Trader Noé – Analyse du 24 mai 2012

137

L’indice E-mini SP 500 a pris l’habitude de remonter après la clôture parisienne.
Le seuil support phare des 1290 points a encore bien tenu et nous avions précisé que pour avoir une baisse nouvelle baisse franche il fallait que le cours franchisse cette zone. Le premier seuil de résistance reste à 1325 points et le second à 1350 points.

Pour le Future CAC 40, la résistance est à 3070-3010 points et pour une nouvelle accélération baissière il faudra que l’indice casse le support des 2950 points.

L’EURUSD a atteint l’ensemble des objectifs proposés il y a quelques jours. Désormais le prochain support est à 1.235. La rupture de ce seuil déclencherait une nouvelle accélération vers 1.185 puis 1 et 0.9.

Pour le titre EDF, nous surveillerons attentivement le support des 15 euros. La rupture de ce seuil déclencherait une nouvelle accélération.

En attendant, surveillons bien supports et résistances du E-mini SP 500. Cassure des 1290 impliquera une forte poursuite baissière. Un échec sur la résistance des 1325 points indiquera probablement une correction comme celle d’hier. Autrement dit, remonter à la clôture parisienne pour mieux descendre le lendemain. S’il y a cassure des 1325 points, alors le marché pourrait poursuivre son rebond technique et il faudra surveiller la résistance des 1350 points.

Le Brent reste à surveiller de très près et suit notre scénario. Le support des 111 n’a pas tenu.

42 Commentaires

  1. Bonjour à tous et merci Trader Noé pour votre analyse quotidienne .Une question, il me semble que les agences de notations devaient se prononcer sur la France mi-mai ? .Je pense que nous allons être trés bientôt dégradé à nouveau, avez-vous Trader ou chers blogueurs des infos à ce sujet ? . Car , ce nouveau coup de semence avant les législatives serait propice à déstabiliser encore un peu plus europe .Car le but demeure selon moi, de faire couler l’euro avant le dollar !

    • bon jour ensoleillé à tous.
      AU fait qui est chargé de noter les agences de notations? leurs critères de notations devraient être examinés de fond en comble, étant donné que ces derniers ne sont basés que sur de la spéculation en quelque sorte! Il devrait exister une commision d’examens sur la validité des critères de notations, comme un contre pouvoir qui inciterait ces agences à freiner leur acharnement ¨!
      Est ce que le ministère du redressement productif va travailler la dessus ? ou alors va t il être au service de ces agences`?

    • Trader Noé dit beaucoup de choses qui restent sans suite à part annoncer quelques supports et quelques résistance qui seront logiquement touchés à un moment donné ou un autre car c ‘est le principe de la bourse. Son fameux arc à poulie doit être pourri à force d’attendre son déclenchement.

  2. Les Européens veulent garder la Grèce mais réfléchissent à sa sortie.

    Ils ont ainsi proposé d’utiliser les fonds structurels européens pour aider la Grèce. Le chef de l’Etat français a même “plaidé” pour que ces fonds “puissent être rapidement mobilisés” pour soutenir la croissance grecque “dans un délai très court”.

    Mais parallèlement, sans vouloir l’évoquer publiquement, les Européens se préparent au pire, afin de ne pas être pris de court au cas où il deviendrait réalité.

    Lors d’une session lundi de l’Euro Working Group, qui réunit des hauts fonctionnaires des Etats membres de la zone euro, la nécessité de préparer des plans nationaux en cas de sortie de la Grèce de la monnaie unique a été évoquée, a déclaré mercredi à l’AFP un diplomate européen.

    “On a dit: chacun de vous doit y réfléchir, et dans un deuxième temps il y aura une coordination de ce que chacun doit faire au niveau européen”, a-t-il affirmé.

    Cette information a contribué à la forte chute des marchés financiers mercredi.

    Le ministère grec des Finances a démenti “catégoriquement”. Les dirigeants européens n’ont “pas eu de discussion” à ce sujet lors du sommet de Bruxelles, a insisté le Premier ministre grec Panagiotis Pikrammenos à l’issue du dîner.

    C’est pourtant son prédécesseur Lucas Papademos qui avait allumé la mèche en n’excluant pas, dans le Wall Street Journal de mercredi, “que des préparatifs soient en cours pour contenir les conséquences potentielles d’une sortie grecque de la zone euro”.

    Dans la nuit, le président français François Hollande, tout en niant avoir connaissance de tels plans concernant la France, a reconnu à demi-mot l’existence de certains préparatifs. “Je ne dis pas qu’il n’y a pas de travaux, visiblement il y a eu une information selon laquelle il y avait un certain nombre de simulations qui pouvaient exister”, a-t-il dit à la presse.

    “Mais si je me mettais publiquement à parler de l’hypothèse de la sortie de la Grèce ça voudrait dire que nous aurions déjà envoyé un signal, un signal aux Grecs et un signal aux marchés”, a-t-il ajouté.

    Plusieurs sources ont confirmé à l’AFP que le sujet avait été abordé lundi, même si toutes soulignent qu’il ne faut pas y voir le signe que la zone euro, après l’avoir longuement exclu, envisage désormais sérieusement de se séparer d’Athènes.

    “Si je vous dis qu’on ne le fait pas, vous allez me dire qu’on est inconscient, si je vous dis qu’on le fait, vous allez dire que la situation est très mauvaise”, a souligné le diplomate européen. “Nous devons prévoir, c’est normal, mais cela ne veut pas dire que nous pensons que la situation ira jusque-là”, a-t-il dit.

    Un responsable d’un autre pays de la zone euro a tenu à minimiser. “Il n’y a pas d’un coup une consigne pour se préparer”, a-t-il déclaré à l’AFP. Mais “que chacun soit conscient que c’est une situation difficile où il faut imaginer tous les types de scénarios, c’est normal”, a-t-il ajouté.

    “Cela fait déjà un an que les responsables des Trésors nationaux ont commencé à étudier les différents scénarios possibles et franchement, ce serait irresponsable de ne pas préparer des plans de secours”, a renchéri une troisième source diplomatique, soulignant que l’idée n’avait pas “surgi soudainement lundi”.

    http://www.romandie.com/news/n/Zone_euro_les_Europs_veulent_garder_la_Gr_mais_rissent_a_sortie_RP_240520120835-25-183853.asp

    • La campagne de la peur à commencée. Il faut que les grecs votent pour une coalition pro-rigueur c’est l’objectif de toutes ces déclarations.

  3. bonjour a tous, merci trader noé et liesi.
    @bolivar oui c’est dans l’air on le sent venir , ce sera certainement fait avant les législatives fr ou élections greque , a regarder les marchés sur les dernières semaines et le niveau des banques européennes , ca se prépare en sous main.les déclarations quelconques sur l’italie et l’espagne donnent une épée facile a manier pour ces agences .maintenant comme on l’a vu les reserves de fond peuvent “sauver” momentanément la situation . je me demande a long terme et si on enlevent les scénarios de guerre dont personne ne veut , le climat économique de la peur va-t-il nous faire faire englober dans une masse superieur ?

    • @ unmar dinoir , bah le plus grand shéma de Ponzi de l’humanité ne peut déboucher selon moi que par la GUERRE . Je vois pas comment on peut sortir par le “haut” de se merdier ! .Selon moi, la guerre est inéluctable !! mais elle peut prendre des formes différentes que par le passé, on verra bien, nous sommes dans une situation inconnue , unique mais une chose est certaine, nous allons morfler grave !!!!

      • @bolivar
        bonjour,
        je suis entièrement d’accord avec vous! à moins d’une guerre sous différentes formes ou non
        je ne vois pas non plus comment on pourrait s’en sortir , à part une misère noire pour la
        majorité du peuple. Comme vous le dites c’est vraiment l’inconnu e…..

  4. La sortie de la Grèce de l’Euro se fera comme se faisaient les dévaluations…

    Un vendredi, toutes les autorités politiques et financières annonçaient qu’il n’était absolument pas question de dévaluer, et le samedi ou le dimanche suivant ils dévaluaient sans vergogne…

    Comme cette clique de technocrates a tout sauf de l’imagination, nul doute qu’ils nous referont le coup selon cet ancien schéma éculé pour la sortie de la Grèce… 😉

  5. @bolivar Je vois pas comment on peut sortir par le “haut” de se merdier !

    par le haut je ne sais pas, pour nous ce serai par le bas , par LEUR haut c’est possible sans guerre enfin pour le peu que j’y ai reflechi , j’imagine que ca doit etre une chose obligatoire (la guerr) si le plan global économique ne passe pas comme prévu.

  6. Jeudi 24 mai 2012 :

    France : activité privée au plus bas sur 3 ans en mai, à 44,7 (PMI)

    La contraction de l’activité dans le secteur privé en France s’est intensifiée en mai, avec un indice PMI qui est tombé à son plus bas niveau depuis plus de trois ans, a annoncé jeudi le cabinet Markit, y voyant un signe de possible recul du PIB au deuxième trimestre.

    Selon cette estimation dite “flash”, l’indice PMI composite s’est replié à 44,7 points, contre 45,9 points en avril, soit un plus bas depuis 37 mois.

    Le fait qu’il soit sous la barre des 50 points signifie que l’activité se contracte. Et les dernières données “signalent une nouvelle accélération de la contraction de l’activité, avec un détérioration de la conjoncture tant dans le secteur manufacturier que dans celui des services”, souligne Markit dans son communiqué.

    L’indice PMI de la seule industrie manufacturière a ainsi baissé à 44,4 points contre 46,9 en avril, et celui de la production manufacturière tombe de 47,5 à 43,6 points.

    Dans les deux cas, c’est un plus bas depuis 36 mois.

    L’activité du secteur des services continue pour sa part de reculer “à un rythme soutenu, identique au mois dernier”: l’indice PMI pour ce secteur est inchangé à 45,2 points.

    “Après la stagnation de l’activité observée au premier trimestre 2012, les dernières données PMI signalent une forte probabilité de contraction du PIB au deuxième trimestre”, estime Jack Kennedy, économiste chez Markit.

    “L’activité souffre en premier lieu de l’affaiblissement de la demande, notamment sur le marché intérieur, tendance que les entreprises interrogées attribuent à l’incertitude économique grandissante. Cette dégradation de la conjoncture économique incite les entreprises à réduire leurs effectifs, le taux de suppression de postes atteignant son plus haut niveau depuis plus de deux ans”, souligne l’économiste.

    http://www.romandie.com/news/n/France_activite_privee_au_plus_bas_sur_3_ans_en_mai_a_447_PMI62240520121000.asp

  7. Les EU-RO-BUNDS, on entend plus que ça en ce moment.

    Questions candides :

    Est-ce pour préparer l’opinion ? Au fait, si je sais à quoi cela correspond, peut-on vraiment s’attendre à ce que ça change la situation des dettes souveraines ?

    • J’ai l’impression qu’ils aller vers plus d’intégration Européenne càd vers la fin de la france, l’allemagne et les autres 25 pays en tant que pays souverain

      • tout à fait, les eurobonds remplaceraient les bons du trésor nationaux…le souci c’est qu’ils construisent cette europe financière avant d’avoir posé des bases solides et saines. sans ce soucier des autres paramètres…comme les biens communs de tous les citoyens européens, la sécurité de l’emploi pour tous, le logement, le droit et l’égalité à la santé pour tous….. nos dirigeants ne pensent qu’à leur retraite dorée, ils se fichent pas mal des citoyens qui composent cette europe. Et c’est pourquoi ils ne se remettent même pas en cause sur les erreurs actuelles..c’est la triste réalité

  8. Bonjour,
    Est-ce que l’un d’entre vous, parmi les visiteurs du blog, est un spécialiste du nucléaire ?
    J’ai une théorie que j’aimerais lui soumettre, afin de la vérifier.
    Pas ici, ce serait trop long, mais en “off”

    Celui qui accepterait de répondre à mes questions (ce ne sera pas long) peut m’envoyer un mail à : louisda39@yahoo.fr

    Merci d’avance

  9. La direction de Belfius veut supprimer 1.000 des 6.000 emplois actuels durant les quatre prochaines années.

    Belfius, la banque d’Etat qui provient du démantèlement en octobre 2011 du groupe Dexia, va à nouveau couper dans le personnel. Durant les quatre années à venir, 1.000 des 6.000 postes devraient disparaître. Ce qui revient à quelque 250 emplois par an. La nouvelle réduction de personnel, qui toucherait principalement des fonctions de support dans les bureaux de Belfius, est nécessaire pour rétablir le rapport entre les coûts et les revenus de manière à ce qu’il soit en ligne avec le marché.

    La suite ici:
    http://www.rtl.be/info/economie/belgique/880343/belfius-compte-supprimer-1000-emplois-sur-6000

    • A chaque fois ils ressortent cet argumentaire la. nécessité de s’aligner, de s’adapter au marché…bla bla bla.
      A l’origine de tout cela, il y a le taylorisme/fordisme ou la division du travail !
      Est ce qu’à l’époque Taylor et Ford avaient déjà pensés à long terme à la réduction des coûts et des masses salariales pour faire de grosses économies ou avaient ils l’intention de faire en sorte que les gens puissent accéder à l’emploi ?

  10. Jeudi 24 mai 2012 :

    Zone euro : plus forte contraction de l’activité privée en mai depuis 2009 (PMI).

    L’activité du secteur privé s’est fortement contractée en mai dans la zone euro, l’indice PMI tombant à 45,9, contre 46,7 en avril, selon une première estimation publiée jeudi, qui augure d’une forte baisse du PIB au deuxième trimestre.

    Il s’agit de la plus forte contraction de l’indice près de trois ans, soit depuis juin 2009, et du huitième repli au cours des neuf derniers mois, souligne la société Markit, qui publie l’indice.

    C’est aussi très inférieur aux prévisions des analystes interrogés par DowJones Newswires, qui s’attendaient à un léger repli, à 46,5.

    Au-dessus de 50 points, l’indice PMI signifie que l’activité progresse, tandis qu’elle se contracte s’il est inférieur à ce seuil.

    “L’indice flash est conforme à une baisse trimestrielle du PIB de la zone euro d’au moins 0,5% au deuxième trimestre 2012”, anticipe Chris Williamson, chef économiste chez Markit, qui note que “le malaise croissant auquel font face les pays de la périphérie se propage à la France et à l’Allemagne”.

    En France, le taux de contraction atteint son plus haut niveau depuis avril 2009, tandis qu’en Allemagne l’activité globale enregistre un léger repli, son premier depuis novembre et seulement le deuxième depuis 34 mois.

    Par secteurs d’activité, l’indice est en recul tant dans les services que dans l’industrie manufacturière.

    Dans les services, il s’inscrit à 46,5 points, contre 46,9 en avril et atteint son plus bas niveau en sept mois.

    Dans l’industrie manufacturière, il est à 45, contre 45,9 en avril, soit son plus bas niveau en 35 mois.

    http://www.romandie.com/news/n/Zone_euro_plus_forte_contraction_de_l_activite_privee_en_mai_depuis_2009_PMI36240520121054.asp

  11. Pour détendre l’atmosphère :

    S’exprimant lors d’une conférence de presse conjointe avec son homologue Sri-Lanka Gamini Lakshman Peiris à Moscou le mercredi, le ministre russe déclare que les sanctions proposées par le Sénat US » ne contribuent pas à la lutte contre de possibles risques de prolifération des armes de destruction massive, mais essentiellement à l’étranglement économique de l’Iran. »

    Le 21 mai, le Sénat américain a approuvé à l’unanimité un nouveau paquet de sanctions économiques contre l’Iran sur son droit de programme de l’énergie nucléaire avant de pourparlers entre Téhéran et le P5 + 1–Russie, Chine, Grande-Bretagne, France, États-Unis et en Allemagne – qui a débuté à Bagdad le mercredi.

    http://www.presstv.ir/detail/2012/05/24/242814/russia-urges-obama-to-curb-antiiran-bids/

    A ceux qui s’étonneront que les discussions n’aboutissent pas , mais soient un motif de guerre qui nous touchera inéluctablement.
    Une première fois par une fermeture du détroit Ormuz et une crise majeure énergétique , ensuite sur une escalade militaire prévisible possible au sol ,en Europe.

    Droite et Gauche sont un ramassis d’ordures cupides , corrompus appellent à la guerre , à la destruction ,mais au sauvetage des banques par un flot de liquidités à cout nul payé d’austérité pour les peuples ,tout en faisant des courbettes à Israel dans leurs déclarations publiques,
    Ce sont simplement des traitres.

  12. Zone euro: en cas de sortie de la Grèce, Fitch croit à une contagion minimale

    Paris (awp/afp) – En cas de sortie de la Grèce de la zone euro, l’agence d’évaluation financière Fitch Ratings croit davantage à une réponse efficace de la zone euro et à un effet de contagion minimal qu’à un scénario plus sombre, a indiqué jeudi Douglas Renwick, directeur senior.

    “Les conséquences (d’une sortie) dépendraient de la réponse des politiques”, a déclaré M. Renwick, directeur senior au sein de l’entité en charge de la notation des Etats, lors d’une conférence.

    Or, en cas de sortie, “nous nous attendrions à une réponse politique forte” des autorités européennes, a-t-il indiqué, ce qui conduirait au maintien des notes des autres pays de la zone euro, selon le scénario de Fitch.

    L’agence favorise ce scénario au détriment d’un second, qu’elle n’écarte pas pour autant, et qui verrait une contagion importante aux pays dits périphériques de la zone euro, ce qui aurait notamment pour effet d’augmenter l’engagement financier des pays les plus solides pour les soutenir.

    Ce scénario plus sombre conduirait vraisemblablement à la dégradation de l’ensemble des pays de l’Union monétaire.

  13. Pour les ignorants , un rappel :
    L’ Option Samson ,

    http://en.wikipedia.org/wiki/Samson_Option

    … qui consiste à entrainer le monde entier dans un cataclysme nucléaire si Israel , la bête qui monte de la mer , est détruit…
    …« Nous possèdent plusieurs centaines ogives atomiques et des roquettes et peut lancer sur des cibles dans toutes les directions, peut-être même à Rome. La plupart des capitales européennes sont des cibles de notre armée de l’air. Permettez-moi de citer le général Moshe Dayan: « Israël doit être comme un chien fou, trop dangereux pour se donner la peine. » Je considère tout désespérée à ce stade. Nous devrons essayer d’empêcher les choses de venir, si possible. Nos forces armées, cependant, ne sont pas la trentième plus forte dans le monde, mais plutôt la deuxième ou la troisième. Nous avons la capacité de prendre le monde vers le bas avec nous. Et je peux vous assurer que cela se produira avant Israël va sous.[22]…

    http://www.guardian.co.uk/world/2003/sep/21/israelandthepalestinians.bookextracts

    Pour vous rappeler à qui sont destinés les actes d’allégeances et autres léchage de croupion de nos chers ministres et hommes d’états , à des individus qui nous menacent de destruction nucléaire si on ne se plie pas à leurs caprices psychopathes.

    • Qui a dit : ” ce peuple est comme le soleil, un jour il dominera le monde ! ”
      (En France sur une radio, en 2004)

  14. Jeudi 24 mai 2012 :

    L’activité se replie en Allemagne.

    L’activité dans le secteur manufacturier en Allemagne a enregistré au mois de mai sa plus forte contraction en trois ans, relançant les inquiétudes sur un ralentissement de la première économie européenne.

    L’indice PMI manufacturier calculé par Markit pour l’Allemagne en première estimation a reculé à 45 ce mois-ci, après 46,2 en avril (consensus 47). C’est la plus forte contraction du secteur manufacturier depuis juin 2009.

    Les composantes des nouvelles commandes et les commandes à l’export dans le secteur ont reculé pour le onzième mois consécutif à respectivement 43,6 et 43.

    L’indice PMI des services est quant à lui resté stable à 52 en mai, en ligne avec les attentes des économistes interrogés par Reuters.

    http://www.lefigaro.fr/flash-eco/2012/05/24/97002-20120524FILWWW00463-l-activite-se-replie-en-allemagne.php

  15. L’euro continuait sa chute jeudi face au billet vert, à des niveaux plus vus depuis près de deux ans et s’approchant du seuil de 1,25 dollar, dans un marché toujours hanté par le spectre d’une sortie de la Grèce de la zone euro et guère rassuré par le sommet européen de la veille.
    Vers 09H00 GMT (11H00 à Paris), l’euro valait 1,2547 dollar contre 1,2582 dollar mercredi vers 21H00 GMT, après avoir glissé jusqu’à 1,2516 dollar vers 08H00 GMT, son plus bas niveau depuis début juillet 2010.

    AFP

  16. Entre 1958 et 2010, le taux moyen de l’inflation annuelle en France a été de 4,93% … on peut arrondir à 5%. Vous investissez, vous financez une activité utile, vous prenez un risque et les dividendes que vous percevez sont inférieurs ou tout juste égaux à l’inflation. C’est ce qui s’appelle faire du sur-place… avec le risque en prime.
    Que dire des pays où l’inflation est à deux chiffres…

    • @mdesouche,
      J’en arrive à penser que le bon système est celui où une activité ne doit pas être “fiancée”. Je veux dire par là que l’argent ne doit pas servir à céer de l’activité mais c’est l’activité qui doit créer de l’argent.
      C’est d’autant plus vrai actuellement que grâce aux effets de levier, la majorité de l’argent qui finance le développement d’une activité n’existe pas au départ et apparaît avec le crédit finançant l’activité.
      Il faut tout d’abord reprendre la maitrise de la création monétaire au niveau de l’Etat, de la collectivité et il faudrait que tout citoyen ait accès (sous contrôle, avec des règles) à une capacité de création monétaire pour création d’activité. Ceci créerait de l’inflation, oui et cela permettrait justement de fuidifier la circulation de la monnaie car l’inflation ne pénalise que ceux qui détiennent du capital.
      Oui, mdesouche, une personne qui financerait une activité, prenant un risque n’y aurait pas intérêt et cela ne me gêne pas. Car en finançant, on devient créancier et la créance est la base de l’esclavagisation.
      Dès que vous allez financer une activité, vous attendrez des dividendes justifiant, cette investissement et cela quelqu’en soit les conséquences. ce système ne peut entrainer la morale, cette dernière venant souvent s’opposer aux intérêts personnels.

      • @librezen : Pour pousser encore plus loin cette réflexion, je pense qu’on devrait avant toute chose annuler les intérêts restants sur tous les prêts dus aux banques par les particuliers, par les entreprises et par les États, seul le principal des prêts existants devra être honoré. Il est en effet mathématiquement impossible de rembourser tous les intérêts bancaires : le système se maintient uniquement par la fuite en avant, quitte à asservir les individus et les Etats par toujours plus de dette. La deuxième mesure fondatrice est comme vous l’avez vous-même mentionné, le rétablissement du monopole de la création de l’argent par l’Etat, cela ne peut passer à mon avis que par le retour au système 100% monnaie, mesure qui permettrait la mise en application de l’interdiction aux banques de s’engager dans des investissements purement spéculatifs en les orientant vers le financement des activités productives et commerciales, dans la limite des capitaux dont elles disposent réellement.
        Enfin, il faudrait sérieusement songer au rétablissement de l’étalon or/argent.

        http://www.agoravox.fr/actualites/economie/article/10-raisons-d-adopter-la-reforme-103813#forum3169102

  17. Merkel: cela n’a “aucun sens de tout ramener aux euro-obligations”

    24/05 | 14:45

    La chancelière allemande Angela Merkel a répété jeudi que cela n’avait “aucun sens de tout ramener aux euro-obligations” pour lutter contre la crise en zone euro, lors d’un congrès de la fédération des équipements électriques ZVEI.
    “Cela n’a aucun sens de tout ramener à des euro-obligations ou à des instruments en apparence solidaires” qui ne feraient “qu’aggraver la crise”, a-t-elle dit à Berlin, provoquant des applaudissements dans la salle remplie d’industriels.

    La crise en zone euro “ne sera pas résolue par un remède miracle mais au prix d’un dur labeur”, qui passe par la rigueur budgétaire et des réformes structurelles, a poursuivi Mme Merkel, qui a appelé à “commencer par ne pas dépenser plus qu’on gagne”.
    La chancelière, chantre de l’austérité en Europe, s’oppose jusqu’ici frontalement au président français François Hollande, partisan d’une mutualisation partielle de la dette des pays membres de la zone euro sous la forme de l’émission d’obligations garanties en commun ou euro-obligations.
    Berlin juge que l’émission de tels titres, en permettant aux pays en crise d’emprunter à des taux plus bas, les dissuaderait de faire des efforts de discipline.

    Par ailleurs, un financement via des euro-obligations signifierait pour l’Allemagne des coûts plus élevés, là où elle se finance aujourd’hui à des taux chaque jour un peu plus bas, quand ils ne sont pas nuls ou même négatifs pour certaines émissions obligataires à court terme.

    AFP

  18. France : Moody’s maintient son triple A

    L’agence de notation Moody’s a annoncé aujourd’hui qu’elle maintenait le triple A de la France, qui reste assortie d’une perspective négative. Elle se donne quelques mois pour évaluer la politique économique du gouvernement dans un environnement économique difficile en zone euro, selon un communiqué. Pour Moody’s, le président François Hollande a montré sa détermination sur sa volonté de relancer l’économie, mais le chemin pour y parvenir reste incertain. Le Aaa est la meilleure note possible chez Moody’s.

    En février, elle avait abaissé ses perspectives sur la France, la Grande-Bretagne et l’Autriche. En d’autres termes, l’agence américaine ouvrait la voie à une possible dégradation de ces pays dans les prochains mois. Moody’s expliquait alors qu’un «certain nombre de pressions particulières sur le crédit exacerbent la sensibilité des bilans de ces souverains». Moody’s a également dit qu’elle souhaitait ainsi «refléter la sensibilité (des pays concernés) aux risques macroéconomiques et financiers croissants émanant de la crise de la zone euro».

    AFP

    • bon, moi qui attendait une dégradation de la france, je dois dire que je suis surpris !!! , peut-être la nouvelle viendra de standard poor’s ? sinon rdv dans 3 mois !!

      • Bonjour bolivar

        Idem pour moi mais ça m’étonnerait que ” nos banques ” passent au travers d’ une nouvelle dégradation
        A suivre la Grèce c’est là que ça va se jouer et que tout peut basculer…

  19. L’activité en zone euro au plus bas depuis 2009 selon Markit

    Les chefs d’entreprises européens broient du noir selon l’indice PMI publié par Markit. L’activité est au plus bas depuis trois ans. Les pressions sur les marges s’accentuent incitant les entreprises à réduire leurs effectifs.

    Pour certain c’est une mauvaise surprise. Pour d’autre la simple confirmation que la zone euro est engluée dans la crise et ne parvient pas à décoller. Pour le quatrième mois consécutif en effet, l’indice PMI publié par Markit affiche un repli. S’il ne cède que 0,8 points à 46,9 il indique en fait que l’activité and la zone euro a enregistré en mai sa plus forte contraction depuis trois ans.

    Et la lecture détaillée de cet indice n’a rien de réjouissante et semble au contraire accumuler les records les plus sombres. « L’activité du secteur des services et la production manufacturière affichent leur plus fort recul, depuis 7 mois » soulignent les experts de Markit. De même, « dans le secteur privé de l’Eurozone, le volume des nouvelles affaires s’inscrit à la baisse pour le 10e mois consécutif » expliquent-ils. Et en matière d’emploi les choses ne sont pas plus réjouissantes : « L’emploi du secteur privé recule pour le 5e mois consécutif en mai » et « le taux de suppression de postes s’inscrit à un niveau proche du plus haut de 26 mois enregistré en avril, mais reste modéré dans l’ensemble, conséquence d’un retour à la création d’emplois en Allemagne, bien qu’à un taux marginal » indique le communiqué.
    Pression sur les marges

    Et même si les informations en matière d’évolution des prix sont plutôt encourageantes car elles confortent l’idée d’un assagissement de l’inflation, la nouvelle est à double tranchant. Bonne pour le consommateur, la tendance à la baisse de l’inflation « résulte essentiellement de remises de prix accordées par les entreprises afin de stimuler la demande. En conséquence, les pressions sur les marges s’intensifient, incitant les entreprises à réduire leurs effectifs » avertit Chris Williamson, le chef-économiste de Markit.

    Écrit par Claude FOUQUET

    LES ECHOS

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici