Par Menthalo – ENFER A DENVER (V)

490

A Ispahan, après sa semaine de travail, Darius avait été se détendre au Hammam. Dans la touffeur des vapeurs, les conversations vont bon train et les rumeurs se croisent et s’enrichissent. Loin de la télévision d’état ou des médias officiels, les Perses avaient leurs réseaux d’information informels. Darius savait écouter et on lui offrait beaucoup d’histoires en espérant obtenir de lui, en retour, quelques récits de première main sur les tractations actuelles avec l’Occident. Il avait été sage et sobre en paroles. Vendredi, il avait été à la vieille mosquée pour la même raison. Dans les cours majestueuses, après la prière, les cercles se formaient et l’information circulait. Les hommes du Bazar étaient très entourés, mais ils ouvrirent leur cercle en reconnaissant Darius. La nouvelle du jour le concernait au premier chef. Obama avait fait une offre formelle mais confidentielle à Ali Khameini. Confidence immédiatement rapportée par Parviz ali Khan, le plus proche conseiller d’Ali-Akbar Salehi, à son cousin, qui régnait en maître sur le Bazar d’Ispahan. Ainsi va la vie en Iran.

Obama reconnaissait noir sur blanc qu’un accord pour l’arrêt du programme nucléaire iranien ne pourrait pas être obtenu et proposait un accord provisoire laissant aux partis en présence une grande liberté d’interprétation. Pour les électeurs américains et le public occidental, le président américain pourrait affirmer que Téhéran avait capitulé sur ses ambitions nucléaires, alors que dans le même temps, le président iranien pourrait se vanter auprès des Perses et autres musulmans, que l’Ouest avait reconnu les droits de l’Iran de développer son programme nucléaire, d’enrichir l’uranium et de travailler à l’élaboration de sa bombe.

Officiellement, l’Iran limiterait l’enrichissement de l’uranium 20% en dessous des normes nécessaires au nucléaire militaire, mais il n’était pas question d’arrêter le travail dans le complexe souterrain de Fordo, et encore moins de démanteler cet usine comme l’exigeait Israël.

Téhéran exporterait son stock de 110 kilos d’uranium enrichi à 20%, qui aurait pu être utilisé pour fabriquer une bombe, et ce matériau serait retraité pour lui être renvoyé sous forme de barres à usage civil. Aucune limitation ne serait exigée sur la production d’uranium enrichi à 3,5 ou 5%. L’Iran signerait le protocole de non prolifération, permettant ainsi les inspections de l’AIEA. Obama fermait les yeux sur tous les sites nucléaires iraniens, dont il n’avait pas officiellement une connaissance explicite. Ces sites resteraient donc en dehors du champ d’investigation de l’AIEA.

Les exclamations enthousiastes des différentes personnes autour du porteur d’une si étonnante nouvelle, couvrirent un instant le brouhaha de la grande cour. Les têtes enturbannées se tournèrent vers le groupe bruyant et cherchèrent à s’en rapprocher pour participer à leur liesse.

L’orateur réclama le silence et continua: “L’Amérique et l’Union Européenne supprimeront les sanctions contre l’Iran par étapes. L’Embargo sur les banques iraniennes et leur exclusion du système SWIFT ne seraient pas officiellement annulés, mais l’Ouest fermerait les yeux sur les transactions et tolérerait les échanges avec la Chine, la Russie, l’Inde et la Turquie”.

De nouveaux hurlements de joie jaillirent de l’assemblée. Les hommes du Bazar et les grands négociants internationaux, au premier rang dans le cercle, exultaient. Les affaires avaient été quasiment au point mort depuis plusieurs semaines et les tractations avec leurs partenaires en Inde, en Chine ou en Turquie avaient été très difficiles, car ceux-ci essayaient de tirer profit de la faiblesse des Perses. Tous se congratulaient. La joie se traduisait par vagues, du  cœur du cercle vers l’extérieur, inondant la place qui résonnait de l’expression : “Dieu est grand”, poussée par d’innombrables poitrines. Quand le silence revint enfin, l’orateur, enflant la voix, annonça le dernier point de l’accord proposé par Obama: “L’embargo occidental sur le pétrole iranien sera levé le premier juillet 2012 !”

Les hurlements de victoire et de joie reprirent de plus belle. Darius exultait, comme tous les hommes autour de lui. Les temps avaient été difficiles pour tout le monde. Le rial avait perdu beaucoup de valeur et la vie était devenue très chère dans tout l’Iran. Trouver des pièces de rechange pour l’usine était devenu un véritable problème, et il ne fallait pas avoir d’incident informatique, parce que toute l’électronique avait quasiment triplé de prix. Darius s’esquiva, sortit de la mosquée avant de traverser la Place Naghsh-e Jahan, noire de monde en ce jour du Seigneur. Il avait promis à sa femme de faire un pique-nique à la campagne pour profiter de cette magnifique journée de printemps. Il se hâta de rentrer.

***********

A Tel Aviv, Netanyahu était en rage. Ses services de renseignements lui avaient transmis une copie de l’accord proposé par Obama à Khameini. Il décrocha le téléphone pour faire savoir à la Maison Blanche sa façon de penser. Le secrétariat de la Présidence lui fit dire que Obama n’était pas joignable, ce qui augmenta sa fureur. Il demanda sur un ton cassant à Ehud Barak d’organiser une réunion d’état major dans les 2H.

***********

 DEFCON 3

A Camp David, Obama avait présenté la situation aux présidents du G8, sans masquer la gravité de la situation. Ce n’est pas pour rien que la réunion avait lieu dans le bunker souterrain du camp le plus sécurisé des Etats-Unis. Ses services avaient anticipé les réactions du dangereux psychopathe de Tel Aviv et sans attendre, il avait donné l’ordre de mettre les forces armées en Alerte maximum: DEFCON 3.

Son secrétariat lui avait fait part des 4 appels de Netanyahu, mais pour l’heure, il restait concentré à essayer de gérer les différents problèmes de ses partenaires du G8.

En France, la deuxième plus grosse banque immobilière, le CCCIF allait soit être mis en faillite, soit Hollande devrait renier ses promesses de campagne en la nationalisant. Malheureusement cette banque n’était pas seule. Le Crédit Agricole était entrainé dans le gouffre par sa filiale grecque Emporiki.

En Espagne et en en Grèce, les ruées aux guichets avaient asséché les liquidités des banques. Il allait falloir limiter les retraits des titulaires de comptes. Une telle mesure était déjà envisagée pour l’ensemble de l’Europe.

A Londres, JPM accumulait les pertes, le Wall Street Journal venait de révéler qu’elles s’élevaient désormais à 5 Milliards de $. La Banque allait devoir fermer sa position avec une perte colossale… une décision à 150 milliards de $ d’après certains analystes. Finalement, peu de choses à côté du tsunami de CDS qui allait lessiver l’ensemble de la planète financière, de manière inéluctable. C’était aux actionnaires de la Fed de décider s’ils sauvaient ou sacrifiaient JPM. Et là, on se retrouvait au cœur du problème, avec les différentes factions de l’oligarchie face à face.

Les présidents du G8 étaient ils préparés à entendre qu’un conflit ouvert entre l’Iran et Israël pouvait avoir du bon? Cela détournerait l’attention des masses. C’était l’avis des Britanniques et des Hollandais, qui défendaient des intérêts particuliers, mais les autres se révoltaient.  Les Russes s’y opposaient avec véhémence. Sarkozy aurait fait pencher la balance du côté de la guerre.

Barak Obama savait qu’au Pentagone et dans chacune des composantes des armées américaines, il y avait la même opposition entre faucons et colombes.Les forces aéronavales dans le Golfe arrêteraient-elles l’attaque israélienne comme voulait le faire une faction du Pentagone ? ou resteraient elles neutres, attendant la contre-attaque iranienne, qui déclencherait une escalade générale ? Les Russes pourraient ils bloquer l’attaque israélienne si celle-ci était lancée depuis leur base secrète de Sitalcay en Azerbaidjan, à 550 km de la frontière iranienne ?

***************

A l’issue du week-end, Sergueï Riabkov, le responsable des Affaires étrangères russes, fulminait encore. Il décida d’alerter les populations du monde des risques que leurs dirigeants étaient prêts à prendre,  en espérant que cela puisse les faire reculer. Il attendit d’être dans l’avion pour s’adresser aux journalistes: “Nous recevons des indications, à la fois par des canaux publics et par nos services de renseignement, selon lesquelles cette option est considérée dans certaines capitales comme désormais plus plausible. Les dirigeants mondiaux ont laissé entendre qu’ils étaient prêts à puiser dès cet été dans leurs réserves stratégiques de pétrole si un durcissement éventuel des sanctions contre Téhéran devait limiter les approvisionnements sur le marché. Nous sommes très inquiets à ce sujet. Nous ne voulons pas que la région et le monde soient entraînés dans de nouvelles divisions et de nouveaux conflits politiques violents. C’est l’un des signes nombreux et variés, venant de plusieurs sources, qui montrent que l’option militaire est considérée comme possible et réaliste”.

Riabkov jouait entre demi-vérités et demi-mensonges, ne pouvant pas révéler la proposition faite par Obama à Khameini, ni quels étaient les faucons du G8, souhaitant qu’Israël mette le feu aux poudres. Tout ça pour faire flamber le pétrole et valoriser les réserves secrètes de pétrole du Cartel ? Pour garder le pouvoir et le contrôle !

***********

A Fort Carson, Russes et Américains s’entrainaient de manière intensive. Sur les pas de tir, chaque parachutiste russe avait derrière lui son homologue américain,  théoriquement pour lui apprendre le maniement des nouvelles armes, mais en fait, une véritable compétition s’était engagée entre les deux corps. Les spetnatz avaient néanmoins l’impression que les Américains se méfiaient d’eux, car ils ne pouvaient faire un pas dans le camp sans être accompagnés. Ils étaient fin prêts, quoiqu’il puisse arriver.

98 Commentaires

  1. La Russie est préoccupée par le fait que plusieurs pays envisagent de résoudre la situation autour de l’Iran par la voie militaire, a annoncé aux journalistes le vice-ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Riabkov.

    “Nous sommes préoccupés par le fait que l’option militaire pour résoudre le problème est toujours considérée comme une réalité. Nous recevons périodiquement des signaux, par des canaux officiels ou non, selon lesquels cette option est désormais considérée par certaines capitales comme plus acceptable qu’elle ne l’était jusque là”, a déclaré M.Riabkov.
    MOSCOU, 21 mai – RIA Novosti
    http://fr.rian.ru/world/20120521/194779693.html

    La fiction , la réalité …

  2. ABM: l’Otan veut poursuivre le dialogue avec Moscou (Rasmussen)
    Dossier: Bouclier antimissile américain en Europe

    http://fr.rian.ru/world/20120521/194778255.html

    Et dans le même temps:
    …Le bouclier antimissile européen est en cours, dit Fogh Rasmussen, Secrétaire général de l’OTAN, qui a annoncé sa « capacité provisoire » pour abattre les missiles.La Russie a antérieurement fait voix forte de son inquiétude sur la question.
    et :
    Rasmussen a souligné que l’OTAN doit être en mesure de se défendre contre les menaces de missiles et dit la mise en place »ne peut pas être bloquée par la Russie», c’est une décision de l’OTAN.

    http://www.rt.com/news/nato-summit-missile-shield-739/

    Donc c’est la diplomatie “cause toujours , tu m’intéresses ”
    Rasmussen, dans son bac à sable , veut jouer aux échecs avec les Russes .

    Il semblerait que l’on s’approche du point de non retour.
    A la grâce de Dieu.

  3. Le point de vue israélien :
    Il y aurait un accord secret , toute “violation” du protocole par les iraniens , entrainerait une riposte militaire….

    http://www.debka.com/article/22014/

    Ben voyons , qui va déterminer l’étendue de la pseudo violation ?
    C’est Oncle Sam , éclairé des lumières des informateurs du Mossad.
    Elle est pas belle la guerre ?
    Hollande doit être informé , que va-t-il faire ???

  4. Tous avachis autour de la table, en bras de chemise, débraillés, rasés de loin, vite fait, un coup de peigne entre deux portes, le regard fixe, hagard. La grande classe.

    • Manque plus que la tête de sanglier mitée, la langue pendante, cloutée au mur à côté d’une capricieuse horloge tyrolienne dans cette atmosphère caca d’oie et l’équipe est au complet.

  5. Hollande n’est qu’une marionette…
    mais il ne semble pas un foudre-de-guerre… je veux dire un va-t’en-guerre.
    C’est peut être pour cela qu’il pourrait se faire putscher dehors rapidement …

  6. Bonjour à tous? pourrai t-on m’expliquer pourquoi quand le CAC40 remonte, les banques ont un effet inverse.
    Je ne suis toujours novice, mais hier j’ai regardé le cours du CAC en baisse et les banques monter et aujourdhui l’inverse d’où ma question.
    merci

  7. @Menthalo
    J’ai effectivement apprécié votre allusion romancée au vieux prêtre italien dont je vous avais parlé, comme le fait que vous vous investissiez pleinement dans votre « apostolat » (non lucratif) d’analyste avisé. Preuve en est votre disponibilité à répondre systématiquement aux questions de vos lecteurs, sinon à lever, autant que faire se peut, leurs doutes. D’autre part, n’ayant pas accès personnel à internet – et ne le voulant pas – il ne m’est pas toujours possible de consulter chaque jour les sites et autres blogs à la pointe de l’information comme LIESI, ceci pouvant expliquer parfois mes « silences » passés ou à venir… P.S. : pour ce qui est de l’identité de « Fra Angelico », il suffit de la demander à Charles, que Jacques (de LIESI) connaît bien…

  8. Les ministres de guerre et des affaires étrangères russes sont maintenues dans le nouveau gouvernement de Poutine.

  9. Bonjour à tous,

    En attendant l’apocalypse..

    **
    Russie: les nouveaux missiles Iars en passe d’être déployés

    13:25 21/05/2012
    MOSCOU, 21 mai – RIA Novosti

    Les Troupes de missiles stratégiques russes (RVSN) ont commencé à préparer le déploiement des nouveaux missiles Iars dans les unités de missiles d’Irkoutsk, de Novossibirsk (Sibérie) et de Kozelsk (ouest), a déclaré lundi le commandant en chef des RVSN, le général Sergueï Karakaïev.

    “Les travaux préparatifs en vue de fournir des missiles Iars aux unités de missiles d’Irkoutsk, de Novossibirsk et de Kozelsk, ont débuté”, a déclaré le général avant d’ajouter que plusieurs autres unités de missiles recevront prochainement les nouveaux armements.

    Selon M.Karakaïev, les missiles fournis à l’unité de missiles de Kozelsk seront installés dans des silos.

    Le missile balistique intercontinental RS-24 Iars est une version modernisée du missile RS-12M2 Topol-M. Il est doté d’ogives multiples de 150 à 300 kt à guidage individuel. A l’avenir, le RS-24 constituera, avec le Topol-M monobloc (RS-12M2), le noyau des forces nucléaires russes.

    http://fr.rian.ru/defense/20120521/194781799.html

  10. En lisant la presse israélienne, on s’aperçoit que depuis un bon bout de temps, le sujet N°1 est l’Iran !!!
    C’est un très mauvais signe je pense

  11. La troisième guerre mondiale est déjà en marche et ne va faire qu’ évoluer sur l’ ensemble des continents. Vous faites des références seulement aux moyens conventionnels classiques militaires. Je pense que cette fois ci cela va être différent, la minorité dominante occulte maitrise parfaitement la mise en place d’ un système et de pression politique et de destruction massive sans avoir le moindre avion dans le ciel ni le moindre sous-marin nucléaire sorti en mer. Le conflit des civilisations est une façade pour détourner le regard de la population vers un faux énnemi, les attentats en Europe en sont des exemples, la Libye et la Syrie en sont d’ autres à une plus grosse échelle. Renseignez vous sur le système de valises diplomatiques qui seraient cachées sur les territoires à atteindre, sous couvert diplomatique l’ on envoie des agents des services secrets dans un pays munis de valises nucléaires, chimiques ou biologiques. Ces valises seront activées par des agents dormants pour détruire des cibles telles les centrales électriques, les infrastructures de communication et terroriser les populations. Biensûr aux yeux des peuples se seront les ” extrémistes Musulmans ” les responsables. L’ on combat contre le groupuscule Al-Qaïda en Irak et en Afghanistan mais avec, en Libye et en Syrie. C’ est aussi dans ce cas de figure que l’ on comprend mieux le rôle subalterne de nos politiques qui ne possèdent que la table du jeu d’ éhecs, ce sont les groupes occultes qui possèdent les pions. Certains intervenants étaient inquiets dans l’ idée d’ une guerre nucléaire sur le sol français qui porte 58 réacteurs nucléaires, et bien avec le système de valise ce problème est réglé. Peut être que je me trompe mais cela voudrait dire que ces engins pourraient être positionnés à des endroits stratégiques avec des calculs de distance ne mettant pas en risque nos centrales nucléaires. C’ est peut être aussi pour cette raison que les douaniers américains procèdent à des fouilles systématiques et très approfondies dans les aéroports. Le pouvoir Américain veut faire comprendre à l’ énnemi ( GRU Soviétique ) qu’ il sera désormais très difficile de passer avec certaines substances visant à mettre en place des attaques futures de l’ intérieur même du pays. Nous ne connaissons pas le 100 ème de la véritable capacité de l’ armement d’ aujourd’ hui. ” Le terrorisme est la meilleure arme politique, puisque rien ne fait réagir davantage les gens que la peur d’ une mort soudaine.” Adolf Hitler ( 1889-1945 ). Le terrorisme est une arme redoutable pour faire infléchir l’ opinion publique à l’ acceptation du N.O.M, car sans elle rien n’ est possible.

    • Claveul, comme pour la seconde guerre mondiale, nous allons avoir deux camps qui vont se confronter. Celui des judéo-francs-maçons et celui des musulmans alliés aux anciens pays communistes. Ni l’un ni l’autre sont sains ! Cela va ressembler à la seconde guerre mondiale, où on se trouvait à prendre partie pour Hitler ou pour Staline !

      Ce que nous révèlent les prédictions de Pédro Régis vont tout à fait dans ce sens :

      http://effondrements.wordpress.com/2012/05/21/lincroyable-phenomene-pedro-regis-au-bresil-2nde-partie/

      Il ne faut pas être naïf, et croire qu’en Iran, le régime est un modèle à suivre et que Poutine est un démocrate ! Alain Soral malheureusement, de par ses expériences antérieures, n’a toujours pas compris le danger islamiste ! Il est pourtant réel ! Et Poutine ne désire qu’une chose, rétablir l’empire russe ! De l’autre côté, on a une oligarchie sioniste qui veut établir et diriger un gouvernement mondial dans leur propre intérêt. En fait, l’ennemi de l’humanité a deux têtes ! Et nous au milieu !

      • Vous n’ allez pas me la faire tien, qui a mis en avant le principe de thèse / antithèse sur ce site ? Lisez donc ce que j’ ai écrit concernant l’ ouvrage : DES PIONS sur l’ échiquier dans mes interventions précédentes. Vous dites que les gens sont naïfs et ne comprennent pas mais vous êtes le premier à tomber dans le panneau.

      • Comme le dit si bien Pedro Régis, les persécutions chrétiennes ne sont pas du vent !

        Exemple, les chrétiens de la province d’Aceh, dans le nord de l’île de Sumatra. Dans cette province en effet, la seule d’Indonésie dans laquelle est en vigueur la loi islamique (charia), l’élection au poste de gouverneur du responsable radical islamique Zaini Abdullah, intervenue le 9 avril dernier, a renforcé les groupes islamiques radicaux qui, au travers de pressions et d’intimidations, ont contraint à la fermeture 17 églises chrétiennes au cours du seul mois de mai après différentes manifestations de protestation antichrétiennes devant le palais du gouvernement

        http://belgicatho.hautetfort.com/archive/2012/05/21/l-islamisme-fait-rage-a-sumatra-ou-17-eglises-ont-ete-fermee.html

      • Ne vous excusez pas tien, il n’ y pas de souci. Il n’y a pas de problème ” bicéphale ” mais une volonté de la minorité toute puissante qui veut posséder l ‘ensemble des biens de la planète y compris le vivant qui la compose. Pour cela elle exacerbe les tensions dans le cadre du conflit des civilisations. Cela a toujours été le cas tien, regardez comment Hitler a été soutenu pour accèder au pouvoir, comment Lénine a été financé pour engager la révolution en URSS et renverser les Tsars. Le Sionisme contre les Musulmans extrémistes, c’est la façade pour le bon peuple. Il faut monter à un niveau supérieur pour avoir les vrais responsables. A qui profite le crime ? Ce sont les mêmes qui sont capables de financer et l’ armée A, et l’ armée B qui s’ affrontent lors d’ un conflit. Ce sont les mêmes qui possèdent la création monétaire. Les politiques sont leurs chefs d’ ateliers et les peuples leurs esclaves. Cette minorité diabolique donne ses directives aux chefs d’ ateliers notemment lors des réunions du Bilderberg, de la Trilatérale et du CFR.

      • C’est la question qu’il faudrait développer ! Qui est à la tête de cette pieuvre de l’ombre ? A première vue on y verrait les sionistes kkazars ! Ils ont réclamés la Palestine alors qu’ils n’ont aucun ancêtre sur cette terre ! Ainsi peuvent-ils réclamer d’avoir toutes les richesses du monde pour plier aux textes d’Ezechiel dans l’ancien testament et ainsi voir venir leur Sauveur ! L’idée de faire partie du peuple choisi de par leur conversion au judaïsme doit les conforter dans cette voie !

        Ou alors, on a véritablement un groupe de gens versé complètement dans le satanisme !

      • bonjour,
        @Clavreul et Tien,
        Effectivement, les choses sont toujours plus complexes qu’on ne le pense et il faut en permanence se méfier de manipulations. si je devais décrire notre monde tel qu’il nous apparait, je le comparerais à une grande salle des miroirs (un peu comme dans un des Bruce Lee).
        Je commence tout juste à envisager une vision globale de la situation suite aux années passées à étudier cela avec vous (principalement les 4 dernières de façons plus intensives, la crise ayant servi de réveil). Je suis conscient que il me reste encore un immense chemin à parcourir et que le but jamais je n’atteindrai (comme le dirait maitre Yoda) mais voici mon début de conclusion :
        Tout est basé sur un sentiment très humain qui, bien que nécessitant de vivre en goupe, l’individu cherche tout d’abord à défendre ses intérêts (quelque soit l’individu, exclusion de cas particuliers type Mère Teresa ou l’Abbé Pierre…). Déjà au niveau du couple, qui est la cellule primaire de la société, on va faire des concessions tout en essayant de défendre son intérêt personnel. Puis le couple s’intègre dans un clan tout en défendant son intérêt (celui du couple) puis le clan dans un groupe plus vaste etc…
        Le problème vient quand l’organisation sociale du groupe permet de favoriser une minorité dans la défense des ses intérêts personnels. Tout d’abord, ce fut la force. Le plus fort s’imposait aux autres et s’arrogeait le pouvoir. Mais le collectif est toujours plus fort que l’individu donc la maitrise des croyances a remplacé la force pure et les chefs l’ont été de droits divins. Mais là encore, l’éducation du peuple (ou sa manipulation vers une croyance autre) a changé la donne et depuis environ le XVIIème siècle, peu à peu, c’est l’argent qui s’est imposé comme outil de domination. Ces 3 puissances (force, croyance, argent) ont toujours existées, et même si l’argent est la puissance dominante actuellement, elle s’appuie quand même sur la force (militaire ou paramilitaire) et les croyance (mainmise sur les médias et l’entertainment).
        Ce sont donc, depuis le XVIIème siècle et même avant avec les Durer en Autriche ou les banquiers italiens, ceux qui maitrisent le pouvoir de l’argent, donc les financiers, qui peuvent être la minorité dominante. Leur objectif est de garder cette domination et même de la renforcer afin de la rendre permanente, but ultime de chaque minorité dominante. Ils ont compris que cela passait par la mondialisation car l’argent n’a pas de frontière et même plus la collectivité est globale sans être organisée, plus il sera difficile à cette collectivité de s’organiser et donc contrecarrer cette domination.
        La lecture des 400 dernières années vont dans ce sens. Même le système dit démocratique mais qui ne l’est pas comme le montre bien E. Chouard et d’autres vise à organiser la domination de l’argent sous couvert de liberté des peuples à se gouverner. Il faut toujours que le dominant manipule les gens pour que cela soit accepté. Sous le système de la force, la’rgument était : je te protège des autres qui te veulent du mal. Si tu es mon esclave, c’est pour ton bien. Ensuite, c’était : je te protège du mal et de la perdition. C’est pour ton bien que tu es mon esclave. Maintenant, le consumérisme et la sécurité sont les carottes. Pour cela, on a créé un système de dettes qui emprisonne les gens et on crée de temps à autre une menace (Communisme, Islamisme etc…).
        Donc Oui, Clavreul a raison en disant que les menaces sont fabriquées afin de pousser les peuples à accepter un gouvernement unique utopique. Plus l’ensemble sera gros, plus il sera facile pour les dominants actuels de garder la mainmise sur lers peuples. Mais les dominants réels (ceux qui ont le pouvoir de l’argent) se servent aussi des “petits dominants” qui sont contents de ne dominer qu’un territoire comme les nazis se servaient des Kapos dans les camps pour maintenir l’ordre.
        Un retour simpliste vers des Nations sans objectif commun universel réel serait tou aussi dangereux que le mondialisme en cela qu’il permettrait simplement aux petits Kapos de devenir les grands de leur territoire. J’en arrive à penser que c’est cela la pahse actuelle du mondialisme. Une montée brutale du nationalisme, voire du clanisme, entrainant des telles perturbations, guerres totales et toutes les souffrances qui s’ensuivent, que les gens se précipiteraient vers le NOM. David Rockfeller l’a déclaré il y a déjà plus de 30 ans : il ne manque qu’une bonne crise…
        La seule règle universelle que tous les peuples doivent suivre est la mise en place d’un système d’organisation de la collectivité qui protège cette dernière de toute prise de pouvoir par une minorité. Chaque peuple doit trouver son fonctionnement selon sa culture et ses habitudes mais c’est l’objectif à atteindre. Nous cocnernant, je l’ai déjà commenté précédemment, le revenu universel pour bloquer le pouvoir de domination du capital, le tirage au sort de E. Chouard pour bloquer la manipulation par l’argent et re^rise en main de la souveraineté monétaire pour bloquer le pouvoir de l’argent sur l’économie. C’est l’économie, nous, nos efforts qui doivent créer de la richesse et pas l’inverse. Je pense qu’en se basant sur ses 3 premiers principes et en défendant le projet d’une assemblée constituante comme en Islande, il est possible de changer les choses.

      • A librezen

        Il manque toutefois dans ce raisonnement la véritable dimension de l’homme et le pourquoi il est sur terre ! Le pouvoir, la richesse, la renommée, le sexe ne sont pas suffisants pour un esprit évolué. Il y a comme un manque ! Reste à trouver comment le combler.

  12. bonjour ! la guerre bactériologique ne sera pas réservée aux chinois, quand on voit aux usa des cerceuils pour 4 corps pouvant servir à la crémation (alors qu’enterrer les cadavres serait plus simple), des annonces de scientifiques ayant réussi à rendre mortels des virus transmissibles comme le h1n1 ou h5n1 ainsi que la répétition générale de la catastrophe qui touchait de nombreux pays à cause des voyageurs et le soi-disant vaccin, des annonces de la fema de se tenir pret pour 2012 et des recommandations sur une attaque de zombies, …

    • Bonjour Libresinfos, la réalité est difficile à décripter. Rajouter à cela du ” Hollywoodien ” devient périlleux.

    • c’est une info originale pour une préparation à une catastrophe naturelle venant de la colombie britannique sur la cote ouest du canada (dans le prolongement de la faille de san andréa ?)

  13. Facebook dégringole en Bourse

    Après des résultats jugés poussifs lors de son introduction vendredi, le titre Facebook chûtait de plus de 10 % lundi sur le Nasdaq.

    Facebook a ouvert lundi 21 mai sur le Nasdaq sensiblement sous son prix d’introduction de 38 dollars, à 35,52 dollars, en chute de 7 %. Après quelques minutes de cotation la valeur cotait 35,72 dollars avant de poursuivre sa chûte. Trente minutes après el début des échanges, la valeur lâchait entre 11 % et 13 %.

    Après une première séance qui aura vu l’action du groupe augmenter de seulement 0,61 %, beaucoup attendaient de voir comment les investisseurs allaient réagir lors de cette deuxième journée en Bourse pour le site de Mark Zuckerberg.
    Des chiffres en trompe l’oeil

    Pourtant, les premiers résultats de vendredi auraient pu laisser penser que le premier réseau social du monde avait réussi ses débuts à Wall Street. Une valorisation à 104,8 milliards de dollars, près de 16 milliards de dollars levés et environ 580 millions de titres échangés en un jour… L’entrée en Bourse du réseau social aux 901 millions d’utilisateurs aura battu tous les records, Bob Greifeld, le directeur général du Nasdaq, qualifiant même l’IPO de Facebook comme la plus grande de « toute l’histoire de l’humanité. »

    Mais ces chiffres impressionnants masquent en réalité une introduction en Bourse poussive. Les débuts au Nasdaq du site de Mark Zuckerberg ont été retardés par des problèmes techniques, et le titre a passé la majeure partie de la séance à tenter de se maintenir au-dessus du cours d’introduction de 38 dollars, pour finir sur un gain de seulement 23 cents (+0,61 %), à 38,2318 dollars. Il semble donc que Facebook ne soit pas parvenu à déclencher l’enthousiasme des investisseurs.

    Pire, certains spécialistes affirment même que l’action aurait été fortement soutenue par Morgan Stanley, désireuse de maintenir le titre au-dessus de son prix d’introduction. La banque américaine, qui a été le fer de lance de l’introduction de Facebook en Bourse, aurait ainsi dépensé plusieurs milliards de dollars pour maintenir le niveau de l’action autour des 38 dollars, en utilisant l’option de sur-allocation (greenshoe) des 63 millons d’actions en réserve.

    Le comportement des banques a d’ailleurs été pointé du doigt par certains spécialistes. « Je pense que les banques pilotant l’opération ont incité Facebook à offrir trop de titres », assure l’analyste Michael Pachter de Wedbush Securities, qui considère que « le marché n’avait pas suffisamment d’appétit » pour toutes ces actions.
    Des débuts moins bons que ceux de Google ou de Linkeldin

    Les débuts poussifs de Facebook sont bien loin de ceux réalisés par ses concurrents lors de leurs propres introductions en Bourse. En 2004, Google avait ainsi fini sa première séance par un bond de 18 %, tandis que Linkeldin avait fêté sa première journée de cotation avec un bond de 109 %. En termes de capitalisation, Facebook s’est classée vendredi en septième position des valeurs technologiques américaines cotées.
    Un modèle économique qui suscite encore des interrogations

    Autre problème pour Facebook : le réseau social suscite toujours de nombreuse interrogations quand à son modèle économique. Pour Larry Chiagouris, professeur de commerce de la Pace University, le monde de la pub « s’aperçoit de plus en plus que Facebook est d’un intérêt limité pour des opérations de marketing ». Un constat qu’a déjà fait le constructeur américain General Motors, qui a récemment annoncé qu’il stoppait toute publicité sur Facebook.

    Certains spécialistes du marketing ont même pointé le fait que les internautes cliquaient plus facilement sur les publicités publiées par Google que sur celles publiées par Facebook. Pas de quoi rassurer les investisseurs. Larry Chiagouris considère ainsi que « le meilleur conseil pour les publicitaires, c’est de limiter leurs investissements jusqu’à ce que Facebook prouve qu’il peut ramener des résultats significatifs ».

    REUTERS

  14. il faut croire que l’annonce par Mark Zuckerberg de son mariage sur sa page facebook n’a pas enthousiasmé les foules !

  15. La BCE n’a pas racheté d’obligations publiques la semaine dernière

    La Banque centrale européenne (BCE) a annoncé lundi ne pas avoir racheté d’obligations souveraines sur le marché secondaire la semaine dernière, malgré l’aggravation de la crise de la dette qui menace l’Espagne.
    La BCE, qui a affirmé à de multiples reprises que ce programme, baptisé SMP (Securities markets programme) était toujours en vigueur, ne l’a toutefois plus mis en application depuis début février.
    Les analystes jugent cependant que si la crise de la dette menace de faire vaciller l’Espagne, dont les taux ont fortement grimpé depuis que les partis anti-austérité ont remporté les élections législatives en Grèce, la BCE n’aura d’autre choix que de le réenclencher.

    “Les risques augmentent chaque jour et selon nous la BCE pourrait agir dès début juin”, estime Annalisa Piazza, du courtier Newedge Strategy.
    Selon elle, une action de la BCE pourrait passer également par un troisième LTRO, un prêt de trois ans aux banques à montant illimité et taux très bon marché, et une baisse de ses taux d’intérêt, si les fuites de capitaux hors des pays en difficulté de la zone euro devaient se poursuivre.

    “La BCE ne peut certainement pas attendre le résultat des (nouvelles) élections grecques pour agir. Cela pourrait être beaucoup trop tard”, selon elle.
    Les Grecs, face à l’impasse politique dans lequel leur pays est plongé, doivent revoter le 17 juin. La prochaine réunion du conseil des gouverneurs de la BCE est elle prévue le 6 juin.
    La BCE, qui a adopté le programme SMP au printemps 2010 avec réticence, détient actuellement pour 212 milliards d’euros de dette de la Grèce, l’Irlande, le Portugal, l’Espagne et l’Italie. Soit deux milliards de moins que la semaine dernière, une partie de ces obligations étant arrivée à maturité.

    Que va faire Super Mario ?

    AFP

  16. JPMorgan suspend ses rachats d’actions….

    New York (awp/afp) – La banque américaine JPMorgan Chase a annoncé lundi qu’elle suspendait ses rachats d’actions, une dizaine de jours après la révélation de lourdes pertes essuyées dans une activité de courtage pour compte propre à Londres.

    “Nous prévoyons de les reprendre, mais nous devons d’abord régler cette affaire”, a déclaré le PDG Jamie Dimon lors d’une conférence avec des analystes retransmise sur internet. Il a toutefois précisé qu’il avait l’intention de verser un dividende aux actionnaires.

    C’est un revirement pour la plus grande banque américaine, qui avait annoncé en mars que la Réserve fédérale (Fed) l’avait autorisée à rémunérer ses actionnaires à l’issue des tests de résistance menés pour évaluer sa capacité à résister à une récession.

    JPMorgan avait alors annoncé une revalorisation de 20% de son dividende trimestriel, le faisant passer de 25 à 30 cents par action, et un nouveau programme de rachat d’actions à hauteur de 15 milliards de dollars, dont jusqu’à 12 milliards ” de pertes?! 🙂 ” de dollars devaient pouvoir être dépensés cette année.

    Lundi, M. Dimon n’a pas précisé si les autorités de régulation l’avaient poussé à suspendre ce programme, mais il a clairement indiqué que c’était dans l’esprit de la discipline qu’elles réclament qu’il prenait cette décision.

    “Nous avons pris un engagement envers nous-mêmes et les régulateurs”, a-t-il dit. “Ils ont été très clairs sur le fait que les entreprises comme les nôtres devaient réussir un test de résistance, ce que nous avons fait (…) et se trouver sur la trajectoire nécessaire pour remplir les conditions de Bâle III”, de nouvelles normes de fonds propres plus sévères.

    Deux facteurs ont pesé: “de toute évidence nous n’allons pas gagner autant d’argent (que prévu) et nous avons fini par reprendre beaucoup d’actifs à risque”, a-t-il ajouté.

    M. Dimon a en revanche indiqué qu’il avait bien l’intention de continuer à verser un dividende, se montrant plus affirmatif que lors de l’assemblée générale des actionnaires la semaine dernière où il avait seulement indiqué “espérer” pouvoir le faire.

    L’action cédait 0,27% à 33,40 dollars vers 14H30 GMT/16h30 HEC.

  17. GRAPHES DU JOUR-Zone euro, une contagion sélective, jusqu’à quand ?

    21/05 | 16:58

    Les marchés financiers italiens et espagnols ont plus que d’autres accusé le coup de l’éventualité d’une sortie de la Grèce de la zone euro, une contagion sélective qui pourrait ne pas durer.
    Les marchés actions italien et espagnol tutoient leurs plus bas de mars 2009 touchés après l’éclatement de la crise financière de 2008-2009.
    Les écarts de rendement entre les obligations d’Etat à 10 ans de l’Italie et de l’Espagne avec celles de même échéance de l’Allemagne – considérées comme le placement le plus sûr de la zone euro – ont retrouvé leurs plus haut de la fin 2011.
    Graphique de la performance des marchés actions italien et espagnol et des spreads de taux à dix ans avec l’Allemagne depuis 2007 :
    http://www3.reuters.fr/graphiques/CONTAGION1.JPG
    Par contraste, les pays européens du cercle des triple A disparus ou susceptibles de disparaître – la France, l’Autriche, les Pays-Bas et la Belgique – ont connu des évolutions beaucoup moins marquées aussi bien sur les indices actions que sur les écarts de rendement avec l’Allemagne.
    Graphique de l’évolution des spreads à 10 ans de la France, l’Autriche, les Pays-Bas et la Belgique avec l’Allemagne :
    http://www3.reuters.fr/graphiques/CONTAGION2.JPG
    Graphique de la performance des indices boursiers de référence de la France, l’Autriche, les Pays-Bas et la Belgique :
    http://www3.reuters.fr/graphiques/CONTAGION3.JPG
    Plus globalement, les marchés actions américains sont encore près de 20% au-dessus de leur points bas touchés à l’automne 2011.
    Graphique de la performance des indices boursiers américains depuis début 2007 :
    http://www3.reuters.fr/graphiques/CONTAGION4.JPG
    Cette résistance peut s’expliquer par l’endiguement du “risque grec” auquel les Européens seraient parvenus au travers des mesures prises au cours des deux dernières années et des deux plans de renflouement consentis à Athènes, comme le souligne François Chevallier, stratégiste à la banque Leonardo.
    De fait, comme le rappellent les économistes de Barclays Capital, le risque grec est désormais principalement porté par les Etats de la zone euro et le coût d’un défaut représenterait entre 1,0% et 2,5% du PIB du bloc.
    Les engagements financiers vis-à-vis de la Grèce recouvrent essentiellement les prêts des pays de la zone euro dans le cadre des programmes de renflouement – y compris les prêts du Fonds européen de stabilité financière -, les créances des banques centrales nationales sur la banque centrale grecque et les obligations grecques achetées par la Banque centrale européenne dans le cadre de son programme de rachats de titres, soit un montant évalué par Barcap à un peu plus de 290 milliards d’euros.
    “Sous l’hypothèse d’un taux de recouvrement compris entre 20% et 50%, la perte ou le transfert involontaire des Etats membres et de la BCE vers la Grèce (en cas de sortie de l’euro) pourrait atteindre entre 150 et 230 milliards, ce qui semble supportable pour la zone euro”, écrivent les économistes de Barclays Capital.
    Tableau des engagements des Etats de la zone euro concernant la Grèce et ventilation sur la base de leur participation au capital de la BCE :
    http://www3.reuters.fr/graphiques/CONTAGION5.JPG
    Le degré d’interdépendance entre les systèmes bancaires de la zone euro fait qu’une contagion du risque grec à l’Espagne et à l’Italie, déjà prise en compte par les investisseurs, ne laisserait pas les autres pays de la zone euro indemnes et affecterait donc leurs grands partenaires, Etats-Unis en tête.
    Tableau des expositions croisées des secteurs bancaires de la zone euro à la fin 2011 sur la base des données de la Banque des règlements internationaux :
    http://www3.reuters.fr/graphiques/CONTAGION6.JPG
    Si la Grèce reste contagieuse, le risque ne pourra s’arrêter à l’Espagne et à l’Italie, et les investisseurs ne semblent pas l’avoir encore pleinement intégré.
    Sources :

    REUTERS

  18. Paris ne peut pas imposer les euro-bonds……

    Le ministre français de l’Economie, Pierre Moscovici, a déclaré que la France considérait comme une idée “forte” la possibilité d’émettre des “euro-obligations”, des emprunts communs à la zone euro, tout en reconnaissant que Paris ne pouvait pas l’imposer à ses partenaires.

    Les “euro-bonds” devraient être l’un des principaux sujets de débat lors du sommet informel de la zone euro prévu mercredi à Bruxelles. Pierre Moscovici a rencontré lundi pour la première fois le ministre allemand des Finances, Wolfgang Schäuble, opposé aux euro-obligations tout comme la chancelière Angela Merkel.

    “Nous en avons parlé, chacun pour confirmer une position déjà connue”, a dit le ministre français lors d’une conférence de presse commune. “Pour nous (Français), c’est une idée forte, mais encore une fois, nous ne pouvons pas l’imposer”, a-t-il ajouté.

    REUTERS

  19. L’escale..

    **
    Troupes russes à Kaliningrad : Vilnius avertit l’Otan 21/05/2012

    IRIB- L’Otan doit prendre des mesures de dissuasion en réponse au déploiement des forces stratégiques russes dans la région de Kaliningrad (ouest), a déclaré lundi la présidente lituanienne Dalia Grybauskaite lors d’une réunion du Conseil de l’Atlantique Nord tenue dans le cadre du sommet de l’Otan à Chicago.

    ” L’Alliance doit savoir que les missiles déployés à Kaliningrad sont en mesure d’atteindre Riga, Tallin, Varsovie, Berlin et d’autres capitales des pays membres de l’Otan. Cela nécessite des mesures de dissuasion fiables et une coopération plus flexible entre les forces de l’Otan “, a indiqué la chef d’Etat lituanienne. Dans le même temps, Mme Grybauskaite a appelé les Etats faisant partie de l’Alliance à être ” plus prudents que jamais ” en transférant des technologies ou des équipements militaires aux pays tiers. La Russie et l’Otan avaient convenu de coopérer sur le bouclier antimissile en Europe lors du sommet de Lisbonne en 2010. Les négociations se sont cependant retrouvées dans l’impasse, les Etats-Unis refusant de fournir des garanties écrites attestant que ce système ne serait pas dirigé contre la Russie. Fin novembre, le président russe Dmitri Medvedev a annoncé une série de mesures militaires et diplomatiques en riposte au déploiement du bouclier antimissile en Europe. La mise en service d’un radar et le déploiement de missiles de type Iskander à Kaliningrad ont été évoqués à titre de première mesure de riposte.

    http://french.irib.ir/info/international/item/189747-troupes-russes-%C3%A0-kaliningrad-vilnius-avertit-l-otan

  20. Le président malien agressé, 3 morts

    Au Mali, les forces de l’ordre ont tué trois personnes aujourd’hui à la suite de l’occupation du palais présidentiel de Bamako par des centaines de manifestants qui ont agressé le chef de l’Etat par intérim, Dioncounda Traoré, annonce la junte militaire. “Il a été emmené d’urgence à l’hôpital (…) ils l’ont roué de coups et ont déchiré ses vêtements”, a déclaré Bakary Mariko, porte-parole du Comité national pour le redressement et le rétablissement de l’Etat (CNRDRE, nom officiel de la junte).

    “Il s’agit d’une foule spontanée. On a relevé trois morts et plusieurs blessés parmi les manifestants. La sécurité de Dioncounda a tiré sur les gens”, a-t-il dit en indiquant par téléphone que la foule quittait actuellement le palais. Auparavant, des centaines de personnes avaient fait irruption dans le palais présidentiel en affirmant qu’ils n’en partiraient pas avant la démission du président Traoré, selon un correspondant de Reuters sur place. Des manifestants ont déchiré des portraits du chef de l’Etat, dont ils réclament le remplacement par le capitaine Amadou Sanago, chef de la junte militaire qui a pris le pouvoir le 22 mars. Les militaires postés autour du palais de Koulouba n’ont rien fait pour les empêcher d’entrer.

    Slogans contre la Cédéao

    Le capitaine Sanogo avait accepté ce week-end que le président Traoré reste au pouvoir pour un an afin de superviser la transition vers un pouvoir civil. Il s’était vu accorder en échange le statut et les privilèges réservés aux anciens chefs d’Etat.
    “Il n’est pas question que Dioncounda reste à la tête du Mali”, avait déclaré un manifestant escaladant la colline sur laquelle se trouve perché le palais présidentiel.
    D’après un journaliste de Reuters, l’un des ponts de Bamako qui enjambe le fleuve Niger est bloqué par des pneus enflammés.

    Des slogans hostiles à la Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (Cédéao), qui a menacé de prendre des sanctions contre Sanogo s’il ne permet pas à Traoré de rester aux commandes, ont également été entendus. “La Cédéao ne devrait pas se mêler aux affaires du Mali”, a affirmé un protestataire. L’organisation sous-régionale s’est engagée à dépêcher au Mali une force de 3.000 hommes pour l’aider à rétablir son autorité dans la moitié nord du pays, tombée le 22 mars aux mains des rebelles touaregs de l’Azawad et d’islamistes d’al-Qaida au Maghreb islamique (Aqmi).

    REUTERS

  21. j’ai une remarque a faire SVP ou est passé l’article publier ce matin sur FUKOSHIMA ou le réacteur 4 était en fusion de dont il commençais a penché ???????
    la situation est grave aussi là bas , je ne comprend pas que vous l’ayez retiré ?
    prés de 40millions de japonnais sont ( peut étre ) appelez a quitter leurs bien et partir en russie ou en chine pour leur santées , mais cela concerne aussi LE MONDE ENTIER JE CROIT

    merci de bien vouloir me répondre

    trés amicalement a tous

    • Superbe, merci pour ces 30 photos. Je n’ai pas tenu longtemps hier sur les webcams… je me rattrape…
      Pour rire, cliquez encore après la 30eme. Ça fait un choc ! 😀

  22. 19h12 – Bruxelles va accélérer le paiement de près d’un milliard d’euros à l’Espagne

    La Commission européenne va accélérer le paiement de près d’un milliard d’euros d’aides communautaires promises à l’Espagne dans le cadre de la politique de soutien aux régions défavorisées de l’UE, a annoncé lundi le commissaire européen chargé de la politique régionale, Johannes Hahn.

    http://lci.tf1.fr/filnews/economie/bruxelles-va-accelerer-le-paiement-de-pres-d-un-milliard-d-euros-7262557.html

  23. Flamby dans ” ses oeuvres” …

    Otan : en retard, Hollande rate l’intervention d’Obama

    Le président français s’est fait remarquer en arrivant bon dernier à la séance du sommet de l’Otan consacrée à l’Afghanistan.

    De nos envoyés spéciaux à Chicago

    Dans le grand théâtre des sommets internationaux, il est des absences qui font plus jaser que bien des déclarations. Réputé pour sa propension à être en retard, François Hollande s’est fait remarquer lundi à Chicago en arrivant bon dernier à la séance du sommet de l’Otan consacrée à l’Afghanistan.

    Une journaliste française, Laurence Haim de Canal + et i-Télé, admise dans la salle avec le «pool» de reporters, a raconté: «Il y avait un siège vide, et un seul, pendant l’intervention du président Obama, celui de François Hollande. Il est arrivé après son discours.»

    En sortant de la salle, Laurence Haim a entendu le ministre français des Affaires étrangères, Laurent Fabius, déclarer: «Il faut expliquer les choses.»

    Il semble que l’explication de cet impair soit un peu délicate à donner du côté français. En premier lieu, l’entourage du président a invoqué ses rencontres dans la matinée avec le secrétaire général de l’ONU, Ban Ki-moon, et le président polonais, Borislaw Komorowski, qui auraient traîné en longueur.

    Les conseillers de François Hollande ont ensuite expliqué que la sécurité du président américain n’avait pas autorisé leur délégation à entrer dans la salle pendant l’intervention d’Obama, afin de ne pas la perturber.

    Ils minimisent ce faux pas protocolaire en soulignant qu’il ne s’agissait pas du discours en séance plénière, auquel François Hollande a bien assisté. Cela fait tout de même beaucoup de bruit pour démentir qu’il y ait eu le moindre incident diplomatique à Chicago.

    Le siège vide du président français. Crédits photo : MANDEL NGAN/AFP
    Voir la photo :

    http://www.lefigaro.fr/international/2012/05/21/01003-20120521ARTFIG00661-otan-hollande-se-fait-remarquer-par-son-retard.php

  24. De toutes les forces de la France

    J. attali

    Au coeur de l’été, lorsque les cendres et les confettis électoraux seront retombés et auront été ramassés, le pays se trouvera dans une situation extrêmement périlleuse.

    1. En France, les perspectives de chômage, de déficit budgétaire et de balance de paiement seront pires que n’avait voulu le faire croire la majorité sortante.

    2. Les élections en Grèce auront sans doute amené un gouvernement hostile à l’accord de stabilité et sa sortie de l’euro sera imminente.

    3. Au Portugal, le soutien de l’opinion à la politique d’austérité se sera effiloché.

    4. En Italie, le gouvernement de Mario Monti aura perdu l’essentiel de son élan réformateur.

    5. En Allemagne, l’union sacrée autour de la politique d’austérité aura disparu.

    6. L’Espagne aura fait basculer sa dette privée sur sa dette publique, qui atteindra le niveau français et allemand, dans un contexte de chômage record.

    7. Les banques européennes apparaitront comme durablement incapables, faute de fonds propres, de financer l’économie.

    8. L’union européenne, empêtrée dans des querelles bureaucratiques et sans leadership sérieux, aura montré son impuissance.

    Si ce scénario se réalise, la fin de l’euro et l’effondrement du niveau de vie de chacun des européens sera à portée de vue. Et pourtant, ceci n’est pas inévitable :

    1. En France, des économies considérables sont possibles, en s’attaquant aux innombrables gaspillages de l’Etat, des collectivités locales et des administrations sociales, sans pour autant remettre en cause la justice sociale.

    2. En France, des moyens considérables existent pour améliorer sa compétitivité en ouvrant les professions fermées, en taxant plus l’héritage et la fortune que les richesses créées, en organisant une dévaluation fiscale.

    3. La France et l’Allemagne peuvent s’entendre pour définir un chemin commun vers une Europe de croissance.

    4. La commission européenne dispose d’une cagnotte de 50 milliards d’euros, qu’elle ne peut utiliser, et qui, transférée comme capital à la Banque Européenne d’Investissement, peut permettre à cette banque publique, efficace et puissante, de financer plus de 500 milliards d’investissements nouveaux d’infrastructure d’énergie, de télécommunications et de soutien aux PME.

    5. Le Fonds Européen de Stabilité Financière peut être transformé en banque et financer les urgentes augmentations de capital des banques de l’Union.

    6. Tous les pays de l’eurozone pourraient définir en commun un agenda de réformes de compétitivité, applicables quelque soit les majorités au pouvoir dans les divers pays. Pas un document impraticable, comme l’agenda de Lisbonne, mais un vrai programme commun.

    7. L’eurozone peut se doter d’une recette fiscale autonome, pour financer des eurobonds, qui mutualisererait les risques entre les pays de l’Eurozone.

    8. Pour voter cet impôt, l’Eurozone peut se doter d’un parlement fédéral, qui pourrait être à Strasbourg quand celui de l’Union resterait à Bruxelles.

    Tout cela ne pourra pas être mis en oeuvre en cas de cohabitation : le président a besoin d’une majorité pour gouverner. Mais cela ne pourra pas non plus être réalisé par la gauche seule. D’abord parce qu’il ne faut pas se priver d’excellentes idées de modernisation venues de droite et que Nicolas Sarkozy a eu le tort de ne pas appliquer. Ensuite parce qu’il faudra une véritable union nationale pour réussir à fonder la justice sociale sur la suppression des innombrables rentes qui paralysent le pays. Enfin parce qu’il faudra séduire, pour les garder, tous les créateurs, et unir toutes les forces de la France.

    http://www.attali.com/actualite/blog/macro-economie/de-toutes-les-forces-de-la-france

  25. Yémen: 96 morts et 300 blessés

    Au moins 96 soldats ont été tués et près de 300 autres ont été blessés dans l’attentat suicide commis ce matin à Sanaa, selon un nouveau bilan de sources militaires confirmé par des sources médicales.

    Le dernier bilan de l’attentat commis par un soldat, lors de la répétition d’une parade militaire, faisait état de 50 tués et de dizaines de blessés.

    L attentat est revendiqué par Al-Quaïda Il visait le ministre de la défense

    Al-Quaïda menace le Yémen de nouvelles attaques

    AFP

  26. – RIRE !!!

    **
    Les agents du Mossad, déguisés, en Spiderman, Batman et superman !

    IRIB- Des dizaines d’agents du Mossad et du ministère de la Guerre israéliens ont manifesté, pour demander l’amélioration de leurs conditions de travail.

    Selon “Haaretz”, des dizaines d’employés du ministère de la Guerre et d’agents secrets du Mossad, déguisés en personnages d’animation hollywoodiennes, comme Batman et Superman, sont descendus, dans la rue, à Tel-Aviv, pour demander l’amélioration de leurs conditions de travail et la réalisation de leurs revendications. Ils ont accusé le ministère de la Guerre et les autres responsables concernés d’avoir négligé leurs revendications, qui consistent, entre autres, en la création de syndicats professionnels.

    http://french.irib.ir/info/moyen-orient/item/189694-les-agents-du-mossad-d%C3%A9guis%C3%A9s-en-spiderman,-batman-et-superman

  27. Rassemblement de soutien à Syriza et à la Grèce à l’appel du Front de gauche

    21/05 | 20:30

    Quelque 200 à 300 personnes se sont rassemblées à l’appel du Front de gauche de Jean-Luc Mélenchon et du parti de la gauche radicale grec Syriza d’Alexis Tsipras, en présence des deux leaders, lundi à Paris, en “solidarité avec la Grèce”, contre “la dictature des marchés”.
    “Résistance, résistance”, ont scandé sous la pluie près de l’Assemblée nationale les militants du Front de gauche, reprenant le mot d’ordre de la campagne de Jean-Luc Mélenchon durant la présidentielle.

    Alexis Tsipras a appelé les manifestants “à faire pression sur le gouvernement français pour qu’il tienne les engagements qu’il a pris avant les élections” et “qu’il arrête de faire des chantages au peuple grec, qui est souverain”.
    “Je demande au gouvernement de recevoir Alexis Tsipras de ne pas l’ostraciser”, a lancé pour sa part M. Mélenchon.
    “Je demande aux socialistes, qui sont à une rue d’ici, de le recevoir, au moins par camaraderie, au moins par internationalisme, même s’ils ne sont pas d’accord avec lui, pour l’aider dans le dur chemin qu’il a entrepris”, a poursuivi l’ex-sénateur PS. “Pour une fois, faites preuve de solidarité internationaliste”.

    De passage à Paris, M. Tsipras, crédité de 21 à 28% des intentions de vote pour les prochaines élections en Grèce le 17 juin, a réaffirmé son refus de négocier le nouveau plan d’austérité de la troïka (Union européenne, Banque centrale et FMI).
    M. Tsipras doit rencontrer mardi à Berlin le leader de Die Linke Oskar Lafontaine.

    AFP

  28. Sans transition…

    Voici comment le pourfendeur du communautarisme Manuel Valls parle :

    « Par ma femme, je suis lié de manière éternelle à la communauté juive et à Israël ». Imaginons un responsable français ayant épousé une femme d’origine algérienne ou marocaine et disant « Par ma femme, je suis lié de manière éternelle à la communauté musulmane et à l’Algérie (ou au Maroc). »

    http://www.youtube.com/watch?v=vP5JTShjrEQ

    http://www.alterinfo.net/Vous-avez-aime-Claude-Gueant-Vous-adorerez-Manuel-Valls_a76351.html

  29. Iran/nucléaire: Netanyahu appelle les grandes puissances à l’intransigeance

    JERUSALEM – Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu a appelé lundi les grandes puissances à l’instransigeance à propos du programme nucléaire de l’Iran.

    L’Iran cherche toujours à détruire Israël et menace la paix mondiale. Face à cet horrible projet, les grandes puissances mondiales doivent faire preuve de détermination et non de faiblesse, a déclaré M. Netanyahu selon un communiqué de son bureau.

    Elles ne doivent faire aucune concession à l’Iran et exiger qu’il cesse toute activité d’enrichissement d’uranium, qu’il se dessaisisse de tout l’uranium enrichi en sa possession, et démantèle ses installations nucléaires souterraines de Qom, a-t-il ajouté.

    C’est le seul moyen d’empêcher l’Iran de disposer de la bombe atomique. C’est la position d’Israël, et elle ne changera pas, a-t-il encore dit.

    M. Netanyahu a tenu ces propos alors que le groupe 5+1 (Grande Bretagne, Chine, France, Russie, Etats-Unis et Allemagne), doit reprendre le 23 mai à Bagdad ses négociations avec l’Iran sur son programme nucléaire contesté.

    Une première série de pourparlers s’était tenue le 14 avril à Istanbul.

    L’Iran tente de susciter une apparence de progrès dans ces négociations afin d’alléger les pressions internationales, a de son côté estimé le ministre israélien de la Défense Ehud Barak.

    Je prédis que les Iraniens vont tenter de créer une apparence de progrès, qui leur permettra de réduire les pressions sur eux et d’arracher une réponse leur épargnant des sanctions accrues, a déclaré M. Barak devant des membres de son parti, Hatzmaout.

    M. Barak a discuté de ce dossier la semaine dernière à Washington avec son homologue américain Léon Panetta pour la troisième fois en quelques mois.

    Israël estime qu’il ne faut pas laisser aux Iraniens la moindre possibilité d’enregistrer des progrès, en exigeant d’eux qu’ils stoppent l’enrichissement (de l’uranium) tant à 20% qu’à 3,5%, a précisé M. Barak.

    En échange, les Iraniens pourraient évidemment recevoir des isotopes à des fins médicales ou pour actionner leur réacteur de recherches à Téhéran. Il faut résoudre ces choses, a-t-il ajouté.

    Sceptiques sur l’issue de ces négociations, le Premier ministre Benjamin Netanyahu et de nombreux autres hauts responsables israéliens estiment qu’elles ne conduiront pas Téhéran à renoncer à son programme nucléaire. Israël craint qu’un accord permette à l’Iran de continuer à enrichir de l’uranium.

    Israël et l’Occident soupçonnent l’Iran de chercher à se doter de l’arme nucléaire sous couvert de programme civil, ce que Téhéran dément.

    Israël, souvent considéré comme l’unique puissance nucléaire au Proche Orient, a averti qu’il n’excluait pas d’attaquer les installations nucléaires de l’Iran pour l’empêcher de disposer de la bombe atomique, laquelle constituerait pour lui une menace existentielle.

    Le président iranien Mahmoud Ahmadinejad a mis en doute la réalité de la Shoah (le génocide nazi) et menacé de rayer de la carte l’Etat d’Israël.

    (©AFP / 21 mai 2012 22h07)

    • 5.8 anne et 2.4 en Allemagne qui fait suite à l’Italie,la Pologne,la République tchèques et la Suisse.
      Les séismes gagnent du terrain…

      • Un géologue ou une personne qui a de très bonnes connaissance en ce domaine serait très utile. En effet, il nous est difficile de correctement traduire ces séries de séismes.

      • @librezen

        pas géologue , mais plutôt sismologue vous vouliez dire?

        sinon c’est comme un historien qui ne connait pas grand chose aux templiers
        s’il n’a pas de connaissances approfondies…
        comme un médecin généraliste qui n’est pas un spécialite en orl etc….

        je dis cela car dans mon village un géologue imbu de sa personne qui se prenait pr un historien de surcroît racontait des c… sur des grafittis situés sur le pilier d’un mur entourant un cimetière
        (12 ou 13ème siècle)..
        Ces 3 grafittis par leurs signes étaient d’origine par le tailleur de pierre ..
        et Monsieur indiquait qu’un des signes était une croix appartenant à un seigneur du 16ème siècle
        (confusion avec le blason et de plus appartenant d’un autre seigneur…)
        Le pire : tout le monde l’écoutait comme un porteur de lumière. Lol.

  30. Bonjour,
    je repost mon post d’hier, qui a été validé qu’aujourd’hui :
    Lindsey Williams, à encore réalisé une vidéo audio
    http://lindseywilliams101.blogspot.fr/
    Malheureusement, je n’y comprends rien du tout, même avec la tradution beta de youtube.
    Savez-vous s’il y a un site qui traduit en francais les vidéos de Williams?

  31. @Francky Vincent

    bas j’en déduis que le changement ne peut se faire par les urnes, la politique est totalement contrôlé par les porteurs de tablier qui sont eux même contrôlé par qui nous savons et dans quel but “mondial”.

    le peuple, ne connaissant rien sur ces groupe occulte, pensent donc que ce nouveau partie oeuvrera pour eux, grosse erreur.

  32. @Corinne
    Voilà le commentaire sous la vidéo:
    “Lindsey Williams : Get out of paper assets immediately , close your bank account if you do not want to lose it all , buy tangible assets gold silver farmland , Banks runs happening all over Europe , the sign to look for is the crack that will happen in the derivatives market which started with JP Morgan’s 2 billion dollars loss , the Dollar will be dead by the end of this year no matter how good things look like right now , .Derivatives Market Collapse Coming Soon!The Economy is about to collapse due to the derivatives market. The US Dollar will collapse by the end of 2012 and Obama may not win the coming election. Lindsey reveals his latest DVD series “Secrets Of The Elite” which includes interviews with 4 top elite financiers, on the economy gold and silver.”

    “Sortez de tout le papier immédiatement, fermes votre compte en banque si vous ne voulez pas tout perdre, achetez de l’or, de l’argent et de la terre agricole. Les ruées aux guichets des banques sont en train d’arriver partout en europe. Les premiers signes du Krach sur le marché des dérivés sont en train d’apparaitre avec JPM. Le Dollar sera mort à la fin de l’année, quels que soient les signes apparents de bonne santé. L’explosion des dérivés est imminente… ”

    Peu de changement sur le fond, juste dans le ton.
    Il parle de l’imminence du krach.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici