asset-backed securities) et titrisés à l’infini, à l’origine de la crise financière mondiale.

    Sans doute trop occupés, c’est seulement en octobre 2011, que les gros bonnets de la SEC ont émis un avis d’enquête (Wells notice pour les initiés) contre Egan-Jones.

    «On ne nous fera pas taire»

    Le 24 avril, la SEC publiait un communiqué faisant état de la mise en cause de l’entreprise et de son dirigeant pour des « déclarations trompeuses » (misrepresentations) et des violations de diverses dispositions de la Loi Boursière.

    Si l’affaire va jusqu’à son terme, Egan-Jones qui est à ce jour l’une des 9 agences de notation agréés par la SEC, pourrait perdre le droit de noter 13 emprunts obligataires de type ‘asset-backed securities’ et 9 emprunts d’état. Sans compter l’amende qui pourrait lui être infligée. Dans tous les cas, elle pourrait poursuivre, à la grande satisfaction de ses clients, la notation des compagnies d’assurance, des institutions financières privées et des emprunts lancés par les entreprises.

    Prenant les devants, Egan-Jones Ratings a publié le 19 avril 2012 sur son site Internet, un communiqué laissant clairement entendre qu’elle n’était pas résignée à jouer les utilités :

    « …EJR est la seule entreprise NRSRO (« nationally recognized statistical ratings organization ») indépendante. C’est une petite entreprise de moins de 20 salariés. Elle est payée par ses souscripteurs, pas par les émetteurs. De nombreuses études académiques, y compris celles publiées cette année, démontre que EJR produit les scores les plus exacts et prédictifs de la profession….

    Les dommages causés par les grandes entreprises payées par les émetteurs, qui détiennent un monopole sur le marché, sont incalculables. Le Congrès a découvert que les grandes entreprises payées par les émetteurs, sont responsables des scores Triple A qui ont alimenté le marché des ABS et des CDO, lequel, lorsqu’il s’est effondré en 2008, a généré un trillion de dollars de pertes et la crise financière la plus grave depuis la Grande Dépression.

    La grande majorité de ces scores triple A, sont aujourd’hui au niveau des actifs pourris. EJR a sonné l’alarme contre plusieurs de ces risques.

    La SEC n’a même pas suggéré qu’elle puisse prendre des mesures contre ces firmes pour avoir produit des scores contradictoires et erronés qui, comme l’a découvert le Congrès, ont largement contribué à la crise économique américaine…

    On ne nous fera pas taire. Nous sommes parfaitement à l’aise pour affirmer que cela (l’action de la SEC) n’a aucun rapport avec la qualité des scores produits par la firme ».

    Comment dit-on déjà : fort avec les faibles et faibles avec les forts ?

    http://www.bakchich.info/international/2012/05/17/crise-financiere-meme-la-sec-est-mouillee-61373

  4. Un peu HS mais François Hollande en conf. de presse derriere un poulailler quelque part a Camp David, entre un drapeau tricolore à gauche et un ..tas de bois à droite de l’image, triste augure..

  5. a Philibert,,,, document instructif,,,, mais:”””” en Chine, où des centaines d’habitations de villes fantômes non utilisées pourraient abriter au moins 64 millions de réfugiés.”””,, ç’est un peut gros, non ?,, part curiosité, pourquoi ces villes sont-elles vident ?

  6. a filibert:””””des officiels américains ont ordonné à TEPCO de relâcher 10 millions de litres de déchets radioactifs dans l’océan Pacifique””””” donc, ces offiçiels,, qui habitent là, ne craignent rien ?!

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici